OVL : Cold case (saison 3)

Sans_titre_1-genna

Comme dans la célèbre série télévisée[1], il est des « affaires classées » qui, après bien des péripéties, remontent parfois à la surface. Le dossier de l’Office Vacances Loisirs (OVL) désormais ré ouvert semble avoir bien du mal a être refermé.

Le Conseil municipal du 16 décembre devrait ainsi débattre du renouvellement de la délégation de service public (DSP) [1a] à l’Office vacances loisirs (OVL) pour la mise en œuvre de la politique de vacances de la ville et la gestion de ses centres. Après une mise en concurrence formelle, notre délégataire sera donc logiquement reconduit. On serait tenté de dire pour le meilleur et pour le pire.

Une occasion aussi lors d’un des derniers Conseil municipal du mandat d’évoquer les nouvelles règles du jeu entre le déléguant (propriétaire) et l’OVL délégataire (exploitant) et les problèmes structurels en terme d’équilibre financier, de devenir du patrimoine, de fréquentation par le public et de gouvernance. Une affaire sérieuse et complexe donc et qui ne date pas d’hier.

Là où le bât blesse depuis quelque temps déjà c’est aussi « l’affaire dans l’affaire » avec cette pénible présomption d’emploi fictif à l’OVL du Maire elle-même dans sa « jeunesse »[2]. Une découverte qui avait déclenché la saisine de la Justice par la Présidente de l’OVL[3] et les foudres du 1er magistrat niant  avec aplomb et criant au complot devant le Conseil municipal.

Avec ses amis politiques les plus fiables (ou les plus concernés)[4] elle s’assurait alors à la hussarde du contrôle complet du Conseil d’administration de l’OVL en janvier 2012 pour l’avenir (et aussi pour le passé)[5]. Un putsch suscitant d’ailleurs une vive polémique

au Conseil municipal.

P1060179

* Le Maire (veste rouge) entourée d’une demi douzaine de camarades plongés dans le scrutin de l’association OVL lors de l’AG de janvier 2012.

Compte tenu de la crise de confiance ouverte avec le 1er magistrat et dans un climat délétère la Présidente et la Directrice Générale l’OVL disparaîtront dans la tourmente[6]

Malgré ses dénégations virulentes, Jacqueline Rouillon n’a pu toutefois jusqu’ici fournir publiquement une preuve irréfutable de son activité de l’époque[7].

Après une longue enquête de la Brigade de la répression de la délinquance économique (BRDE), à notre connaissance et à ce jour, l’affaire n’est d’ailleurs pas classée. Compte tenu de l’ancienneté des faits son classement ne vaudrait d’ailleurs peut-être pas absolution de l’intéressée.

Contre offensive tardive, le Maire a annoncé devant le Conseil municipal du 2 avril 2012 (en réponse à William Delannoy qui l’interpellait) : « bien évidemment j’ai déposé plainte pour dénonciation calomnieuse ». A ce jour et aux dernières nouvelles, personne n’a hélas, la moindre information sur ladite plainte ni même pu vérifier son existence.

Seuls désormais à bord au sein de l’OVL, les meilleurs amis du Maire auraient, aux dires de certains d’entre eux qui s’en vantent, assigné en justice l’ex Présidente bénévole de l’OVL sur les conditions de départ de l’ancienne Directrice Générale. et lui réclameraient personnellement, rien de moins, que l’indemnité versée à cette salariée[8]. On croit rêver ! Une requête portée si l’on a bien compris au nom de l’association par sa Présidente actuelle, Catherine Despres[9] qu’on voit mal agir sans le feu vert ou à la demande expresse du Maire.

167413-bebe-enleve-linda-12-ans-mise-en-examen

Et pour faire bonne mesure, la même, à une récente AG de l’OVL, aurait accusé publiquement,  selon des participants, l’ancienne Direction d’avoir laissé une ardoise de plus de 400 000 € et d’avoir « écrasé » les données comptables avant de partir. Pour noyer son chien, on l’accuse de la rage !

Difficultés des nouveaux administrateurs à maîtriser la gestion de l’OVL et/ou approche des élections Municipales ? L’artillerie lourde est sortie.  Elle trahit peut-être un peu de fébrilité en allumant ainsi un nouveau  contrefeu [9 a] pour tenir jusqu’aux élections municipales coûte que coûte (et si possible l’emporter).

Nos apprentis sorciers auraient peut-être été bien inspirés de ne pas rouvrir eux-mêmes la boîte de pandore[10], de laisser travailler sereinement la justice et d’ éviter les accusations approximatives ou calomnieuses.

Au fond, puisque c’est l’origine de la violente controverse, qu’est-il reproché au Maire ? Son engagement d’il y a plus de 20 ans ? Les pratiques politiques de l’époque ? Tout le monde, hélas ou heureusement, s’en fiche peut-être un peu. Encore aurait-il fallu, dans son cas, qu’elle fasse preuve d’un peu de retenue et de considération concernant l’OVL, ses administrateurs élus, leur propositions ou le devenir du patrimoine[11].

Ce qu’il lui est reproché au final dans ce dossier comme dans d’autres ?  Ce sont ses arrangements successifs avec la vérité, ses zones d’ombres, son manque de sincérité, son refus du dialogue, sa mauvaise gestion et son éthique incertaine.

Quoi qu’il arrive, il sera difficile que l’OVL reste la chasse gardée d’une seule composante politique comme par le passé. Malheureusement avec ou sans ce Maire, puisque c’est bien de l’avenir dont il faut parler, les décisions difficiles sont devant nous concernant la politique de vacances et le devenir du patrimoine. Des mauvaises nouvelles qui pourraient arriver… après les élections municipales.

 

Avis aux différents candidats à la direction de notre ville de Saint-Ouen : leurs positions et propositions sont les bienvenues.

 


[1] Cold Case : « Affaires classées » (en France) ou « Victimes du passé » (au Québec) est une série américaine en 156 épisodes diffusée sur Canal+ puis sur France 2. Dans notre version audonienne : saison 1 : la découverte, la plainte (contre  X) et le déni ; saison 2 : Le putsch et les assises ; saison 3 : l’assignation et les élections.
[1a] La Délibération soumise au Conseil, au fin fond de l’ordre du  (point 42 sur 46) porte sur la validation du choix du délégataire et du contrat de délégation, la convention de mise à disposition de personnel communal et le versement (par accomptes mensuels) de la subvention de la ville.
[2] Ses fiches de paies de septembre 1986 à mars 1991 (montant estimé à 150 000€) pour un emploi de secrétaire ont été retrouvées par hasard mi 2011 dans les archives de l’OVL. Assez fâcheux puisque depuis son élection en 1995 elle n’avait jamais soufflé mot de cette emploi à quiconque. Ni à ses collègues élus, ni au CA de l’OVL et encore moins lors du pot de départ de l’ancien du Président de l’OVL Christian Le Gall (avec qui elle était sensée avoir travaillé directement pendant 4 ans) et auquel assistait de nombreuses personnalités.
[3] Après avoir sollicité Jacqueline Rouillon et n’avoir pas obtenu d’elle les justificatifs demandés par le Commissaire aux comptes.
[4] sur les 10 postes à pourvoir au moins 8 nouveaux élus sont clairement identifiés comme appartenant à la mouvance communiste : 2 fils et fille d’anciens élus PCF, 1 femme d’un ancien élu PCF (et belle-sœur du Maire), 1 femme d’un actuel élu PCF, 3 anciens élus PCF (dont Catherine Després)… et l’actuel secrétaire de la section PCF (journaliste à l’Humanité). Bref, une histoire de famille.
[5] Certains, à l’imagination fertile et méfiants, pensant qu’il aurait pu y avoir d’autres cas d’emplois « litigieux ».
[6] Anne Barthélémy, la Présidente, annonçant qu’elle ne se représentait pas à la prochaine AG de l’association à l’issue de son mandat, tandis que la Directrice Générale partait dans le cadre d’une rupture conventionnelle.
[7] une note signée de sa main ou un courrier avec ses initiales, un compte-rendu de réunion avec son nom, une photo, un témoignage d’un voisin de bureau… rien à ce jour.
[8] professionnelle du tourisme sociale expérimentée qui a repris la Direction laissée vacante depuis 18 mois (!) en 2007 quand la gestion de l’OVL reposait sur la Directrice de l’animation et la comptable. Il lui manquera cependant toujours cette qualité de son prédécesseur (en place pendant une quinzaine d’année) et qui en fin de carrière était parallèlement Secrétaire de la Section PCF de Saint-Ouen.
[9] Peu après sa prise de fonction, celle-ci a rejeté curieusement la demande d’un administrateur proposant que chaque membres du CA (et elle-même) fasse une déclaration sur l’honneur  indiquant s’il avait ou non travaillé à l’OVL dans le passé dans un souci de transparence et pour éviter les polémiques.
[9 a] Des pseudos « Assises »sur les vacances ont été organisées fin 2012 dans un temps record afin  de calmer un peu les inquiétudes notamment sur le devenir du patrimoine. Elles ont surtouts réunis les amis du Maire et ont été obstensiblement boycottées par toutes les autres composantes du Conseil municipal.
Rouillon secret. parlmentaire 94
[10] sauf homonymie, qu’ils n’oublient pas non plus dans la zone blanche de sa biographie (récitée par Mme Duflot lors de sa remise de Légion d’honneur), le modeste emploi d’assistante parlementaire (de Mme Rouillon) en Mairie en 1994 auprès de notre Sénatrice de l’époque juste avant l’élection en 1995 de Mme Dambreville Conseillère municipale.
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

15 réflexions au sujet de « OVL : Cold case (saison 3) »

  1. En fait, elle occupait quel emploi? Elle était secrétaire de P.Fost sénateur, secrétaire au cabinet du maire? autre? Était-elle encore payée par la mairie moins de 6 mois avant les élections de 1995?
    Bizarre, vous avez dit bizarre?

  2. Concernant la rupture conventionnelle, ce dispositif légal a déjà plusieurs fois servi pour des associations para-municipales (OVL, PLIE Action emploi).

    Que dire du CAFAC qui dispose avec d’autres d’une Convention collective pour le moins avantageuse, toujours payée par les Audoniens.

    Ce qui apparaît c’est la révélation d’un supposé emploi fictif, ce qui a entraîné la « chose ».

    Reste que l’avenir du patrimoine bâti maltraité par l’ancien élu au bâtiment (demandez-vous qui est-ce) a été posé et souligné avec ardeur mais peut-être avec maladresse par l’ancienne présidente et directrice.

    Qui était l’élue qui présidait à la chose ?

    Les envies de vente aux promoteurs se sont trouvées gelés. C’est une bonne chose.

    Plusieurs rapports sur l’état du patrimoine et les besoins en vacances, payés avec nos deniers ne sont toujours pas accessibles.

    La reprise en mains du CA n’a rien réglé. Aucune information ne filtre en direction des Audoniens (véritables payeurs) .

    Ce qui reste, c’st qu’au moment de fêter l’anniversaire de 36 et ses congés payés, JR a fait le mort. malgré des demandes.

    J’étais favorable à un apaisement. JR a choisi l’affrontement. Les futurs déçus qui la soutiennent aveuglément ne devront pas se plaindre dans les prochaines semaines.

  3. Question à N.S adjoint chargé aux vacances.l’année dernière pour le séjour de février à Montgenevre des « extérieurs » non pas pu partir vous avez refusé alors que les années précédentes cela ne posait pas de soucis,et que cette année ils étaient « autorisés ».J’essaie de comprendre mais je n’y arrive pas help !!!

  4. Bonjour les collaborateurs du maire qui vont lire ce message ce lundi matin avec en tête le conseil municipal de ce soir et l ovl… Dossier sur lequel on vous demande la plus grande prudence. Pour protéger votre protégée… Je n ai qu’ une question à vous poser : vous êtes sur que votre maire est de gauche? Allez vous qui la côtoyez quotidiennement vous vous êtes bien rendu compte que son approche politique est faible non? Passez le bonjour à MB de ma part que vous voyez en mairie tous les matins. D ailleurs qu’est ce qu’il fait en mairie aussi souvent. Une chose est sur pas de la politique. Alors emploi fictif ou pas la seule chose dont je soit sur c est que JR occupe actuellement le poste d un maire fictif…

  5. J’ignore qui est le rédacteur » d’Ovl cold case saison 3… »
    Bravo…Quelle enquête…!
    Je suis admiratif!
    Il faut absolument; fort de ces éléments, judiciariser cette affaire au plus tôt…et en féliciter l’auteur.
    Merci.

  6. Votre Catherine DESPRES, ancienne élue coco pure et dure, maintenant présidente de l’ovl, c’est pas par hasard celle qui a un moment a été pressentie par Paulette FOST pour lui succéder au poste de maire ? L’intéressée ayant finalement laissé la place Jacqueline ROUILLON ?

    • Moi, je l’ai croisé il y a pas mal d’années quand elle travaillait au CCAS de Saint-Ouen. Aujourd’hui elle bosse d’après ce qu’on m’a dit à Villetaneuse, d’ou vient la nouvelle Directrice de l’Ovl. Faut croire que le monde est petit.

  7. Au moins l’Ovl profite bien à certains. Mme l’élue aux vacances était une fois encore à la neige en famille. Moi j’ai essayē de m’inscrire mais comme je ne suis pas un initié j’ai pas pu partir car c’était déjà plein l’après midi du premier jour des inscriptions.

  8. La commune de saint-ouen condamnée, c’est possible et cela vient d’arriver.

    Par jugement du 22 novembre 2013 le TGI de Paris, vient de trancher en faveur d’ un ancien agent Claude DEWAELE qui a avait produit une oeuvre intellectuelle, ce que refusait de reconnaître la Ville et donc JR (maire au moment des faits)?

    Cette personne se voit doncreconnaître comme l’auteur du film « le destin de la famille Winograd ».

    La commune a interdiction de diffuser à titre onéreux ou de commercialiser le film sus mentionné,

    La Ville est condamnée aux dépens,
    et à payer 800 euros à CD.

    On peut se demander pourquoi JR s’est accrochée mordicus à une position intenable, surtout au regard du travail fait par cette personne sur la mémoire 39/45 et plus particulièrement du sort fait aux juifs par les Nazis.

    Une outrance qui caractérise assez bien la mandature JR/MB.

    Pour la facture finale, à chaque audonien sa quote-part…

  9. Selon une élue de l’équipe Delannoy ce dernier aurait fait la tournée des popotes dans les centres de vacances courant juillet. Si j’ai bien compris il aurait visité avec Cyril Plomb Mongenevre et St Véran, Jullouville et Saint Pair et peut être d’autres endroits.
    Suite à ces visites un peu d’ inquiétude parmi les personnels de l’OVL m’a-t-on dit, du moins pour certains . Puisqu’il à dit et redit qu’il garderait le patrimoine, peut-être moins sur l’avenir des centres que sur leur avenir à eux et surtout pour ceux qui ont pris de mauvaises habitudes.
    J’espère qu’il a un peu demander des comptes sur qui fait quoi et s’est interessé à la fréquentation par les audoniens.

    Quelqu’un a-t-il plus d’information ?

  10. Faudrait savoir, un jour. il vendrait tout un autre il garderait tout.

    Je propose d’attendre l’audit, de voir les propositions de sub municipales directes et indirectes pour chaque centre et d’entendre les propositions du personnel, des syndicats du personnel et des élus de l’opposition municipale.

    En espérant que tout cela ne soit pas polluer par les affaires judiciaires en cours… donc non classées.

  11. Assemblée Générale de l’OVL ce 10 octobre 2014 à 18 h30 salle Barbara.
    Ordre du jour : Rapports d’activités et du Commissaire aux comptes, renouvellement (statutaire) d’1/3 du CA.

    Date limite pour se présenter : avant le 2 octobre
    Conditions : être adhérents (cad ayant effectués un séjour dans les 2 dernières années ?)

    Pas certain qu’il y ait 400 particpants rameutés par J. Rouillon comme lors du putsch ayant porté le groupe communiste au moment où sortait l’histoire d el’emploi fictif de celle-ci.

    Une chose est certaine le nouveau Conseil d’administration aura du pain sur la planche d’autant qu’on attend les orientations précises de la nouvelle municipalité sur sa politique de vacances.
    Et sur le devenir du statut de l’OVL : associatif (DSP), en régie muncipale ou en société publique locale (SPL)…

    • @ Claire Vaux

      Attention je ne sais plus très bien comment ça marche mais avant la prise de contrôle total de l’OVL par les amis politiques de l’ex Maire, il fallait effectivement avoir participer à un séjour dans les 2 années précédentes pour voter à l’Assemblée générale (les adhésions étant payés dans l’inscription au séjour) mais aussi, sauf erreur, la possibilité payer la cotisation dans un délai assez court avant l’AG (un montant dont je ne me souviens plus) ce que personne ne fait sauf quand Rouillon avait battu le ban et l’arrière ban pour essayer de bétonner le passé de l’OVL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *