Comités approximatifs ?

Mis en place à l’initiative du Maire, les Comités dits « participatifs » devaient ressourcer la démocratie locale avec à la clef, une gestion plus efficace du quotidien dans nos quartiers et un dialogue de proximité sur les grands projets de la Ville.
Après de nombreux mois d’expérimentation, il y a loin de la coupe aux lèvres.
C’est hélas les nouveaux convertis aux vertus de la participation des habitants qui mènent le bal. Ces comités sont donc exclusivement dirigés « d’en haut ». Les échanges lors des réunions sont souvent cantonnés au traditionnel « questions-réponses » entre habitants et (quelques) élus.
La participation citoyenne ne se décrète pas elle se construit. Les techniciens, tables rondes, photos et caméras ne remplacent pas une élaboration patiente, modeste et plurielle avec les citoyens les plus actifs et les responsables associatifs.
Les audoniens, parfois nombreux, à ces diverses rencontres se lassent des faux semblants.  Ils attendent du concret avec des étapes palpables, des informations précises,  une concertation avec de vraies questions à arbitrer.
Premières propositions : associer toute la majorité municipale à la réflexion sur ce sujet, rendre plus autonomes les Comités de « quartier » (ordre du jour, calendrier, pilotage).
Au delà, il convient de mettre en place d’autres outils indispensables pour une véritable démocratie locale : un Comité des Résidents étrangers, un conseil consultatif des jeunes, une maison des associations.
Eric Pereira-Silva
À Saint-Ouen n° 4 mars 2003

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *