Place(s) de la mairie : sortie de l’oubli !

On y est presque…

Ce mercredi 14 septembre 2022, le maire et son adjoint à l’urbanisme ont dévoilé au public (et peut-être à une partie de leurs propres collègues élus)[1], l’avant-projet d’aménagement des places de la République et Jean Jaurès. Beaucoup d’habitants présents ont appris, en tombant des nues, qu’il y avait eu une concertation sur le sujet en novembre 2021 !

Au-delà, des envolées lyriques des deux élus, une présentation des techniciens assez claire (que ceux qui sont connectés retrouveront sur le site de la ville).[2] A l’issue de la présentation, de nombreuses questions des personnes présentes (cf. le compte rendu de D. Garcia en commentaire). Sur le sujet patinoire (en limite du périmètre opérationnel), Le maire et son adjoint ont clairement indiqué que la patinoire c’est fini ! Le bâtiment sera réhabilité pour accueillir un autre équipement public (non défini à ce jour)[3].

Évidemment (cf. images ci-dessus),  ce projet vient de loin (une dizaine d’années). C’est d’ailleurs, sous « l’autorité » de Paul Chemetov[4], déjà en charge du sujet, que travaille la nouvelle équipe technique. Disons, qu’au stade actuel, on cueille plutôt un fruit mûr[5].

Dès lors, un projet  beaucoup plus abouti intégrant l’arrivée de la ligne 14, le déplacement des arrêts de bus, l’engagement des travaux sur V. Hugo, une plus grande place pour vélo…

Cette opération majeure d’aménagement du quartier de la mairie est portée par la Ville de St-Ouen, Plaine Commune et le Département. L’aménagement comprend la voirie (voitures, vélos, bus), des espaces publics piétonnisés, l’éclairage, l’assainissement et la végétalisation d’ensemble (dont de nouvelles plantations)[6].

Le tout avec des périmètres « opérationnels » distincts et le phasage suivant : place de la République achevée à l’« été » 2024  et place Jean Jaurès « courant 2025 ».

Le bâtiment, de la désormais « ex » patinoire, promis à des jours meilleurs, borde l’opération (sans l’intégrer).

« Eté 2024 », une échéance affichée très tendue.  En effet, on voit mal un chantier perdurer si tard à proximité d’un site olympique (le Village des athlètes) et à 5 semaines de l’ouverture des J.O. (26 juillet-11 août »). Mais bon, ce n’est pas interdit d’être optimiste ![7]

Sur la perspective en 3 dimensions on ne visualise pas même une esquisse d’articulation avec le carrefour Bauer-Dhalenne (et l’accès principal à la ligne 14 !). Dommage !

Il faut par ailleurs, de bons yeux, pour comprendre que l’actuel cheminement piéton entre la pharmacie à gauche de la marie et la salle Barbara vers le secteur Cordon-Monet, longera désormais la rue D’Alembert et la patinoire (un endroit particulièrement glauque aujourd’hui (cf. photos).

 En écarquillant les yeux, on peut même penser que la voie du Dr Bauer côté place jean Jaurès pourrait être dédié aux piétons et aux vélos. Ceci serait ainsi l’occasion de reconstituer une façade urbaine côté pair de la rue du Dr Bauer (entre l’angle salle Barbara et rue de l’Union) comme dans une précédente étude (cf. plan schématique ci-dessous).

Le bâtiment de l’«ex» patinoire devant être conservé et « sublimé » dans un autre usage, le Franprix  déplacé à quelques pas (côté impair). Il est donc tout à fait possible et souhaitable de garder une transparence vers la place Jean Jaurès sous l'”ex” patinoire. Mieux, l’occasion de renouer avec l’histoire du quartier en reconnectant (en traversée piéton) la rue Emile Cordon avec la rue d’Alembert pour rejoindre la place de la République.

Un dossier qui mériterait, comme d’autres, de mettre en place un comité de suivi citoyen ?

Eric PEREIRA-SILVA

[1] Le maire et son adjoint entourés d’une douzaine d’élus en rang d’oignons visiblement pour jouer les figurants

[2] https://fr.calameo.com/read/0008559189742bdaafd0e?page=1

Pour les autre,  les non ou peu connectés,  attendre le journal municipal ou demander aux élus de leur quartier.

[3] Plan de communication bien huilé : au petit matin du jeudi 15 septembre (lendemain de cette réunion), on découvrait une pleine page dans le Parisien sur la patinoire et son devenir. Un article d’un fidèle journaliste révélant les avis « personnels » de K. Bouamrane et Adèle Ziane (tombé) en pâmoison devant l’architecture de la patinoire.

[4] Paul Chemetov est le concepteur de la patinoire mais, rappelons-le : le choix de cet équipement, de son architecte et du projet… c’est une décision, un choix ,de l’équipe municipale d’alors conduite par Fernand Lefort. Sans oublier que le trou béant du quartier où s’est construite la patinoire a été créé par l’expropriation par l’Etat (DDE) de tout le front bâti pour créer un souterrain routier entre Bauer et Dhalenne. Un projet au final abandonné.

[5] Pour mémoire (entres autres) 2 articles publiés sur ce blog l’un en 2003, l’autre en 2008 :

http://www.soignetagauche.fr/2019/08/places-de-la-mairie/

http://www.soignetagauche.fr/2003/03/surplaces/

[6] Par contre, et sauf erreur, pas un mot ni une ligne sur les financements des différentes opérations/

[7] Entre parenthèse sur les délais, les travaux sur le boulevard Victor Hugo (RD410 qui se prolonge jusqu’au carrefour Dhalenne-Bauer), ont semblé s’arrêter et avoir pris déjà beaucoup de retard. Nos deux conseillers Départementaux (Karim. Bouamrane et Emile Lecrocq) pourraient sans doute nous en dire plus.

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

3 réflexions sur « Place(s) de la mairie : sortie de l’oubli ! »

  1. Les principales modifications envisagées et remarques ou questions des participants à la réunion :

    La réduction du nombre de voies pour les véhicules motorisés au profit de pistes cyclables
    On aimerait consulter l’étude du département sur l’évolution du trafic routier de la départementale. C’est une zone de passage entre Clichy, Paris et le carrefour Pleyel, est-on sûr que le trafic va baisser (Hôpital à venir) et que la réduction des voies n’apportera pas des embouteillages supplémentaires et donc une hausse de la pollution ? Quid de la sécurité des cyclistes pour la traversée des différentes voies ?

    Le déplacement des stations de bus vers la rue Dhalenne
    Prendre en compte le déplacement des personnes à mobilité réduite et l’emplacement des stations pour éviter les embouteillages sur le carrefour.

    200 places de parking vélos (station vélib + 2 autres points de stationnement vélos.)
    Le triplement de la végétation actuelle dont 60 arbres de grande taille (3 300 m2) et des canaux de récupération d’eaux pluviales
    Il faudrait de la pelouse.

    Des dalles poreuses pour les cheminements
    Peut-on envisager des cheminements secondaires en terre sablonneuse, un espace pour de la danse urbaine, des toilettes publiques, la piétonnisation de la rue Diderot

    Le déplacement du monument de la paix et de la grille de l’ancien hippodrome
    La position du monument est liée à une décision politique historique, dommage de le déplacer.

    La réduction du parking de la mairie
    Pourquoi ne pas le faire disparaitre ?

    Des jeux pour enfants entre la mairie et le collège
    Inadéquation des jeux pour petits avec l’âge des collégiens. Propositions de jeux plus adaptés.

    Des bancs avec et sans dossier
    Les bancs sans dossier n’engagent pas à rester, on a besoin d’endroits pour se poser et discuter.

    Une augmentation de l’éclairage et des commerces autour de la place pour plus de sécurité comme le déplacement de l’espace forme à la piscine au profit d’une brasserie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *