L’hosto contre les prolos…

Unknownpsa-saint-ouen-

Exit le site des Docks côté Seine ! C’est au métro Garibaldi, à l’emplacement de l’actuel le usine « Citroên » du groupe PSA, que devrait atterrir le méga hôpital Grand Paris Nord. Selon des sources concordantes, une décision désormais officieuse qui devrait donc s’accompagner du départ, sur le boulevard Victor Hugo, de Conforama, de la société Gaudeffroy et de petits immeubles d’habitations.

Comme on dit : « faire et défaire c’est toujours travailler ». Le tout avec déjà beaucoup d’argent public gaspillé et des dégâts collatéraux en perspective.

Capture d’écran 2018-04-26 à 15.32.19 Capture d’écran 2018-04-26 à 15.36.29 PSA entrée rue du Capitaine GlarnerCapture d’écran 2018-06-04 à 10.32.12Capture d’écran 2018-06-04 à 10.34.15Capture d’écran 2018-06-04 à 10.37.29

Accélération de la fermeture de l’usine.

Certes le départ de cet établissement industriel d’usinage historique, avec encore autour de 300 salariés, était redouté voire annoncé depuis de nombreuses années avec une baisse progressive des effectifs[1]. 4 ha en cœur de ville au pied du métro, une accessibilité poids lourds difficile[2], des sites plus rationnels et une main d’œuvre à bas coûts dans des contrées lointaines… le pessimisme était de mise chez les salariés. Si on a bien compris, la Direction et le groupe PSA travaillaient donc jusqu’ici sur une fermeture programmée sur le moyen terme. Au menu des reclassements, reconversions et négociations avec les organisations syndicales, pressions individuelles. Ce que la direction appelait pudiquement la « décroissance pilotée ». L’emballement brutal du calendrier pourrait sensiblement perturber le processus engagé, n’en doutons pas, surtout au détriment des ouvriers du site actuel.

 

hopital plan Bvalad

Addition déjà salée pour un projet mort né.

L’abandon du site des Docks, dont il faut encore attendre une confirmation officielle, c’est pour l’heure déjà un beau gâchis[3]difficile à justifier. En effet si les atouts des Docks étaient connus et évidents, les problèmes du site étaient néanmoins sur la table depuis la pose de la 1ère pierre : d‘importantes recettes « logements » prévues dans le secteur pour la ZAC (opération publique) initiée et portée par la ville de Saint-Ouen[4], la difficulté d’exproprier une partie du Parc d’activités 50 rue Ardoin [5], les surcoûts liés à la « zone inondable (décrite au PLU) et au franchissement des voies ferrées (non financé)[6]. Entre autres. Ce coup d’arrêt et ce début d’hémorragie financière laisseront néanmoins des séquelles.

Modification des programmes, dégel des opérations alentour, mise au panier d’un gros paquet d’études, non-perception éventuelle des loyers pour les locaux d’activités en fin de bail et déjà libérés[7]. Les acteurs publics impliqués : l’Etat, l’AP-HP, la Ville, la Métropole, le Département[8], la Sequano, Plaine Commune seraient bien inspirés (chacun pour sa responsabilité), de rendre des comptes sur cette affaire aux citoyens (de Saint-Ouen et d’ailleurs) mais aussi aux salariés du site contraints d’aller se faire pendre ailleurs. Pour rien.

hypothèse Hôpital GPN v0

Une insertion urbaine aux forceps

Si l’immense usine fonctionnait un peu en vase clos sans beaucoup impacter le quartier en termes de nuisances, on voit mal aujourd’hui comment vivrait ce mastodonte engoncé en plein cœur de ville. L’hôpital va en effet générer au quotidien des flux automobiles très importants et multiples : logistique des livraisons et interventions techniques , parkings personnelq et visiteurs et surtout ballet des urgences (Samu, pompiers, ambulances)[9].

Pour mémoire un site desservi par les rues Capitaine Glarner, Farcot et Louis Blanc, beaucoup plus étroite que le boulevard Victor Hugo.[10] C’est d’ailleurs tellement problématique qu’il serait envisagé d’élargir sérieusement Glarner et Farcot en démolissant purement et simplement les façades de l’usine classées au patrimoine local et inscrites au PLU actuel.[11]

L’ensemble des bâtiments, Hôpital côté Garibaldi (au sud des voies ferrées) et Recherche- enseignement-hôtel.. côté V. Hugo (au Nord des voies ferrées)[12]aurait, selon certaines indications, une hauteur moyenne d’une trentaine de mètres[13] soit bien supérieure à celle des halles industrielles actuelles. De quoi sans doute en toucher d’ores et déjà deux mots aux riverains.

 

Encore beaucoup d’incertitudes et de questions

Evidemment ces péripéties, le temps qui passe et l’argent qui coule suscitent beaucoup de scepticisme sur l’arrivée à bon port de ce (nouveau) projet très problématique à cet endroit. D’autant que ce méga « regroupement » de Bichat et Beaujon à 1 milliard d’euros dans un concept d’hôpital géant, déshumanisant et basé sur la seule rentabilité demeure contesté par beaucoup. Des médecins aux citoyens en passant par une grande partie du corps hospitalier et des patients. 

C’est le sens de l’interpellation de la Ministre de la Santé par différents acteurs de la Gauche locale. Un courrier cosigné et transmis à différents décideurs[14] pour connaître également leur position dont celle du Maire de Saint-Ouen.

A suivre…

Eric PEREIRA SILVA

 

http://www.revolutionpermanente.fr/PSA-St-Ouen-vouee-a-la-fermeture-La-direction-balade-les-ouvriers-ils-repondent-par-la-greve

https://www.tourisme93.com/document.php?pagendx=84&engine_zoom=PcuIDFC930001355

[1] Cette usine avec ses permanents et intérimaires comptait près de 1 000 salariés il y a une trentaine d’années et encore très exactement 744 au 31/12/2001. (Cf. plaquette de présentation du site de fev . 2002)

[2] Les municipalités précédentes avaient d’ailleurs œuvré pour quelques aménagements de voiries spécifiques en collaboration avec l’entreprise (par ailleurs reliée à la voie ferrée au nord du site)

[3] la « note » se chiffrerait – au mieux – à plusieurs centaines de milliers d’euros envolés en fumée (si le compteur de la machine est définitivement arrêté sur les Docks).

[4] Une ZAC des Docks très ambitieuse (initiée par les anciennes municipalités) avec une forte participation communale (5 à 7 millions annuels) que William Delannoy s’est évertué à atténuer avec des méthodes expéditives (simplification, densification, montée des prix, suppression d’équipement publics) comme sur le site initial (plan A) souhaité par l’AP-HP sur V. Hugo (au niveau de la place C. Glarner). Sans compter son refus hasardeux du transfert de la maîtrise d’ouvrage à Plaine Commune pour l’abandonner à la Métropole.

[5] William Delannoy, novice au jeu de Monopoly, a cru pouvoir repousser « plus loin » le projet (dit « plan A » de l’AP-HP) pour préserver ces des recettes faciles. Double erreur puisque le propriétaire du parc d’activités (Valad /Cromwel), aurait mis en demeure d’acquérir l’ensemble du lotissement. Plus cher ! Parallèlement le nouveau périmètre de l’Hôpital se rapprochant de la Seine, la nécessité d’accès 24h/24 implique un comblement (et le nettoyage) de la zone inondable. Très cher ! Le Maire a donc largement contribué à l’échec du « plan B ». Il doit maintenant s’atteler au « plan C » à Garibaldi !

[6] Des surcoûts pour lesquels les différentes collectivités sollicitées (déjà exsangues) ne peuvent pas ouvrir le dossier puisqu’elles ne savent même pas si elles existeront encore demain comme le Département ou la Métropole…

[7] Au moins une trentaine d’entreprises étaient dans le périmètre connu du futur hôpital des Docks dont certaines fatalement avec des baux arrivant à échéance en 2017 et 2018 et qui n’ont pas vu leur baux reconduits.

[8] un nouveau collège était en effet positionné sur le site des Docks à proximité de l’hôpital

[9] On parle même d’un accès par hélicoptères pour des greffes et transplantations !

[10] Victor Hugo, c’est une emprise (chaussée + trottoirs de 27m), contre 20 m pour Glarner (avec 10 m intangibles sur tout le passage sous le pont SNCF), et 12 m pour Farcot et Louis Blanc.

[11]Capture d’écran 2018-06-04 à 11.01.12Capture d’écran 2018-06-04 à 11.11.16Capture d’écran 2018-06-04 à 11.11.57

[12] un souterrain sous les voies ferrées ou une passerelle relieraient les deux entités.

[13] 30m = l’équivalent d’immeubles d’habitation d’une dizaine d’étages.

[14] extraits du courrier adressé le 19/05/2018 à Agnès Buzyn et à la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche, au Président de la Métropole, au Député, au Président de Plaine Commune, au Maire de Saint-Ouen, au préfet de Région, aux DG de général de l’ARS et de l’AP-HP, à la Présidente de l’Université Paris 7

signataires : FI, PCF, EELV, Génération-s, Soigne ta Gauche et des élus

extrait :

 » (…) nous vous demandons publiquement :

– Une remise à plat du projet d’hôpital au regard du territoire de santé et des besoins des patients ;

– L’organisation d’un véritable débat local, avec les citoyens et les professionnels de santé ;

– Une clarification des positions des différents acteurs du projet sur l’hypothèse d’implantation de l’hôpital sur le site de PSA à Garibaldi.

En tant que citoyennes et citoyens engagés à Saint-Ouen nous avons à cœur de rompre avec l’image d’une banlieue conçue comme un espace au service de Paris sur lequel s’implantent les infrastructures dont la capitale a besoin mais qu’elle ne veut pas sur son territoire. La construction de l’hôpital Grand Paris Nord à Garibaldi serait à cet égard une mauvaise décision. »

Les Audoniens ne peuvent rester dans le flou et n’être que spectateur d’un mauvais projet.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

5 réflexions au sujet de « L’hosto contre les prolos… »

  1. Encore une fois, la démonstration est faîte que les décisions prises par certain(e)s, et revendiquées par d’autres (parfois), sans consulter les principaux intéressé(e)s n’étaient et ne sont jamais les bonnes (où sont aujourd’hui ceux(celles) qui à la veille d’une campagne électorale se prévalaient (conférence de presse à l’appui) de leur action pour permettre l’implantation de l’hôpital sur les Docks ?).
    Pour autant, comme si certain(e)s n’avaient rien compris, on recommence la même erreur en proposant une implantation délirante…en terme de circulation/desserte…en niant le caractère patrimonial remarquable de l’usine PSA…en niant le caractère emblématique et singulier de la survivance d’une activité industrielle en coeur de ville.
    Saint-Ouen mérite mieux que cette mauvaise partie de Monopoly !
    Mais où est l’arbitre ?

    • En plus le gars – tout juste nommé – qui s’occupe de ce gros bastringue au nom de l’Etat va partir sous peu en… retraite !
      Un certain Jean-Claude GAILLOT.

    • Monsieur Planque
      St Ouen mérite mieux ??
      Vous êtes co-auteur du  » bradage » de notre ville à pleine-co, …tant qu’a le faire, vous auriez pu le faire mieux…, vous êtes aussi co-responsable de notre dette abysalle, sans les résultats qu’elle était en droit d’en attendre, comprenez donc que le  » ST ouen mérite mieux » écrit par vous laisse pantois!
      Voilà, c’est dit! Je m’en tiendrai à ces quelques lignes

  2. Paul,

    T’aimes pas le monopoly en Seine St Denis ? Le jeu sorti en novembre 2009 était vendu à l’office du tourisme avenue Gabriel Péri.

    Aurait-il été lancé avec le concours de la direction du patrimoine sous l’égide d’Hervé Bramy président du CG 93 (2004-2008) ou de Claude Bartolone (2008-2012) ?

    Article du Parisien de novembre 2009
    ———————————————————————————
    Offrez-vous le 93 en Monopoly
    >Île-de-France & Oise > Seine-Saint-Denis > Bobigny| 18 novembre 2009, 7h00 |6

    Le Monopoly spécial Seine-Saint-Denis est sorti. Le célèbre jeu de société propose vingt-huit sites à « acheter ». Les plus chanceux se paieront les puces de Saint-Ouen.

    Au Monopoly de la Seine-Saint-Denis, ce sont les puces de Saint-Ouen qui coûtent le plus cher.

    Pour les murs à pêches de Montreuil, ce sera 120. Le double pour l’hôpital Avicenne de Bobigny, 300 pour le lycée du Raincy et 350 pour la cité 212 du Blanc-Mesnil.

    A payer en liquide, s’il vous plaît, avec les billets violets, orange ou jaunes siglés Monopoly.

    Le jeu de société le plus connu dans le monde, symbole du capitalisme et de la spéculation immobilière, tout autant que de parties passionnées et interminables, existe désormais en version Seine-Saint-Denis.

    La suite
    http://www.leparisien.fr/bobigny-93000/offrez-vous-le-93-en-monopoly-18-11-2009-715248.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *