Conseil et communication

Le nouveau maire a introduit ce conseil du 27 juillet 2020, centré sur le budget municipal, par un long préambule très politique sur ses objectifs principaux et son action avec la nouvelle équipe depuis l’élection récente(1). Dominique García-Durocher revient sur cette communication du désormais 1er magistrat.

Karim Bouamrane a rappelé qu’il avait été élu «avec la ligne directrice de progrès partagé » et qu’il souhaitait que St- Ouen devienne « une ville référente en terme de qualité de vie. C’est sur cette annonce que je souhaite faire des remarques et poser des questions.

Il a d’abord énuméré les différentes actions déjà engagées par lui-même et sa majorité sans oublier de remercier les services pour « leur remarquable mobilisation ». Il s’est aussi félicité de ce début de mandature dans « le prisme du dynamisme et de l’efficacité »….
La première action évoquée concerne le contexte sanitaire actuel avec l’obtention de 110 000 masques auprès de la préfecture et de la région IDf, la mise en place de dépistages accessibles par la population sans ordonnance et l’arrêté pris par le maire (avant le président de la république !) pour le port du masque obligatoire dans les lieux publics clos. Ceci faisant suite à quelques cas avérés à l’école A.France. Les résultats sont aujourd’hui, infimes au regard du nombre d’habitants (881 tests dont 2 positifs) mais les dépistages doivent se poursuivre.

Il a ensuite énoncé les nombreuses rencontres organisées avec des représentants : des    jardins Guinot et Impasse juif qui seront préservés, du Marché Aux Puces pour une aide à apporter aux commerçants, de la prochaine Régie de quartier, de Mains d’œuvres ; on pourrait presque y voir des remerciements suite à son élection…..Il a souligné l’importance des rencontres avec M.Hirsch pour le dossier de l’Hôpital du Grand Nord Parisien et avec P.Haddad, président du club du Red Star sur club et le stade Bauer.

Sur ces 2 dossiers, rappelons que le PS a toujours soutenu le projet de cet Hôpital pour l’AP-HP sans aucune prise en compte des diverses remarques et inquiétudes des lors des concertations et enquête publiques. La déclaration du futur maire le 27 avril dernier réaffirmait ce soutien comme « projet structurant pour la ville » en évoquant « une concertation renouvelée avec la population ». J’attends donc dans les concertations annoncées pour septembre que le maire convie en plus des conseillers municipaux, des citoyens et des représentants du collectif Pas ça, pas comme ça, pas là qui se sont mobilisés contre ce projet depuis sa présentation. La crise sanitaire que nous traversons, va-t-elle remettre en cause le projet et ce modèle d’établissement de santé qui n’est plus adapté ? Pour le dossier de rénovation du stade Bauer, qualifié d’important avec un résultat rapide en vue des JO, je souhaiterais savoir là aussi, quel modèle économique est envisagé pour l’avenir du club et du stade car à ma connaissance, ni le maire, ni le président du club ne se sont exprimés à ce sujet. Il est pourtant primordial que les habitants soient informés et concertés pour ce projet dit « structurant lui aussi pour la ville ».

Il a noté l’importance de sa participation à la cérémonie d’hommage dans le cadre de la journée nationale à la mémoire des victimes de crimes racistes et antisémites. Les mots «vigilance et intransigeance » employés par le maire sont tout à fait appropriés et doivent faire l’objet d’un suivi éducatif sur le terrain auprès de nos jeunes dans le cadre de la lutte contre toutes les discriminations. Une formation auprès des encadrants de toutes les activités périscolaires devrait, à mon sens, être dispensée pour favoriser la sensibilisation et l’apprentissage au respect de chacun. Des associations reconnues comme La ligue de l’enseignement la proposent.

La sécurité est d’ailleurs un sujet d’actualité comme l’ont les différentes situations de violences liées aux trafics de drogue. Le maire a rappelé sa visite aux habitants du 26 rue C.Schmidt qui se sont lancés dans une opération de reconquête de territoire à savoir leurs halls et pieds d’immeubles en passant un accord avec les dealers pour retrouver leur tranquillité. Comme je l’ai déjà indiqué dans un post sur Facebook cette solution est celle des habitants qui ne voient pas de changement à leur quotidien depuis des années et pour qui les différentes politiques nationales et locales ne sont pas suivies d’effet. Mais c’est une réponse qui n’est pas politique et il faudra enfin que les partenaires des politiques de la ville (préfet, services départementaux, bailleurs et maires de SSD) enclenchent une réflexion rapide pour trouver des solutions fortes et pérennes à ces situations invivables pour beaucoup. Car si K.Bouamrane parle de recrutement de personnels au sein de la police municipale et de médiateurs, ceux-ci ne pourront intervenir qu’auprès des habitants et des jeunes qui ne sont pas encore dans cet engrenage. Reste à agir contre ceux qui guettent et négocient quotidiennement sur les « fours » (une quinzaine à SO) avec les consommateurs et perturbent la vie des séquano-dionysiens.

Pour finir, le maire a annoncé la réservation de 800 séjours dans le cadre des Vacances pour tous pour permettre à des familles de partir hors de la ville dans des structures d’accueil de qualité. Je n’ai pas compris si cette proposition avait à voir avec les Vacances apprenantes, citées aussi par le maire. En effet, le coût de 500 000 euros, répartis : 80% pour la ville et 20% pour la préfecture, ne correspond pas au dispositif de l’Education nationale qui est pris en charge par l’Etat jusqu’ à 80%… Une clarification permettrait de connaître le véritable objectif, celui défini par le maire « l’excellence pour tous » restant vague.

Un début de mandat tonitruant donc quant aux annonces, à la présence du maire sur le terrain et à sa communication, j’attends avec intérêt le prochain Conseil Municipal qui marquera l’entrée dans les premières décisions politiques de cette majorité.

Dominique García Durocher


(1) Son intervention sera suivie par celle de la première adjointe, Sabrina Decanton, sur l’urgence climatique pour Saint-Ouen comme l’ont déjà fait un certain nombre de villes dans le monde depuis 2019 décision qui avait été par ailleurs demandée par les élus d’opposition d’A Gauche le 15 juillet. Une intervention importante publiée et commentée dans les médias et sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

7 réflexions sur « Conseil et communication »

    • @jym

      Pour l’instant et sans doute pour longtemps encore un joli slogan, comme la gouvernance apaisée, l’excellence éducative…
      Ce que vous appelez semble-t-il habituellement la novlangue…

  1. “Les résultats sont aujourd’hui, infimes au regard du nombre d’habitants (881 tests dont 2 positifs) mais les dépistages doivent se poursuivre.”

    Vendredi 17 juillet 2020 un test pcr gratuit de dépistage du coronavirus était organisé par l’APHP et notre municipalité place Jean Jaurès.

    Beaucoup de parisiens devant partir en vacances à l’étranger en ont profité et sont venus ce jour là à Saint-Ouen effectuer le test de dépistage organisé

    Au détriment des habitants de Saint-Ouen-sur-Seine, la longue attente ayant découragé des audoniens de se mettre dans la file d’attente ou de d’y rester.

    Le résultat 2/881 ne représente pas une mesure correcte de la présence du virus covid-19 dans notre ville.

  2. A Paris les files d’attente pour se faire dépister du virus covid-19 sont interminables (à l’entrée des laboratoires).

    Alors les parisiens viennent en banlieue pour faire des tests pcr.

    Plutôt que de pourchasser les automobilistes banlieusards, la maire de Paris Mme Anne Hidalgo ferait mieux de s’occuper de la santé des parisiennes et des parisiens et d’organiser sur son territoire davantage de dépistages massifs du virus covid-19 avec l’AP-HP.

  3. Pour lutter contre le virus covid-19 Paris a besoin de la banlieue.

    Sans la banlieue Paris n’est rien.

    Depuis janvier 2018 la Ville de Paris a lancé la chasse aux automobilistes banlieusards.

    Qui vient au secours des parisiens quand ceux-ci rencontrent un problème urgent de chauffage d’électricité de plomberie de serrurerie ? les artisans de banlieue.

    Qui transporte les parisiens quand ceux-ci veulent se déplacer rapidement vers leur destination ? les conducteurs vtc de banlieue, auxquels la Préfecture de Police interdit d’emprunter la rue de rivoli.

    La municipalité parisienne pourchasse les automobilistes banlieusards par populisme pour plaire à une partie de l’électorat.

    Sans les déplacements des artisans de banlieue, sans le travail quotidien des chauffeurs vtc de banlieue, ce serait le chaos dans la capitale.

    Il serait bon que la Ville de Paris cesse de compliquer la vie des automobilistes banlieusards.

  4. Moi ce qui me pose problème c’est le mélange des genres: Pourquoi le maire communique sur son compte personnel Facebook en tant que maire ? Personnalisation du pouvoir ? Impossibilité intellectuelle de créer un compte officiel du maire et de pouvoir séparer l’homme de la fonction ?

    Enfin sur le fond, le Stade, l’Hôpital, rien de nouveau pour ce qui est des “annonces tonitruantes”. Le sujet avait pleinement été pris en charge par son prédécesseur ! (bien ou mal)

Répondre à Audonien de papier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *