Concertation au peloton d’execution

Décision/Information/Concertation c’est le package tout-en-un offert par l’Etat et l’AP-HP à l’occasion du pseudo « lancement de la concertation » sur le projet de Campus Hospitalo-Universitaire Grand Paris Nord quelques jours avant Noël. Après bien des errements, un projet géant qui atterrit par défaut et brutalement au cœur de notre ville. Il suscite légitimement un vif émoi sur son concept en terme de santé publique et son insertion urbaine. Dominique Garcia Durocher revient sur un rendez-vous manqué pour la démocratie.

« La réunion publique de lancement, salle Barbara du 20 décembre dernier, a permis d’avoir une connaissance plus approfondie du projet et surtout, de poser des questions ou contester des points présentés : http://campus-hopital-grandparis-nord.fr/lancement-de-concertation/

Pour y répondre : des personnes porteuses du projet (AP-HP), la sous-préfète et de deux garants désignés par la commission nationale du débat public (CNDP) dans le cadre d’une « concertation » formellement obligatoire (et rapide puisqu’elle s’arrêtera le 10 février prochain.

Beaucoup de points ont été évoqués comme lors de la réunion précédente, le 5 décembre, à l’initiative du collectif citoyen de Saint-Ouen mais les réponses apportées étaient bien différentes du fait des interlocuteurs présents à la tribune. Ceux-ci comprenant à peine que le projet qu’ils portaient puissent être critiqué d’autant que pour l’essentiel tout était validé.

On peut regretter parallèlement, depuis la salle, des interventions intempestives, non constructives et sans écoute des points de vue adverses . Dans un temps où, la démocratie participative est justement revendiquée, il apparait que parmi ceux qui la réclame, certains sont dans l’incapacité de la faire vivre… Il est évident que les audoniens y gagneraient à pouvoir assister à un débat qui confronteraient des positionnements différents pour pouvoir se faire leur propre point de vue mais malheureusement les deux réunions qui se sont succédées n’avaient pas pour tous cet objectif .

En résumé les échanges ont tourné à un vrai dialogue de sourds.

Voici, à notre sens, les points qui devraient être éclaircis :

– Choix du site PSA : il apparait une aberration chronologique dans l’élaboration du projet qui aurait dû commencer par une étude d’impact alors que le projet est quasiment ficelé….C’est pourtant cette étude qui devrait répondre à nos inquiétudes quant aux nuisances sonores et environnementales du fait de l’augmentation considérable des flux de véhicules dans le centre- ville de Saint-Ouen.

l’augmentation considérable des voyageurs des lignes 13 et 14 du fait de l’arrivée massive de 5 700 personnels soignants et 12 000 étudiants qui même s’ils n’ont pas les mêmes horaires de travail, s’ajouteront aux salariés du Conseil régional et aux habitants du quartier des Docks.

La réhabilitation de l’Hôpital Bichat : des professionnels du site disent que cela est possible, d’autres non. Ce point nous semble crucial puisque de cette réponse dépend l’implantation d’un nouvel Hôpital sur Saint-Ouen. On pourrait aussi considérer l’utilité d’un autre projet sur une commune du 93 qui manque d’une offre de soin importante et qui aurait un foncier disponible.

Les grosses structures hospitalières : un bilan ou une étude de fonctionnement des CHU permet-elle d’affirmer leur intérêt pour les personnels et les patients hors intérêt budgétaire ?

– Le rapprochement géographique Hôpital-Campus : nous avons bien compris l’intérêt d’une formation initiale proche de l’activité hospitalière mais là aussi, la surface dédiée au projet, ainsi que la hauteur de ses bâtiments en dépendent et le site choisi n’est peut-être pas le plus pertinent ?

– La diminution du nombre de lits : si l’évolution de la chirurgie ambulatoire est incontestable et une très bonne chose pour certains patients, prend-t-elle en compte les besoins du territoire nord parisien qui accueille une population aux besoins élevés dans le domaine de la santé publique ?

– Un « Projet d’Intérêt Général » (PIG) pourrait être imposer au Plan local d’urbanisme Intercommunal (PLUI) même en cas de vote négatif des élus de Plaine Commune dont ceux de Saint-Ouen. Dans ce cas, une option peu raisonnable au regard du processus en cours déjà très peu démocratique ? »

DGD

Sur les médias, différents spécialistes se sont exprimés récemment qui peuvent aussi éclairer notre réflexion :

https://www.youtube.com/watch?v=MnoQxv1Z7lQ

https://www.parisdepeches.fr/2-Societe/2048-France/13280-Deces_Lariboisiere_d%E2%80%99alarme_Patrick_Pelloux.html

https://www.marianne.net/societe/le-samu-de-seine-saint-denis-met-fin-sa-greve-de-noel

Campus hospitalo-universitaire Grand Paris-Nord : lancement d’une concertation publique sur le nouveau lieu d’implantation, au cœur de la ville de Saint-Ouen-sur-Seine, 93

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *