Election en toute discrétion

 

Capture d’écran 2017-09-27 à 22.12.45

On s’en doutait, le scrutin sénatorial aura assez peu marqué les esprits. Interminable séquence électorale 2016-2017, mode de scrutin complexe voire incompréhensible, élection indirecte, renouvellement partiel, manœuvres politiciennes sur fond de recomposition, campagne électorale entre initiés : le citoyen aguerri a peiné à s’y retrouver et même à s’y intéresser. D’autant que sur nos terres les « Insoumis », hier victorieux aux Législatives, n’étaient pas candidats à la haute assemblée de la Vème République qu’ils rejettent par ailleurs. Sans compter que cette formation politique de création récente n’avait pas de grands électeurs donc quasi aucune chance de peser.

Pour aller directement à la conclusion on notera simplement que le Macronisme, jeune et triomphant, a dû en rabattre dans ses ambitions avec un premier revers électoral. Sur les 318 sièges, La République en Marche marque le pas avec 24 sièges (-5), Les Républicains et leurs alliés se renforcent avec 171 sièges (+29) et confirment leur domination au Sénat, les Socialistes limitent la casse avec 69 sièges (-17), le PCF sauve la mise avec 10 sièges(-8)[1], le FN conserve juste ses 2 sièges[2].

Au-delà d’un contre pouvoir sénatorial au niveau du vote de la loi face à l’Assemblée nationale dominée par les « Marcheurs », c’est la réforme constitutionnelle (réduction d’1/3 des parlementaires et dose de proportionnelle), prévue par le Président de la République en 2018 qui pourrait être mise à mal. Il faut en effet pour passer à l’acte un vote favorable des 3/5ème des 925 parlementaires (577 députés et 348 sénateurs) soit 555. Il manquerait de l’ordre de 179 voix au Président pour changer les institutions. Il faudra donc débaucher des « Constructifs » LR ou des Socialistes « macro-compatibles » voire quelques « Centristes » conciliants »[3]. Sauf à en appeler au peuple avec un référendum risqué.

William Delannoy Adel Ziane Henri Lelorrain Elise Boscherel

Pour en revenir à nos moutons, et plus près de chez nous en Seine St-Denis (6 sièges à pourvoir) les 4 sortants désignés par leurs pairs (LR, PCF, PS et UDI) sont réélus. Les Républicains et le PCF gagnent chacun un siège respectivement : Anne Delmont-Koropoulis (Adjointe au Maire d’Aulnay) et Fabien Gay (directeur de la fête de l’humanité et conseiller municipal du Blanc Mesnil). Parallèlement,  le PS garde seulement sa tête de liste Gilbert Roger mais n’arrive pas à faire élire sa n°2 Anne Déo (EE-LV) imposé sur la liste en éjectant grossièrement Evelyne Yonnet (sénatrice sortante PS).

Pour nos personnalités locales, rappelons tout d’abord que seuls furent sénateurs les communistes Fernand Lefort (de 1968 à 1986) et Paulette Fost (de 1986-1995)[4]. William Delannoy, notre Maire candidat à tout, figurera lui modestement en 5ème place en position inéligible sur la liste UDI de 2017 comme d’ailleurs Adel Ziane (secrétaire de la section PS de St-Ouen) n°5 sur la liste socialiste[5].

Il convient aussi d’indiquer sur la liste « citoyenne » versus PS tendance Hamon, en bonne place (n°2) Henri Lelorrain (ex PS) ancien Conseiler municipal délégué aux Sports et (n°7) Elise Boscherel ancienne Conseillère municipale[6]. Bref du beau monde sur une liste, qui faute d’avoir obtenu un siège a largement torpillé le PS en espérant marquer des points dans une recomposition de la Gauche.

Enfin pour la bonne bouche, soulignons qu’Eliane Assassi, sénatrice réélue et Présidente du groupe PCF au Sénat est un peu de… chez nous. Elle fut en effet pendant plusieurs années Directrice de cabinet de l’ancien Maire de St-Ouen (au cours du premier mandat de celle-ci). Visiblement son départ d’alors vers d’autres cieux a été fructueux pour la Gauche et à un tout autre niveau.

Du local au national, il n’y a souvent qu’un pas mais beaucoup de prétendants et peu d’élus à l’arrivée.

EPS

Capture d’écran 2017-09-28 à 20.58.25

 

[1] Le PCF qui avait 18 sièges dans le Sénat sortant mais avait 16 sièges en renouvellement (pas de chance !). Il a donc pris de plein fouet ses mauvais résultats électoraux des municipales de 2014 avec une perte majeure de «grands électeurs.

[2] Les 2 sièges FN n’étaient pas renouvelables. Au final 344 sièges pour différentes formations et 4 non inscrits soit le compte est bon : 348 sièges.

[3] du Modem à l’Udi en passant par les Radicaux en réunification (de Droite dits « valoisiens » et de Gauche jusqu’ici alliés au PS).

[4] Jacqueline Rouillon (ancien Maire) aurait d’ailleurs été à l’époque sa secrétaire parlementaire (du moins sur l’annuaire téléphonique de la ville au Cabinet du Maire) http://www.soignetagauche.fr/2013/12/ovl-cold-case-saison-3/ note n°10).

[5] On se rappellera aussi que des provocateurs impénitents avaient diffusé la rumeur selon laquelle Karim Bouamarane (candidat malheureux aux Municipales) avait essayé d’être désigné tête de liste du PS aux sénatoriales de Seine St-Denis. Evidemment un mensonge éhonté.

[6] Elise Boscherel fut également candidate aux Cantonales de St-Ouen en 2011. Pour expier ses péchés elle vivrait désormais en exil à St-Denis.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions au sujet de « Election en toute discrétion »

  1. Il serait grand temps de supprimer ce sénat qui ne sert à pratiquement rien si ce n’est de permettre à certaines et certains de pantoufler sur le dos du contribuable.

  2. Bravo aux 2248 Grands Électeurs séquano-dionysiens ayant voté dimanche 24 septembre 2017, et ayant éliminé la liste de l’association pour le renouvellement de la vie politique et éliminé la liste du Front National.

    En Seine-Saint-Denis il faut éradiquer le Front National et La République en Marche.

    Espérons que les trois sénatrices et sénateurs de gauche Eliane Assassi Fabien Gay et Gilbert Roger s’opposent aux lois de Macron aux impacts de celles-ci sur 1,6 millions habitants de notre département

    Espérons que les sénatrices et sénateurs du Parti Socialiste et celles et ceux du Parti Communiste Français travaillent ensemble afin de saisir le Conseil Constitutionnel lorsqu’une loi de Macron leur semblera ne pas respecter ni la Constitution de la cinquième République ni respecter le bloc constitutionnel.

    La théorie du ruissellement constitue le nouveau délire de La République en Marche pour justifier la suppression des valeurs mobilières de l’assiette de calcul de l’IFI. Cette théorie ne repose sur aucune étude scientifique. La République en Marche exploite l’ignorance et utilise des médias audiovisuels acquis à sa cause pour propager des contre-vérités.

    Il faut détruire politiquement Emmanuel Macron.

    Les partis de gauche doivent préparer les élections européennes de juin 2019 et les élections municipales de mars 2020.

    Espérons que dimanche 8 mars 2020 à Saint-Ouen les partis de gauche EELV LFI PS PCF parviennent à s’entendre sur un programme de gestion 2020-2026 de notre ville et sur une liste de candidat(e)s.

  3. La Droite victorieuse n’aura pas tardé à se diviser. Comme l’indique l’article suivant du Monde, l’UDI ne serait pas insensible aux sirènes macronistes.
    Comme quoi même pour nos notables, il ne s’agit pas d’élire des sénateurs, il faut s’assurer qu’ils resteront fidèles à leur camp…
    Quelles incidences, cette rupture entre l’UDI et LR peut-elle avoir sur la cohésion de notre majorité municipale?

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/10/01/l-udi-est-desormais-libre-de-toute-alliance-avec-les-republicains_5194215_823448.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *