Brutalité et illégalité

imagesmalaise en extension - copie

L’acharnement à se débarrasser dans le personnel communal de « l’ennemi intérieur » et des « supposés inutiles » commence à faire beaucoup. Désorganisation de pans entiers de l’administration, consignes équivoques ou loufoques, amateurisme, absences d’orientations constructives, économies à la hache, parachutés sans références adaptées… l’encadrement qui fait tourner la machine communale s’inquiète de procédés expéditifs voire illégaux. C’est le cas notamment avec l’attaché de presse Jean Tilloy (cf. Le Parisien du 3/2/2015) mais, bien au-delà, de nombreux autres cadres (nous y reviendrons).

Pour l’heure la l’UGICT CGT (Union Générale des Ingénieurs, cadres et technicien), syndicat majoritaire, tire la sonnette d’alarme et vient de déposer une « alerte sociale » lundi dernier et appelle à un débrayage ce 12 février. Bien imprudents ceux, qui pour se rassurer, n’y verraient qu’une manifestation des partisans de l’ancien Maire.

A suivre…

ugict cgt 2 fevrierugict cgt 9 fevrier

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

1 réflexion sur « Brutalité et illégalité »

  1. Il semble que wd ait rencontré la Cgt. La raison semble l avoir emporté, mais l experience sociale montre que la rancœur patronale a la dent dure et une mémoire d éléphant.
    Rappelons que la fonction publique est pour tout le monde.
    Croyez vous que le maire de saint Ouen et le DGS au matin de se faire opérer demandent à l’ équipe chirurgicale “y a t il un communiste dans la salle d opération?”.

    Alors pourquoi le faire dans les affaires communales?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *