A boire et à manger…

programme + liste WD

Tout autant attendues que le programme des camarades socialistes se décarcassant pour rompre avec le « système » auquel ils ont beaucoup participé, les propositions de la liste de Willaim Delannoy « divers droite » et néanmoins « citoyenne » sont sur la table. Disons-le franchement, bien que nous soyons larges d’esprit, elles ne nous ont pas complètement convaincues malgré leur ferme volonté d’incarner une alternative crédible.

Dans la foire aux idées on distinguera en premier lieu les engagements « qui ne mangent pas de pain » entre pur affichage, respect de la loi, poursuite des actions menées et mesurettes (parfois obscures). On citera  pour exemple :

«l’entretien et la rénovation des bâtiments scolaires » (encore heureux !), « la signature d’une charte avec la chambre des métiers pour l’installation des métiers de bouche (fromagers, charcutier, bouchers, poissonniers, pâtissiers…), l’organisation d’un permis « vélo et piéton » pour les élèves de primaires, l’obtention de labels divers et variés  « investissement d’avenir » (pour les Puces), « made in Saint-Ouen » pour tous (!), « ville fleurie » (niveau 3 fleurs ? ), préparer un concours inter quartier d’embellissement ou créer une structure associative du « vivant et de la ville » ( !?).

 

Deuxième catégorie les propositions peu réalistes (et souvent coûteuses) toujours louables dans l’objectif mais assez mal cernées sur différents plans (matériel, humain, technique, juridique…), parmi d’autres : école de la 2ème chance dans un centre de l’OVL, des études dirigées à 12 élèves par classes,  des créations de crèches « Maman/Papa cherche un job » pour les chômeurs ou « les mini-chineurs » pour les commerçants et les visiteurs des Puces, développer des marchés ambulants dans les zones désertes (?), organiser un marché à Debain une fois par semaine…

 

Troisième groupes les promesses dangereuses et très démagogiques susceptibles d’attiser les tensions, favoriser l’immobilisme ou à la gabegie financière :

La création d’une école privée sous contrat avec l’Etat (sous l’impulsion de la ville ?) [1], l’instauration d’un couvre-feu pour les mineurs [2], la création d’un parking régional au sein des Puces [3], végétaliser (?) le parc des Docks [4], ne plus délivrer de permis de construire dans les Docks dans l’attente d’une « étude de santé publique »[5], organiser un référendum local sur les grands projets[6], l’installation (sortie du chapeau !) d’un grand musée d’art contemporain rue des Rosiers (ex site Valéo)…

 

Enfin, nous évoquerons aussi des propositions que nous partageons comme une police municipale 24h/24, la sécurisation des parkings du parc social, la préemption de locaux commerciaux, un projet commercial pour chaque quartier, développer le marché du Vieux St-Ouen, l’objectif « un quartier, un espace vert ,  favoriser le vélo (pistes cyclables, stationnement), verbaliser les dégradations de l’espace public, garantir l’anonymat des demandes de logement, création de comités de quartier,  garantir les droits de l’opposition…

A souligner aussi les grands absents en termes de propositions précises : les équilibres financiers, le personnel communal, l’intercommunalité et la Métropole du Grand Paris, la politique de vacances et le devenir du patrimoine, la politique urbaine et  du logement à l’échelle de la ville ou les exigences vis à vis de l’Etat, de la Région, du Conseil Général… (instances qui ne sont évoquées qu’en terrmes de subventions(.

Une chose est certaine ce catalogue parle plus de dépenses nouvelles que d’économies et de recettes bien que le mot de la fin de la tête de liste soit : « Tout cela doit se faire avec une fiscalité, des dépenses et des tarifs maîtrisés »

A sa décharge, promettre beaucoup pour réaliser un minimum, c’est un peu la ligne politique de tous les candidats en lice.  Au moins, n’ayant jamais été aux commandes,  il a peu de chance de se contredire ou d’être pris en défaut sur son bilan.

De la à lui accorder un blanc seing il y a évidemment un pas…

 

Eric PEREIRA-SILVA


[1] Encourager les élèves méritants sur le plans symbolique (ou un peu plus) ne dispense pas d’aider le plus grand nombre issu de milieux modestes.

Quant à « créer » une école privée en attendant que l’école publique se porte mieux c’est un peu plus qu’un paradoxe pour le 1er représentant de la puissance publique au niveau local.  Quelque soit son étiquette politique.

Pour mémoire école privée = opérateur privé. Avant de jouer les apprentis sorcier encore faudrait-il que ledit opérateur existe et possède (avec ou sans le soutien du Maire), un site (bâti ou foncier), une expérience, un projet sérieux et un tour de table financier crédible. Autant dire que ce n’est pas pour demain à Saint-Ouen. D’autant que la concurrence est très vives à proximité de la part d’établissements « catholiques » « installés », pas sectaires et recrutant dans les milieux modestes. On ne voit pas non plus très bien le modèle économique viable pour un établissement laïc de très bon niveau et à tarifs élevés face à des établissements déjà fortement référencés sur Paris. Quand à un établissement confessionnel disons « musulman » comme dans d’autres villes populaires c’est une possibilité plus ou moins envisageable. Pas sûr toutefois que ce soit ce qu’a en tête notre candidat.

Une chose est certaine l’Etat, sauf erreur, ne signe des contrats qu’avec des établissements ayant fait leurs preuves par plusieurs années « hors contrat » (traduire tarifs très chers pour les familles) et de manière partielle et très progressive.

Donc en résumé, une vraie mauvaise idée et une promesse à priori intenable.

[2] une mesure populiste assez périlleuse à mettre en oeuvre sur le plan juridique et pratique et qui ne peut se résumer à un slogan.

[3] C’est hélas un peu tout le contraire qu’il faut faire en évitant de créer un nouveau (gros) aspirateur à voitures au cœur de la zone commerciale conduisant à l’asphyxie complète des Puces. Il faut-drait  donc plutôt  : favoriser les transports en commun, anticiper l’arrivée du tramway (pte de la Chapelle-Pte d’Asnières) avec le redéploiement du réseau bus, créer nun site propre bus (ou plus) entre la Pte de Clignancourt (ligne 4) et Pleyel (interconnexion des métros du Grand Paris), réaménager complètement  la Porte de Clignancourt et le carrefour Michelet- JH. Fabre, dédier les parkings et stationnements existants dans le périmètre des Puces aux commerçants, aux transporteurs et aux riverains.  Evidemment compliqué mais plus “durable”.

Quitte à créer un parking régional (cad financer pour une bonne part par la Région), il faudrait qu’il soit en périphérie des Puces (pour sanctuariser la zone piétonne), situé côté Paris (sous les terrains de sports) et branché directement sur le périphérique. Pas trop facile !

[4] qu’on aime ou pas le projet de parc retenu et réalisé, faut-il casser (et payer) ce qui vient d’être à peine achevé pour planter quelques arbres supplémentaires, supprimer deux ou trois allées, une passerelle, un muret, une grille ? On peine à y croire tant les besoins d’espaces verts sont criants partout ailleurs dans la ville.

[5] Une étude (à financer) pour expliquer à priori que toutes les analyses environnementales contenues dans l’étude d’impact  et soumise à enquête publique officielle et règlementaire étaient fausses ou inexactes ?

[6] S’il faut organiser un référendum sur chaque gros dossiers (stade Bauer, Patinoire, Ile des Vannes, vidéo surveillance, pôle commercial des Docks, Hôpital Beaujon-Bichat… il faudrait un scrutin chaque année. Plutôt que ce type de plébiscite très éloigné de la démocratie participative préférons : informations accessibles, groupe de travail, expertises indépendantes, co-élaborations progressives, concertations dans la durée et à chaque étape… Plus difficile, mais plus solide.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

55 réflexions sur « A boire et à manger… »

  1. Je ne vois pas de promesses mais des propositions. Vous parlez des écoles et citez les travaux et réovations ben moi je dirais : ça nous changera, ça changera pour nos enfants et pour les personnes qui travaillent dedans. Allez donc vous balader dans certaines écoles et vos verrez que le minimum d’entretien n’est pas fait. Je garde en mémoire les murs de l’école langevin qui s’écorulent et où on a placé des barrières pendant des mois sans rien faire ! Et je ne parle pas des toilettes, pauvres petits qui s’en rendent malade. Vous dites des propostions impossibles à mettre e place, il suffit de bien géré, il suffit de personnes qui ont vraiment envie de la faire. Et puis il vaut mieux avoir des idées que reprendre celles que l’Etat ait censé instaurer ?

  2. Comme les trois autres (je laisse de coté LO et le NPA), Willy et ses son équipe nous font leurs propositions/promesses. Comme à chaque fois, plus de la moitié de celles-ci ne seront pas tenues ou mise en application de manière différente. M.PERREIRA a très bien analysé les faiblesses de ce programme. Il y a un point qui est crucial c’est la situation financière de la ville. Et la mise en place des propositions/promesses pour WD et KB sera conditionné celle-ci. Par exemple : ” l’installation (sortie du chapeau !) d’un grand musée d’art contemporain rue des Rosiers (ex site Valéo)”, c’est totalement absurde. On dirait du JR. Willy et son équipe ne peuvent pas écrire cela et en même temps dénoncer l’endettement de la ville. Je pourrais multiplier les exemples mais ce serait trop long et M.PERREIRA l’a déjà en partie fait.

    PS/EELV et JR ne sont pas mieux. A mon avis (et je me répète) l’abstention risque d’être importante.

    Tic Tac Tic Tac l’heure du verdict approche……..

  3. @ Eric PEREIRA-SILVA
    Il est heureux que vous ayez traité le dossier ” divers droite “, ce site devenait l’antichambre des passions communes.
    Je pense l’avoir souligné si la mise en page est soignée, les programmes proposée au Audoniens sont relativement médiocres, sans véritable élan politique novateur et sans un message clair de rupture avec le système théocratique communal.

    Les” propositions de la liste de Willaim (William) Delannoy” reflètent les différentes tendances de ce mouvement citoyen.
    Ainsi c’est une gauche un peu décomplexée associée à une droite un peu complexée qui nous propose un programme écologiste, social, républicain et citoyen.
    Les engagements qui ne mangent pas de pain, les propositions peu réalistes et les promesses dangereuses respirent cette fraîcheur et cette exubérance un peu printanière.

    Nous avons donc le choix entre voter pour cette équipe, voter pour l’équipe sortante ou s’abstenir.

    • @ Jerry Flechter

      Vous oubliez le PS qui n’est plus sortant mais déjà sorti et dont l’équipe est suffisamment renouvelée pour ne pas déposer son bilan.
      Surtout qu’ils vont gagner.

  4. Je ne vois pas l’intérêt d’étendre l’effectif et la mission de la police municipale sous son format actuel, la commune n’a pas à se substituer à la première des missions régaliennes de l’état.
    Je milite en faveur de missions d’encadrement en civil, missions opérées en partenariat et avec les services sociaux et la police nationale.

  5. Bonsoir,

    Je cite :

    « Encourager les élèves méritants sur le plans symbolique (ou un peu plus) ne dispense pas d’aider le plus grand nombre issu de milieux modestes. »

    Quelle belle conclusion, réfléchie, posée ! Si ce n’est blanc, c’est donc noir ? Est-il écrit quelque part que nous n’allons pas aider les autres enfants ?

    Cette interprétation est surprenante, Eric. D’autant que ceux qui me connaissent savent mon investissement, mon travail, ma persévérance pour tous les enfants, sans exception aucune.

    En outre, ne m’en veux pas mais, je refuse la stigmatisation que tu fais : les enfants en difficulté scolaire ne sont pas tous issus des milieux modestes, comme les plus méritants ne vivent pas tous dans des milieux « aisés ». Tu as une image faussée de ce qui se passe aujourd’hui dans nos écoles.

    Je me permets de retourner ta formulation : aider le plus grand nombre issu de milieux modestes ne dispense pas d’encourager les élèves méritants.

    Pourquoi devrions-nous choisir ? Je préfère penser et dire (et faire) : aider, soutenir tous les élèves et ceux qui en ont besoin en y mettant tous les moyens financiers et humains nécessaires et aussi encourager ceux qui sont méritants.

    Notre équipe trouve important de penser à tous les enfants. Ce n’est pas une proposition, ce n’est pas une promesse, c’est mon engagement.

    « Quant à « créer » une école privée en attendant que l’école publique se porte mieux c’est un peu plus qu’un paradoxe pour le 1er représentant de la puissance publique au niveau local. Quelque soit son étiquette politique. »

    Conclusion hermétique. Sauf que… où est-il écrit que l’on construira une école privée en attendant que l’école publique aille mieux ? Nulle part. Encore une fois, il s’agit d’une interprétation personnelle.

    Si je peux comprendre la finalité de tels raccourcis à quelques jours du 1er tour, je reste perplexe en pensant au parent d’élève que j’ai connu et avec qui, j’ai (et d’autres) partagé des valeurs et travaillé dans l’intérêt de tous les enfants.

    Amicalement. Karine K.

  6. Depuis maintenant plusieurs mois, l’argument principal de nos adversaires est de dire que notre liste « Saint-Ouen, une passion commune » est une liste de droite, investie par l’UMP.

    Le programme est sorti et aucune étiquette, aucun logo n’est apparu.

    Notre liste est une liste citoyenne, forte de sa diversité, hétérogène, une association sympathique d’Audoniens sans artifice, à l’image de Saint-Ouen.

    Saint-Exupéry disait « si tu diffères de moi, frère, loin de me léser, tu m’enrichis ». C’est exactement comme ça que notre équipe a avancé. Elle s’est enrichie de ses multiples identités et sensibilités.

    Aujourd’hui, nos adversaires, ne pouvant plus affirmer ce qui n’existe pas vont un peu plus loin : le programme est un programme de droite, et les propositions pour l’éducation seraient, j’oserais comprendre presque « un idéal sarkoziste ».

    Certains ont vraiment de la suite dans les idées. 😀

    – Rénover et entretenir les bâtiments (obligation de la municipalité qui ne le fait pas), vouloir des établissements qui ne tombent pas en ruine, des locaux corrects, de bonnes conditions de travail et de sécurité pour tous, est-ce une idée de droite ?

    – Aider tous les enfants et encourager ceux qui sont méritants, est-ce une idée de droite ?

    – Proposer une école de la 2ème chance et sortir les enfants en rupture scolaire de l’environnement dans lequel ils avancent, leur donner une chance de connaître autre chose que ce que leur propose la rue, est-ce une idée de droite ?

    – Aider financièrement les familles dont les enfants souhaitent poursuivre leurs études et qui n’en n’ont pas les moyens, est-ce une idée de droite ?

    – Privilégier l’étude dirigée en élémentaire comme il y a quelques années (moins d’élèves par classe, les enfants sont aidés, les devoirs sont expliqués et faits), est-ce une idée de droite ?

    – Ouvrir les classes le samedi matin (associations, enseignants retraités, étudiants…) pour aider les enfants en difficulté, proposer une autre façon d’apprendre, est-ce une idée de droite ?

    – Permettre à des parents isolés de faire garder leur enfant et de trouver un travail, est-ce une idée de droite ? …

    Si vous pensez (je n’accuse personne) que ces propositions sont des idées de droite, c’est que je ne me suis pas trompée et que la gauche d’aujourd’hui a perdu ses valeurs.

    Et je suis heureuse d’être sur une liste citoyenne engagée pour l’éducation qui porte courageusement des propositions novatrices et réalisables.

    Bonne soirée à tous.

    Karine K.

  7. je suis toute à fait d accord avec le post : 1 de Marions les
    ce sont des propositions tout a fait réalisable et qui seront réalisé avec l ‘ équipe de WD et WD car il ya des personnes qui seront GERE et le FAIRE no probléme
    ce sera sur le temps mais ce sera FAIT priorité aux ECOLES car il y a URGENCE
    VIVEMENT LE CHANGEMENT
    bonne soirée à toutes et à tous

  8. Je pense qu’on sous estime , ici , le score possible de madame Rouillon .
    Je la vois , plutôt en tête , au premier tour . Je pense que la présence de monsieur Leroux sur la liste PS , aura un effet inverse que celui escompté . Les derniers sondages publiés ,tant à Montreuil qu’à Saint Denis montre un PS assez faiblard , au regard des ambitions affichées . Pas de percée véritable de la droite .
    Ne pas oublier que cette élection est aussi nationale .
    Je souhaite que le PS arrive en troisième position : Trop gourmand , trop sûr de lui . Une gestion catastrophique du pays .
    Un duel front de gauche – droite me conviendrait tout à fait.

  9. question sur le programme environnemental de cette équipe :
    proposition n 1 : Faire réaliser ; par un laboratoire indépendant ; une étude d’impact sanitaire sur la nocivité de l’incinérateur!
    Si cela s’avère positif et donc néfaste pour les audoniens : il est prévu de détruire l’incinérateur de l’enterrer? De le rendre moins nocif et comment? ou de démolir les habitations, bureaux, crèches voire le parc????

  10. ” Je pense que la présence de monsieur Leroux sur la liste PS , aura un effet inverse que celui escompté”

    C’est justement ce que voudrait, selon moi, vérifié l’intéressé ne serait ce que pour son poste de député et sa place au sein du PS.

    “Ouvrir les classes le samedi matin” : c’est encore le personnel de service qui sera mis à contribution.

    Le compte à rebours s’accélère, nous sommes déjà mercredi.

  11. …..Historiquement l’intégralité du pouvoir de police était de la compétence du Maire. Le Maréchal Pétain et le régime de Vichy instaure la police nationale pour rendre plus efficace le maillage du territoire et faciliter le travail de l’occupant nazi….

  12. @ Germain
    Personne ici ne sous estime le pouvoir de Madame Rouillon.
    Je ne comprends pas votre analyse.
    Si le PS arrive en troisième position avec plus de 10 %, il sera en mesure de se maintenir dans une triangulaire.
    Vous devez confondre le front de gauche et l’association des gauchers…

  13. Résumé de l’histoire : depuis la nuit des temps, la ville de Saint-Ouen est dirigée par le PCF (ou ses satellites) et le PS.
    Si aujourd’hui on comparait à une cour de ferme ce que sont devenues l’agglomération parisienne et la petite couronne, notre chère commune occuperait la place de la mare de purin dans laquelle se prélassent habituellement quelques pourceaux… sauf qu’au bord de ce marigot, il y aurait la chambre d’une des plus jolies filles du fermier que tout le village vient admirer (le marché aux puces de Paris-Saint-Ouen). Question : est-ce qu’on va signer un nouveau bail de six ans aux producteurs de nitrates ou est-ce qu’on va optimiser la chambre de la petite et nettoyer cette pataugeoire crapoteuse ? Je ne vais ici répondre qu’aux critiques concernant l’installation d’un parking sur les Puces et la création d’un musée d’art contemporain dans l’ancien local de Valeo car j’ai pris part aux réflexions qui ont conduit à ces propositions.
    La Seine-Saint-Denis ne dispose que de deux sites importants présentant un intérêt à la fois touristique et culturel : la basilique de Saint-Denis et les Puces de Saint-Ouen. Point-barre. Mais ce marché n’est pas qu’un immense musée gratuit à ciel ouvert, c’est avant tout un pôle commercial et les gens qui s’y rendent pour effectuer un achat de mobilier, de décoration ou d’œuvre d’art ont besoin de place pour garer leurs véhicules. Ces gens-là – nos « vrais » clients –, que vous le vouliez ou non, ne viennent pas nous voir en transport en commun. Imaginez-vous annoncer aux clients d’Ikea qu’ils ne peuvent plus s’y rendre qu’en RER ? L’ancienne friche industrielle Wonder était un endroit idéal pour y installer un grand parking (accès multiples : ouest [Marie-Curie], nord [Michelet], est [Biron] et sud [Rosiers]), et cette hypothèse (création d’un parking souterrain de 700 places) a même été présentée par Hervé Giaoui (le patron d’Habitat) lors du rachat de la parcelle « ZAC Wonder » de 23 000 m2. On peut retourner le problème dans tous les sens : il n’y aura pas de développement des Puces sans un effort logistique important comme la création d’un parking à la hauteur de la fréquentation du site. Bien sûr, les Puces pourraient être un secteur piétonnier les samedis et dimanches, mais on pourrait imaginer une « sanctuarisation » aménagée (riverains et clients des puces), tout cela s’étudie et nous n’allons pas développer ces problématiques techniques dans un programme de 32 pages.
    Pour le projet « sorti du chapeau » de musée d’Art contemporain, si certains de nos détracteurs ont des soucis dans l’écriture (emploi de l’infinitif ou du participe et accord de ce dernier, Éric tu ne fais aucun effort : attention, ton passage en 5e est sérieusement compromis !), la plupart semblent éprouver des difficultés pour la lecture… comme il est clairement annoncé sur le programme, ce projet serait mené avec le concours du ministère de la culture (DMF) et de la région ; n’oublions pas que les murs sont déjà propriété de la ville : qui parle d’endettement ici ? Un musée, c’est quoi ? Simplifié à l’extrême : quatre murs, trois spots et de grandes baies vitrées… Les collections s’acquièrent au fur et à mesure et le mécénat, ça n’est pas fait pour les chiens. De plus, notre volonté est de dynamiser le cœur de ville et de profiter de l’immense atout de la présence du plus grand marché d’antiquités au monde. Or, rares sont les visiteurs des Puces qui soient allés plus loin que la rue Louis-Dain… à part peut-être à l’occasion d’un dépôt de plainte pour vol à l’arraché au commissariat de la rue Dieumegard !
    Aujourd’hui, les galeries d’art de Saint-Germain ou de la rue de Miromesnil sont asphyxiées et Saint-Ouen, grâce à cet extraordinaire pôle marchand, a une carte à jouer dans le domaine artistique en général et dans l’art contemporain en particulier. Avec un restaurant d’envergure, on pourrait faire rentrer un loyer mensuel important dans les caisses de la commune et avec un dossier de presse bien ficelé – ainsi qu’un contenu en terme d’expositions permanente et temporaire à la hauteur – on peut compter sur des recettes conséquentes grâce aux entrées. Le dernier étage pourrait à lui seul accueillir un conservatoire municipal tout neuf, on pourrait même imaginer une « coulée verte » en contrebas de la voie ferrée qui relierait la rue des Rosiers et l’Espace 1789 au boulevard Biron, et pourquoi pas une salle des ventes spécialisée dans le marché de l’art… N’oublions pas que l’emplacement en sortie du parc Marmottan, à deux pas du métro Garibaldi en fait un endroit particulièrement accessible où, pour le coup, l’installation d’un parking n’est absolument pas nécessaire. Tout ça est bien loin d’être irréalisable, il suffit de savoir frapper aux bonnes portes et d’avoir de réelles ambitions pour tirer Saint-Ouen vers le haut. Mais certains préfèrent regarder le bout de leurs chaussures plutôt que de relever leurs manches et faire fonctionner leur cerveau… Le seul vrai scandale de cet immeuble, c’est qu’actuellement sa démolition est en cours alors qu’aucun permis de construire n’a été voté en conseil municipal ! Évidemment, ça n’est pas important pour ces gens-là car eux seuls savent ce qui est bien pour cette ville. Ça tombe mal, on les a déjà vus à l’œuvre : ringard un jour, ringard toujours !
    Hugues Cornière,
    président de l’association des marchands de Dauphine

  14. @ Hugues Cornière
    Je ne peux pas vous laissez dire n’importe quoi et je vous réponds.
    “La Seine-Saint-Denis ne dispose que de deux sites importants présentant un intérêt à la fois touristique et culturel : la basilique de Saint-Denis et les Puces de Saint-Ouen.”
    C’est complément faux !
    Vous oubliez la stade de France et l’aéroport CDG !

    Un parking d’intérêt régional en sortie de périphérique est tout à fait enviseageable, c’est une nécessité logistique qui pose une question: Pourquoi la ligne 4 ne rejoint pas Carrefour Pleyel ?
    La mise en voie piétonne du quartiers des puces est un impératif de sécurité et de confort, c’est une nécessité technique qui pose une autre question: Qu’est ce qui justifie l’incurie des services de police aux portes de Paris ?
    Le marché Michelet, comme l’ensemble des marchés de biens courants de Saint Ouen doit être sévèrement recadré, c’est un défi permanent à la réglementation, au bon sens et à la sécurité.
    L’accueil des visiteurs des marchés aux puces doit être impérativement repensé, aucune signalisation, aucun plan, pas d’accueil, pas de toilettes, pas d’espace piétons, pas d’antenne de police, pas d’événements festifs réguliers…
    Il faut dire à la décharge de la mairie que se sont des incompétents notoires, il suffit de voir l’état du commerce et le bilan comptable.
    Je partage donc votre point de vue sur la nécessité et l’urgence d’un investissement sérieux et volontaire pour dynamiser les puces.

    Je suis, en contre, septique quant à la localisation du musée d’Art contemporain sur le site de l’usine Valéo.
    Je lui préfère un site lui aussi laissé volontairement à l’abandon, mais en plein cœur des puces.
    Un lieu chargé d’histoire en plein centre d’une zone d’affluence commerciale, le site de Cap Saint Ouen.
    Une partie des activités de ce lieu pourrait être accueillie sur le site Valéo, l’École nationale supérieure des beaux arts notamment…
    L’obscur officine de la ville de Saint Ouen qui se trouve au troisième étage de ce gigantesque bâtiment gagnerait peut être aussi en crédibilité à se rapprocher du public Audonien…
    L’emplacement de ce bâtiment exceptionnel est plus intégré aux puces, et donc plus ouvert aux chalands des antiquaires et des touristes, ce critère me parait important, et rends le lieu plus adapté à concourir à l’accueil des expositions et des manifestations d’envergures internationales.

    Cette volonté d’optimiser le potentiel de l’ancienne imprimerie ne retire rien à la valeur architecturale, historique, structurelle et commerciale de l’immeuble Valéo.
    Son emplacement me parait moins efficient, plus excentré.
    Vous l’avez souligné, c’est un véritable scandale immobilier qui entoure ce site.
    Ce type de manœuvre est à porter au crédit [ ] A d’élus corrompus ou [ ] B de promoteurs malhonnêtes,(QCM à choix multiple), qui eux aussi , c’est étonnant, s’intéressent à l’art contemporain…

    Je ne peux pas vous laissez dire n’importe quoi et là en revanche, je demande votre attention.
    Les comparaisons maladroites, les approximations historiques et les tendances grégaires desservent le meilleur des propos.
    Votre comparaison légèrement désuète peut paraître relativement désobligeante au premier abord, volontairement vulgaire, elle est surtout ridicule au regard de l’histoire des puces.
    Je ne pense pas que vous ayez l’intelligence de comprendre la portée infamante de votre propos.
    Je vous demande donc de vous excuser publiquement de cette comparaison sacrilège et de faire ainsi amende honorable.
    Je vous engage à vous rendre pénitent à l’église de Saint Ouen le Vieux pour mieux comprendre l’histoire de notre ville.
    Il n’est pas sur que Saint Ouen vous prête attention, aussi je vous suggère de vous rendre à la mosquée la plus proche afin de solliciter le réconfort des vertueux.

  15. Il faut lire “Je suis par contre sceptique…” et non “Je suis en contre septique…” bien que je me saches condamner à mûrir chaque jour un peu plus.

  16. @Jerry Flechter
    Mais si le PS se maintient ,dans le cas d’une triangulaire avec madame Rouillon en tête -cela pose un problème – monsieur Roux est en troisième position sur la liste du parti socialiste Est il en mesure de donner sa caution ?

  17. A Hugues Corniere

    Interessante demonstration.
    Quid d’un hotel des ventes ?
    Quid d un local police et douanes ?
    Le premier etait envisage par la Semiso
    Le second a existe dans votre marche.
    Restpe la realite. La renovation de Bauer et la prise en compte des besoins des audiens

  18. Tous les candidats ont des propositions pour le décrochage scolaire!

    Les collectivités territoriales peuvent, effectivement, intervenir mais ne peuvent pas faire la boulot à la place de l’Etat!! C’est à l’Education Nationale d’apporter des réponses aux jeunes : Peillon s’y est engagé.

    Le boulot du maire c’est de faire respecter les droits d’un enfant tout au long de sa scolarité et que ces droits ne soient pas seulement évoqués lors d’une exposition à la date anniversaire!

    Prévenir le décrochage scolaire, pour un maire, c’est d’abord, offrir aux jeunes les meilleurs conditions pour étudier :

    – un logement adéquat
    – un accompagnement pour les familles en difficulté pour la recherche d’emplois, conseils sur l’éducation et surtout un centre de service social digne de ce nom ou le terme urgence signifie quelque chose!!!
    – un accès au loisirs dans des centres de loisirs, maisons des ados, SMJ , le retour des animations de quartier.
    – un accès aux activités sportives et culturelles pour tous
    – un CIO capable d’orienter “convenablement” les jeunes DANS NOTRE VILLE
    – des psychologues libéraux, orthophonistes en plus grand nombre avec des consultations prises en charge à 100% (le top serait une intervention de ces spécialistes dans les écoles pour les parents qui bossent)
    – une MDPH efficace qui traite les dossiers rapidement et efficacement
    – un lieu d’ecoute ,d’échanges d’entraide, de participation citoyenne des jeunes (conseil municipal de la jeunnesse)

    Pour le soutien scolaire, je préfère que cela soit fait à l’intérieur des établissements par des profs en quantité plus importantes, le retour aux décloisonnements et aux groupes de niveaux pour permettre à chaque enfants d’avancer à son rythme!
    Selon moi, les assocs ne devraient s’occuper que du loisirs après l’école.
    Les E2C n’auraient pas lieu d’exister si on revenait aux apprentissages professionnels dans les collèges : l’existence d’une troisième alternance à Michelet a réconcilié de nombreux enfants avec l’école : ne pas attendre la troisième et leur offrir cette possibilité dès la 5 ème!

    Concernant la scolarité et la formation des jeunes , c’est donc à l’Etat d’intervenir ! Le futur Maire pourrait peut être faire accélérer l’application de la loi du 8 juillet 2013 (pour la refondation de l’Ecole de la République), dans notre Ville
    La mise en place de nouveaux dispositifs pour les jeunes décrocheurs ont vu le jour en septembre 2013!
    Ce sont la création de plates formes de suivi qui coordonnent plusieurs acteurs locaux de la formation, de l’orientation et de l’insertion professionnelle : collèges, lycées, CIO, missions locales, les BIJ, CFA, greta et les services municipaux peuvent y être associés
    Elles établissent des diagnostics et proposent des solutions permettant aux décrocheurs un retour en formation ou la préparation à l’entrée dans la vie active avec les réseaux FoQuoIE (contrat, formation, qualification, emploi)

    Concrètement , je participe aux conseils de classe du collège et lycées et je n’ai pas entendu de proviseurs soumettre pour certains élèves ce genre de dispositif.

    Un partenariat mairie-éducation nationale est plus que nécessaire!!!

    Une prise en charge plus globale des difficultés des jeunes décrocheurs permet de mieux y répondre, selon moi !

    • Une petite cinquantaine de participants à la réunion NPA au St-Georges : la révolution mondaile est à l’ordre du jour mais c’est pas encore pour demain. D’ici là ils vont s’occuper un peu de St-Ouen. Privés de salles et de professions de foi. N’aiment pas le Maire et sa politique.

      40 personnes max chez A. Kalaydjian. Vidéo au programme avec une musique adaptée (bande originale de la famille Adam’s !).
      Programme local : haro sur Delannoy.

  19. J’oubliais “le droit d’aller aux toilettes à l’Ecole”
    droit fondamental!!!

    A ce sujet, la FCPE départementale a lancé une campagne de sensibilisation!!!

    L’état des wc est catastrophique dans beaucoup d’établissements : porte cassée, fuites, manque de papiers et savon! C’est un problème de santé publique : infection urinaire, constipation des enfants constatés….
    c’est une problématique qui existe depuis longtemps dans les collèges et lycées….il est urgent de réaliser des travaux sauf que les jeunes déteriorent tout!!!

    un vrai casse -tête pour les CG??

  20. Une idée de droite, pourtant, était de proposer que les devoirs soient interdits! Ils ne devaient y avoir de proposer que de la lecture ou des leçons à apprendre . En effet, on a constaté que les enfants n’étaient pas tous égaux concernant l’aide que l’on peut leur apporter à la maison.
    Si on applique la loi, les devoirs doivent être faits entre 15h30 et 16h.
    Avec l’application de la RDRS, j’espère que du temps sera dégagé pour que les exercices d’application soient vus avec les enseignants sur le temps scolaire.
    Utilisons le temps du péri-scolaire pour l’épanouissement de nos enfants : se rendre avec aux à la bibliothèque par exemple, tous les enfants n’ont pas cette possibilité!
    A ce titre, il était question à une époque de supprimer l’étude surveillée!!!

  21. @ Germain
    Franchement, je serais surpris d’une triangulaire, n’oubliez pas que certains élus sans les nommer sont aux ordres de leur parti politique respectif et que ceux ci négocient sur le national avec dans leur besace des cadeaux de remerciements.

  22. vivement le 23 et le 30 il y en a marre de tout ses spéculations qui aboutissent qu a semé le doute sur le choix du candidat

    je sais que c est WD qui sera le futur MAIRE pour le plus grand bien de notre VILLE QUI LE FAUT BIEN

    sachez écouté, voir , entendre et vous serez de suite fixé de quel coté penchent les Audonniennes et Audonniens

    bonne journée

  23. @Jerry

    Comme pour les résultats du 23 mars à Saint Ouen

    @Marie France

    Si WD n’est pas Maire de St Ouen le 30 mars au soir, quelles excuses allez vous trouver pour expliquer sa défaite. Vous êtes dans un tel état d’exaltation que vous ne pourrez me répondre dans l’immédiat mais commencé à réfléchir et à vous préparer à cette éventualité.

    Déjà jeudi 20 mars le suspens grandit et la tension augmente……….

  24. @25

    Bonjour Saly, bonjour à tous,

    L’interdiction des devoirs a plus de cinquante ans.

    La circulaire du 29/12/1956 (en application de l’arrêté du 23 novembre 1956) relative à la suppression des devoirs à la maison ne laisse aucune ambiguïté sur la volonté du ministère de l’époque : « aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne sera demandé aux élèves hors de la classe. »
    Nous étions sous la 4ème République et si je ne me trompe pas, René Coty était Président, avec le gouvernement Guy Mollet (secrétaire général du Parti socialiste de 1946 à 1969). Le Ministre d’Etat, chargé de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports (à partir du 22 juin 1956) était René Sylvain Édouard Billières (Radical socialiste).
    La circulaire du 06/09/1994 relative à la mise en place des études dirigées précise quant à elle que, d’une durée quotidienne de trente minutes, ces dernières ont pour but de : « renforcer les activités d’enseignement de favoriser l’apprentissage du travail personnel et de contribuer à apporter à chaque élève l’aide personnalisée dont il a besoin, permettant ainsi de prévenir les risques d’échec et de réduire les difficultés provenant des inégalités des situations familiales…».

    Cette circulaire précise clairement comme les précédentes l’interdiction des devoirs à la maison en ces termes : « Dans ces conditions, les élèves n’ont pas de devoirs écrits en dehors du temps scolaire. À la sortie de l’école, le travail donné par les maîtres aux élèves se limite à un travail oral ou des leçons à apprendre».

    L’arrêté du 25/01/2002 promulguant les horaires et les programmes de l’école primaire à partir de la rentrée 2002, ne fait pas apparaître d’horaire précis pour les études dirigées. Cependant : « La suppression d’un horaire spécifique accordé aux études dirigées ne signifie pas la disparition de celles-ci, mais une autonomie supplémentaire laissée aux maîtres pour utiliser cette pratique en fonction des besoins particuliers d’une classe tout au long de l’année ou pendant une période déterminée…».

    L’interdiction des devoirs à la maison a est renouvelée régulièrement par l’Education nationale : 6 rappels à l’ordre de 1956 à 1995 (1962, 1964, 1971, 1986, 1990, 1995). Et cela en termes clairs: « il reste interdit dans l’enseignement élémentaire de donner des travaux écrits à exécuter à la maison ou en étude ».

    Néanmoins, les enseignants peuvent donner des travaux oraux et des leçons à apprendre.

    Les fonctions essentielles du travail personnel donné à l’élève sont les suivantes :

    – Fixation de certains apprentissages, mémorisation ;

    – Liaison avec les familles ;

    – Développement de l’autonomie, de la responsabilité et du sens de l’organisation.

    Au regard de ces finalités, la question de l’approche méthodologique est fondamentale. En effet, il est indispensable d’apprendre en classe aux élèves comment on apprend une leçon, une poésie, une table de multiplication, une définition, comment on prépare un exposé, comment on effectue une recherche documentaire…

    Bonne soirée et bises amicales.

    Karine K.

  25. @ saly
    Les devoirs, c’est pas obligatoire…
    Vous avez pointé du doigt la médiocrité de ce système et la déchéance des valeurs de l’éducation républicaine.
    Le nivellement par le bas, c’est finalement une stratégie éducative très élitiste, puisque au final, les parents qui en ont les moyens continuent d’instruire leurs enfants.
    J’ai une pensée émue pour tous ces professeurs qui ont longtemps considéré leur métier comme une vocation.

    Les pays émergents,en revanche, voient le nombre et la qualité de leurs étudiants augmenter d’année en année.

  26. Dites donc, je ne sais pas si sur la liste Ambition nouvelle, ils sont tous supérieurs mais je trouve que cette petite Ka Rine a l’air de bien connaître son sujet. 🙂

    Je me permets Mademoiselle, je vous salue aimablement. Saly, je vous embrasse affectueusement.

  27. La proposition d’un couvre-feu pour les mineurs est une des plus emblématiques et des moins consensuelles du programme de M. Delannoy. Mais je crois qu’on aurait tort d’établir une opposition simpliste entre les idéologues qui seraient contre le bon sens qui plaiderait pour.

    Essayons de décomposer un peu le problème.

    1. Nous serions nombreux je pense à convenir que les jeunes enfants n’ont pas à être dehors tout seuls à 22h passées et qu’une action doive être envisagée en direction de parents irresponsables, inconscients ou dépassés.

    2. En revanche, l’usage du terme “couvre-feu” casse immédiatement ce consensus tant il est associé à la loi martiale, qui n’est pas la réalisation de la démocratie mais sa suspension. S’il s’agit de favoriser un débat serein au-delà des clivages politiques, c’est vraiment le terme à ne pas utiliser.

    3. Faisons l’impasse sur le terme et imaginons qu’on ait trouvé une autre manière de nommer un dispositif municipal qui interdise la présence et la circulation sur la voie publique des mineurs non accompagnés après une certaine heure. Reste que le fondement juridique d’une telle mesure est problématique. Un certain nombre d’arrêtés ont ainsi été cassés par les juridictions administratives pour différents motifs. Admettons toutefois, pour les besoins de la présente analyse, qu’une rédaction soigneuse puisse rendre l’hypothétique arrêté inattaquable.

    4. Pour autant que j’aie pu en juger en parcourant rapidement la jurisprudence, la légalité d’un tel arrêté suppose que l’intervention des forces de l’ordre se limite à la reconduite du mineur en infraction au domicile des parents. Cela pose un certain nombre de problèmes techniques pour ceux dont le domicile n’est pas identifiable (quelle qu’en soit la raison), ainsi que pour ceux qui n’habiteraient pas la commune. En revanche, cela semble exclure (je parle sous le contrôle des vrais juristes qui liraient ce blog) toute sanction de type rappel à la loi. Mais imaginons ces problèmes techniques réglés.

    5. La jurisprudence est claire sur le fait qu’une interdiction s’appliquant de manière générale aux mineurs serait illégale car disproportionnée. Les dispositif ne pourrait donc concerner que les enfants – définis dans les textes qui ont été validés comme moins de 13 ans, ou parfois jusqu’à 13 ans révolus. Il s’agit donc d’une mesure de protection des enfants qui ne peut servir à régler des problèmes de nuisances imputables à des mineurs plus âgés – d’où l’importance d’éviter de parler de “mineurs”.

    6. A moins d’imaginer un arrêté qui soit une simple déclaration d’intention, la question de la mise en oeuvre se pose. On voit aisément les vraies difficultés auxquelles un policier serait confronté sur le terrain. Qui contrôler, sachant que l’âge d’une personne ne saute pas toujours aux yeux? Comment vérifier, sachant que la population cible n’est pas tenue de porter des papiers d’identité? Comment s’assurer que les majeurs qui se prétendent “accompagnateurs” le sont effectivement? Comment éviter que la mise en oeuvre du dispositif ne crée des tensions qui amènent les agents, tacitement, à le neutraliser? Evidemment que dans certains cas, le bon sens suffira – mais si le dispositif ne s’applique qu’aux cas faciles, il ne sert pas à grand-chose.

    7. Enfin, la volonté de casser l’emprise symbolique et matérielle des dealers sur les enfants et jeunes adolescents – que pour ma part je partagerais – ne fait pas très bon ménage avec la temporalité d’une interdiction de circuler. Imagine-t-on vraiment que les enfants ne soient pas vulnérables aussi – voire plus, compte tenu de l’organisation des familles – de 16h à 19h? Cela ne veut évidemment pas dire qu’il faille refuser toute solution partielle – mais encore faut-il être sûr qu’elle ne sert pas seulement à se donner bonne conscience.

    Tout cela pour dire qu’on peut aisément faire apparaître le “couvre-feu pour les mineurs” comme une fausse bonne idée, même pour qui en partagerait le sentiment général.

    Pour montrer qu’il s’agit d’une vraie bonne idée, certes difficile à mettre en oeuvre, mais qui mériterait d’être essayée, il faudrait au minimum clarifier l’ensemble des points qui précèdent.

  28. @ John Crowley
    J’aime beaucoup la maîtrise et l’intelligence qui ont conduit votre propos sur l’utilité d’un couvre feu.
    La loi martiale peut être promulguée sans couvre feu, il n’y a aucun rapport logique, c’est une phobie sémantique.
    Le terme de couvre feu est tout à fait adapté, c’est un mot qui fait peur, c’est vrai.
    Il apparaît que vous oubliez le ressort le plus important de ce dispositif, son principe même, l’effet d’annonce de sa mise en oeuvre.
    C’est en effet, un signe fort, compris par l’ensemble de la population, narcotrafiquant compris: Le nouveau maire ne deale pas au pied des immeubles.

    Pour poser votre discours, vous évoquez des impossibilités pratiques, du défaut de cadre légal, à l’impossibilité d’agir faute de présentation d’identité, vous réduisez ainsi les magistrats à des incompétents récurrents et les fonctionnaires de police à des surveillants de squares, maîtrisant mal la langue française.

    La reconduite du mineur a son domicile est une mesure exceptionnelle qui entraîne un signalement pour défaut de soin.
    La justice peut être saisie pour manquement répétées à l’obligation de soin, pour incitation délictuelle, pour complicité de traite d’enfants et là Mr Crowley, je vous prie de croire que ça rigole beaucoup moins quand il s’agit de s’expliquer devant un juge de correctionnelle, que l’on subit une garde à vue, une perquisition en règle et que le fisc commence à se pencher sur vos comptes.

    Je vous rejoins tout de même cela ne règle pas tout, ce sont rarement ces parents là qui viennent aux conseils de classes.
    Le problème social posé par la recrudescence de la vente et de la consommation de produits stupéfiants nocifs à des racines profondes et parfois enchevêtrées.
    La criminalité liée à ces commerces prospère sur ces friches sociales à l’abandon.

  29. Et une école TOTAL audonienne ?

    “Total, nouveau sponsor du gouvernement en matière culturelle, artistique et éducative

    par Agnès Rousseaux 12 mars 2014

    Nouvelle grande idée socialiste : et si on faisait financer les politiques publiques par les entreprises du CAC 40 ?

    Une option qui semble séduire de plus en plus de ministres, face aux coupes budgétaires.

    Le groupe pétrolier Total va donc sponsoriser un programme d’éducation artistique et culturelle en direction de la jeunesse, que vient de lancer le ministère de la Culture.

    La multinationale a également contribué au financement de la réforme de l’Éducation nationale. Une façon de se racheter une image. A défaut de s’acquitter de l’impôt sur les sociétés…

    Après les carburants, le gaz et les lubrifiants, le groupe Total se lance dans la culture. Avec les encouragements du ministère, qui lui ouvre grand ses portes.

    Il faut dire que le groupe pétrolier a des arguments. 4 millions d’euros exactement. Une contribution que Total a généreusement décidé d’offrir à la jeunesse de France. Cela tombe bien : c’est justement la priorité du gouvernement.

    Cette convergence d’intérêts vient d’aboutir à la signature d’une convention de partenariat pour développer l’éducation artistique et culturelle des jeunes.

    Après avoir abondé la tirelire de l’État en 2013 pour soutenir le financement de la reforme des rythmes scolaires (lire notre article), Total, cinquième compagnie pétrolière mondiale et plus gros bénéfice du CAC 40, veut continuer à « intervenir auprès des jeunes tout au long de la chaîne éducative jusqu’à leur entrée dans la vie active », « avec les autres acteurs de l’insertion ».

    La suite
    http://www.bastamag.net/Comment-Total-sponsorise-l

    PS : ce n’est pas une NOUVELLE GRANDE IDEE SOCIALISTE

    Lire la déclaration d’amour de Bartolone à la Fondation BNP en 2009

    http://www.claudebartolone.net/2009/12/14/signature-de-la-convention-avec-la-fondation-bnp-paribas/

  30. Joseph : 29

    ne vous inquiétez pas , pour moi et je vous répond de suite
    WD sera Maire
    je n ai pas à réfléchir ni à me préparé à cette éventualité
    je ne suis en aucun cas dans un état d ‘exaltation
    je suis une personne trés lucide
    il est vrai que d ‘écrire que WD sera notre Maire déplait à beaucoup
    mais soyez honnéte il n y a que lui qui peut nous sortir de toute ses dettes et cette M…… ce sera pas fait du jour au lendemain il faudra du temps mais ce sera POSITIF

  31. @Marie France

    Votre force de conviction est admirable.

    Je ne peux que vous donner RdV le 23 au soir et nous verrons si les électrices et les électeurs auront été aussi convaincus que vous que WD est le Maire qu’il faut pour Saint Ouen.

  32. @IDSTG post 36
    C’est vrai maintenant que vous le dites, son écriture est parfois tellement féminine.
    Bien vu…
    Mais il est vrai que Michel avait fait déjà plus de la moitié du boulot . Merci Michel!

  33. Bonjour,

    Nous arrivons au bout, ça y est, on y est.

    J’aimerais remercier tous les habitants. Ceux qui nous ont soutenus, encouragés, ouvert leur porte, qui sont venus à notre rencontre… Je les remercie de nous avoir donné envie de continuer, de cheminer pour un Saint-Ouen meilleur.

    Je salue également les militants de toutes les équipes parce qu’une campagne, c’est parfois difficile.
    Je suis particulièrement reconnaissante à toutes celles et ceux qui ont su rester courtois et respectueux, honnêtes et sincères dans leurs convictions.

    Mais surtout, je tiens à remercier Willam D. pour la confiance qu’il m’a accordée et toute l’équipe sans qui rien ne se serait fait.

    Cette campagne a été fabuleuse. Un moment de vie fait de rencontres, partages, amitiés… Une incroyable expérience enrichissante à tous points de vue, énergisante aussi et magique.

    Bravo à tous mes compagnons de route, membres de cette équipe, pour leur motivation, leur énergie, leur dévouement, leur humilité, leur loyauté et authenticité. J’ai adoré faire ce début de chemin avec vous et partager notre passion commune : Saint-Ouen !

    Un merci spécial à mes proches et amis qui ont supporté mon enthousiasme tous ces derniers mois et qui n’ont pas failli une seule fois ! Plus une bise à Momo.

    Bonne journée. A bientôt.

    Karine K.

  34. @ JYM
    Il n’est pas besoin d’aller très loin, il suffit de voir comment une épicerie soi-disant hard discount maîtrise les travaux de voirie à Saint Ouen…
    Qui fait quoi ? Comment ça marche ?

    Il faut savoir que ce type d’entreprise ne s’embarrasse pas vraiment de la légalité, vente de produits périmés, rupture de la chaîne de froid,sols glissants, manœuvre de palettes,…
    L’indécent profit fait sur les marges ne suffit pas à ces escrocs, à Saint Ouen, les terminaux de paiement tombent régulièrement en panne aux heures creuses…la banque est à coté, c’est pratique.

    Carton rouge
    http://en.wikipedia.org/wiki/Schwarz_Gruppe

  35. Quelle tristesse, KB et sa bande préfèrent ne pas avoir de présence au conseil municipale plutôt que quelques un ?
    Les dents de ces petits joueurs du PS étaient trop longues et la déception est trop forte..
    Non KB ne seras pas maire et c’est finalement bien, il préfère faire perdre la gauche, humilié de ne pas avoir gagné…

    Ils n’ont jamais su évaluer les réseaux de JRouillon, se pensant plus fort avec BLeroux
    BLeroux, l’homme qui à fabriqué un certain Kachouri….pour mémoire

    BLeroux discrédité dans tous le 93 depuis bien longtemps.
    porte flingue de notre président discrédité lui aussi.
    Vous n’avez pas votez pour un couillon alors votez Rouillon.
    Le PS de ST ouen n’a pas fini de souffrir

  36. Élu oui mais. Par défaut, c est le protège de l homme au scooter , et. Il c est fait viré grave d Epinay sur seine …..
    Dans le 93 t aurais mis un chameau ou un lapin comme candidat il aurais gagne …

  37. “Dans le 93 t aurais mis un chameau ou un lapin comme candidat il aurais gagne ”

    Dans ce cas il a encore toute les chances d’être réélu.

  38. Oui, il a encore des chances, heureusement que la gauche fait autour des 90% dans le 93 et tant mieux, la droite ne passeras pas par moi.
    Même si je doit voter BL.

  39. “la gauche fait autour des 90% dans le 93” : On se croirait en Union Soviètique.

    Blague à part : si WD est élu demain soir, il se pourrait qu’en 2017 il pique la circonscription à BL.

  40. Oui mais il ne seras pas élu …
    Et j espère qu’en 2017 on présenteras un candidat de gauche pas un social-libéral béni oui oui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *