Installation avant immersion

Premières indications du 1er Conseil municipal

Le conseil municipal d’installation de la nouvelle équipe municipale s’est donc déroulé de manière « apaisée » suite à la victoire sans contestation de la liste Réinventons Saint-Ouen conduite par Karim Bouamrane. Les conditions matérielles liées à la covid 19 ont évité de gros débordements de joie (ou d’hostilité) en séparant le bon grain de l’ivraie. Personnalités triées sur le volet[1] dans la salle Barbara où se tenait la séance avec l’ensemble des nouveaux élus et autour de 300 personnes place Jean-Jaurès dans une « fan-zone » barriérée et devant un écran géant.

Une cérémonie assez formelle avec déjà de petites surprises et des indications pour la suite…

  • L’absence de William Delannoy, qui selon la rumeur se baladait en ville et s’était fait représenter par son « ex future » 1èreadjointe Marina Venturini, qui siège désormais dans son petit groupe de 7 élus de l’opposition. Une attitude pas très républicaine, ni très courageuse de l’ancien maire. Un signe qui pourrait signifier qu’il démissionnera et retournera sur ses terres du Val d’Oise ? Nous aurions alors le bonheur d’accueillir la n°8 de la liste Ludmila Petchenina (« professeure agrégée ») ou à défaut revoir le n°9, Hugues Cornière (commerçant), qui a tant fait pour les Puces.
  • Les déboires du jeune homme au scooter 27ème sur la liste de K. Bouamrane. Il était à 18 ans le benjamin de l’équipe. Hélas, un garçon avec au moins une mauvaise fréquentation et beaucoup de poisse : la veille de ce conseil, une malencontreuse idée de monter sur un engin volé (a priori conduit par un ami) et de se faire interpeller. A la clef un simple « rappel à la loi » mais il devra se faire représenter lors de cette séance. Contrôlé le soir dudit conseil avec un « joint » à Paris, il sera, pour le coup, contraint de démissionner. Carla Gassan (20 ans) sera désormais la benjamine du Conseil municipal.
  • L’arrivée de Paul Manon (28 ans), consultant en politique publique et économie sociale et solidaire. 33ème de la liste, qui intègrera les 32 élus de la majorité. Un jeune homme avec la tête sur les épaules et déterminé. Il a été un des membres actifs d’Alternative 2020. Refusant (avec d’autres) de constituer une liste avec LFI et Jacqueline Rouillon. Il rejoindra avec Jean-François Clerc, la liste RSO. Il était en 2019 encore le responsable local de Génération.s.[2]
  • L’élection du maire avec 33 voix sur 32 (de la majorité). Avec deux groupes dans l’opposition, l’un de 7 élus pour la Droite (W. Delannoy) et 6 pour la Gauche (Denis Vemclefs) soit 13 élus, le maire a bénéficié d’une voix supplémentaire. De qui ? Un secret de polichinelle ! Tous les regards convergent vers un certain Shahin Vallée, (voir note *** ) 5ème de la liste « A Gauche ! » et partisan au final de la fusion avec Réinventons St-Ouen. A priori, surtout pour obtenir un siège à la hauteur de son talent. Un petit signal pour une entrée dans la majorité ?[3]
  • 13 adjoint(e)s au maire pas exactement les 13 premiers de la liste. Comme nous le pressentions et c’est souvent le cas, l’affichage des personnalités pour l’élection n’est pas forcément celui de l’exécutif (le bureau municipal) qui doit être politiquement représentatif mais opérationnel (cf. illustration ci-dessu du chassé-croisé) Ici le cas le plus emblématique est celui de Dina Deffairi-Saissac, n° 2 sur la liste, pour avoir apporté son beau logo EE-LV, mais qui ne sera pas adjointe au maire (mais toutefois élue de St-Ouen à Plaine Commune comme Sébastien Zonghero [4]) (cf. point rouge sur l’illustration pour les élus à Plaine Commune). C’est la 12ème de la liste Sabrina Decanton (34 ans) qui sera n°2 c’est-à-dire 1ère Une inconnue pour beaucoup.
  • L’arrivée du nouvelle Directrice Générale des Services (DGS), selon toute vraisemblance serait l’ancienne adjointe au maire (PS) à l’environnement, au cadre de vie et à la propreté de 2008 à 2014, Morgane Garnier, qui devrait devenir la n°1 de l’administration communale à St-Ouen. Elle était aux dernières nouvelles DGS du 12ème arrondissement de Paris (env. 140 000 habitants !). Karim Bouamrane, lors de ses remerciements et avec le sens de la nuance qui le caractérise a d’ailleurs cité son nom en lui attribuant « 50% » de la victoire (sympa pour les militants et son équipe !). Une chose est certaine : on est dans la compétence et pas dans l’improvisation. Ce serait, sauf erreur, la 1ère femme à occuper ce poste à St-Ouen.
  • Henri Lelorrain n°1 (enfin !). Pour les 10 élus de St-Ouen qui siègeront à Plaine Commune, ils seront 8 de la majorité (RSO), 1 pour la liste « Une vision commune », 1 pour « A Gauche » ! Contre toutes attentes, ce n’est pas Denis Vemclefs pourtant « fléché » comme « candidat communautaire » sur les bulletins de vote du 2ème tour qui est désigné par son groupe, mais H. Lelorrain son allié tardif[5]. Renoncement avant une démission du conseil ? Mise en minorité dans son groupe ? En tout cas, un grand tour de passe-passe. N’en doutons pas H. Lelorrain (Génération.s) fera son nid à Plaine Commune, participera de près ou de loin à la nouvelle majorité socialiste. Il saura se rendre utile ou incontournable. Un peu de lumière, en attendant les élections départementales et régionales ?
  • L’orchestre du Titanic ? On a beau prendre le problème dans tous les sens, on peine à comprendre comment la section communiste de St-Ouen a pu en arriver là dans un fief historique du PCF : une élue communiste sur 45 membres du Conseil municipal !!! Et expliquer sans rire que c’était la bonne stratégie avec l’inusable « c’est la faute aux autres ».

Rentrés en campagne modestement dans la roue d’ « Alternative 2020 »[6], mais aveuglés par une rancœur tenace et compréhensible à l’égard de Karim Bouamrane, ajouté au refus de tout dialogue réel de celui-ci, nos « camarades » du PCF se jetteront dans les bras de leurs meilleurs ennemis. A savoir, la France Insoumise et ses alliés de circonstances.

Déterminés à prendre leur « revanche » sur 2014, ils s’enliseront alors dans le « Printemps audonien ». Une dérive vers une extrême Gauche brouillonne et peu crédible qui finira en eau de boudin. La construction tardive d’une liste s’en inspirant avec, aufinal, le soutien famélique de LFI et la présence de l’ancien maire battue en 2014, auront été très contre performants[7].

Le refus de fusionner avec la liste K. Bouamrane, en tête de la Gauche, malgré des propositions pas tout à fait ridicules (entre autres plusieurs adjoints au maire dont une 1ère adjointe a priori Emilie Lecroq[8]), ne lassera pas d’interroger sur l’effacement de la composante communiste au motif de désaccords programmatiques insurmontables. D’autant que la liste « Réinventons St-Ouen » est loin d’être homogène avec des Verts EE-LV, des (ex) Génération.s et de nombreux citoyens non encartés. (cf. notre article du 10 mars dernier avec un début d’inventaire)[9]. A moins que la vraie raison ce ne soit « être majoritaires ou rien » ?

En tout cas, résultat des courses : un boulevard pour les socialistes !

Pourquoi ce qui a été possible à Gauche dans d’autres villes et de l’autre côté du périphérique à Paris ne l’est pas à St-Ouen ? Un grand mystère !

Hélas, l’Histoire ne repasse pas les plats. Une page se tourne !

Nous qui n’avons pas ici beaucoup voté pour Karim Bouamrane – c’est le moins qu’on puisse dire – nous ne serons pas les ralliés de la dernière heure. Sans oublier l’abstention majoritaire, nous nous contenterons, autant que possible, de rester un contre-pouvoir actif et constructif mais sans complaisance. En essayant d’informer les habitants pour qu’ils deviennent des acteurs de leur ville. Et en ouvrant nos colonnes au débat démocratique.

Prochain Conseil municipal le 15 juillet avec une petite quarantaine de délibérations pour se mettre en jambe dont une trentaine concernant la désignation des élus qui représenteront la ville dans une foultitude d’organismes officiels du Comité stratégique de la société du Grand Paris (SGP) à l’aménageur Sequano en passant les conseils d’écoles de la ville, la Semiso, la commission de suivi de l’incinérateur…. de quoi potasser pendant les vacances pour les nouveaux élus.

La séquence électorale étant close, nous verrons sans doute un peu plus clair en septembre sur l’architecture de la nouvelle organisation municipale avec les délégations qui seront attribuées prochainement aux élus (maire, adjoints et conseillers municipaux délégués) et resterons attentifs aux premières décisions significatives sur la démocratie locale et les grands dossiers de la ville.

A suivre donc…

Eric PEREIRA-SILVA

*** « Pan sur le bec » comme au Canard Enchaîné quand on publie une information qui s’avère inexacte. Shahin Vallée affirme sur facebook (le St-Ouen Politique) qu’il n’est pas celui que nous croyons. Il s’élève en faux contre les dires rapportés ici de plusieurs conseillers municipaux à l’évidence aveuglés eux aussi par leur aigreur à l’égard de ce parangon de vertu.

Shahin Vallée : (…) en attendant, non je ne suis pas la 33ème voix en faveur de Karim Bouamrane pour l’élection du Maire. Et Non (…) on ne monnaye pas une place dans l’exécutif municipal ainsi. (…) nous avons donc pris la décision collective de nous abstenir. Je me suis tenu à cette décision collective (…) Voilà, vous savez tout.
 
Le (petit) mystère reste par conséquent entier mais ceci n’enlève rien à son beau CV et à son talent politique. Hélas on ne prête qu’aux riches ! EPS le 12 juillet 23h50
 
[1] Jean-Christophe Cambadélis (ancien Député de Paris, et 1er secrétaire du PS), Claude Bartolone (ancien maire du pré St-Gervais, Ministre de la Ville, président du Conseil général du 93, président de l’assemblée nationale, Stéphane Troussel (Président du Conseil Départemental du 93).

[2] Il se fera chiper le logo de Génération.s par Henri Lelorrain, un des animateurs du Printemps audonien, qui avec ce trophée rentrera en bonne place sur la liste A Gauche ! conduite par Denis Vemclefs.

[3] Shahin Vallée : le « passe muraille » arrivé à St-Ouen mi 2019, ex candidat à la candidature LREM en 2017, adhérent vert-clair d’EE-LV, « en même temps » dans « Alternative 2020 » et pour son dépassement dans le « Printemps audonien » avec LFI et J. Rouillon (et au sein duquel, il postulera au poste de maire !). Il a beaucoup oeuvré pour être 3ème sur la liste « A Gauche ! » sans y parvenir.

[4] Les élu(e)s de St-Ouen à Plaine Commune (10) devraient être pour RSO (8): Dina Deffairi-Saissac (peut-être Vice-Président(e) comme Karim Bouamrane, Adel Ziane, Sébastien Zonghero, Charles Enould, Florian Dutil, Nadya Soltani, Britt Pettersen. Pour « Une vision Commune » (1) : Marina Venturini ? et pour « A Gauche » : Henri Lelorrain !

[5] Depuis 2018 il n’aura pas de mots assez durs pour critiquer Denis Vemclefs et le PCF. Tentera ensuite de dynamiter la création d’Alternative 2020.

[6] Alternative 2020 qui avait réussi à fédérer (sans eux) des ex-socialistes, des élus de leur groupe d’opposition, des Verts, des membres de Génération.s et l’association citoyenne Soigne ta Gauche ! Le tout avec un chef de file « présentable » Denis Vemclefs proche de la mouvance communiste et fédérateur.

[7] Sans compter, la petite musique distillée par certains sur le thème « les socialistes c’est pire que la Droite » ou pire les ragots sur leur chef de file n’ont pas été non plus très adroits ni visiblement très payants.

[8] Une 1ère adjointe qui aurait pu être notamment Emilie Lecroq une des co-secrétaire de la section communiste.

[9] nous écrivions le 10 mars dernier sur ce blog : Concernant la liste, ce « Rassemblement audonien et citoyen » est soutenu dans l’ordre par EE-LV, le PS, le PRG, Génération écologie. Le temps nous faisant défaut et les candidats n’indiquant pas leur appartenance politique (pour une raison qui nous échappe), nous avons néanmoins identifié sur le trombinoscope dans l’ordre :– 9 socialistes : K; Bouamrane (1), A. Ziane (3), H. Claude (6), S. Zohnghero (7), E. Sghaïer (18), L. Aris (3), N. Berchiche,(34), D. Amiri (41), M. Benamara (45) (dont 2 ex élus les n°1-45),– 6 EE-LV : D. Defairri-Saissac (2), S. Decanton (12), D. Naïch (11), C. Ernould (15), H. Puech (24) – 3 Génération.s : JF. Clerc (9), P. Manon (33), C. Rey-Gorez (38)[18]– 2 Génération Ecologie : E. Romaniello (14) J. Caro (25),– 2 ex PCF : N. Soltani (26)[20] Nathalie July (36)

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

11 réflexions sur « Installation avant immersion »

  1. « Pourquoi ce qui a été possible à Gauche dans d’autres villes et de l’autre côté du périphérique à Paris ne l’est pas à St-Ouen ? Un grand mystère ! »

    Pas si mystérieux que cela voilà un début de réponse :

    « Rentrés en campagne modestement dans la roue d’ « Alternative 2020 »[6], mais aveuglés par une rancœur tenace et compréhensible à l’égard de Karim Bouamrane, ajouté au refus de tout dialogue réel de celui-ci, nos « camarades » du PCF se jetteront dans les bras de leurs meilleurs ennemis. A savoir, la France Insoumise et ses alliés de circonstances. »

  2. « Depuis 2018 il n’aura pas de mots assez durs pour critiquer Denis Vemclefs et le PCF. Tentera ensuite de dynamiter la création d’Alternative 2020. »

    Et il est 3° sur la liste d’A Gauche au 1er comme au second tour. Là il y a un mystère où alors le logo de Générations ?

  3. Sacré Lellorain. Il a réussi le pari osé d’être « numéro 1 » de l’opposition alors que son mouvement ne représente que lui même ou un gratin de bobos audonien.

  4. L’orchestre du Titanic ? On a beau prendre le problème dans tous les sens, on peine à comprendre comment la section communiste de St-Ouen a pu en arriver là dans un fief historique du PCF : une élue communiste sur 45 membres du Conseil municipal !!! Et expliquer sans rire que c’était la bonne stratégie avec l’inusable « c’est la faute aux autres ».
    « Le refus de fusionner avec la liste K. Bouamrane, en tête de la Gauche, malgré des propositions pas tout à fait ridicules (entre autres plusieurs adjoints au maire dont une 1ère adjointe a priori Emilie Lecroq[8]), ne lassera pas d’interroger sur l’effacement de la composante communiste au motif de désaccords programmatiques insurmontables. D’autant que la liste « Réinventons St-Ouen » est loin d’être homogène avec des Verts EE-LV, des (ex) Génération.s et de nombreux citoyens non encartés. (cf. notre article du 10 mars dernier avec un début d’inventaire)[9]. A moins que la vraie raison ce ne soit « être majoritaires ou rien » ?  »
    ….

    C’était difficile pour le PC qui a toujours été hégémonique à Saint Ouen de se ranger derrière le PS d’une part et d’autre part derrière KB en raison de ce qui s’est passé en 2014. D’autant plus qu’à Montreuil le Maire est PCF et au passage il vient de s’emparer de la présidence d’Est Ensemble (https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-patrice-bessac-pcf-renverse-le-ps-et-prend-la-tete-d-est-ensemble-10-07-2020-8351184.php). C’est surtout l’absence flagrante de stratégie qui a caractérisé le PC dans cette campagne. Arrivé tardivement dans Alternative 2020 (qui avait tout pour réussir une bonne campagne là aussi un foirage complet), pour ensuite se retrouver un pied dans A2020 et un autre dans l’Appel du 30 pour au forceps s’unir à la FI (qui elle ne le voulait pas vraiment) dans un Printemps Audonien qui a très timidement décollé avant de se crasher lamentablement. Un PC qui ensuite se regroupe avec Générations (qui au passage perd certains de ses membres et non des moindres) et des citoyens non encartés pour monter « A Gauche » prônant le rassemblement des forces de gauche mais qui refuse de fusionner avec le Mouvement Audonien avec à sa tête Jacqueline Rouillon lui proposant 6 places avant le 1er tour (certains se disaient que le MA ne dépasserait pas 3%) pour ensuite s’unir à lui lorsque, au surprise, il réussi à dépasser les 10% alors que Karim Bouamrane fait des propositions qui en ont laissé plus d’un e s bouche bée. Etre majoritaires ou rien, cela semble avoir été la ligne directrice du PC résultat des courses la double peine. Les camarades vont devoir sérieusement analyser leur campagne et en tirer les conclusions qui s’imposent.
    « L’élection du maire avec 33 voix sur 32 (de la majorité). Avec deux groupes dans l’opposition, l’un de 7 élus pour la Droite (W. Delannoy) et 6 pour la Gauche (Denis Vemclefs) soit 13 élus, le maire a bénéficié d’une voix supplémentaire. De qui ? Un secret de polichinelle ! Tous les regards convergent vers un certain Shahin Vallée, 5ème de la liste « A Gauche ! » et partisan au final de la fusion avec Réinventons St-Ouen. A priori, surtout pour obtenir un siège à la hauteur de son talent. Un petit signal pour une entrée dans la majorité ?[3] »
    Shahin avait certainement plus sa place à RSO que dans celle d’A Gauche où il n’a jamais fait l’unanimité. Mais les rivalités au sein d’EELV et des problèmes de personnes ont sans doute empêché que cela puisse se faire. Cependant rien d’étonnant à ce qu’il travaille en bonne intelligence avec la nouvelle majorité municipale, il a été pratiquement le seul au sein d’A Gauche durant cette campagne à n’avoir pas attaqué RSO (qui n’est pas exempte de reproches non plus).

  5. point 6. Désignation des représentants de la ville au sein du Syndicat mixte Autolib’ Vélib’ Métropole.

    depuis janvier 2018 pas de stations Vélib à Saint-Ouen (refus précédente municipalité d’adhérer à Vélib 2 /Smovengo). deux an et demi de galère.

    y aura-t-il des Vélibs à Noël 2020 ?

    • @ Velotaffeur

      En bon lecteur de stg, n’hésitez pas à contacter notre « Monsieur Vélo » de l’équipe municipale et que vous devez fatalement connaître.

  6. Après le CMal du 15 juillet, je suis sans surprise avec le fait que JR continue à nous pourrir la vie. Par son bilan négatif toujours rappelé par la droite et le PS, et par ses rejetons, à l’image de NS catapulté à Plaine CO, avec laquelle elle a coulé l’OVL.
    Félicitation aussi aux récents nouveaux dirigeants et quelques anciens de la section audonienne du PCF qui ont réussi à liquider le groupe des élus communistes : une seule élue.
    Pour le reste, KB aidé par la configuration de Barbara a su mené ce conseil dans une certaine fausse bonne humeur. Le calme avant la tempête diront ses détracteurs. Laissons d’abord les élus de la majorité s’apercevoir dans quel bain ils se sont jetés. Le surveillant de baignade les laissera t-il accéder au grand bain? En tous les cas, souhaitons leur de rompre définitivement avec l’esprit et les actes Delanoyade…
    Comme par exemple, en mettant à dispo de l’Etat 93 (contre quelques petits sous), une de nos colos pour cet été.

  7. REPARTITION DES DELEGATIONS PARMI LES REPRESENTANTS DES ELUS DE LA MAJORITE MUNICIPALE

    …« Le maire est seul chargé de l’administration, mais il peut, sous sa surveillance et sa responsabilité, déléguer par arrêté une partie de ses fonctions à un ou plusieurs de ses adjoints »….

    1ère adjointe : Sabrina Decanton
    Déléguée à la transition écologique, aux déplacements, à la nature en ville et à l’économie sociale et solidaire
    2ème adjoint : Adel Ziane
    Délégué au développement urbain durable, aux finances et à la communication
    3ème adjointe : Sophie Dernois
    Déléguée A la culture, à la petite enfance, à la solidarité intergénérationnelle et aux activités périscolaires
    4ème adjoint : Steve Larranaga
    Aux solidarités, à la santé, à la qualité à la diversité de l’habitat et à l’accessibilité
    5ème adjointe : Héloise Claudé
    Déléguée à l’éducation
    6ème adjoint : Driss Naïch
    Délégué au développement du commerce
    7ème adjointe : Sidonie Baignères
    Déléguée à la démocratie locale, aux budgets participatifs et aux centres de vacances
    8ème adjoint : Jean-François Clerc
    Délégué à la tranquillité publique, à la sécurité urbaine, au personnel communal et à l’enseignement supérieur
    9ème adjointe : Géraldine Beausivoir
    Déléguée à la jeunesse et à l’accès à l’excellence éducative
    10ème adjoint : Lamine Amimer
    Délégué aux sports et à l’héritage des JO
    11ème adjointe : Merry Pouderoux
    Déléguée au tourisme, à l’attractivité, aux PME et à la création d’entreprises
    12ème adjoint : Xavier Duplouy
    Délégué au développement économique, à l’emploi et à la formation
    13ème adjointe : Emna Sghaïer
    Déléguée à la vie associative, à la mémoire et aux anciens combattants
    Conseillère municipale : Dina Deffairi-Saissac
    Déléguée à la végétalisation, aux jardins partagés, à la qualité de l’air et de l’eau et à la propreté

    Conseiller municipal : Paul Manon
    Délégué aux mobilités douces et à la régie de quartier
    Conseillère municipale : Hélène Puech
    Déléguée à l’économie sociale et solidaire et à la ville intelligente (smart city)
    Conseiller municipal : Roman Stachejko
    Délégué au budget et à la commande publique
    Conseiller municipal : Jonathan Caro
    Délégué à la communication
    Conseiller municipal : Charles Ernould
    Délégué à la synergie, aux projets culturels et au conservatoire
    Conseillère municipale : Elsa Romaniello
    Déléguée à l’animation de la ville et aux festivités
    Conseillère municipale : Carla Gasan
    Déléguée aux séniors et à l’intergénérationnel
    Conseillère municipale : Essaadia Laalioui
    Déléguée à l’accessibilité, à l’égalité femme-homme et à la lutte contre les discriminations
    Conseillère municipale : Nadya Soltani
    Déléguée à la lutte contre l’habitat indigne
    Conseiller municipal : Clément Praud
    Délégué aux relations parents-professeurs, aux vacances, aux centres de loisirs et à l’éducation populaire
    Conseiller municipal : Faouzi Bertrand
    Délégué à la prévention, l’insertion et à la citoyenneté
    Conseiller municipal : Sébastien Zonghero
    Délégué au logement, au patrimoine communal et aux relations institutionnelles
    Conseillère municipale : Michèle Coadic
    Déléguée à l’installation des conseils de quartiers, au comité de suivi des grands travaux et à l’aménagement des voies sur berge
    Conseillère municipale : Britt Pettersen
    Déléguée à la préservation et au développement des Puces
    Conseiller municipal : Florian Dautil
    Délégué à la création d’entreprises, à l’animation sociale et à l’international
    Conseiller municipal : Florent Sevin
    Délégué à la gestion de l’environnement, à la transition écologique et à l’installation de la brigade verte

    30 élu.e.s délégué.e.s auprès du maire pour mettre en œuvre le programme présenté par la liste RSO.

    Quelques remarques :
    – Des adjoint.e.s et conseiller.e.s ayant pour certains des domaines de compétences importants et différents, ce qui demandera l’exercice d’un temps vraiment plein.
    – Des délégué.e.s qui auront des champs d’actions communs avec des maires adjoint.e.s, ce qui obligera à un travail intéressant collectivement mais chronophage
    – Des intitulés de délégation que j’ai mal compris ou dont je ne vois pas comment une municipalité va s’y prendre et je suis donc curieuse : animation sociale, relations parents-professeurs, l’accès à l’excellence éducative
    – Des délégations très segmentées dont on imagine mal comment se fera l’articulation ( ex : éducation-petite enfance-culture-sport) et très classique dans l’architecture. Souhaitons que des dossiers soient gérés transversalement.
    – Une proposition de démocratie locale, budgets participatifs, installation des conseils de quartiers qui méritent des éclaircissements.
    – Rien dans la présentation par le maire de ces délégations et par le vote des premières délibérations ne laisse entrevoir une nouvelle forme de gouvernance municipale.
    Wait and see !

Répondre à Précisons Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *