Trop gourmand…

_

Pas de bla-bla, du rapide et du cash telle pourrait être la devise du Maire William Delannoy qui compte changer en un temps record la physionomie de la ville (bâtiments et habitants). Evidemment toujours en marge de la démocratie et souvent fâché avec la légalité, il se prend de temps à autres les pieds dans le tapis.[1]

Dernier épisode en date le montage qu’il a porté en solo sur Cap Saint-Ouen (rue des Rosiers en face de l’opération Wonder ) pour un méga centre de design et qu’au final il fait capoté en ayant eu les yeux plus gros que le ventre comme le rapportait le Parisien du 17 juin dernier . Un projet avorté, organisé dans le cadre du concours Inventons la Métropole, qui constitue une bien mauvaise publicité pour celui-ci.

Jamais trop tard pour bien faire, signalons aujourd’hui les explications du promoteur Novaxia qui devait réaliser l’opération, que nous découvrons publiées dans la revue spécialisée Business Immo du 25 juin dernier [2]. Novaxia, un groupe spécialisé dans le capital développement immobilier et pas spécialement constitué par des amateurs [3]. En tout cas assez expérimenté pour être par ailleurs finaliste pour 4 sites d’un autre concours dans la bourgade voisine : « Réinventons Paris 2 ».​[4]

Ainsi on apprend que « Novaxia a refusé la surenchère pour sortir St O Art Design Center, un projet de 18 000 m2 , projet lauréat à l’issue d’une consultation à laquelle le Maire a participé » (ndlr : et a priori contribuer à définir le cahier des charges).

« Une offre (ndlr : privée donc) prévoyant un investissement de 61 M€  (comprenant) la réinstallation de l’office de tourisme et de l’école des Beaux-Arts dans de nouveaux bâtiments, la valorisation des espaces publics et le paiement d’une redevance annuelle de 22 000 € pendant 99 ans dans le cadre d’un bail à construction ».

Comme le rappelle Novaxia : « dans ce type de montage, à terme, l’immeuble (devenant) un bâtiment public, revient dans le patrimoine communal et c’est sur la question du loyer que la bât a blessé ».

En effet, « le Maire de Saint-Ouen nous a demandé de réhausser notre proposition, révèle Joachim Azan (ndlr : Président de Novaxia). « Nous avons fait le maximum et proposé une redevance de 62 000 €/an avec la possibilité d’optimiser les surfaces. Mais William Delannoy attendait davantageSi nous accédions à sa demande, nous aboutissions à une rentabilité inférieure à 4 %, ce qui n’aurait pas été raisonnable compte tenu du modèle économique particulier du centre de design. Nous avons été jusqu’à mandater un expert pour attester de la pertinence de notre offre. Nous ne voulons pas promettre aux élus des choses que nous ne saurons pas faireDans ces appels à projet, la tentation est grande de vouloir décrocher la lune, mais nous gardons les pieds sur terre ».

Les pieds sur terre… ce n’est visiblement pas le cas de William Delannoy. Même si nous restons ici très sceptiques et critiques sur ce projet qui passe aujourd’hui à la trappe, on ne peut que s’étonner de ses vicissitudes et de la volte face du Maire sur des sommes d’un niveau symbolique au regard de l’ampleur d’un tel projet.[5] _

On cherche encore dans l’équipe de la Majorité municipale qui pourrait nous expliquer les tenants et aboutissants de ce fiasco. Alors qu’on a évacué les activités (des PME) qui occupaient l’hôtel d’activités Cap Saint-Ouen, que va-t-on faire désormais des surfaces libérées de cet ensemble immobilier du patrimoine communal ? Existe-t-il un autre projet en perspective ?

Par contre une chose est certaine, les deux tours de logement social des Boute en train, annexées discrètement au projet du fameux centre de design pour être vidé de leurs habitants, sont toujours dans l’œil du cyclone. Au prétexte du trafic de drogue, le Maire continue avec ses amis à déconventionner et murer les logements.A marche forcée, en s’exonérant de la loi.

Le Maire qui veut forcer l’histoire au gré de ses foucades installe dans ce quartier des Puces, haut lieu du tourisme en Ile de France, une situation dangereuse et explosive.

A l’évidence, il est temps que tout ceci cesse et que les élus de cette majorité rendent des comptes. Il est plus que nécessaire de construire sur tous ces dossiers majeurs de la ville un rassemblement déterminé pour proposer rapidement une alternative concrète à cette politique municipale.

Eric PEREIRA-SILVA

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

8 réflexions au sujet de « Trop gourmand… »

  1. Il est dommage que le Saint-Ouen Art Design Center ne se réalise pas.

    Sur les deux tours des boute en train William Delannoy a raison de ne plus y loger des demandeurs de logement qui deviendraient la proie des trafiquants de drogue. Il faut augmenter les effectifs de la Police Municipale afin de pouvoir augmenter l’amplitude horaire de celle-ci dans le respect de la législation du travail. Les personnes mal intentionnées (provenant souvent d’autres communes) connaissent parfaitement les horaires de la Police Municipale de Saint-Ouen et attendent 22h30 pour passer à l’acte.

    Un été 2018 sans piscine sans médiathèque sans vélib. Dans son journal municipal le maire de Saint-Ouen-sur-Seine fait la promotion du sport. Dans la réalité les équipements ferment les uns après les autres, empêchant les audoniens de s’émanciper par le sport ou par la culture. Les hommes politiques de gauche ou de droite, ne veulent pas de citoyens, ils veulent des esclaves ignorant des affaires publiques et incapables de se révolter.

    • j’espere bien! saint ouen pourra enfin redevenir populaire. Si delanoy ne part pas en 2020, je demenage a paris. La poltique ultra liberale de delanoy, je ne la supporte plus

  2. Il faut mobiliser les audonnien.e.s et organiser un grand mouvement de contestation a st ouen contre la politique ultra liberale de delanoy/macron. Il faut organiser une grande manifestation citoyenne et republicain pour demander de le depart de delanoy. Ou une occupation de la place de la mairie sous un format nuit debout. Seule une mobilisation massive des audonien.e.s permettra le depart de Delanoy.

  3. J ai connu les années JR and Co. Plus jamais ! Si ce maire peut faire venir une population plus respectueuse et plus exigeante en matière de sécurité, propreté et autres services publiques. Je suis ok.
    Si ça peut faire venir des commerces de qualité, banco. Et cela n empêche en rien de faire du social. Au contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *