L'école peut-elle réduire l'inégalité alimentaire ?

La projection du film de Jean-Pierre Jaud « Nos enfants nous accuseront » hier à l’Espace 1789 proposée par le collectif audonien Ecologie durable (Franck Rolland) et Via le monde (Conseil Général) nous a permis d’aiguiser nos consciences, qui ont une fâcheuse tendance à l’assoupissement, même si le film en lui-même pêche parfois par trop de sensationnalisme, pour mieux nous réveiller.

Le film retrace une année dans le village de Barjac en Cévennes, où le maire (communiste), a décidé de fournir aux enfants des écoles ainsi qu’à une maison de retraite des repas bios. Les interviews de parents, d’élus, d’agriculteurs de Barjac, sont entrecoupées de communications d’experts à l’UNESCO, dans le domaine des risques sanitaires ou de la faim dans le monde.

Au fil du débat qui a suivi, il apparaît que :

         L’utilisation massive de pesticides depuis les années 60 a un coût pour notre santé et plus encore pour celle des utilisateurs, les cultivateurs

         Elle appauvrit la terre jusqu’à la rendre inapte à faire pousser des plantes sans l’utilisation de produits phytosanitaires

         Cette agriculture est largement subventionnée par la PAC, c’est-à-dire nous contribuables

         L’alternative bio, qui nous met à l’abri des risques sanitaires énumérés dans ce film, non subventionnée,  tarde à se mettre en place pour cette raison : seulement 2% des terres cultivées en France le sont en bio

         Or, c’est un non-sens d’importer des produits bios, vu l’impact sur l’effet de serre des transports

 

C’est pourquoi, une des solutions qui émerge depuis quelques années consiste pour les communes à fournir aux enfants des cantines des repas bios.

Ainsi, des cultivateurs bios sont assurés d’écouler leurs produits localement, la mise en place de cette nouvelle alimentation est accompagnée pour favoriser une prise de conscience globale des enfants sur les enjeux environnementaux, si possible via l’entretien d’un jardin pédagogique.

Jolie idée, non ?

Appliquée à notre bonne ville de Saint-Ouen, ça donne quoi ?

Sachant que les 4 repas hebdomadaires de la cantine sont pour bon nombre d’enfants les seuls repas complets et équilibrés, ne sommes-nous pas face à un enjeu d’égalité ? Le bio ne doit pas être réservé aux privilégiés qui ont le temps et les moyens de se procurer les produits.

 

Interpellée  dans la salle, notre adjointe chargée de l’enfance et de l’enseignement Mme Amedro explique les contraintes de marché et les règles d’hygiène très contraignantes, mais qu’il est tout de même envisagé d’introduire progressivement des aliments bios dans les cantines et que dans un premier temps la légumerie renaîtra dans le cadre de la mise en place d’une cuisine centrale avec Genevilliers (finis les légumes surgelés, en conserve, ou achetés déjà conditionnés).

Quid de l’écoulement de la production des cultivateurs bios pendant les mois d’été, période de grosse production ? L’OVL pourrait-elle prendre le relais pour participer à cet enjeu citoyen et planétaire ?

Faisons confiance au Collectif écologie durable pour convaincre nos élus de l’urgence de la situation, ces écos-citoyens semblent très actifs et efficaces (création de l’Amapuces).

 3 réunions sont programmées par ce Collectif :

24 Mars : création d’un comité Saint-Ouen sur Seine des Usagers de la ligne 13

Salle Saint-Denis 41 rue Saint-Denis, 20h30

2 Avril : déchets, incinérateurs… Quelles alternatives possibles ?

Salle Saint-Denis, 41 rue Saint-Denis, 20h30

8 Avril : antennes-relais, téléphones portables, wifi… Quelles solutions pour réduire leurs effets ?

Salle Charlotte Mananga, 10 Place Payret

 

Marie Colombo

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

18 réflexions sur « L'école peut-elle réduire l'inégalité alimentaire ? »

  1. Marie,

    Pourquoi ce titre : “L’école peut elle réduire l’inégalité alimentaire ?”

    L’inégalité serait entre 2 enfants nourris par leurs parents, l’un avec des produits naturels, sains (sans poisons) et l’autre avec des aliments empoisonnés (pesticides, herbicides, hormones, antibiotiques) ?

    Et cette autre phrase qui me choque :

    “Le bio ne doit pas être réservé aux privilégiés qui ont le temps et les moyens de se procurer les produits”

    Quels prévilégiés ?
    Quel temps faut il pour aller au rayon bio du monoprix ?
    Un peu plus pour pousser jusqu’à Naturalia ou Biocoop dans Paris

    Les moyens ? quels moyens ?

    Suis je un privilégié si je suis conscient que l’état m’empoisonne, et que je m’alimente en bio et que ma santé sera meilleure ?

    Suis je un privilégié si je préfère cuisiner à mes enfants un plat de pâtes bio à 2 Euros le kg que de les emmener au Mac Do et leur servir de la viande 1 fois par jour ?

    Suis je un privilégié si je ne donne pas de téléphone portable à ma fille de 13 ans, autant pour protéger SA santé et que protéger mon porte monnaie ?

    Suis je un privilégié si je ne possède pas d’écran plat à “préparer du temps de cerveau” (Lelay TF1) ?

    Ce sont des choix politiques. Et pour ces 2 derniers autant de pouvoir d’achat pour du bio !

    Le maire communiste et le CM de ce village ont fait un choix politique , un acte politique fort, dans une commune où 63 % des familles ne paient pas d’impôts.

    Les enfants et les retraités qui bénéficient de ces repas bio sont ils devenus des PRIVILEGIES ?

    Les préviligiés sont à la présidence, au parlement, au sénat, au FMI, à l’OMC, à la BM, etc…

    Arrêtons d’employer ce mot perfusé depuis 2 à 3 décennies par les politiques et les médias qui met en concurrence des personnes, des voisins, des salariés de conditions proches.

    Je ne retrouve pas les déclarations de Mme Amédro concernant le bio dans les écoles retranscrites dans les 100 engagements !

  2. Jean-Yves,
    “L’inégalité alimentaire” existe de fait. Qui sont les plus mal nourris dans notre société ? quels sont les enfants les plus touchés par l’obésité ? Ils sont plus nombreux chez nous à Saint-Ouen par exemple que dans le 7ème arrondissement, non ?
    Si le pouvoir d’achat n’explique pas tout, par contre le niveau d’information et d’éducation favorise le choix d’une alimentation plus saine.
    J’entends par “privilégiés” justement ceux qui ont accès à l’information.
    C’est pourquoi j’ai trouvé cette soirée de lundi intéressante, parce qu’elle montrait le rôle des politiques dans l’éducation aux enjeux environnementaux.

  3. Pour ce qui est du “bio, je peux”, Jean-Yves, je ne peux pas être tellement d’accord. Je ne sais pas chez Monoprix, mais chez Leclerc ils vendent les oranges bio 2 par 2, je me suis désistée, d’autant que le prix n’était pas visible.
    Je pense que le prix est un argument économique puissant si on a peu d’argent. Même si je ne crois pas que tous ceux qui pourraient se le permettre mangent bio – loin de là.
    C’est aussi une question de conviction.
    Dans ce domaine, le film a pour moi apporté un grand plus, je n’avais jamais vu cette brume dans laquelle travaillent les agriculteurs en appliquant pesticides et dieu sait quels produits. Quand on vu ça, on devrait être plus que partant pour le bio.

  4. Info

    “Les parents d’élèves de Saint-Ouen saisissent le rectorat pour protester
    contre le non remplacement des enseignants.

    Mardi 8 décembre, dès 8h30, la quasi totalité des écoles maternelles et
    primaires de Saint-Ouen sont occupées par les parents qui n’acceptent plus
    que les absences ne soit pas remplacées.
    De partout partent des fax pour demander au Recteur de recevoir une
    délégation.
    Sur plusieurs écoles des banderoles sont accrochées.

    Les parents d’élèves de Saint-Ouen rencontrent le cabinet du recteur
    Une délégation de 18 parents d’élèves audoniens, s’est rendue au rectorat
    de l’académie de Créteil munis de banderoles et décidés à se faire
    entendre.
    Soutenus par la municipalité, qui avait affrété un car, la délégation
    (Fcpe et indépendants) était relayée par d’autres parents qui occupaient
    parallèlement les bureaux des directions d’école élémentaires et
    maternelles.

    Le mot d’ordre ?
    Mettre fin aux absences non-remplacées qui pénalisent les enfants, dans la
    circonscription comme dans tout le département.
    Avec 21 remplaçants seulement, dont 19 occupés sur des congés de longue
    durée, pratiquement chaque absence d’enseignant se solde par un
    non-remplacement.

    Les parents souhaitaient remettre au recteur les centaines de signatures
    recueillies école par école, par pétition.
    Malgré une attitude amicale et ouverte au dialogue, la délégation s’est
    heurtée à une grille close. Le rectorat refuse la rencontre et enjoint
    les parents à contacter l’inspection académique de Bobigny, compétente
    pour le premier degré.
    Devant cette fin de non recevoir, les parents se sont invités dans le hall
    d’accueil du rectorat. Laurent Petrynka, directeur de cabinet du recteur
    est alors venu les rencontrer.
    M.Petrynka a renvoyé les parents d’élèves au respect du protocole, leur
    demandant de s’adresser prioritairement à Daniel Auverlot, inspecteur
    d’académie du 93.
    Les parents ont souligné l’urgence de la situation à Saint-Ouen et rappelé
    que l’inspection académique de Bobigny connaissait déjà la situation
    puisqu’elle avait été saisie par les enseignants qui portent les mêmes
    revendications.

    Devant l’enjeu et l’absence de réponses concrètes à ce jour, les parents
    d’élèves annoncent une accélération du mouvement.
    Les parents d’élèves occuperont désormais chaque jour les bureaux des
    directions d’écoles et enverront des fax de protestation à Creteil et
    Bobigny.

    L’inspection académique de Bobigny, alertée, a donné rendez-vous aux
    parents d’élèves jeudi 10 décembre à 17h.

    Nous sommes décidés à ne plus relâcher la pression jusqu’à ce que nous
    obtenions les postes de remplaçants dont nos enfants ont besoin.

    Pour le départ en voiture à l’inspection académique de jeudi, contacter
    Didier (parent Langevin) au 06 17 89 16 06 ou Olga (parent Michelet)
    StancevicO@aol.com
    ———–

    Ci-dessous,
    Copie du mail envoyé ce jour aux differents inspecteurs suite à un
    quiproquo visiblement entre eux…

    A l’attention de MM Auverlot et Larronde
    Copie à M.Petrynka

    Messieurs.
    Suite à notre rencontre avec Monsieur Petrynka mardi matin au rectorat,
    Mme Cousinie, représentant les parents d’élèves de Saint-Ouen, a été
    contactée pour établir un rendez-vous avec M.Auverlot jeudi 10 à 17h à
    l’inspection académique afin de régler le problème de non-remplacement des
    enseignants qui touche durement les enfants de Saint-Ouen.

    Nous nous étonnons qu’aujourd’hui Monsieur Larronde ait contacté deux
    parents d’élèves FCPE pour leur dire qu’un rendez-vous était proposé avec
    M. Mahieux vendredi à 17h30 pour les écoles de Saint-Ouen.
    Nous supposons qu’il s’agit d’un second rendez-vous puisque le premier n’a
    pas été annulé.
    Les parents se sont organisés pour se libérer de leus obligations
    professionnelles, nous vous confirmons donc notre venue jeudi 10 décembre
    à 17h à l’Inspection Académique de Bobigny.

    Les parents d’élèves de Saint-Ouen
    Pour contact, Amina Cousinie : 06 62 72 13 08, Loïc Canitrot 06 03 42 51 65″

  5. Mon post 1 n’a pas pris une ride avec 2 ans de + !

    Avec la polémique victor à propos du licite ou pas licite dans les boutiques de malbouffe à St Ouen encore moins.

    Une délibération du CM qui interdirait les OGM, les PGM, et toutes nourritures contenant des pesticides, herbicides et antibiotiques dans l’assiette des enfants de St Ouen aurait de la gueule, non ?

    Une pétition aussi non ?

    Ces voeux se réaliseront ils ?

    Dans cette attente, vous pouvez revisionner demain le film

    ” LE MONDE SELON MONSANTO”

    Le 5 janvier 2010 à 22h25 :

    http://www.arte.tv/fr/connaissance-decouverte/Le-monde-selon-Monsanto/1912794.html

    Et vous interrogez sur l’union ci dessous

    “LE MARIAGE GATES ET MONSANTO

    La puissante Fondation Bill et Melinda Gates, dédiée officiellement à des projets philanthropiques, vient d’acquérir 500 000 actions de la société Monsanto.
    Grâce à un large réseau de connivences, c’est l’ouverture de nouveaux marchés pour le géant des semences agricoles génétiquement modifiées, et des menaces sur la sécurité alimentaire balayées par le grand vent des profits et de la spéculation. ….”

    la suite sur
    http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article794

  6. ça bouge ça bouge!! ma fille , lors que nous magasinions à Monoprix et que j’avisais le rayon yaourt (où souvent des promos nous sont proposées, compote de pommes sans sucres ajoutés…)) , m’a révélé qu’ils avaient eu des ” yaourts comme ça avec bio d’ssus” (sic)!…
    Je n’ai pas eu le temps de vérifier à l’école, c’était pendant les vacances; mais si c’est vrai, alors tiens toi bien Monsanto, la Mairie de St-Ouen t’a dans le colimateur…. ça va chié des bulles!
    quand à Bill Gates, commence à mettre de l’argent de coté, on ne sait jamais…
    ah oui , j’oubliais, ça fait combien de temps qu’ »on » demande l’intro de(du) bio à l’école?….

  7. A lire cette info,JYM,je comprends mieux les bruits de bottes(manoeuvres navales américano-sudcoréennes)en mer Jaune depuis quelques mois.Heureusement que les diplomaties chinoises et russes ont su freiner la volonté de riposte nordcoréenne et ont pu désamorcer(jusqu’à présent)les tensions occasionnées par ces maneuvres et les manifestations revanchardes des nostalgiques de l’impérialisme japonais!Espérons que n’éclatera pas une 3e guerre mondiale pour que Mosanto et Gates puissent imposer leurs OGM au monde.A la lecture de votre info,on peut se demander ce qu’un ministre espagnol d’un gouvernement socialiste peut venir faire dans cette sombre mafia…

  8. A Mic.Fainzang post 7

    Pr moi, la guerre mondiale est permanente et sous jacente à l’organisation de notre monde.

    En 2003, dans la feuille de route des USA pour l’occupation de l’Irak afin d'”apporter la démocratie”, parmi les 100 ordonnances, l’ordonnance 81 impose les OGM aux Irakiens :

    “L’ordonnance 81 sur « Les brevets, le design industriel, l’information non révélée, les circuits intégrés et la loi sur les variétés de plantes » est en totale contradiction avec la Constitution irakienne de 1990 qui interdisait la propriété privée sur les ressources biologiques.
    Cette ordonnance rend ainsi illégale la pratique traditionnelle et millénaire de sélection des meilleures semences par les agriculteurs et donne le champ libre aux compagnies étrangères pour imposer leurs semences brevetées et leurs prix.
    Elle permet aussi d’importer et de commercialiser des organismes génétiquement modifiés (OGM). La durée des brevets est de 20 ans pour les plantes agricoles et de 25 ans pour les vignes et les arbres. La souveraineté alimentaire du peuple irakien est gravement remise en cause par cette loi.”

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Bremer

    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13245

  9. Comme quoi JYM,l’impérialisme même “mondialisé” reste toujours l’impérialisme…Même si ses moyens d’action ont été multipliés en un siècle;depuis l’époque où Lénine écrivait:”l’impérialisme stade suprême du capitalisme”!
    Que les peuples s’unissent pour faire bouffer leurs OGM à Mosanto,Bill Gates et Obama.

  10. D’accord Michel .. juste un peu d’histoire …
    Le grand mérite de Lénine est d’avoir mis en pleine lumière l’entrée du capitalisme dans sa dernière phase.
    L’impérialisme, ce n’est pas un ensemble de gradations quantitatives du développement “normal” du capitalisme, c’est une période qualitativement nouvelle.
    L’essence économique de l’impérialisme consiste dans le remplacement de la libre concurrence par le monopole et dans la toute puissance de banques géantes.” Le monopole économique, tout est là.” Dans la superstructure politique du capitalisme monopoliste, la démocratie est dévoyée au profit des puissants ; au monopole capitaliste correspond une aggravation de la réaction, tant en politique extérieure qu’en politique intérieure, un renforcement de l’oppression nationale, liée à un renforcement de l’exploitation des salariés ; la tendance de l’impérialisme à violer l’indépendance et la souveraineté des nations et des Etats les plus faibles.
    “L’impérialisme a toujours été et il reste de nos jours l’obstacle principal au progrès historiquement inévitable de l’humanité.”
    C’est une synthèse de ce qu’écrivait Lénine, il y a plus de cent ans …

  11. Salut, les Audoniens; faites-vous plaisir; allez sur le site du “Groupe Bilderberg”: les Maitres du Monde,
    et lisez, “La véritable histoire des Biderbergers” de Daniel Estulin parue chez “les Editions Nouvelle Terre”;soit, c’est assez indigeste, mal traduit, mais édifiant.

  12. Adisseo, vous connaissez ?
    C’est un partenaire de choix dans les additifs nutrionnels !
    Expert mondial de la nutrition animale !
    1 milliard de chiffre d’affaire !

    La molécule C5, vous connaissez ?
    Si on dit CMR ? vous répondez :
    CANCERIGENE
    MUTAGENE
    REPROTOXIQUE
    36 salariés malades dont 10 morts ! cancer du rein ! presque rien !
    Faudrait pas qu’ils se plaignent, y z ont déjà un emploi !

    Si c’est pas très bon pour les salariés, est ce bon pour un poulet qui a une durée de vie de 40 jours et à qui la C5 est administrée ?

    Y a t il du poulet nourri à la C5 dans l’assiette des enfants des écoles à St Ouen ?
    Et chez Mr Malbouffe licite ou pas licite ?

    La suite dans ce reportage !
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2081

    “Adisseo
    La lutte des classes, avant, on la vivait, et c’était simple. Patron contre ouvrier, rentier contre prolétaire, c’était comme ça. Mais désormais le riche, s’il a toujours besoin du pauvre, n’a pas forcément besoin du pauvre Français. Il peut donc s’en débarrasser, ou menacer de le faire. Et voilà pourquoi l’on est si peu informés sur les cancers professionnels. Chez Adisseo, il y avait eu 36 malades. Dont 10 morts. Et malgré le silence, les salariés ont fini par obtenir gain de cause, relativement ; l’entreprise a été condamnée en 2007 pour faute inexcusable. Et depuis ?
    Un reportage d’Inès Léraud”

    Molécule sur le poulet et dans le fion de tous :
    Malgré la faute inexcusable reconnue par le Tribunal des Affaires Sociales (TAS) c’est la sécurité sociale qui indemnise les salariés !

    Elle est pas belle la vie capitalo productiviste ?

  13. JMP fait comme René et résume le nous en deux lignes puisque tu as eu le courage de le lire.
    Si tu es toujours intéressé par l’Histoire du PCF,je te conseille:”MOSCOU PARIS BERLIN-1939-1941″,éditions Tallandier-2003.
    Ce sont les télégrammes chiffrés du Komintern au PCF et autres partis communistes européens durant cette période,consultés à Moscou depuis l’ouverture des archives d’état russe pour l’histoire sociale et politique(RGASPI).
    Ce livre est édité sous la direction de Denis Peschanski(CNRS) et les auteurs en sont:
    -Bernhard Bayerlein(université de Mannheim)
    -Mikhail Narinski(institut politique des relations internationales de Moscou)
    -Brigitte Studer(université de Berne)
    -Serge Wolikow(université de Bourgogne*)
    “tous figurent parmi les meilleurs spécialistes de l’Internationale Communiste.

    *Un de tes voisins sans doute…

  14. En partenariat avec l’Espace 1789, le Comité Local ATTAC St Ouen propose une projection-débat

    SMALL IS BEAUTIFUL

    MERCREDI 19 JANVIER à 20h30

    Invité : Gilles LEMAIRE (Confédération Paysanne, ATTAC)

    Espace 1789, 2-4 rue Bachelet, 93400 St Ouen
    M° Mairie de Saint Ouen, bus 85

    Pourquoi, comment et au profit de qui la production agricole s’est-elle industrialisée au point de désertifier les campagnes, d’empoisonner l’eau et les sols, de stériliser les paysages, de confisquer les semences et d’affamer des millions de paysans dans le monde ?

    Le film d’Agnès Fouilleux nous révèle pas à pas les mécanismes et les enjeux de la mondialisation et de la financiarisation de l’agriculture, face auxquels des résistances commencent à apparaître.

    http://www.lesfilms.info/F7452FBD-5B9A-4766-8D33-5E053FA345E2.html

    la bande annonce
    http://www.youtube.com/watch?v=G2PQh4rM-4o

    Comité local ATTAC St Ouen
    http://local.attac.org/saint-ouen93/

    ESPACE 1789
    http://www.espace-1789.com/

  15. “Nous apprenons dans l’édition de Sud Ouest daté du 17 janvier que :

    Yannick Chénet, 45 ans, viticulteur à Saujon (Charente-Maritime) s’est éteint samedi soir des suites d’une leucémie reconnue comme maladie professionnelle par la Mutualité sociale agricole. Il avait notamment témoigné dans le film « Severn » de Jean-Paul Jaud sur le danger des pesticides.

    Dans ce long métrage, Yannick Chénet livrait un témoignage poignant sur sa maladie :

    « Les produits qui m’ont empoisonné et ceux qu’on me donne pour me guérir sont fabriqués par une seule et unique firme. »

    Cela fait déjà le 2ème cas d’empoisonnement aux pesticides que nous relatons ici. Il est vrai que la viticulture est le secteur agricole qui consomme le plus de pesticides.

    Cela ne nous concerne certes pas directement à Ma Cantine Bio mais ce cas tragique montre simplement que les 1ères victimes des intrants chimiques sont les agriculteurs eux-mêmes.

    Il est donc urgent de bannir ces substances mortelles de nos champs.

    Merci à Béatrice Jaud pour nous avoir informé de cet article.”

    http://macantinebio.wordpress.com/

  16. Mercredi soir 19 janvier, une trentaine de personnes dans la salle.

    Nicole Amedro est la seule élue présente.
    Elle constate : “Ce système nous mène dans le mur.”

    Que peut faire une municipalité pour s’opposer aux aliments empoisonnés, et exiger des aliments sains pour les enfants des écoles ?

    Et à l’échelon supérieur : le département ?

    Aller voir le film à l’Espace 1789
    Samedi 22 janvier 19h00
    Lundi 24 janvier 18h30

    http://www.espace-1789.com/cinema.php?id=502

  17. ARTE mardi, 15 mars 2011 à 20:40

    NOTRE POISON QUOTIDIEN

    Comment l’industrie chimique empoisonne nos assiettes. Une enquête documentaire alarmante et implacable, menée par la réalisatrice du Monde selon Monsanto.

    Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, cent mille molécules chimiques ont envahi l’environnement, et plus particulièrement l’alimentation.

    Des résidus de pesticides subsistent sur les fruits et légumes, des additifs alimentaires sont intégrés dans les plats préparés, et les emballages en plastique sont monnaie courante.

    Parallèlement, au cours des trente dernières années, les cancers, les maladies neurologiques telles que Parkinson ou Alzheimer, et les troubles de la reproduction ont considérablement augmenté dans les pays développés.

    Existe-t-il un lien entre cette inquiétante évolution et le déferlement des substances chimiques dans nos assiettes ?

    http://robin.blog.arte.tv/category/notre-poison-quotidien/

  18. Après la projection de Water Makes Money, de Small is beautiful et de Noir Coton, et

    dans la perspective de la nouvelle POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE (PAC) en 2013,

    le comité local ATTAC Saint Ouen vous invite à un débat sur les politiques agricoles mondiales

    Avec Mathieu CALAME, ingénieur agronome de la Fondation Pour l’Homme

    VENDREDI 27 MAI 2011, à 20h,
    SALLE BARBARA, 5 rue des Écoles

    Entrée libre

    Au XXème siècle après la seconde guerre mondiale, la révolution verte a fait bondir la production agricole dans les pays développés :

    Que faut-il en penser?

    Qu’est-ce que le cycle de minéralisation des terres ?

    Comment les peuples peuvent-ils se nourrir le XXIème ?

    Quels exemples l’histoire de l’agriculture nous donne-t-elle ?

    Qu’est-ce que l’agro-foresterie ?

    Quel rôle des technologies ?

    Quels échanges mondiaux ?

    Quelles politiques agricoles mondiales, face au défi environnemental et climatique ?

    Matthieu CALAME nous emmènera dans les coulisses de « la tourmente alimentaire » : défis à relever, solutions à mettre en œuvre, rapports de force et négociations en cours…

    Toutes ces informations seront présentées et débattues avec les simples citoyens que nous sommes, pour comprendre, prévenir des chocs sociaux et démographiques violents, et défendre les enjeux cruciaux à venir.

    Site internet et contact
    http://local.attac.org/saint-ouen93/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *