Surplace(s)

Loin des grandes manÅ“uvres électorales, et des sauveurs de société (voire de planète), la vie suit son cours. A Saint-Ouen comme ailleurs.
Ainsi, depuis plusieurs mois notre bonne vieille place Jean Jaurès devant la maternelle et le collège, au pied de la Mairie, et face au Commissariat, devient-elle inexorablement un parking sauvage au vu et au su de tous.
La faute à qui ? A pas de chance.
Des élus aux techniciens, en passant par la police (nationale) chacun déplore cette situation curieusement d une rare complexité.
Accablé par la façade de la patinoire, pauvre corridor d accès au métro pour les habitants, parvis sans âme d un important collège, parking de service pour la mairie, cet espace avait pourtant déjà « son compte ».
Vague espoir : qu avant la publication de ses lignes, des esprits facétieux et habiles stoppent net cet envahissement automobile.
Au-delà, quel devenir pour cet espace d un hectare, en centre ville, agrémenté de platanes centenaires plus proche aujourd hui du no man s land que d une place urbaine ?
Hasardons quelques idées : supprimer le stationnement de surface (Mairie et autres) par un petit parking public enterré (sous le parvis du collège), traiter les sols avec des matériaux nobles, engazonner une partie de la place, imaginer un éclairage valorisant arbres et bâtiments, installer une aire de jeux pour enfants, reconstruire le kiosque à musique…
En un mot : un projet !
Prochainement dans la même série : « chantier médiathèque et Place de la République »
Eric Pereira-Silva
À Saint-Ouen n°15 mars  2004

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *