Série noire chez les bleus [1]

5ème fusillade 4

L'homme qui a chuté du 4è 3balle machoire 1regain de violence 2le recit poignant 5*

Tirs d’armes à feu et fusillades avec blessés par balles, les affrontements violents pour le contrôle du trafic de drogue s’enchaînent inexorablement depuis quelques semaines à Saint-Ouen[2]. Une situation qui suscite légitimement une vive inquiétude et notamment dans nos cités populaires qui sont le théâtre de ces évènements intolérables et insupportables.

La « faute au nouveau Maire » ? Il faudrait être d’une singulière mauvaise foi pour l’affirmer[3]. Cette situation, difficile et complexe, vient en effet de loin. Nourrie des difficultés sociales, elle est favorisée par l’accessibilité de notre ville aux portes de Paris. Les anciennes majorités municipales, notamment celles pilotée par Jacqueline Rouillon, ne sauraient donc masquer leurs maigres résultats sur ce dossier sensible en s’érigeant aujourd’hui en procureur.

Une chose est certaine toutefois, l’ancien opposant, William Delannoy, ne pourra pas se contenter désormais d’affirmations péremptoires ou de promesses démagogiques. Parsemer la ville de caméras ou augmenter (un peu) les effectifs de la police municipale ne règlera pas le problème au stade dramatique où nous sommes. Parallèlement, la liquidation du service des médiateurs ou la mise à la diète des associations (par exemple) ne sont pas vraiment les signes d’une vision globale.

Prise de conscience tardive, le Maire s’est finalement rendu compte qu’en la matière l’Etat ne jouait pas vraiment son rôle[4]. Peu familier du collectif, il ne semble pas pour autant enclin à favoriser une mobilisation populaire. Ni même simplement à informer réellement ses concitoyens[5].

Se déclarant dans le Parisien du 1 décembre dernier, par pragmatisme « pour la légalisation du cannabis », il considérait en effet que « l’Etat ne mettra jamais assez de moyens policiers pour enrayer le trafic. C’est un combat perdu d’avance ». Le Conseil municipal partage-t-il cette appréciation ? Transcendant les clivages politiques, ouvrira-t-il un débat public en ce sens ?

En tout état de cause « la désescalade » prendra du temps même avec des moyens humains et financiers conséquents. Au-delà de la vidéo surveillance coûteuse et à l’efficacité limitée, c’est en réalité une panoplie d’outils techniques, d’intervenants, de bailleurs sociaux, de partenaires, d’associations, de collectivités qu’il faut mobiliser. Compte tenu de la gravité de la situation, une réelle transparence sur le fonctionnement et les décisions du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance serait la bienvenue. [6]

Par ailleurs si rien de sérieux ne se fera sans un fort engagement de l’Etat, pas grand chose ne fonctionnera sans l’intervention des citoyens concernés. La mise en place de Comités de quartiers serait également une pièce utile aux dispositifs démocratiques qui font tant défaut dans notre ville.

Capture d’écran 2015-05-08 à 01.01.26Capture d’écran 2015-05-08 à 01.05.27

Pour l’heure, les derniers évènements violents dans la Cité Emile Cordon posent avec acuité le réaménagement de cet ensemble HLM délaissé depuis des années. Un programme ambitieux  a été retenu par l’agence nationale de la rénovation urbaine (ANRU 2) sur la base du dossier préparé par l’ancienne municipalité. Avec l’appui de l’Etat, une restructuration de longue haleine devrait voir le jour à terme en réintroduisant de la mixité sociale, des démolitions , de nouvelles constructions, une accessibilité nouvelle, des espaces publics de qualité, des espaces verts dignes de ce nom..

On parlera aussi très tôt dans ce processus du « vivre ensemble » et de la… sécurité.

Eric Pereira-Silva

 

* quelques unes et articles publiés dans le journal Le Parisien du mois d’avril 2015.

[1] le « bleu » désignant le nouvel arrivé sous les drapeaux, expression provenant de la tenue bleue des nouvelles recrues (militaires) au 18ème ou 19ème siècle ou encore (dans le Dictionnaire du français non conventionnel) de l’argot ‘bitau’ qui désignait un nouvel élève, mot venant lui-même du genevois ‘bisteau’ pour “jeune apprenti“. Ici non pas les policiers mais nos élus municipaux « novices » dont la séquence « rodage » (et bricolage) doit au plus vite se terminer.

[2] 25 mars un jeune homme de 25 ans blessé d’une balle de 9 mm dans le dos rue Emile Zola, 12 avril un jeune homme reçoit une balle dans la mâchoire cité Soubise au Vieux St-Ouen, 24 avril fusillade à la kalachnikov cité Soubise Vieux St-Ouen, 26 avril « poursuivi par la police et armé un homme chute du 4 ème étage Cité Soubise, 30 avril fusillade Cité Cordon deux blessés graves.

[3] du moins de la même mauvaise foi que William Delannoy hier quand il accusait la Majorité d’alors d’être entièrement responsable de tout en matière de délinquance sur la ville.

[4] les fameuses Zones de sécurité prioritaires (ZSP) dont nous sommes dotées n’ont visiblement pas les résultats escomptés. Problème de conception et/ou de moyens ?

[5] le journal municipal ou le site de la ville demeurent peu bavards. Sans l’information de la presse (Parisien en tête) ou les réseaux sociaux c’est la chape de plomb !

[6] le CLSPD est une instance de concertation entre institutions et organismes publics et privés concernés par la prévention et la lutte contre l’insécurité, au sein de laquelle s’organisent la réflexion et l’action conduites au titre de la stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance. La loi du 5 mars 2007 place le maire au cœur de la prévention de la délinquance. Elle lui donne les moyens “d’anticiper ou de détecter les évolutions de la délinquance“. Le CLSPD est présidé par le Maire ou son représentant,

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

42 réflexions sur « Série noire chez les bleus [1] »

  1. Dans les prises de position publiques il serait utile d’évoquer la légalisation des ces drogues prohibées qui sont au cœur des violences. Ici l’avis de la Fédération France addiction, “prévention et politique de régulation” vont de paire: http://www.federationaddiction.fr/communique-de-presse-cannabis-alcool-tabac-chez-les-adolescents-que-faire-des-chiffres/ Le rôle de l’état est aussi d’adapter les lois à l’évolution de la société, pas uniquement de mettre des crs partout.

  2. Complètement d’accord avec toi Eric et avec le commentaire de Daniel!!

    Cependant, concernant la mobilisation des habitants et des associations, ils ne peuvent agir que dans le domaine de la prévention!!

    Ce n’est pas aux habitants de faire le ménage, de faire le taf de la police!! Ce type d’actions a pu être observé sous JR et on a vu le résultat pour les habitants qui s’étaient mouillés en terme de représailles!!!

    Les comités de quartier devraient revoir le jour prochainement(Le service vie associative nous l’ avait annoncé, dernièrement, à la MDQ ) des conseils de quartier réunissant jeunes et seniors, habitants et associatifs! Des budgets alloués par l’Etat, distribués à chacun de ces comités,dans chaque quartier permettront la réalisation de projets afin d’améliorer le cadre de vie dans nos cités et de proposer des activités culturelles, ceci dans le cadre du nouveau plan local de cohésion sociale!!

    Concernant le milieu associatif, on constate que dès lors que les associations ne sont plus politisées, elles font du vrai boulot au service des audoniens et ce sont celles-ci qu’il faut privilégier et accompagner.
    Certaines associations existantes ou naissantes ont pu reconquérir les quartiers et salles municipales monopolisées sous JR par celles qui étaient à son service!!!

    On voit la différence, sur Arago,une dynamique commence à naître et elle implique tout le monde : les jeunes, habitants, associatifs, les parents de la crèche, les ass mat, les agents de la Ville.

    Les discussions et propositions sont nécessaires et elles sont riches mais sans moyens matériels, nous ne pourrons rien faire, Nous attendons de l’Etat, certes, mais aussi de Plaine co concernant les travaux d’embellissement et amélioration des terrains et aires de jeux au pieds de nos immeubles!!

    Je crois que manifester devant la mairie pour demander plus de crs dans nos cités est révolu! Ce n’est en aucun cas une solution, on a bien vu qu’ils ne pouvaient rien!!

    Selon moi, ce n’est pas de cette figuration dont nous avons besoin comme réponse de l’Etat mais d’action et mesures politiques concrètes :
    Gatignon n’avait il pas raison? Devons nous employer la manière forte avec l’intervention de l’armée ou la douce avec la légalisation?

    Si j’ai un avis sur la question, j’estime que sur cet aspect répressif, je ne peux pas grand chose, c’est pas mon taf de citoyenne!!

    Par contre je suis très engagée pour éclairer les nouvelles générations et travaille pour trouver des réponses à nos jeunes pour éviter le décrochage au sein des conseils d’école, en participant à la mise en place( enfin!)d’ un projet éducatif territorial avec les différents acteurs de la communauté éducative : il s’agit, Eric d’un premier outil pour la municipalité d’agir à tous les niveaux (petite-enfance, enfance et jeunesse)et d’apporter des réponses concrètes en terme d’animation; d’éducation à la citoyenneté et du vivre ensemble et d’insertion !

    Si chacun d’entre nous s’engage et décide de construire, on fera avancer les choses!
    Perdre son temps dans les constats et les manifs anti-partis nous feront stagner…

    La sécurité des habitants, la mixité sociale, l’éducation et l’emploi de nos jeunes et leurs parents sont des sujets qui devraient nous rassembler plutôt que de nous opposer!!

    Je trouve cela très déplacé que l’opposition actuelle, élue par des audoniens aux dernières élections; se contente de faire du bruit ponctuellement, ne se remette pas en question sur leur bilan dans ce domaine et ne soit pas au complet ,en CM, pour faire des propositions.

    Concernant l’opposition virtuelle (ps), il est peut être temps d efaire redescendre à st-ouen tout ce beau monde que nous avons vu pendant les cantos à moins que l’enjeu n’en vaille pas la chandelle!!!!

  3. Deux pages hier dans le Parisien, et un article ce jour dans Libé.

    A Saint-Ouen, aux portes de Paris, la drogue, les armes et le désarroi des habitants
    AFP 10 MAI 2015 À 20:43

    Des acheteurs par centaines qui viennent se fournir en métro, des trafiquants qui opèrent au grand jour et règlent leurs comptes par les armes: rien ne semble pouvoir enrayer le trafic de drogue à Saint-Ouen, dont les habitants ne savent plus à quel saint se vouer.

    «Je ne sais pas ce qu’on peut faire, il n’y a pas de solution miracle. Maintenant, ça tire sur tout ce qui bouge», se désole Agathe, une sexagénaire qui habite dans cette banlieue nord de Paris, dont plusieurs quartiers sont gangrénés par le trafic de cannabis.

    Comme elle, une centaine d’habitants de tous âges, se sont réunis dimanche à l’appel d’un collectif de mères de famille pour dire «stop» à la violence, après une série de fusillades dont la dernière fin avril à l’arme automatique a fait 3 blessés, des acheteurs présumés.

    Trois silhouettes tracées en rouge sur le macadam, parsemées de bougies, symbolisent les morts liés au trafic que cette ville de Seine-Saint-Denis a connus ces dernières années, explique Sidonie Bougnères, l’une des fondatrices de ce collectif, «Saint-Ouen Debout».

    Jeunes mamans ou quinquagénaires, issues de plusieurs quartiers gangrénés par le trafic, elles estiment que l’action policière a montré ses limites et que la prévention auprès des jeunes doit être renforcée.

    Sauf que rien n’est aussi simple, dans une ville dont la chance et le malheur sont d’être situés à quelques minutes en métro de Paris, réservoir inépuisable d’acheteurs de cannabis, affirme le maire divers-droite William Delannoy.

    – Neuf stations de l’Elysée –

    «La ville de Saint-Ouen vit sous une occupation mafieuse», estime l’édile, qui raconte comment les opérations policières se traduisent souvent par un regain de violence, de nouveaux trafiquants tentant de s’emparer du point de deal vacant.

    Face à l’urgence, le maire et le député PS Bruno Le Roux ont été reçus début mai par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, qui a promis des moyens.

    Avec dix points de deal principaux, identifiés depuis une décennie, Saint-Ouen «est un supermarché de la drogue à neuf stations de l’Elysée» se désole Youcef, un père de famille.

    De plus en plus, les dealers sont armés, parfois de kalachnikov, pour tenir «leur» terrain : «Personne n’est à l’abri, ça tire en pleine journée», témoigne ce quadragénaire qui réclame davantage de policiers, dans une ville dont les quartiers sensibles ont été désignés en exemple des ZSP, les zones de sécurité prioritaire, lors de leur création par Manuel Valls.

    Peine perdue semble-t-il : Malika Guetter, de la cité Emile-Cordon, décrit ces «acheteurs qui défilent toute la journée. «Il y a de tout, des femmes, des hommes en costume-cravate», explique cette sage-femme à la retraite.

    Dans une ville gouvernée pendant un siècle par les communistes, qu’il critique pour leur laxisme supposé envers les trafiquants, le nouveau maire a décidé de «changer de schéma».

    Au grand dam des organisateurs du rassemblement de dimanche, il a supprimé les médiateurs de quartiers : dérisoires face à des trafiquants «équipés d’armes de guerre», selon lui. Le maire table sur la vidéosurveillance, longtemps absente de Saint-Ouen, et la rénovation urbaine.

    Les autorités de l’Etat espèrent de leur côté l’emporter à l’usure. Dans les ZSP, interpellations et saisies de drogue se succèdent, et l’on contrôle désormais davantage les acheteurs : «ça marche très bien, il n’y a pas d’opérations sans résultat», se félicite une source policière.

    En attendant de voir le trafic peut-être un jour diminuer, «on a beau être le plus grand des chauds, on a peur», témoigne un père de famille de 41 ans, casquette et survêtement, qui a grandi dans les cités sensibles de Mantes-la-Jolie.

    Il craint aussi pour ses enfants : «A 7 ans, ma fille sait ce que c’est compter des barrettes de shit».

  4. Et les clients n’ont même pas conscience qu’en plus de mettre en danger toute une ville, ils financent plus largement le terrorisme dans le monde !

    • Notre Député a tweeté :

      .

      @BrunoLeRoux

      Merci @BCazeneuve de me recevoir pour Saint-Ouen et la sécurité de ses habitants.J’ai bien sûr souhaité y associer le maire @williamdelannoy

      .

      … trop sympa !

  5. Il sera difficile de régler le problème de la drogue à Saint-Ouen. On a laissé se développer sans réagir un commerce qui est maintenant solidement implanté dans les cités. Il sera difficile de déloger les dealers. Bien organisés, ils sont devenus maîtres des lieux et poursuivent leurs activités en toute quiétude. Ce n’est pas une descente de police qui va troubler un commerce qui rapporte beaucoup d’argent. Quoi qu’il en soit, c’est aux pouvoirs publics qu’il appartient de remédier à une situation déplorée par les habitants des cités concernées. Y parviendront-il ? Rien n’est moins sûr. Sans doute aurait-il fallu prendre des dispositions dès que la vente de produits illicites dans les cités a été décelée. Cela n’a pas été fait. On a fait preuve de beaucoup de laxisme. On en paye aujourd’hui le prix.

  6. C’est quand même bizarre que trois jeunes mères de famille passent dans toutes les télés pour dire que les violences ne sont pas liées au trafic de drogue, que la solution pour lutter contre ces violences est la prévention et qu’il faut par exemple mettre des lumières le soir dans les rues de Saint-Ouen.
    Selon elle, leur acte n’est pas politique, or une de ces trois jeunes filles exposées médiatiquement est membre d’Europe Ecologie les Verts.
    Cette récupération politique par des parties de gauche pour taper tjs sur la droite sans faire sa propre auto-critique est scandaleuse.
    Que dire alors de ces gauchistes qui souhaitent la légalisation du cannabis…
    Mais de qui se moque t on!?

  7. Il est vrai que la passage de ces trois dames au petit journal de Canal n’est pas, selon moi, fortuite. On ne peut que s’étonner, en effet, que des représentantes d’une association qui, quelques jours auparavant n’existait pas, ait les faveurs de la télévision. D’aucuns affirment qu’il s’agit d’une récupération politique initiée par le parti socialiste. Peut-être, je n’en sais rien. Monsieur Leroux, étoile de première grandeur du parti socialiste, a probablement des relations haut placées qui lui ouvrent les portes de la télévision. Tant mieux pour lui. Sans doute bénéficiera-t-il bientôt d’un maroquin. C’est tout la mal que je lui souhaite. D’autre part, et compte tenu de ce qui se passe, il me semble qu’on devrait légaliser la vente du cannabis. C’est mon sentiment, mais je conçois que l’on ne pense pas comme moi.

  8. En ce qui concerne la légalisation ………. je ne savais “citoyen du 93 ” que le nouveau maire de droite de St-Ouen WD était un gauchiste !!!! N’a-t-il pas parlé , lui aussi , de légalisation !!!!!

  9. Je suis mort de rire devant la réaction imbécilement sécuritaire et moralisatrice du gouvernement, excusez-moi. Moi qui ai toujours voté PS, ça me fait mal aux seins d’ailleurs.
    On prétend régler le problème avec 50 policiers et des amendes aux clients, je rappelle la situation dans ses aspects sanitaire et social (1), sécuritaire (2) et budgétaire (3):

    1) le cannabis n’est pas bon pour la santé mais pas pire que l’alcool. Ce n’est pas un fléau social comme le crack et l’héroïne ou l’alcool. Certes vous lirez et tout ça est vrai globalement qu’un fumeur de shit sur dix (ou sur sept, ça dépend) finit schizophrène, que ça multiplie par deux les accidents de la route (l’alcool par 14), que ça augmente le risque de cancer (inexistant avec la cigarette, c’est vrai!); mais tout ça vaut pour l’alcool ou même les tranquillisants qui nous sont prescrits par nos médecins.
    Au plan social, le cannabis est désormais un produit de consommation massive dans toutes les classes de la population. Dur d’estimer mais il suffit de se balader dans Paris pour se rendre compte que la consommation de ce produit est tout à fait banale. On peut le regretter mais c’est un fait.

    2) cette consommation massive a des conséquences sur le plan sécuritaire: le produit étant formellement interdit mais massivement consommé, l’offre qui répond à cette demande massive ne peut être que de nature criminelle. Or dans les milieux criminels, les conflits de concurrence se règlent à la kalachnikov, pas à la promotion ou devant le tribunal de commerce. On peut le regrette mais c’est comme ça.

    3) Il faut donc réagir sur le plan sécuritaire. J’adhère mais avec quel argent? L’Etat, seul à pouvoir agir, sera encore en déficit de 70 milliards à la fin de l’année et se fera encore taper sur les doigts par Bruxelles et son commissaire au budget lituanien ou bulgare pour non-respect du pacte de stabilité. Et ce alors qu’à la suite des sanglants attentats de Charlie Hebdo un renforcement de moyens de la police a été demandé. Et qu’on a trois opérations extérieures coûteuses sur le dos (Mali, Centrafrique, Etat islamique), à 10 000 euros l’heure de vol du Rafale ça revient cher.

    Ca c’est pour le contexte, voici pour les options:

    – plus de police : OK mais il faudra accepter une baisse de la qualité des services publics de l’éducation et de la santé. Sans compter les impôts locaux à Saint-Ouen: l’Etat paiera les caméras mais pas leur entretien, faites-lui confiance pour ça.

    – laisser faire: à y être je préfère avoir des dealers dans ma rue et un hôpital et une école corrects que l’inverse, mais on ne peut pas laisser une ville sombrer dans la violence comme Marseille l’a fait sans rien faire non plus.

    – une seule conclusion s’impose: légaliser le shit, et vite. Si on veut être malin, on autorise dans les grandes agglomérations sa vente uniquement dans les zones en difficulté: ça fera venir des clients qui pas stressés s’arrêteront boire un coup et prendront la mesure du problème des banlieues, ça désenclavera celle-ci et ça assèchera le trafic tout en permettant une reconversion en douceur dans une activité légale des petites mains qui vivent et nourrissent leur famille de leurs activités illégales.
    C’est la SEULE solution à long terme.

    Les bénéfices retirés (3 milliards d’après la Cour des Comptes à en croire le Monde) pourraient être réinvestis de la façon suivante:

    1 milliard de plus pour la police
    1 milliard pour les banlieues et quarties en difficultés
    1 milliards pour les hôpitaux

    Et s’il en reste on pourrait même rembourser un chouïa notre dette extérieure, ce talon d’Achille de notre pays.
    Mais bon c’est sans doute trop simple!

  10. Abdelhak Kachouri pourtant s’enorgueillit de son expérience pour donner des leçons à Neuilly sur Marne en matière de sécurité. N’aurait-il pas été à la hauteur durant son mandat audonien ?

    • Sécurité : l’avis d’une spécialiste

      Jacqueline Rouillon sur facebook

      Une présence massive de la police, très bien pour répondre au climat d’insécurité et de violence qui règne dans les endroits de vente et de trafics. Le premier but c’est que les habitants puissent rentrer et sortir rassurés, c’est aussi qu’ils voient que l’état s’occupe d’eux, qu’il y a des lois et des règles dans ce pays et que personne ne doit pouvoir faire tranquillement ses trafics. Mais après? Demain? Nous savons tous que les policiers ne resteront pas … Nous savons tous qu’avec le concours de la préfecture, la video est installée place du 8 Mai, et que faut-il en conclure ?? Nous disons aussi que nous voulons vivre normalement, sans être en état de guerre. Neutraliser le trafic à la source. Bien sùr ça ouvre le débat sur légalisation, mais pas seulement. Le débat c’est aussi celui de la vie de tous les rejetés du système. Si on avait seulement autant d’enseignants en plus que de policiers, autant de postes de travail à proposer à ceux qui en demandent. Pourquoi ceux qui s’emparent des médias aujourd’hui, et qui ont des responsabilités, W Delannoy, B Leroux, n’en parlent jamais ? J’ai pas envie de polémiquer par plaisir, mais j’en ai marre d’entendre les médias et pas mal de politiques parler de la banlieue et des banlieusards, nous montrer du doigt, comme si on était à part, parler identité et islam toute la journée, mais sans jamais évoquer l’essentiel, ce qui compte dans la vie, et des droits pour tous à égalité. Etre respecté, être reconnu, pouvoir être fier. Ca passe par le logement, l’école, le travail et tout cela n’est pas au rendez-vous. Si ces inégalités énormes ne sont pas prises à bras le corps, rien ne changera. Et on a pas besoin d’être d’accord sur tout et encore moins dans les mêmes partis pour faire ensemble.

      ou
      Maintenant pour tous ceux que je croise, St Ouen c’est la violence, les fusils, la drogue. Les habitants ont besoin de reprendre la main, comme ils l’ont fait ces dernières années, comme des associations veulent le faire aujourd’hui, pour que les pouvoirs publics les entende et pour renouer avec des pratiques sur le terrain. Dans notre ville, des dizaines d’habitants dans chaque quartier gardent la tête haute, ne veulent pas céder à la peur, et veulent occuper le terrain. Ils veulent protéger les “plus petits” leur offrir autre chose que des bas d’immeubles dangereux et sans avenir. Que le maire les aide à se réunir, se rassembler, manifester, à agir pour l’aide aux devoirs, les sorties, au lieu de supprimer le lien humain et solidaire qui est la force de notre ville. Tout ne se règlera pas par la vidéo surveillance, et les policiers municipaux armés ne pèseront pas très lourd face aux kalachnikofs. Chacun doit assumer encore plus que d’habitude ses responsabilités, il y a urgence ! Que va dire le Ministre Cazeneuve ? Que propose Bruno Leroux? Mobilisons nous pour occuper le terrain, fêtes des voisins, de la musique, peu importe le motif, mais être ensemble!

  11. Saint Ouen, trafics et violences : Les annonces de Bernard Cazeneuve
    Je demande UN PLAN MARSHALL POUR LA BANLIEUE

    Encore une fois les autorités gouvernementales ne comprennent absolument pas la réalité des banlieues.
    Toutes ces annonces du ministre de l’intérieur ne régleront pas la problématique des trafics si aucune politique efficace de la ville ne se met en place très rapidement.

    Comment se fait-il que les trafics soient aux portes des barres HLM à Saint-Ouen et non aux portes des immeubles Hausmanniens à Paris là ou se trouvent les clients?

    Comment se fait-il que le gouvernement ne prenne pas les vraies mesures en faveur de la population qui habite dans les quartiers car toutes ces formules ZSP, REP et j’en passe ne sont malheureusement pas efficaces?
    Sans un plan d’ensemble qui intègre sécurité, logement, éducation, culture, jeunesse, emploi et insertion en faveur des zones dites prioritaires, rien ne s’arrangera.

    Je redis au député de notre circonscription qui tient la majorité législative donc le pouvoir gouvernemental; que le gouvernement lance un plan Marshall de la banlieue si vraiment vous avez la volonté politique en faveur des plus modestes!

    Je dis au Maire de Saint Ouen, qu’il a eu tort de mépriser les associatifs, les médiateurs ainsi que l ‘ensemble des acteurs locaux qui ne pensent pas comme lui. Monsieur le Maire : pensez aux conséquences de vos actes et du poids des mots que vous balancez au conseil municipal. Vous êtes le Maire d’une ville de 48000 habitants et pas seulement le Maire des 2400 électeurs qui ont voté pour vous.

    Je dis au collectif Saint-Ouen Debout ouvrez vous au reste des familles audoniennes plus particulièrement envers ces mamans complètement apolitiques. Attentions à la récupération politique du parti socialiste, l’enjeu de cette dynamique dépasse le cadre local.
    Établissez une liste de revendications claires en faveur des quartiers.

    C ‘est maintenant ou jamais.

    Ensemble nous pouvons surmonter tous les obstacles .

    Majdi JELJELI

    • Bonjour Mr Jeljeli

      Vous avez l’air très actif et sur tous les fronts on vous avait vu dans le journal déchaîné contre Rouillon hurlant au Conseil municipal contre Rouillon accusé de ne pas vouloir contruire une mosquée, semble-t-il flirter avec les socialistes aux municipales, en tant que commerçants protester dan la presse contre votre éviction du Marché Michelet pour non respect du régiment, éructer contre W. Delannoy (votre ancien ami) dans l’affaire des restaus du coeur (en compagnie du Front de Gauche, et dernièrement soutenir (avec votre ami Senhadji) Hervé Chevreau.

      Au moins vous êtes large d’esprit

  12. majdi,
    S’ouvrir aux habitants, cela fait des années que nous sommes nombreux à le faire sur le quartier et à st-ouen (parents d’élèves, ass mat, animateurs de quartier , de centre de loisirs, les associatifs, éducateurs …)!

    Et ce avant les fusillades!

    Les différentes élections n’ont cessé de créer tensions et divisions entre militants des différents partis gangrénant la population dans nos quartiers.
    Une crise de confiance des politiques et des associations existantes (les jugeant trop politisées) s’est installée chez les habitants !!

    Nous avons décidé de créer une nouvelle dynamique sur Arago avec des habitants venus de toutes les résidences du quartier et pas seulement avec les habitués de la place payret, des personnes qui ne sont plus là pour soutenir quiconque mais qui ont décidé de s’engager, construire et faire bouger les choses!

    Une rencontre a eu lieu avec le Maire, après la première fusillade sur émile zola, initiée par les parents de la crèche Dolto, (à laquelle j’ai participé) pour réclamer plus de protection pour nos enfants : le mur de la crèche Dolto a été réhaussé et des grilles ont été installées. A la suite de cette rencontre, nous devions rencontrer les élus sur leur quartier pour mener une réflexion plus globale sur la prévention et la sécurité et leur faire part de nos différentes demandes pour améliorer le cadre de vie et assurer la tranquilité des habitants, nous étions dans l’attente d’une date (f.vary avait répondu favorablement)lorsqu’une deuxième fusillade a eu lieu, rue arago!!

    L’association ADT ainsi qu’ un collectif d’habitants et d’acteurs locaux,avons alors demandé un rendez-vous en urgence au maire. Nous l’avons rencontré et avons pu échanger pendant 3 heures, les échanges ont été riches et nos demandes claires!
    Des demandes liés à des besoins pour le quartier qui datent de plusieurs années : amélioration du cadre de vie, prévention du décrochage scolaire, des moyens supplémentaires pour les structures municipales, plus de moyens humains au sein de l’association jeunesse feu vert (éducateurs) accompagnement de la Ville aux associations chargées de l’insertion professionnelle pour les jeunes mais aussi pour leurs familles, du soutien scolaire ou d’actions culturelles et sportives. (pour ceux qui me lisent depuis 2008 : combien de fois avons nous dréssé ce constat et pointé ces manques???)

    Des demandes qui étaient devenues des revendications avec l’ancienne majorité.

    Elles ont été entendues.

    Nous avons décidé d’être dans l’action bien avant l’arrivée des caméras et des policiers et nous n’avons jamais été couchés!!

    L’association ADT sur Arago commence à faire du bon boulot auprès des jeunes et à créer une émulsion auprès d’autres associatifs, habitants et services de la ville de proximité, ceci permet tout doucement de recréer du lien avec tous les publics!!

    Ce qui est dommage, majdi ,c’est que certaines rédactions nous ont contactées pour parler de ce phénomène audonien et ne semblaient pas vouloir parler de la face qui semble être cachée, la face positive de st-ouen,
    Trop intéressés par le sensass et à couvrir le super évenement : ” les mesurettes de cazeneuve “Je me dis que BL était dans l’obligation de réagir et faire parler d’eux avant de risquer de prendre une troisième claque aux prochaines éléctions !

    Le changement à st-ouen , c’est maintenant, peut-être leur dire qu’on ne croit plus aux supers héros!!!

  13. Assez de ces générations sacrifiées!! Ca fait 10 ans que je mène des combats pour l’école, pour nos quartiers sans que mes enfants et les gamins de mon quartier n’aient pu profiter de ces moyens qui existent de l’autre côté du périph!!!
    Une maison des ados, des parents et surtout des moyens supplémentaires d el’Ecole
    Combien de manif au côté des profs depuis que ma première gamine est entrée à 3 ans à l’école maternelle!!
    La situation pour la rentrée prochaine sera encore catstrophique pour la seine-st-denis et la grève du 19 mai 2015 portera encore nos revendications devant le ministère de l’Education Nationale!!
    C’est aussi d’un rendez-vous avec NVB, ministre de l’éducation nationale que nous aurions besoin en urgence; celui que j’avais demandé lors du meeting du PS lors des cantos!!
    Qui sont ces jeunes paumés dans nos quartiers : les décrocheurs d’un système éducatif toujours aussi innégalitaire!!
    La réforme des collèges ne réjouit pas grand monde du côté des parents et de profs (je pense que tout n’est pas mauvais) mais du côté du recrutement des profs et de leur formation; les chiffres annoncés ne semblent pas suffisants!!
    La sécurité passe d’abord par l’Education du futur citoyen audonien!!!

  14. le moyen de suivre les gosses c’était de croiser et de saluer les familles de leurs copains et collègues d’école lors des evenements qui ponctuaient la vie locale. la fete des assos, le vide grenier au parc, le feu d’artifice, le mois de l’estivale étaient autant de possibilité de créer un lien entre les familles. les enfants voyaient leurs parents se rencontrer et l’air de rien le maillage se faisait, les enfants se savaient regardés. on mettaient des visage sautour d’un nom, on rencontrait leurs frères, leurs soeurs. de cet instant et d’un regard les enfants savaient que le grands se parlaient un peu et qu’ils pourraient se parler plus si besoin. et ça changeait tout.
    je me cogne de qui et de quel bord est la mairie mais je suis attéré que tous ces professionnels du lien social nous baratinent avec les actions parentalité et autres fêtes de voisins forcées et autres quand le simple fait de pouvoir croiser en toute convivialité n’est plus favorisé. c’est un système qui a fait ses preuves depuis toujours.
    nous n’avons plus l’occasion de rencontrer la famille des copains de nos enfants. et nos enfants ne sentent plus ce regard sur eux et les possibles dialogues.

    en terme de lien social c’est débile. aucun éducateur, aucune maison de quartier ne remplacera ça.

  15. Pour ma part, ces trafics de drogues sont le résultat d’une faillite collective des politiques et j’englobe tous les partis, et aussi bien l’Etat que les municipalités.

    St Ouen comme d’autres villes a sombrée lentement mais pour longtemps dans une crise et le deal de drogue n’a pu s’implanter que parce que les conditions étaient réunies.

    L’attitude aujourd’hui du nouveau Maire est pathétique, il en vient à suggérer la légalisation du cannabis, quand lorsqu’il était opposant à J.Rouillon, il donnait la leçon en matière de sécurité, aujourd’hui les choses sont plus clair, le Maire n’a aucune action pour empêcher les trafics, au plus s’il avait eu une garde « Estrosienne » d’une cinquantaine de policiers municipaux et encore il aura fallu les armer.

    Quant à la vidéo, on voit bien les limites…lorsque ce moyen est utilisé avec justement peu de moyen, il en devient inefficace.

    W.Delannoy en est obligé à quémander au ministre socialiste de l’intérieur des effectifs de Police, lui qui se présentait comme le monsieur propre Audonien, n’est pas Sarkozy ou Balkany qui veut, et le voir sur BFM redevenir tout petit m’a bien ouvert les yeux.

    Il est bien loin ou il combattait J.Rouillon avec force et rage, avouons le, il est plus facile de combattre une Mairesse qui ne comprend rien à la sécurité que de lutter contre des dealers très coriaces et organisés, et bien W.Delannoy a vaincu JR mais est ridiculisé par des bandes de dealers, il doit regretter la tranquillité de ses Puces.

    Quant au député Le Roux ses sorties n’ont rien qui puisse stopper des trafics rodés et très lucratifs, on se demande d’ailleurs quelles sont ses propositions en la matière ?? il est aussi dépassé que J.Rouillon en son temps, c’est le paradoxe d’être de gauche et de vouloir combattre des dealers avec les mots.

    Après Hortefeux, Guéant, Valls et maintenant Cazeneuve, nos dealers usent les ministres de l’intérieur et ce n’est pas prêt de s’arrêter, Ils bougeront de 100m ou 200m et les quartiers sembleront tranquille, rendez-vous dans 1 an…

  16. Prince de Bourg 20

    à qui la faute ?
    , qui pendant 15 ans à fermé les yeux ?
    qui à laisser la drogue ce propagé comme la misére ?
    ouvrez les yeux les policiers municipaux sont ARMER

    notre Maire n est pas pathétique loin de la vous ne savez pas ce qu il se passe ce qu il en ai
    ou avez vous vue que sur BFM il était tout PETIT qu il était ridiculisé par ces bandes de DEALERS ?
    mettez des lunettes à votre vue et SACHEZ VOIR et ENTENDRE les PUCES il ne les regrette pas car il y est toujours CHEZ LUI
    moi aussi je vous donnes RDV dans 1 AN et on en reparlera

  17. A basique

    Intéressant vos propos.

    Pour la Fête des voisins, j invite les adultes organisateurs à n accepter que les enfants apportant quelque chose, c est a dire leur demander de revenir avec quelque chose de partageable demandé à leurs parents.

    Après, il faut le reconnaitre, le ps magouille pour faire oublier le lien entre Cac 40, misère, et délinquance, et ses propres responsabilités.

  18. Pour faire écho au post 21 de Taquet

    Le 29 mai, célébrez avec vos voisins socialistes et umpistes les 10 ans du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen (TCE).

  19. Prince de bourg

    Au CM le maire a répété que les caméras n’allaient pas tout résoudre c est un outil en plus qu on ne peut ignorer d’autres moyens sont mis en œuvre dont la prévention pour les plus jeunes avec des initiatives dans les quartiers et aussi un renforcement de la police municipale
    Maintenant sous entendre qu il est honteux
    Que le maire “quémande” l’aide de l’état ça laisse pantois , à ce jour , corrigez moi si je me trompe , SO est bien une ville française non? Les audoniens payent aussi les impôts gouvernementaux ?
    Et puis pour en revenir aux caméras, quand on voit des artisans des villes périphériques venir à SO déverser sur nos trottoirs des pots de peinture de vieux pneus etc , en gros prendre notre ville pour une décharge et bien Perso, je trouve ça inadmissible et si ils peuvent être verbalisé j’en serais ravie …pas vous?

  20. Le reportage d’Europe 1, micro caché, pour montrer le peu d’effet des mesures spectaculaires de Cazeneuve.
    Il est vexant de voir que la ville des Puces se soit vue souffler par Marseille une méthode de vente pour fidéliser les clients. Serait- ce dû à l’insécurité du Deal causée par les mesures conjointes de notre Maire et du ministre de l’intérieur?

    http://www.europe1.fr/emissions/les-journaux-de-la-redaction/journal-de-8h-du-210515-943272

  21. A Annie

    Pourquoi ne pas demander a tous les bénéficiaires de déclaration de travaux d être suivis par les services municipaux. Sous JR c était pas possible, et maintenant.

    A noter, que la Police municipale est toute retournée. Habituée à verbaliser de façon irréfléchie mais limite légale, elle se les mors quant au crottin déposé par notre Police nationale, à cheval, qui demanderait au minimum un pb voire un contrôle approprié.
    La volaille sur les bourins, on dirait un dialogue d Audiard, sans doute pour la Fête de la nature.

  22. dire qu’en 2005 jacqueline se garagarisait qu’il n’y ait pas eu d’emeute à SO, forcément, les caids ne voulaient pas que le bizness s’arrete!

    désolé pour vous mais mes amis du coin confirment que c’est toujours aussi facile de trouver du shit et de la beuh à SO.

    entendu place de clichy : “tu habites à SO? c’est la méga zone la-bas!”

    priez pour que la coke n’arrive pas car vu les bras cassés qu’on se traine à la tete du pays depuis 30 ans, j’ai peu d’espoir…
    (les vingtenaires ne fument plus, ils sniffent)

  23. Prince du Bourg, pourquoi est-il pathétique de proposer la légalisation alors que c’est la seule solution possible? Je vous renvoie a mon post plu haut, le principal problème est qu’il n y’a aucun moyen budgétaire disponible pour renforcer durablement la lutte contre le trafic de haschich.
    C’est comme la suppression de la peine de mort ou la légalisation du mariage homosexuel, il faudra bien y venir.
    Apres on pourra travailler sur les causes réelles de la marginalisation ces cites et des trafiquant, mais tant que les minois pourront gagner le double de leur pere c’est pas trop la peine d’y envoyer des éducateurs, franchement….

    • Didier,

      Il faut à l’évidence dépénaliser comme mesure économique “choc” contre le trafic et déstabilisatrice pour les réseaux en place (en assumant les autres effets en termes sanitaires, du report partiel sur d’autres trafic réseaux…) mais il n’y a pas de mesure miracle et magique pas plus celle-la que les caméras même si l’effet sera beaucoup plus fort. Elle est radicale mais ne suffit pas en elle-même. Il faut donc quand même une panoplie : plus de prévention, de social, de forces de sécurité et aussi un minimum de vieo surveillance et d’autres outils techniques.
      Si c’était simple et pas cher ça se saurait…

      EPS

  24. @didier
    eh ben. et si c’était moins un problème de pognon que de sens. quel est le sort réservé par la société aux “jeunes de banlieue” comme elle les appelle… ?
    et si on leur proposait autre chose ? comme première découverte du collège mon gamin en CM2 a eu droit à un film sur le racket et l’inceste dans sa classe.
    Vendez leur les pyramides d’Egypte, le zéro absolu et Lafontaine, ça les fera peut etre plus marrer.
    quand à les laisser envisager la possibilité de bosser pour une entreprise correcte dans une ambiance correcte avec un patron correct j’en parle même pas.

  25. en matière de prévention, faudrait voir à offrir aux jeunes de quoi pouvoir se projeter dans l’avenir avec un minimum de plaisir et de sécurité.
    On en est à causer cv anonyme tellement ce n’est pas le cas.

  26. @ Didier post 30

    J’entends bien ce que vous dites mais c’est plutôt l’attitude de deux décennies d’opposition qui me font penser que W.Delannoy est rentré dans le rang.

    Il y a la parole gratuite qu’il a débité durant 20 ans et les actes avec les moyens que l’on a vu depuis 1 an.

    Autrefois opposant farouche à la construction de logement dans les Docks, voilà notre Maire favorable au déménagement du Conseil Régional de Paris (avec V.Pecresse en présidente, on voit ses préférences) vers les Docks !

    Il prend un peu les Audoniens pour des imbéciles quand même, vous imaginez V.Pecresse venir à St Ouen avec tout le Conseil Regional ?? bien sur…nos braves conseillers vont être malade eux aussi, ce n’est pas très raisonnable, déjà qu’ils nous coûtent très chers.

  27. A PdB

    Gardez vous de conclusions hâtives.
    Notre maire tient, il peut même se permettre d imprimer une invitation à la Journée de la Résistance sans la signer… Et de la diffuser

  28. Bien sur , Eric, ton 31, c’te bonne paire.
    La vidéo, c’est bien, j’ai pû le constater sur le Lycée Carnot ds le 17 ieme,ou a été scolarisé mon petit fils , qui s’est tapé physiquement avec ses agresseurs jusqu”à une plainte chez les flics, oû mon fils(son papa) se vit menacé de mort par les agresseurs(chez les flics) quelques semaines avant la mise en place de la video -surveillance et…la fin des agressions.
    La videosurveillance apporte de preuves , en Droit.
    Merci la vidéosurveillance!!!!

  29. C’est triste et c’est grave, mon petit fils se casse , avec sa copine, ils ont 18 piges et ils envisagent après le Bachot d’aller faire le reste de leur cursus chez nos amis les british, pour eux, à Cambridge ou enseigne la jeune soeur de ma femme!!!!!!
    Vive la FRANCE!

    .C’est plutôt vive l’Europe, quil fallait que j’écrive!
    Enfin, c’est la solution pour les jeunes, la réalité économique, la vie des affaires, pour ceux qui ne souhaitent pas devenir Gardien de Square…ou
    instits à Anatole ou à Zola !
    C’est choisir sa vie..

  30. @ la vie de brian,

    On leur propose des activités aux enfants de Saint-Ouen, mon gamin est allé à Notre Dame de Paris, en classe, à la piscine et à la patinoire.
    Après je m’excuse d’être réactionnaire mais c’est aux parents d’élever les gosses et pas à la société, celle-ci ayant juste à sa charge leur sécurité, leur santé et leur éducation scolaire.
    Beaucoup de familles sont démobilisées face à ça et baissent les bras, mais comment leur en vouloir alors que la société leur vante les bienfaits du smartphone et que le conseil général claque l’argent du contribuable en distribuant des tablettes numériques à tous les collégiens du département?

  31. Didier
    Montrez vous moins sentencieux , de quel droit jugez vous les parents
    En plus de trente anńee d’enseignement je n’ai pas connu de parents qui ne veuillent pas que leur enfant réussisse
    Par contre j’ai souvent vu des familles se démener face à une multitude de problèmes que moi j’aurais eu bien du mal à surmonter… Il n’y a pas de bons ou de mauvais parents mais des gens qui font de leur mieux avec ce qu’ils ont
    Du social j’en fais tous les jours , de l’enseignement aussi

  32. Didier
    J’ai peur de comprendre , certains parents vous se plaignent du sport et de l’éveil à la culture pratiqués à l’école de St ouen?
    Donc certaines familles sont démobilisées face à ces activités ?
    On marche sur la tête !

  33. @ Anne

    C’est ça, je suis sentencieux en plus! Je juge les parents du droit de celui qui sait ce que coûte un Iphone et un survêtement de marque, et qui sera toujours surpris de voir des gens modestes faire ce genre d’acquisition pas forcément prioritaire.

    @ Annie,

    je suis pour ma part tout à fait satisfait des activités proposées aux enfants à l’école, je répondais justement à un contributeur qui trouvait qu’il n’y en avait pas assez. Il a sans doute raison mais ça me semble quand même correct par rapport à ce que j’ai connu moi.

    Entre parenthèse, plutôt que pratiquer la mixité sociale forcée pour tenter d’élever le niveau, l’EN ferait mieux de demander un ou deux milliards par an de plus pour les ZEP.

    On est en démocratie oui ou non? On peut quand même décider comme des grands de ce qu’on fait, non? Je suis désolé mais chaque fois que je vois un policier à Saint-Ouen j’ai mal à mon portefeuille…

  34. Didier,

    Décider ce qu’on veut!?, je ne sais pas en quoi cela concerne l’organisation d’une école et/ou d’une sécurité publique.

    2 milliards pour les ZEP, je crois que cela a changé de nom, mais la somme est belle.

    Attachez vous plutot à revendiquer des choses simples, comme 25 élèves par classe max, remplacement automatique au bout d’une semaine d’absence des professeurs, un équipement sportif pour chaque collège et lycée, la gratuité des fournitures et livres, et de vrais budgets sociaux…, l’accès gratuit aux musées et expositions…, une vraie médecine scolaire…

    Tant que vous craindrez pour votre porte feuille en voyant un policier, au moins vous ne craindrez pas de vous le faire dérober en finesse ou en force.

    Didier, vous voulez le beurre et l’argent du beurre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *