Collectif et unitaire

 

Photos de l’assemblée et des groupes de travail ce 14 février (à suivre)

Les idées, le projet, l’engagement, le renouveau pourraient peut-être prendre le pas sur les rivalités d’appareils ou les ambitions personnelles stériles. C’est du moins l’ambition d’un nouveau collectif citoyen qui souhaite ouvrir un nouveau chemin pour Saint-Ouen en 2020. Après les préliminaires, Acte 1 : une première réunion publique ce 14 février avec un échange sur les bases d’un futur projet alternatif.

CONSTRUIRE UN PROJET PARTAGÉ POUR NOTRE VILLE

« Saint-Ouen alternative municipale 2020 »… c’est le nom (provisoire) du collectif unitaire et ouvert regroupant désormais, en ce début février 2019, plusieurs groupes de citoyens actifs de sensibilités diverses qui ont récemment signé un appel commun pour une autre politique municipale à Saint-Ouen (1).

Il s’agit d’ouvrir en 2020 une nouvelle page pour notre ville et ses habitants. Sans revanche ni restauration d’un passé révolu mais avec l’objectif de construire un autre rapport entre citoyens et élus.

En ce sens, la priorité est aujourd’hui de jouer collectif, de rassembler toutes les forces citoyennes de Gauche et bien au-delà, en dépassant les logiques d’appareils, en élaborant un projet partagé ambitieux et crédible dans le contexte contraint des collectivités locales.

Après les vœux le 31 janvier du collectif qui s’est constitué (réunissant les signataires de l’appel et leurs invités), il est proposé à présent  :

une première réunion publique

pour échanger sur des propositions pour une alternative municipale

(sous formes de « tables rondes » sur différentes thématiques )

jeudi 14  février 2019

à 19 h à la salle Barbara (rue des Ecoles)

(1)

(2) Voeux des signataires de l’appel et leurs invités le 31/12/2019 (et quelques visiteurs)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions au sujet de « Collectif et unitaire »

  1. Après JR, une nouvelle candidature (la tête de liste n’est pas encore connue mais c’est normal c’est encore trop tôt). Des noms inconnus et d’autres connus.

    Première critique : La défense de mains d’oeuvres. Le côté « élitiste » de ce lieu n’incline pas à le défendre. En revanche entièrement d’accord pour la défense des jardins de Guinot. Interrogation quant à l’absence de la défense des jardins de l’Impasse Juif ?

    Ca commence à bouger. A suivre en attendant d’autres candidatures.

  2. une première réunion publique

    pour échanger sur des propositions pour une alternative municipale

    (sous formes de « tables rondes » sur différentes thématiques )

    jeudi 14 octobre 2019

    à 19 h à la salle Barbara (rue des Ecoles)

    Le 14 octobre ? On n’a le temps.

    • Quel balot je suis ! Merci Joseph, je comprends pourquoi il n’y avait personne …même pas vous.
      J’ai corrigé mais c’est trop tard j’espère que les gens ne viendront pas tous le 14 octobre !
      EPS

  3. Les jardins GUINOT ont eu l’opportunité d’accepter un partage des lieux (qu’ils ont initialement squattés) avec une crèche parentale (on se plaint assez, sur ce blog aussi d’ailleurs, du manque de places). Malgré l’intérêt de ce compromis (la légalisation), cela a été refusé. Maintenant, le projet en paye les conséquences: Voilà où mène l’extrémisme !
    De plus, sur le fond, un jardin qui utilise plus de la moitié de sa surface pour une buvette+ping pong+babyfoot pose des questions ! Enfin, en parlant d’élitisme, la population utilisant ces jardins (non public, il faut le code d’un cadenas) semble bien uniforme….!

    • cher audonien de papier, ou en carton?
      Impressionnant de parler d’extrémisme!! Les mots ont un sens quand même!! Avez-vous une connaissance précise des conditions de cohabitation avec une crèche parentale? C’était la disparition programmée des jardins.
      Par ailleurs, si l’espace réserve de la place au ping pong et baby foot c’est parce que l’association n’ a pas voulu détruire les aménagements existants (en particulier le sol). Par ailleurs, ces activités ont pour conséquence la fréquentation du lieu par des jeunes qui ne viendraient pas regarder pousser les tomates… Visiblement vous ne fréquentez pas souvent le lieu pour apprécier la diversité de ces occupants. J’aurais bien aimé vous dire que vous êtes le bienvenu!
      Un habitant en chair, en os et pas anonyme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *