La voix de son maître

Le moins que l’on puisse dire c’est que la feuille de choux qui tient lieu de journal municipal depuis 2014, ne nous bouleverse pas par la qualité de ses informations, la consistance de ses « dossiers » ou le reflet de la diversité des idées. Mais soyons juste il reflète assez bien le peu de hauteur de vue et le manque de sincérité de cette équipe municipale. Un de nos aimable correspondant, à l’humour décapant, évoque le dernier numéro de cette pauvre publication. On ne saurait dire mieux :

« L’inutile journal municipal du mois de janvier est dans les boîte. Oyez. Oyez. La voix de son maître est diffusée à toutes les bonnes âmes audoniennes qui voudront bien se lancer dans la lecture (pour le moins rapide) de la prose (pour le moins lénifiante) de William Delannoy.

Ce mois ci le canard (boiteux) nous cause de quoi ? 

L’article si ce n’est le plus intéressant, mais de bien loin le plus drôle, reste l’Edito de Monsieur le Maire. Et ce mois ci notre Maire n’y va pas avec le dos de la cuillère, je cite à propos des prochaines élections municipales : « […] ce sera à vous de le déterminer et aux différents candidats de vous faire des propositions sincères et de ne pas choisir simplement la facilité de la démagogie électoraliste. » C’est sûr que Delannoy en matière de démagogie et de campagne électorale il en connait un rayon, au moins aussi grand que les rayons d’un magasin de pantalon Dickies aux Puces.

Qui est ce qui en 2014 avait promis qu’il n’augmenterait pas les impôts ? Et qui les a augmenté de 45% sitôt élu.
Qui est ce qui en 2014 avait promis d’éradiquer le trafic de drogue en trois mois ? Il n’y a qu’à faire trois pas dans la ville pour se rendre compte que rien n’a changé.
Qui avait promis de mettre en place des Conseils de quartier ? On les attend toujours.
Qui avait promis un référendum en matière d’urbanisme ? On l’attend toujours.
Qui avait promis un 4ème centre de santé ? Il a dû se perdre en route.
Qui avait promis de sauver les centres de vacances ? Ils ont été liquidés pour la plupart et l’OVL a disparu.
Qui avait promis de diriger la ville différemment ? En fait Monsieur le Maire décide seul et sans en référer à qui que ce soit : architecture, Vélib’, nom de la ville.

Alors oui en matière de démagogie notre Maire en connait un rayon. Il a menti quand il était dans l’opposition. Il a menti durant la campagne et il ment dans l’exercice de ses fonctions.
Je ne vais pas dire comme les enfants que « c’est çui qui dit qui est » mais avec notre Maire c’est tout simplement l’hôpital (nord) qui se fout de la charité.
 

Quoi d’autre dans le journal ? En fait quasiment rien. Tellement rien qu’on nous fait un beau retour sur ce qui est advenu en 2018. Une resucée quoi. Une soupe froide et indigeste. De belles images sur des événements qui auraient marqué la ville… En gros la neige, le centenaire de l’armistice, le Téléthon, la coupe du monde, la plantation d’un arbre… Le Maire a tellement peu de choses à nous dire qu’il nous fait un remake de l’insignifiante année 2018.

On nous parle du renouveau du commerce avec l’installation d’un fleuriste et d’un deuxième fromager. Manifestement notre Maire se contente de peu. Vous me direz qu’en a t’il à faire lui qui n’habite pas Saint Ouen et de facto fais ses courses ailleurs.

Tellement rien à dire que l’on nous gratifie en plus des mots croisés et du jeu des 7 erreurs (devenus cultes), des menus de la cantine et de deux pages sur le résultat des votes au Conseil municipal sans aucune explication et sans que le compte rendu des débats n’y figure. Aucun intérêt.

Pourtant ce ne sont pas les sujets d’importance qui manque :
– l’installation aberrante de l’hôpital nord en plein centre ville.
– la construction du village olympique.
– le sort des migrants à nos portes qui mériterait que la municipalité se mobilise.
– les projets immobiliers et les nombreux recours d’une population excédée par cette densification aberrante qui dépasse les objectifs du SDRIF et du PLHI[1].
– la révision du Plan local d’urbanisme (PLU).
– la promotion des initiatives citoyennes pour le vélo, le verdissement, le lien social, …

Mais de tout cela notre Maire ne veut pas parler. Parce qu’au fond de lui même il a compris que tous ces sujets le dépassent ; que son incapacité à travailler avec les autres institutions, les habitants et même les élus de sa majorité le disqualifie. Il a compris que le costume était trop grand pour lui. Il a compris que seuls ses grands coups de menton, ses effets de manche, sa grossièreté, sa vulgarité et ses petits trépignements sont en mesure de lui donner un semblant de contenance.

L’autoritarisme est la caractéristique des faibles. Notre Maire en fait la démonstration au quotidien.

Sur ce n’oubliez pas de vous servir du « journal » municipal pour rassembler vos épluchures de carottes. c’est bien pratique pour les porter au compost. Et après hop hop hop : poubelle jaune ! »

Philippe Mayer

 

« On revient » : pitié pas eux !

Nous-mêmes fustigeons souvent ici ledit journal municipal et l’éditorial toujours surréaliste du Maire mais, soyons justes, certains dans l’opposition possèdent un vrai talent. Ainsi, hors catégorie, le conseiller municipal Mustapha Krimat (ex PCF, ex PS, aujourd’hui Insoumis et Gilet Jaune) désormais proche de Jacqueline Rouillon.

Il nous avait habitué à ses textes ampoulés et obscurs à la syntaxe approximative. Il signe aujourd’hui la tribune de l’opposition (groupe « Tous unis pour Saint-Ouen »), visiblement non écrite par lui, qui se termine par « il reste quinze mois. On revient, tenez bon. Bonne année ! ».

Comprendre : l’entrée en campagne Jacqueline Rouillon pour les prochaines élections municipales.

 

 

[1] SDRIF : Schéma Directeur de la Région Ile de France, PLHi Plan local de l’Habitat Intercommunal

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions au sujet de « La voix de son maître »

  1. Votre « correspondant » en a oublié la pleine page du sponsor : BNP Paribas Immobilier (« L’immobilier d’un monde qui change ») avec cette belle architecture faux-riches dupliquer partout dans la ville par le cabinet d’architectes de Levallois DGM.

  2. Krimat, c’est celui qui était sur la liste Rouillon 2018 comme « socialistes unitaires pour Saint-Ouen » avec un beau logo rouge. C’étaient qui les autres de ce groupe mystérieux ?

  3. « l’entrée en campagne Jacqueline Rouillon pour les prochaines élections municipales. »

    « On revient » : pitié pas eux ! »

    Même si le journal ne nous bouleverse pas, je le préfère à la pravda précédente. En espérant qu’elle ne réapparaitra pas à partir de 2020.

      • Au moins on connait officiellement une candidature. Pas la meilleure loin de là.
        Il faut espérer qu’elle ne soit pas élue sinon avec elle c’est le retour de la pravda.

        Elle se présente sous quelle étiquette ?

Répondre à Joseph Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *