Echos des tribunes

Petit incident technique regrettable, la photo du rédacteur de ce billet mensuel a malencontreusement disparu de la précédente édition du magazine.
Bien plus préoccupant, sur la même page, un encadré justifiait le refus de publier la prose d un élu de l opposition.
En l état cette censure pose plus de problèmes qu elle n en règle :
– Ce conseiller, familier des dérapages populistes et des propos indignes en séance publique du Conseil municipal, semble en tout état de cause incapable de maîtriser ses propos dans sa fonction d élu.
– Dans ce cas précis, plusieurs composantes de la majorité considèrent les lignes incriminées comme tendancieuses et malveillantes mais avec un caractère « diffamatoire » restant discutable. Nuance.
Une décision un peu collective aurait donc été la bienvenue.
– L opposition toujours un peu gênée par cet encombrant condisciple, et même celle boycottant ces « expressions libres », ne manquera pas de faire son miel du refus de publication en entretenant la suspicion.
– La municipalité n a rien à cacher, bien au contraire ! Des arguments précis et vérifiables auraient été une réponse bien plus appropriée et utile pour les lecteurs.
Dans un souci de transparence deux suggestions pour l avenir :
– publier, en exergue de ces tribunes, les règles qui régissent les « contributions (qui) n engagent pas la rédaction du journal ».
– réunir (enfin) pour ce Magazine un Comité éditorial (pluraliste) permettant d améliorer la qualité et le contenu de l information.
Eric Pereira-Silva
À Saint-Ouen n°31 juillet 2005

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *