Wonder(full) ! *

Capture d’écran 2016-06-07 à 23.37.23Capture d’écran 2016-06-07 à 23.37.55Capture d’écran 2016-06-07 à 23.39.28

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Ainsi, William Delannoy, l’opposant d’hier qui fustigeait toute idée de logements dans les Puces met sur les rails un projet pharaonique de 520 logements sur l’ancien site industriel Wonder pollué et enclavé. Un projet qui n’a visiblement pas convaincu les services de l’Etat.

A l’évidence une belle chape de plomb entoure cette opération immobilière géante répondant au doux nom de « Village des Rosiers ». Malheureusement pour les cachotiers, malgré les fumigènes et l’information au compte gouttes, on découvre tout bêtement un élément de la procédure du Permis de Construire (à l’instruction) sur internet : l’avis de la Direction Régionale et interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie de l’Ile de France (DRIEE pour les intimes).

Une note technique de 10 pages, rédigées par des fonctionnaires de l’Etat (ingénieurs, architectes, urbanistes, juristes…) qui ne sont ni des plaisantins ni de dangereux bolchéviks et signée par le Préfet de Région. Hélas, beaucoup de « remarques » avec de fortes « recommandations » sur beaucoup (trop) d’aspects du projet qui recoupent notamment nos critiques sur ce blog relatives à la pollution, la circulation ou l’insertion urbaine.

Autant dire que cette opération, qui ignore singulièrement la notion de transparence et son environnement pourrait avoir quelques difficultés à se concrétiser rapidement. Malgré une partie tournée vers l’activité des Puces (commerce, hôtel, services), dans sa globalité elle risque d’être plus un handicap qu’un atout pour ce pôle touristique majeur et pour toute cette partie de la ville.

Loin de penser qu’il n’y a pas de solution pour ces 2,6 ha en friche depuis 30 ans, on peut raisonnablement penser qu’il y a mieux à faire dans l’intérêt bien compris de l’opérateur privé et de la ville de Saint-Ouen avec, dans une vision d’ensemble, un minimum de concertation et d’imagination .

Pour l’heure, alors que William Delannoy n’a pas soufflé mot de cet avis devant le Conseil municipal, nous invitons chacun à jeter un coup d’oeil à son résumé et pour les curieux a lire attentivement la dizaine de pages qui suivent et fort instructives .

le document complet :

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Avis_AE_-_Projet_de_construction_de_l_ensemble_immobilier_Village_des_Rosiers_a_St_Ouen_93_-23_Nov-_2015-2.pdf

EPS

 

* traduction de l’anglais au choix :

Wonder (merveille, miracle, prodige, stupeur… )+ Full (plein, complet, rempli, gonflé, débordé…) = Wonderfull ( formidable, magnifique, extraordinaire…)

voir notre article précédent : Nom de code : AH70

 

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

37 réflexions au sujet de « Wonder(full) ! * »

  1. La pollution des sols n’est pas une entrave à la bétonisation puisque la municipalité précédente a fait construire 4000 logements sur les terrains pollués des Docks.
    Pour mémoire et les néo-audoniens si ils ne le savent pas déjà, Alsthom y fabriquait des transformateurs avec du pyralène.
    http://www.leparticulier.fr/jcms/c_43128/un-plan-national-pour-eliminer-le-pyralene.

    Et la bétonisation continue sous l’ère Delannoy. Le projet de l’ère Rouillon de construction sur le terrain du jardin de l’impasse juif viendrait en délibération au prochain CM.
    Les habitants du quartier et les usagers du jardin prévoient de sensibiliser les élu(e)s pour conserver voire étendre ce jardin.

  2. Amis. Adversaires. Circonspects,
    Sachez que si les suzerains changent les marchands restent..
    30 ans de perdu. Combien sous et par JR.
    52O logements : combien pour les audoniens et de quel type?
    Quelle contrepartie pour la ville ? Un gymnase, une salle des fetes, l extension des ecoles concernees. Une salle des feted. Et si pas d enfants quel service pour nos tempes grises.
    Toute chose posee avant wd et qui se pose aujourd hui avec lui.
    Aujourd hui ce n est pas de demander sa demission comme certains le reclament mais d’obtenir une transparence la plus grand dans ce perimetre à amenager enfin..

  3. C’est donc bien la preuve qu’un projet existe et qu’il fait même l’objet d’études de la part des services de l’Etat. Cette opacité et cette volonté délibérée de ne pas informer les habitants est insupportable. En tous les cas à la lecture de l’analyse qui en est faite il s’avère que de nombreuses lacunes existent et peuvent aider ceux qui ne veulent pas de ce méga projet qui ne respecte en rien le cadre dans lequel il est envisagé. Quel dommage en effet de ne pas conserver un peu de ce patrimoine industriel même en le transformant, mais qui fait l’originalité de Saint Ouen et de ce quartier.

    • Mais quelle opacité ? Nous sommes parfaitement informé de la nature de ce projet, il nous suffit de lire les journaux, regarder les séances du conseil municipal ou même de consulter ce site.
      Après que le projet ne vous plaise pas c’est un autre problème mais cessez de crier sans cesse au loup ça devient fatiguant.

      • C’est à la municipalité d’informer et surtout de CONCERTER ! Jusqu’à preuve du contraire il n’y a eu aucune réunion organisée sur le sujet. Quel est le promoteur ? Quelles sont les typologies des appartements ? Les espaces verts seront ils ouverts ? Quelles sont les études sur la privatisation de la rue Biron ? Qu’elles sont les capacités des écoles à proximité pour recevoir la population nouvelle ? Comment est envisagée la gestion du chantier sur une parcelle aussi contrainte ? …

  4. D’abord merci pour ce rapport qui, effectivement, conseille la mairie de manière très claire.
    En effet, quand on voit le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, il faut y voir une AIDE extérieure apportée aux services de notre ville.
    Ceci est un projet qui n’est pas visiblement pas finalisé. S’il avait été présenté tel qu’avancé et non abouti, vous en auriez taxé WD d’amateur. Il faut savoir ce que l’on veut!
    Soyez patients, et, si le projet se concrétise, vous jugerez un projet fini.
    A ce moment là, et inutile de pleurer avant d’avoir mal, des recours administratifs seront toujours possibles.

    • @ voisins des Puces

      Merci pour ce complément d’information et votre vigilance citoyenne. Ça compense l’omerta municipale sur le sujet qui peut difficilement être le signe de bonnes surprises.

      A priori des éléments manquants ont été transmis avec quelques précisions. Pour l’essentiel, a lire le résumé de cet avis n°2, très récent, le propos reste le même et les problèmes de fond sont toujours pointés notamment la pollution, la circulation et le stationnement.

      Il ne fait pas de doute, que de nombreuses étapes juridiques, techniques et administratives sont en vue au regard de l’énormité du projet inversement proportionnel à sa mise au point avec tous les partenaires concernés. Ainsi il est assez probable que d’autres avis obligatoires soient d’un « enthousiasme mesuré ».

      Malgré la fringale bâtisseuse de notre Maire et de ses nouveaux amis, on ne risque pas le point de côté.

      On y verra plus clair quand le permis de construire sera « purgé »(des recours éventuels) avec le plan de bataille de la phase dépollution des sols. Ce n’est sans doute pas exactement pour demain matin.

      Au delà de la critique, la bonne nouvelle c’est que ce secteur Wonder oublié, pollué et enclavé devienne aujourd’hui un enjeu.
      Sous réserve, d’être sérieusement revu et corrigé, ce projet qui est un problème pour tout son environnement aujourd’hui peut devenir un atout demain.

      Une densification revisitée, un phasage réaliste, une articulation possible avec les secteurs riverains, un vrai plan de circulation et de stationnement (intégrant l’accessibilité aux transports en commun), un programme d’habitat seulement tape à l’oeil se résumant à de la « défiscalisation » (propriétaires non occupants), une analyse de l’impact sur les équipements publics induits (dont écoles, centre de loisirs, espaces verts de proximité …

      Les sujets a aborder (publiquement) ne manquent pas pour une opération privée (comme publique d’ailleurs) surtout de cette envergure et a cet endroit.

      Que les apprentis sorciers qui veulent aller plus vite que la musique ne se méprennent pas : tout le monde a l’arrivée y gagnera beaucoup de temps… et d’argent.

      EPS

    • Ce qui est anormal c’est que pour un projet de cette ampleur la population ne soit pas un minimum associée à la réflexion. Cette idée saugrenue qui veut qu’un Maire puisse penser être légitime durant 6 ans pour décider de tout alors qu’il a été élu avec 6300 voix sur une population de 47 000 habitants doit être dépassée. Qu’il soit cohérent avec son programme qui faisait référence à la concertation sur les grands projets et vienne devant les Audoniens pour exposer les projets. Et ce avant avant qu’ils soient ficelés et purgés des recours…

        • Isengrin,

          Une démocratie autre que représentative pourrait effectivement interroger l’ensemble de la population sur ce projet. Ce n’est pas le cas.

          Ton commentaire et un autre de la même eau me font irrésistiblement songer à feu Bentollila maire adjoint à l’urbanisme sur la période 2002-2008.

          Lors d’une réunion de feu le Pôle Citoyen qui réunissait des unités, terme de langage de l’époque pour désigner des individus qui ne devaient représenter qu’eux mêmes dans ce Pôle Citoyen, Bentollila me rétorqua dans une conversation :

          « Nous avons été élus, nous faisons ce que nous voulons »

          Lui et eux aussi de la majorité d’époque avaient été élus avec grosso et merdo, 50% de 50% soit 25% d’inscrits sur les listes électorales.

          Y aurait-il une similitude dans la façon de bétonner la ville entre un homme se réclamant de gauche Bentollila et un homme se réclamant de droite Delannoy ?

          • C’est triste mais notre république est ainsi faite : l’élu a la possibilité de demander à une instance d’opposition ou non, citoyenne ou non, selon ce qu’il désire. Sur ce coup là, il décide de ne pas le faire… Le seul moyen est de lui faire comprendre de son erreur (ou pas) par les urnes. Hollande aurait pu demander à ses députés de voter la loi travail, il ne le fait pas. Il aurait pu faire un référendum, il ne le fait pas. Il pense qu’il va repasser en 2017. Ca reste possible… WD demande à être jugé sur son résultat. Nous verrons donc à ce moment là. Tout comme « nous » (le peuple) avons jugé JR et sa team sur son résultat et en fonction de ce qu’il y avait en face. Donc oui, WD, comme Mr Bentolilla à l’époque a le droit de faire les choses comme cela… En même temps, si sur chaque projet on demande via un référendum l’avis de chacun, on sait déjà que ceux qui s’expriment sont en général la minorité qui est contre, les autres ne se déplacant pas (C’est triste mais c ‘est aussi un fait). Et du coup, l’élu ne peut rien faire … et est accusé de n’avoir rien fait lors de son bilan, et ne peut s’abriter derriere des votes citoyens d’opposition puisqu’on lui rétorquerait alors qu’il n’avait qu’à démissionner puisque n’ayant pas l’adhésion du peuple (de la minorité qui s’exprime). Et dans ce cas, A quoi servent les élections ?

              • Pessimiste n’est pas le terme que j’emploierai. Je dirai réaliste, un peu ce que disait Churchill (je crois) : la pire des solutions à l’exception de toutes les autres… On voit bien que le système actuel est à bout de souffle. Il y a de la contestation sur à peu près tout et pourtant, l’abstention aux élections n’a jamais été aussi élevée. C’est un paradoxe sur lequel les politiques s’équilibrent avec plus ou moins de difficultés. Dans le cas de William Delannoy, Je ne pense pas que les audoniens (dans leur majorité) lui tiennent grief d’avoir transformé des toilettes sauvages en un nouveau bâtiment tout neuf avec commerces, juste parce qu’il n’a pas demandé l’avis de la population sur le sujet. Dans le cas de François Hollande, j’ai beaucoup plus de doutes…

              • EPS, ci dessous le témoignage d’une ex élue sur la démocratie (participative, consultative etc..) à propos de l’aéroport Notre Dame des Landes

                ——————————————

                Françoise Verchère a été maire de Bouguenais — une ville proche de Nantes — entre 1993 et 2007. Elle est porte-parole du Cédpa (Collectif des élus doutant de la pertinence du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes).

                Elle vient de publier Notre-Dame-des-Landes, la fabrication d’un mensonge d’État aux éditions Tim Buctu.

                Reporterre — Es-tu désabusée par ces processus de débats publics et de commissions d’expertise, formellement démocratiques mais qui masquent des décisions déjà prises ?

                Françoise Verchère — Désabusée, oui, sans doute. Quand j’étais maire de Bouguenais, j’ai pratiqué ces procédures. Naïvement, je pensais qu’on faisait quelque chose de bien. On avait une haute opinion de l’intérêt général. Mais je n’avais pas vu les éventuels travers. En revanche, je me souviens d’avoir fait machine arrière en revenant sur une décision publique, d’ailleurs sans pression populaire ni contestation. On avait acheté les terrains pour bétonner un espace et on a failli céder à la demande des grandes surfaces, Ikea, Leclerc… La déclaration d’utilité publique était faite, les expropriations aussi.

                Tout change avec l’expérience de Notre-Dame-des-Landes : dans ton livre, tu écris « tromperie sur la marchandise »…

                Oui. Là, j’ai pu décortiquer ces processus, d’abord la Commission du débat public en 2003 puis les commissions mises en place par Jean Marc Ayrault en 2013 [après l’échec des expulsions lors de l’opération César]. A ce moment, j’y croyais encore.

                La désillusion est arrivée en travaillant avec la commission présidée par Alain Richard [1], qui a produit un fort travail d’analyse dans le but de rénover les débats publics, pour finir par une ordonnance décidant de la consultation à Notre-Dame-des-Landes.

                La rénovation par ordonnance du débat public montre que c’est une démocratie de façade…

                La suite
                https://reporterre.net/Le-fond-de-l-affaire-de-Notre-Dame-des-Landes-c-est-des-gens-qui-veulent-se

  5. Eric, crois-tu que ce « Wonder(full) » pourrait trouver une extension « Bauer(less) » dans l’inconscient immobilier de l’édile audonien ?

  6. je vois que vous ne changez pas toujours a tirer sur notre MAIRE toujours a crié au LOUP avec les années vous ne vous arrangez pas bien au contraire que de haine et méchancetée a vouloir prendre sa place mais vous n y arriverez pas ou alors comme avec alihollande il y aura toujours des imbéciles pour y croire

    • @ Marie-France

      « Alihollande » c’est votre dernière blague raciste a deux balles. Prenez garde a vos propos et allez vomir ailleurs.

      • POURQUOI MA DERNIERE  » BLAGUE  » JE NE VOUS AIMES PAS VOUS ETES QUI POUR ME DIRE CE QUE JE DOIS FAIRE A MES YEUX VOUS N ETES RIEN C EST VOUS QUI ALLEZ VOMIR AILLEURS.

        ON EST EN PAYS LIBRE PAS ENCORE ISLAMISE ON EST EN FRANCE OK ALORS J ERIS CE QUE JE PENSE POINT BARRE.

        JE VOUS QUITTE SANS REGRETS VIVEMENT 2017 VIVEMENT NICOLAS.

        modération : surtout avec de tels propos indignes continuer à soutenir Willy et Nico, ça va bien les aider. Adieu ! Ce coup ci c’est sans appel, même pour illustrer vos engagements significatifs et votre bêtise légendaire.

  7. Projet navrant, loin de ce site unique au monde qui mériterait plus qu’un projet immobilier démesuré par rapport à l’environnement proche.
    Quid des annonces faites par Hervé Giaoui :
    – en 2013 sur les 25 000 m2 de l’ancien site des Piles Wonder devant à terme être consacrés à l’histoire du design « Nous avons l’ambition de réunir toutes les grandes marques pour qu’elles puissent présenter leur vintage, mais aussi de grands jeunes designers pour qu’ils puissent s’exprimer ailleurs que dans des galeries boulevard Saint-Germain, et je voudrais ramener aussi autour de cet espace les meilleurs artisans de France »,
    – en 2015 où il devrait y édifier trois bâtiments pour accueillir 200 à 300 logements avec des terrasses ou jardins suspendus, une salle de sport, des bureaux, des réserves pour les puciers ou les collectionneurs, et un pôle d’artisanat d’art qui ferait face au marché Biron. « Nous utiliserons des matériaux de type industriel, pour garder l’esprit. Pour une animation permanente du lieu, il y aura des commerces de bouche, peut-être des marques historiques de la mode et de la maroquinerie, une salle de vente, des créations contemporaines mais pas banalisées; et nous allons réaliser un hôtel-restaurant avec Philippe Starck et Philippe Amzalak. On me taxe de spéculateur : je suis un capitaliste, c’est vrai, mais je veux créer un concept, une marque; je préfère gagner moins en faisant plus beau. »

    Beaucoup d’annonces pour arriver à un projet de 500 logements avec des bâtiments pouvant atteindre R+8 et jouxtant un site classé pour son atmosphère en 2001….
    Bon courage aux futurs habitants qui connaîtront les joies des usages partagés avec les marchands : circulation, nuisances sonores une grande partie du we dans un quartier qui est avant tout un site touristique et marchand, peu compatible avec les attentes d’accessibilité et de tranquillité d’habitants potentiels.

  8. Il fut un temps où la Semiso avait projeté un hôtel des ventes.
    Avec la nouvelle majorité, nous ne pouvons pas espérer grand chose autre qu’un rapport usurier d’exploitation de la surfaceconstructible. C’est dommage.
    Les opposants pourront multiplier les recours et négocier quelque argent.
    D’autres, pourront essayer d’obtenir des éléments d’information et négocier de meilleurs apports sociaux et culturels publics avec un partage des espaces verts.
    Pour le reste, les chats ne font pas des chiens.

  9. Enquête publique sur la modification du Plan local d’urbanisme de Saint-Ouen
    Du 20 juin au 20 juillet
    Du 20 juin au 20 juillet, une enquête publique sur le projet de modification du Plan local d’urbanisme de la commune de Saint-Ouen est organisée. Quatre permanences du commissaire enquêteur sont organisées au centre administratif Fernand Lefort – UT Droit des sols, au 6 rue de la République, à Saint-Ouen.

    Voici les dates de ces permanences :
    Lundi 20 juin de 14h à 17h30
    Mercredi 29 juin de 9h à 12h
    Samedi 2 juillet de 9h à 12h
    Mercredi 20 juillet de 14h à 17h30
    > Consulter l’avis d’enquête publique :http://www.plainecommune.fr/fileadmin/Mediatheque_de_Plaine_Commune/Portail/DOCS/ACTUS/Avis_PLU.pdf

  10. Toujours coté urbanisation, William Delannoy marche dans les traces de Jacqueline Rouillon.

    Dans le traité de concession du secteur Pasteur-Zola, la SEMISO prévoit toujours l’urbanisation du jardin de l’Impasse Juif.

    Le point 37 de l’OJ du CM du 27 juin propose l’approbation de l’avenant n°2 à la concession d’aménagement du secteur Pasteur-Zola

    http://richpublisher.endirectv.com/window.php?OPE_ID=2451&TFE_TYPE=LIVE&NOREDIRECT

    Que diront les élu(e)s de « gauche » de la majorité sur la continuité de ce projet d’urbanisation ?

    Que diront les élu(e)s de « gauche » de l’opposition ?

    Le blog du Jardin de l’Impasse Juif
    http://impjuif93400.blogspot.fr/

    • « Toujours coté urbanisation, William Delannoy marche dans les traces de Jacqueline Rouillon. »

      En juin 2016, avec 6 mois d’avance, j’écrivais ce que j’ai dit en réunion publique le 5 décembre 2016 sur la présentation du PLU.
      Jacqueline était présente dans la salle.

  11. Sur le site en question on trouve d’autres info sur des gros dossiers,

    66 rosiers construction de 14 000 m2 comprenant 150 logements étudiants, 149 ch hôtel, 4000 m2 bureaux et 105 places de stationnement,

    Ex valéo 14 952 m2 comprenant 234 logements et 170 places de stationnement,

    Ainsi en peu de temps on va avoir sur la rue Rosiers 89 000 m2, 750 logements et environ 1000 places de stationnement,

    Pour des élus qui critiquaient l’ancienne municipalité de trop bétonner, respect !

  12. Vu sur le site de l’express:
    http://votreargent.lexpress.fr/bourse-de-paris/bnp-paribas-lancement-de-2-programmes-immobiliers_1844385.html

    DMG & Associés encore à la manœuvre!
    Quelqu’un dans un post que je ne retrouve plus critiquait Rafadjou l’accusant d’être l’architecte « officiel » et d’avoir beaucoup construit sur S.O.
    Je serai curieux de comparer le nombre de permis déposés entre Rafadjou et le nouvel architecte Levalloisiens en chef

    • @ audonien moyen

      C’est cela !
      R+7 et R+8 en vis à vis de part et d’autre de la rue Marie Curie prolongée comme le montre la coupe figurant au Plu adopté dans une grande discrétion. Sans doute pour limiter les dépenses de communication inutiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *