Malgré la division…

Unknownimages

Atterrissage réussi pour Eric Coquerel de la France Insoumise qui devient avec 51,7% des voix (55,5% à St-Ouen) notre nouveau Député dans cette 1ère circonscription dont le représentant a été Bruno Le Roux (PS) pendant 20 ans. Tout un symbole ![1] 

Une qualification obtenue à l’issue du 1er tour malgré la campagne dynamique de Frédéric Durand (FdG-PCF), élu local bénéficiant de soutiens divers[2] et qui avait fait campagne pour Jean-Luc Mélenchon. Une « Primaire » qui aurait pu être suicidaire pour la Gauche.

Eric Coquerel, un des fondateurs du Parti de Gauche et proche de Jean-Luc Mélenchon comme son alter ego Alexis Corbière à Montreuil, transforme donc l’essai face à la vague Macron. Il gagne aussi son pari en s’imposant ici à Saint-Ouen sans vraiment de bases militantes ni d’ancrage local.

Un succès qui tient donc d’abord à la recomposition de la Gauche Radicale et l’émergence de la France Insoumise avec son leader charismatique, qui tend au niveau national (et médiatique) à supplanter le Parti Communiste notamment dans une partie de la jeunesse et des couches moyennes.

Un succès qui s’appuie également sur l’appel clair et sans ambiguité de Frédéric Durand et d’une grande majorité de ses soutiens (dont nous étions) en faveur d’un vote pour Eric Coquerel. Au-delà de la « consigne », force est de constater que le pragmatisme et l’intelligence politique se sont traduits par un report de voix concret et décisif de l’électorat communiste pour le candidat de la France Insoumise.

En résumé, au-delà des divergences et des différences, les socio-libéraux au tapis et la Droite d’ « En Marche » battue, pour notre part nous ne boudons pas notre plaisir ![3]

Alors que l’abstention massive (67,8% sur la circonscription !) disqualifie le système politique actuel et sa majorité, l’heure est plus que jamais à la mobilisation sociale, à l’unité et à la reconstruction de la Gauche.

Eric PEREIRA-SILVA

 

https://www.challenges.fr/elections/resultats/seine-saint-denis-93/1ere-circonscription

[1] Pour mémoire en 2012 Bruno Le Roux bénéficiant du désistement au 2ème tour d’Hayat Dhalfa (Fdg), était réélu avec 100% des exprimés ! Au 1er tour des Législatives de 2017, ces héritiers directs Yannick Trigance (élu Député depuis quelques mois) et son suppléant Karim Bouamrane obtenait… 9,4%.

[2] soutien à Frédéric Durand dont le nôtre.

[3] D’autant que Stéphane Peu (PCF-FDG) soutenu par la France Insoumise s’impose également à Saint-Denis où il bat la candidate d’En Marche et succède à Mathieu Hanotin (PS), ex Directeur de campagne de Benoît Hamon, éliminé au 1er tour.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

20 réflexions au sujet de « Malgré la division… »

  1. « Monsieur Eric Coquerel, puisque vous considérez circonscriptions et candidat.e.s comme interchangeables, parachutez-vous ailleurs. Avec un peu de chance, vous trouverez des plus dociles que nous. Bon vent ! » »

    La politique où l’art de l’opportunisme et du retournement de veste. Cela me fait penser à la chanson de J.Dutronc. Finalement la docilité a prévalue.

    L’appareil coco s’est finalement mobilisé. Quel ne fût pas ma surprise de voir certains apparatchiks attendant les résultats et manifester bruyamment leur joie à la proclamation des résultats (par le Maire) mettant largement en tête à Saint Ouen E. COQUEREL . En réalité leur présence n’était pas vraiment lié à la victoire du candidat de FI mais plutôt à la situation locale. Ils étaient là pour signifier au Maire que Saint Ouen reste une ville de gauche (ce qui est vrai), sous entendu en 2020 aux municipales Saint Ouen votera à gauche. Oui mais quelle Gauche ? DURAND a été battu à Saint Ouen, il faudrait que les cocos s’en souviennent. Selon moi à Saint Ouen il ne sera pas possible de reconstruire et d’unir la Gauche avec et autour de ces gens là.

    « Un succès qui s’appuie également sur l’appel clair et sans ambiguité de Frédéric Durand et d’une grande majorité de ses soutiens (dont nous étions) en faveur d’un vote pour Eric Coquerel »

    Un appel non sans arrières pensées et qui, au moins sur ce blog, n’a pas été aussi net qu’il aurait dû l’être (« Nous appelons ici nos concitoyens, et sans hésitation, à voter le 18 juin prochain pour faire barrage au candidat de la République en marche ».)

    Petite précision :

    « Un succès qui tient donc d’abord à la recomposition de la Gauche Radicale et l’émergence de la France Insoumise avec son leader charismatique, qui tend au niveau national (et médiatique) à supplanter le Parti Communiste notamment dans une partie de la jeunesse et des couches moyennes. »

    Il y a bien longtemps que le PC a été supplanté dans une partie de la jeunesse et des couches moyennes par ………………..le PS. C’est ce dernier que JLM cherche ouvertement à remplacer.

  2. Avec 10% de retard sur son concurrent macronniste, François Ruffin, créateur du journal Fakir et auteur de Merci Patron, est élu dans la Somme.

    Ses 3 premières mesures sont

     » 1. Mon mandat sera révocable.
    Si 15 % des électeurs de la circonscription pétitionnent contre moi, s’ils m’ont élu et que pourtant mes positions à l’Assemblée ne les représentent pas, je démissionnerai. Je remettrai mon mandat en jeu.

    C’est pas une idée d’hurluberlu : certains pays, la Suisse, le Venezuela, des Etats américains le pratiquent déjà, depuis longtemps.

    Depuis trente ans, les députés votent des lois qui renforcent la précarité, qu’ils cassent le CDI, avec des CDD, de l’intérim, l’an dernier la loi El Khomri… Eh bien, cette précarité, que nos parlementaires se l’appliquent déjà à eux-mêmes !

    2. Mes réserves parlementaires

    Vous l’ignorez peut-être : chaque député dispose d’environ 130 000 € par an (soit 650 000 € durant son mandat). L’élu est libre de distribuer cette somme selon son bon vouloir, à des communes, des associations, etc. Ca se fait avec un clientélisme évident : des maires, des présidents d’association lui sont attachés moins par les convictions que par l’argent qu’ils reçoivent, qu’ils attendent.

    Je refuserai ce fonctionnement.

    Je ferai tirer au sort un jury, parmi vous, parmi les citoyens, et c’est vous qui choisirez les projets les plus utiles, les plus pertinents, les plus conformes à l’intérêt général.

    3. Mon salaire : le smic

    Un député touche une rémunération de 7100 € brut (en plus d’une « indemnité représentative » de 5770 €, et d’autres avantages). Tant que le Smic ne sera pas relevé, comme je le souhaite, à 1 500 €, je resterai donc à 1 181 € (le minimum de la convention collective des journalistes, ma paie à Fakir).

    D’abord parce que je ne fais pas de politique pour m’enrichir.

    Surtout, parce que, depuis trente ans, les députés gèlent les salaires des autres, jugent que les travailleurs français ont trop d’ « acquis », qu’ils ne sont pas assez « compétitifs » comparés aux Roumains, aux Indiens, aux Chinois, etc. Mais eux, nos élus, sont-ils compétitifs par rapport aux députés Roumains, Indiens, Chinois ? Est-ce qu’on ne pourrait pas trouver moins cher ailleurs ?

    Ce qu’on prône, il faut d’abord se l’appliquer à soi-même. »

    http://www.francoisruffin.fr/mes-trois-premieres-mesures

    Est-ce que Coquerel pourrait lui aussi adopter ces mesures ?

    • Meeeuuuuuhhhhh non. Coquerel n’est pas un démago comme Ruffin. Il a raison le Coquerel, il va s’en mettre plein les fouilles. Pourquoi s’en priverait il ? Il a le mandat maintenant y fait ce qu’il veut. Après tout c’est la bande de moutons qui paient.

      Et puis si tous les députés devenaient honnêtes, qu’est ce qu’on s’emmerderait. En plus ça créerait du chômage : faudrait foutre à la porte plus de la moitié des journaleux.

      Non mais chte jure, de l’honnêteté en politique, on aura tout vu.

    • En faisant le ménage du lundi, j’ai (re)trouvé un trac de Coquerel dans lequel 2 des 3 mesures de Ruffin sont reprises à savoir dans l’ordre du tract :
      – le jury pour la gestion de la réserve parlementaire
      – signataire de la charte Anticor et révocabilité de l’élu

      Il ajoute :
      – l’organisation de réunions mensuelles avec les citoyens
      – le non cumul des mandats (il renonce à son mandat de conseiller régional)

      Il n’a pas repris l’idée de Ruffin sur le salaire du smicard pour le député. Dommage !

  3. Par ce qu’il faut coopérer avec la politique environnementale de la Ville de Paris, par ce que les habitants de Saint-Ouen veulent des progrès en matière d’écologie, par ce que lutter contre le réchauffement climatique crée des emplois, Saint-Ouen a besoin d’une ou d’un maire La France Insoumise en mars 2020.

    Six ans de régressions environnementales et d’absence de projets écologiques suffisent.

    Ensemble demandons au parti La France Insoumise de trouver une candidate ou un candidat au poste de maire de Saint-Ouen.

    • @ Dominique

      On ne vous a pas tout dit. Les municipales et les Législatives c’est pas tout à fait pareil. Un homme ou une femme providentielle ne suffit pas il faut constituer une liste avec 42 co listiers si possible crédibles, diverses et du coin. Avec (horreur !) un programme (de grandes orientations et des engagements plus précis sur le… local).

    • Nonobstant le fait qu’il faille effectivement présenter une liste et non un seul candidat, il est intéressant de lire que vous faites référence à la France Insoumise et non au PCF.
      Que penseriez vous d’une liste commune PCF/FI ?

      • @Joseph

        Je pense que des élections municipales se préparent longtemps à l’avance et qu’une liste commune LFI/PCF/EELV/PS/MRC est attendue pour une gestion intelligente rigoureuse sociale et écologique de Saint-Ouen de 2020 à 2026.

        Nous serons bientôt soixante mille femmes hommes et enfants à vivre à Saint-Ouen avec des besoins en équipements en services et en commerces.

        Les élections ont lieu dimanche 8 mars 2020. Deux ans et huit mois c’est court pour détailler un programme et constituer une liste.

        Les partis de gauche sont chaleureusement invités à s’entendre sur un programme et sur une liste de 42 candidates et candidats (21 femmes et 21 hommes) .

        • Dominique, je pense que vous n’avez pas tiré les leçons communes aux municipales, départementales ou législatives. Une majorité d’audoniens ne se reconnaît plus dans les partis ou les cartels de partis qui veulent gérer les affaires de la commune en son nom ou en leur promettant la lune. Si les partis que vous mentionnez ou d’autres veulent se refaire une légitimité de Gauche d’ici mars 2020, ils doivent s’impliquer dans les revendications et les combats des audoniens ou de leurs associations comme le font les Insoumis avec les locataires de Zola ou les habitants qui veulent que St-Ouen soit desservi par les nouveaux velibs comme toutes les autres communes de la proche ceinture parisienne que nos « écolos » de l’actuelle majorité municipale voudraient nous faire quitter.
          Si les futures municipales restent un combat entre notables flattant le clientélisme par des promesses irréalisables, je ne vois pas pourquoi elles seraient plus favorables à la Gauche qu’à l’équipe sortante!

  4. à Dominique, quelle politique environnementale à Paris?
    Ce que l’on présente comme des actes favorables à l’environnement sont depuis des décennies des abandons continus d’activité industrielle, logistique et de transport et de non satisfaction véritable des besoins humains de tous gens.
    L’emploi et les services publics ont fortement régressés en région parisienne, à paris, en particulier. Je parle ici d’emploi à plein temps.
    La nature pure contre l’homme méchant, c’est de de l’écologie à deux balles, qui évacue les rapports politiques et sociaux, la production de richesses, leur juste répartition face au CAC et à l’Europe des trusts.
    La petite ceinture ferroviaire rayée de la carte pour des lobbies illusionnistes et financiers, en est l’exemple criant de bêtise et de non sens.
    Les déséquilibres sociaux au profit des beaux quartiers et de l’Ouest riche, la spéculation comme jamais développée, voila le vrai bilan des majorités RPR puis PS et de leurs maires respectifs.
    Ce n’est donc pas chez les futurs ou récents coucous que les solutions arriveront. Les tourneurs de veste n’ont jamais fait avancer quoi que cela sauf agir en muleta pour les apôtres aveugles et autres dévots.
    Il y a nécessité de refuser la démagogie comme de laisser croire que des préconisations, recommandations, des propositions issues de partout (Pcf, partis, syndicats, Etat, associations, individus) pour un changement véritable n’existeraient pas. Ce blog est une modeste expression mais bien concrète des possibilités citoyennes, et aussi de son impact dont certains encore se mordent les doigts….
    Donc pas besoin de sauveur suprême mais d’un véritable creuset d’idées et d’actions, et de respect.

  5. « Des ordonnances, oui, contre la finance ! »

    Meeting à Paris lundi 26 juin à 19h00
    Bourse du travail

    par L’équipe de Fakir 23/06/2017

    On a besoin de vous

    Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

    Ce mardi, c’est la rentrée parlementaire. Alors on s’est dit, ça serait bien qu’on se cause la veille : comment on va faire pour que les députés de gauche, à l’Assemblée, servent de point d’appui aux gens ?

    Et l’inverse aussi : comment les députés de gauche vont trouver un point d’appui chez les gens ?

    Bref comment va-t-on faire pour lutter dans et hors de l’hémicycle ? Comment on fait pour mêler les urnes et la rue ? Comment on va bousculer Emmanuel Macron et sa bande ?
    Comment on va imposer des ordonnances, oui, mais sur la finance ?

    Ça vaut le coup qu’on y réfléchisse ensemble, non ?

    Meeting organisé par Fakir et le SNJ-CGT.
    Avec les députés : François Ruffin, Clémentine Autain, André Chassaigne, Eric Coquerel.

    Et avec Emmanuel Vire (Snj-cgt), Loïc Canitrot (des intermittents précaires), Annie (auxiliaire de vie sociale), Renaud Lambert (Le Monde Diplomatique) et Claude Leclerc (délégué CGT Simply Market).

    http://www.fakirpresse.info/des-ordonnances-oui-contre-la-finance-meeting-a-paris

  6. « Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné ! »

    Et voilà pour lutter contre la finance, il faut donner des sous.

  7. Le projet de loi d’habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social est en discussion à l’Assemblée Nationale.

    Ce texte modifie les conditions juridiques de travail de dix huit millions de salariés du secteur privé. Ainsi l’article 3 paragraphe 1) d) permet au gouvernement de modifier par ordonnance le délai de recours en cas de rupture du contrat de travail.

    Dans chacun des neuf articles de ce projet de loi il n’y a aucune limite à limite à la possibilité de légiférer par ordonnance. Il n’y a aucun garde-fou.

    Les députés peuvent déposer des amendements à ce texte jusqu’à ce lundi 3 juillet 2017 à 17h au bureau de la Commission des Affaires Sociales.

    Notre député de la première circonscription de Seine-Saint-Denis Éric Coquerel a-t-il rédigé des amendements afin de mettre des gardes-fous dans chaque mesure de ce projet de loi d’habilitation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *