Destins croisés

Karim Bouamraneyoussef ayadi 1adel ziane - Version 2

Derrière les rassemblements de façade ou les majorités internes écrasantes, nos socialistes locaux abritent des talents divers et des trajectoires personnelles parfois rocambolesques démontrant qu’en politique aujourd’hui tout est toujours possible.

A tout seigneur tout honneur, les efforts de Karim Bouamrane pour conquérir un mandat électif significatif [1] n’auront pas été tout à fait vains. Fin connaisseur du foot, de la mode et de l’informatique le voilà promu Secrétaire national adjoint du PS « au pôle Production / Répartition des richesses » (!).Les jaloux et les mauvaises langues murmurent déjà qu’il a rejoint l’ « armée mexicaine » de Jean-Christophe Cambadélis [2] et qu’il s’agirait donc d’un enterrement de 1ère classe. Les plus optimistes y voient un marchepied pour la suite et peut-être – finalement – un poste éligible pour les prochaines élections régionales[3]. Un suspens haletant !

Jeu de chaises musicales induit, un nouveau secrétaire de la section locale du PS, Adel Ziane, a donc été adoubé il y a peu pour garder la maison. Depuis quelques années à Saint-Ouen, en bonne place sur la liste socialiste aux Municipales [4], il est réputé sérieux et moins « clivant » que son prédécesseur pour contenir les turbulences internes et dialoguer avec « l’extérieur ». Il a bien évidemment la bénédiction du grand ordonnateur le Député Bruno Leroux. A suivre donc.

Moins glorieux et moins chanceux, Youssef Ayadi[5] qui avait a priori violemment agressé son camarade Henri Lelorrain[6] à la sortie d’une réunion socialiste vient d’écoper d’une condamnation par la justice de deux mois de prison avec sursis. Visiblement les juges ont peu apprécié jusqu’ici son attitude et son histoire emberlificotée. Une décision un peu moins clémente que son exclusion temporaire de six mois du PS en ayant dans un premier temps reçu des soutiens internes un assez hasardeux et maladroits[7]. L’intéressé a finalement fait appel.

Pour l’heure, comme c’est souvent le cas dans ces obscurs jeux d’appareils et les écuries présidentielles, peu de femmes. C’est hélas, ou heureusement, assez significatif. On est donc toujours dans la tambouille que rejettent pourtant largement nos concitoyens.

A dire vrai ces péripéties au niveau de la section socialiste ne nous attristeraient pas outre mesure si les choses étaient plus enthousiasmantes dans le reste de la Gauche locale avec des Ecologistes aux abonnés absents et un Front de Gauche peinant à se démarquer de l’ère Rouillon. Cette dernière toujours à la manœuvre semble d’ailleurs reprendre du poil de la bête à la grande satisfaction de la Droite municipale ravie de garder son épouvantail préféré.

Lueur d’espoir : en politique la décomposition précède fatalement la recomposition.

 

 

[1] postes de Vice-Président de Plaine Commune, de Maire puis de Conseiller départemental.

[2] Une équipe pléthorique de près de 80 Secrétaire nationaux moquée par la presse.

[3] Après tout en son temps, Abdelhack Kachouri à peine élu adjoint au Maire à la sécurité brigua un mandat de Conseil Régional devint Vice-Président de la Région quitta St-Ouen et fut contraint très tardivement de démissionner du Conseil municipal.

[4] En 11ème position et probable Adjoint au Maire en cas de victoire en 2014 aux Municipales. Il fut également assistant parlementaire du Député  Pierre Moscovici qui deviendra Ministre puis Commissaire Européen. Pour mémoire, car ça ne s’invente pas et on like grave, le dernier rappel à voter pour A. Ziane par K. Bouamrane le 10 juin a 14h43 sur facebook :

Jeudi 11 juin. A tous les camarades socialistes de St Ouen. A partir de 17h (Gmt; heure locale): tous aux côtés d’Adel Ziane pour le vote de secrétaire de section. Il est brillant, drôle, impliqué pour notre ville et notre parti et surtout aussi intelligent qu’humble. Un seul défaut : il ne met jamais de gel capillaire ce qui peut être surprenant quand on le croise après une journée de boulot . Le 11: On vote Adel !

[5] En 15 ème position sur la liste socialiste aux dernières Municipales.

[6] Claquant la porte de la réunion H. Lelorrain aurait été traité à l’extérieur de la salle de « petit blanc » par Y. Ayadi. Ce dernier aurait alors clos l’échange assez vif par une « droite » sans sommation et un peu lourde.

article parisien lelorrainLe Parisien du 24 juin 2015

[7] On pense notamment à des témoins en sa faveur voyant à travers les murs ou à la théorie de la légitime défense.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

8 réflexions sur « Destins croisés »

  1. @STG
    Si comme vous l’écrivez “On est donc toujours dans la tambouille que rejettent pourtant largement nos concitoyens.” pourquoi faites vous un post aussi long avec photos sans avoir demandé l’autorisation des personnes (je parle des 4 bien sur) ?
    Si ce n’est (une fois de plus) pour dire que le PS à Saint-Ouen est pourri et tout et tout. Comme les commentaires sont de plus en plus rares sur ce blog (et oui le 2.0 vous vole la vedette) je fait un pari : vous allez atteindre 3 000 commentaires sur ce post car comme vous le faites une fois sur deux pour parler “politique” vous évoquer les tambouilles internes du PS. C’est votre fond de commerce ou z’avez plus d’idées ?

  2. Une invitation

    —————————————————————
    Se désintoxiquer de la langue de bois (Sur les docks)

    “Se désintoxiquer de la langue de bois” : un documentaire de Myriam Prévost et Véronique Vila. Diffusion sur France Culture le 07/05/2014.

    La langue de bois fait partie de nos vies mais souvent on l’oublie. L’emploi d’un mot plutôt qu’un autre connote négativement ou positivement nos pensées, en fonction de l’idée, du sous-entendu, ou de la valeur morale qu’on veut donner aux choses. Pour cela, la langue de bois utilise des néologismes, anglicismes, sigles, euphémismes, oxymores et autres figures de style. On ne dit plus : « secrétaire », on dit : « assistante de direction » ; on ne dit plus : « équipe de travail », on dit : « team » ; on ne dit plus : « usagers », on dit : « bénéficiaire » ou « client »…
    Les animateurs et participants de la coopérative d’éducation populaire “L’orage”*, à Grenoble, travaillent collectivement la question de la langue de bois (ou « novlangue »). Ils cherchent à analyser les rouages de sa fabrication, dans le cadre de « formations professionnelles » et d’ateliers de « désintoxication de la langue de bois ».

    Dans les (dé)formations de “l’orage”, on apprend à déconstruire le langage pour pouvoir agir différemment dans le monde, pour aller vers des façons de faire plus démocratiques, que ce soit dans les activités de loisir ou d’engagement, dans le travail, ou dans les relations.

    *”L’orage” fait partie d’un réseau d’éducation populaire, composé des SCOP Le Pavé à Rennes, le Vent Debout à Toulouse, et l’Engrenage à Tours.

    https://www.youtube.com/watch?v=0EJY8z4mfFQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *