Légion d’horreur ?

Certains à Saint-Ouen s’étaient un peu émus de voir notre journal municipal décrié comme celui de « l’actualité heureuse » se voir décerner il y a peu le prix Cap’com 2012 dans la catégorie ville de 15 à 50 000 habitants[1]. Une nomination par  un « réseau de la communication publique et territoriale » un peu surprenante pour les citoyens qui, nombreux dans notre ville, sont affligés par la langue de bois et l’opacité partisane du contenu de cette publication malgré belle photos et titres accrocheurs.

Nouvelle surprise, et de taille, le Maire Jacqueline Rouillon vient de recevoir la Légion d’honneur[2].

Une distinction surréaliste au regard de son profil et de ses pratiques politiques locales.

Elle fait pourtant bien partie des 528 promus et nommés de ce 14 juillet 2012. Plus précisément, elle accède au grade de « Chevalier » par le biais du contingent du Ministère « de l’égalité des territoires et du logement » [3] de Cécile Duflot (Europe Ecologie)[4]au titre « Conseillère Générale de Seine Saint-Denis et de Maire de Saint-Ouen, 37 ans de services ».

La politique sociale, la construction de logements sociaux, la lutte contre l’habitat insalubre ou la spéculation foncière et le grand projet des Docks… ces actions municipales (d’ailleurs portées collectivement) ne sont sans doute pas étrangères à cette nomination personnelle du chef de l’exécutif communal actuel. On peut toutefois s’étonner, de découvrir une nouvelle face méconnue du passé de Jacqueline Rouillon. Arrivée à Saint-Ouen à la fin des années 80, à priori cheville ouvrière de l’OVL[5] de 1986 à 1991, elle œuvrait donc en réalité pour le pays depuis l’âge de 19 ans (!)[6] . Respect.

Il serait sans doute très intéressant de connaître néanmoins le contenu de son dossier de candidature et qui l’a intronisé ou soutenu pour obtenir cette distinction dont avait également été honoré l’ancien Maire de Saint-Ouen Paulette Fost (ancienne Députée et Sénatrice).

Une chose est certaine si on pouvait en douter, l’attribution de la Légion d’Honneur, récompense des gens de bien ou talentueux [7] mais également des mérites très relatifs, des services rendus au sens large et des égos assez gourmands.

Pour l’heure cette breloque prestigieuse ne sauvera peut-être pas sa récipiendaire de la curiosité de la Justice [8] sur ses actes passés et encore moins du verdict des urnes aux prochaines élections municipales.



[1] Pour son graphisme, sa ligne éditoriale, son contenu rédactionnel et son projet global, devant 4 autres nominés : Dax, Anglet, La Courneuve et Fontaine. http://prix.cap-com.org/presse_territoriale/23-palmares-2012.html,

[3] contingent composé de 2 promus au grade d’officier et de 28 nommés au grade de Chevalier dont Dominique Voynet (Maire de Montreuil) ou Stéphane Peu (Adjoint au Maire de St-Denis et Vice-Président à l’aménagement de Plaine Commune )

[4] L’admission et l’avancement dans l’ordre sont prononcés dans la limite de contingents fixés par décret du président de la République pour une période de trois ans. Ces contingents sont répartis entre le président et les différents ministres qui adressent leurs propositions au grand chancelier (source Wilkipedia).

[5] Association Office de vacances et de Loisirs de Saint-Ouen gérant l’ensemble des Centres de Vacances et au sein de laquelle Mme Rouillon a indiqué publiquement et tardivement (avoir travaillé).

[6]  Quels critères pour obtenir ? Selon l’intern@ute savoir : Mérites éminents : Pour être admis dans l’ordre de la Légion d’honneur, le candidat doit, sauf cas exceptionnels, justifier d’au moins 20 ans de services publics ou d’activités professionnelles, assortis de “mérites éminents”. Qu’est-ce qu’un “mérite éminent” ? Difficile à définir, reconnaît lui-même le secrétaire général de l’Ordre : “Il faut être irréprochable dans son métier et faire quelque chose en plus, qui sorte de l’ordinaire et nous distingue : être créatif et donner aux autres en général“. Un artisan aura davantage de chances d’être distingué s’il aide à former des jeunes auprès des “Compagnons du devoir”. Un comportement irréprochable : Un futur légionnaire doit aussi être irréprochable dans son comportement. Avec l’aide d’un juriste, le Conseil de l’ordre mène en effet une enquête “de moralité et d’honorabilité”. Un extrait de casier judiciaire est demandé et toute condamnation est disqualifiante. Le comportement dans la vie familiale est aussi pris en considération.

[7] On notera ainsi que parmi ses nombreuses distinctions (Ordre National du Mérite, Palmes académiques…), le compagnon et successeur de Paul-Emile Victor qui lui succéda pour diriger Les Expéditions Polaires Françaises (EPF) obtint en 1962 la Légion d’honneur. Un certain Charles Gaston Rouillon. Sauf erreur père de Jacqueline Rouillon.

[8] Aux dernières nouvelles, la présomption d’emploi fictif à l’OVL concernant la jeune Jacqueline Rouillon, n’est pas complètement dissipée puisque l’enquête sur cette affaire ne serait pas achevée.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

57 réflexions sur « Légion d’horreur ? »

  1. Qu’est-ce qu’on s’en fout ! Où est l’honneur de recevoir une médaille dans un régime capitaliste ?

    Cela m’a fait penser au Canard Enchaîné. En 1933, Pierre Scize, journaliste au Canard Enchaîné, venait de recevoir la Légion d’Honneur.

    Or, en vertu de son indépendance, le journal n’admettait aucune faveur faite à ses rédacteurs, ni n’acceptait aucune publicité.

    Aussi, le directeur du Canard de l’époque : Maurice Maréchal, signifia-t-il à Scize qu’il ne faisait plus partie de la maison.

    A quoi P. Scize répondit: ” Mais je n’ai rien demandé !!”

    Et Maréchal lui rétorqua : “… Fallait pas le mériter !…”

  2. J’avais lu ça dans Le Parisien, plus rien ne m’étonne! J.R décorée!!! Mais dites-moi, dites-moi, jusqu’où s’arrêteront-ils?

  3. Restez calme et ne donnez pas à cette distinction une importance qu’elle n’a plus
    Elle est quelque peu galvaudée maintenant. On sait qu’elle a été décernée à une brochette de gens de la chanson, du théâtre et du cinéma qui n’ont aucun mérite, si ce n’est d’encaisser des cachets substantiels. On distribue la Légion d’Honneur comme des bonbons ! Napoléon Bonaparte doit se retourner dans sa tombe. Mais on sait que la rosette sur le revers de la veste ça fait bien … et ça fait bomber le torse ..
    Faudrait demander aux salariés de PSA ce qu’ils pensent de la Légion d’Honneur …

  4. C’est vraiment trop injuste qu’elle ne soit pas aussi nominée Chevalier des arts et des lettres en vertu de son excellent journal – un canard qui ne se refuse rien.

    Quoi qu’il en soit,réjouissons-nous d’apprendre qu’à force de réclamer un peu d’ordre à Saint-Ouen au gouvernement, son vœu soit enfin exhaussé.

    Et surtout préparons-nous à la prochaine étape de la fête des sans culottes où son mari pourrait tout aussi bien prétendre à la nomination du titre de Chevalier de la table ronde…Qui sait !?

    Quoi de plus banal après tout pour un couple qui s’est déjà approprié l’ancien fief d’un vassal, s’entoure d’une légion de courtisans serviles et voue un amour sans borne à la culture de la monarchie versaillaise.

    Adieu la camaraderie et bonjour à la confrérie !

    Cependant si à l’évidence, être juge et parti suffit parfois à recevoir aussi facilement une telle distinction, laissons quand même un peu de temps à l’Histoire le soin de pouvoir distinguer, celles et ceux qui ont réellement le mérite d’en être honoré.

    En tout cas, encore une preuve que Saint-Ouen le vaut bien…

  5. De peu, il s’en ait fallu de voir attribué à JR le nobilissime ordre de la Jarretière fondé en 1348 par Édouard III d’Angleterre.

    Alors républicains locaux, anars à poils et à vapeur, sociaux pâtes à l’italienne, réacs à turbine… ne vous plaignez pas. Il n’y pas pas eu de sexisme en la matière.

    Faites silence devant le noble art qui consiste à exister par les autres et non pour les autres.

    Car, si le ministre a changé, Mme Duflot – grande écoloanticoco – a su gardé ses sages membres de l’ombre, celui du Cabinet, sans odeur et sans bruit. Du moment que l’ordre règne et les affaires continuent?

    Pour saint-Ouen, on aurait pu s’attendre à voir décerner la “chose ” à des humbles, à des militants du droit au logement et à la rénovation des vieux immeubles… pour que ceux-ci ne deviennent pas ceux des bobo quartiers.

    Rappelons que pour saint-ouen, il s’est agi de la “convention Lieneman” pour plusieurs opérations exemplaires mais mal suivies dans la vie locative, et totalement sottement présentées dans le bulletin municipal.

    Ah, s’il fallait seulement gérer, que les choses seraient faciles.

    Mais voilà, la vie se charge de nous rappeler qu’elle est sociale et produite par les rapports d’exploitation, de monopolisation et d’accaparement de la valeur ajoutée produite par les salariés et les services publics.

    La dernière fois qu’une LH a été attribuée au Premier magistrat, il d’agissait de PF.
    Nous étions nombreux, émus, contents à assister à l’accrochage.

    Mais comme disent certains vieux, tout se dégrade !

  6. D’après Wikipédia, il y aurait 113 425 heureux (?) élus, enfin… nominés à cette déco cacakitch qui lui ira si bien ! Elle est remise, entre autres, presque automatiquement aux anciens ministres, aux préfets honoraires, sportifs ripoux, aux anciens députés ou sénateurs, bref c’est nothing, nada, niente, لا شيء, Ничто, etc…
    Merci à Cécile Duflot qui salue ses actions en faveur des investisseurs qui vont acheter moins cher pour louer aussi cher qu’à Paris et d’ailleurs éviter à Paris de construire des immeubles cheap et laids …
    Bref une bonne grosse blague mais comme dirait notre ami, saint Ouen le vaut bien 😉

    • Friandise : le petit mot charmant du camarade socialiste A. Kachouri, Adjoint au Maire à la Sécurité (!) et Vice Président de la Région, transmis a tousles Conseillers muncipaux et à l’administration.
      Jamais en retard d’une flatterie et d’un acte d’allégeance au Maire.

      “Mesdames et Messieurs, Cher-e collègue, Chère Jacqueline,

      C’est avec joie que j’apprends cette belle nouvelle d’abord pour toi,puis pour notre ville.

      Il s’agit là de la reconnaissance d’un parcours, d’un travail, d’un engagement au service de la collectivité que la République reconnaît et honore.

      Toutes mes félicitations les plus sincères @ toi Chère Jacqueline.

      Abdelhak Kachouri.

      Abdelhak Kachouri”

  7. Vous allez quand même pas faire un fromage de cette affaire. Depuis qu’elle existe, la Légion d’Honneur a été décernée à des milliers et des milliers de gens, et personne n’a rien trouvé à redire. Parce que tout le monde se fout comme de l’an quarante des mondanités de la République Française.
    Personnellement, ils peuvent accrocher la Légion d’Honneur à la veste d’un clodo du coin – il y en a quelques uns le long du mur de la patinoire – cela ne me fait ni chaud ni froid. Et puis, je ne pense pas que la Légion d’Honneur soit la préoccupation première des gens ..

    • @Rene mateo
      Qu’un Maire soit personnellement récompensé pour une action municipale (restant malgre tout collective). Pourquoi pas, c’est monnaie courante et chacun n’y accorde qu’une importance relative.
      Dans notre cas d’espéce, c’est un peu gênant sur le plan éthique.
      Mais, un peu de patience, nous verrons la suite et le destin de Jacqueline ROUILLON qui aspire visiblement a une fin de carrière au plus haut avec les honneurs.

  8. Etonnant que le sieur Kachouri trouve encore le temps de féliciter son maire lui qui n’assure plus ses permanences et laisse les parents de la crèche Lamotte dans l’embarras …remettant en septembre ce qui ne peut attendre. faut-il leur remettre une médaille en chocolat pour qu’il daigne s’intéresser au sort des petits effrayés par les chiens, les dealers et les policiers….Tout ce qui luit n’est pas or.

  9. 37 ans de service pour JR, soit 19 + 37 = 56, notre écolo ministre doit revoir son boulier, elle qui nous veut tous en voiture à pédales.

    Le problème est devant pour ses conseillers en com. Réception, pas réception, inviter tous les audoniens ou pas, rappeler le travail essentiel mené par l’ancien Premier magistrat et son équipe ou non.

    Car quand même, si les promoteurs se repaissent depuis quelques temps à SO, c’est qu’il a fallu que les bons et gras terrains d’activité existent. Saluons là l’ancien maire et ses camarades d’alors de les avoir défendu au mieux possible pour des maintiens de l’emploi ou des reconversions d’activité industrielle.

    Ils sont beaux ces politiciens d’aujourd’hui quant leurs parents clamaient la fin de l’industrie pour la France, qui devait être le bronze cul de l’Europe entière.

    Mais sachons raison garder, il y a une autre alternative pour JR : quelle rende la breloque quant Citröen saint-Ouen fermera ses portes, et là, le geste vaudra chapeau bas.

  10. id-stg post 15
    Le destin de chacun est-il inscrit dans les astres ? Nul ne le sait. En tout cas chacun à le sien. Les uns connaissent la gloire et la notoriété, les autres, les plus nombreux, restent dans l’anonymat. Le destin de madame le Maire ne me préoccupe pas outre mesure. Elle est sous la lumière. Tant mieux pour elle. Je lui souhaite de finir sa carrière sous les ors de la République.
    Je n’aime pas cette République pour les raisons que tout le monde connaît : elle fait la part belle au fric !
    Je ne m’explique pas pourquoi la constitution de 58 est toujours en vigueur. Elle a un aspect abusif incontestable : le président de la République est un monarque sans trône !
    La constitution de la quatrième République était autrement démocratique. Elle s’inspirait du programme du Conseil National de la Résistance, dont il ne reste plus que le nom.
    Je ne pense pas que les élus d’aujourd’hui aient l’envergure de ceux d’hier. Beaucoup étaient issus de la Résistance, sauf dans les partis politiques de droite où on trouvait pas mal de collabos repentis. Leurs successeurs ont pris maintenant le dessus et entraînent dans leur sillage pas mal d’admirateurs de la version nouvelle du national-socialisme. Qui l’eût dit !
    C’est faire injure à la République que d’appeler de ce nom l’oligarchie qui règne aujourd’hui sur la France.

  11. C’est une honte pour la république, donner une distinction à une personne tant décrié. C’est immoral, qu’elle réponde de ses actes avant d’accepter quoi que ce soit, pour cela il lui faudrait un minimum de conscience.

  12. Contrairement aux allégations de Mathis, je ne crois pas que Jacqueline Rouillon soit aussi décriée qu’il le dit. Elle a encore beaucoup de supporters à Saint-Ouen et elle a mis en place une stratégie qui pourrait être payante. Jacqueline Rouillon est une femme intelligente et elle a fait, et elle fait, tout ce qu’il faut pour ratisser large ..

  13. le com 21 merite en tout cas le prix de l’indélicatesse…et n’est qu’une opinion personnelle un peu méchante que je ne partage d’ailleurs pas…

    Je ne suis guère interessé par les distributions de prix mais je trouve assez normal que des maires soient récompensés car ce n’est pas rien de gerer une ville . Moi , en tout cas, j’aurai du mal à encaisser les attaques souvent dures auxquelles elles doit faire face (j’ai assisté à certains coneils municipaux houleux) et je trouve qu’elle y arrive avec, pour le coup, une certaine élégance vis à vis de ces contradicteurs souvents violents.

  14. René, ton 22; si j’osais, sur la “stratégie”, “l’intelligence”, et le “ratisser large”, commme disent les autres……..,si j’osais…..
    René, reprends toi,c’est pas ta came, merde.

  15. Sans doute très inspirée par les JOs mais en oubliant un peu trop vite la commission anti-dopage, Cécile Duflot semble avoir trouvée la solution contre le réchauffement climatique en faisant pleuvoir des médailles sur ses camarades…

    http://www.lepoint.fr/politique/duflot-fait-pleuvoir-des-legions-d-honneur-sur-ses-camarades-02-08-2012-1492353_20.php

    Attendons de voir si Eva Joly, qui n’a apparemment pas été mouillée dans cette affaire, saura juger cette décision.

  16. Madame Duflot a du coeur ! On le savait. Elle ne regarde pas à la dépense quand il s’agit de ditribuer les distinction Ma foi, on ne peut pas lui en tenir rigueur. Madame le Ministre, qui est aussi, paraît-il, le belle soeur de Bernard Cantat, l’ex chanteur de “Noir Désir”, s’est fait quelque peu chahuter à l’assemblée nationale par l’opposition, pour avoir enfilé une robe qui, pour les primates de l’UMP, ne sied guère dans une enceinte qui est restée à l’âge de pierre.
    Tout compte fait, je trouve que madame Duflot y apporte un peu de fraîcheur. Elle souffre la comparaison avec madame Nadine Morano, dont on connaît les outrances et la vulgarité. Rejetée par les électrices et les électeurs, madame Morano a regagné ses pénates et se mure, pour l’instant, dans son silence. Le temps “glorieux” du sarkozysme appartient désormais au passé. Et c’est très bien ainsi ..

  17. “Lectures critiques

    Le Mérite et la République. Essai sur la société des émules. Olivier IHL”

    “Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.”

    De l’article 1 de la Déclaration universelle des droits de l’homme etdu citoyen du 26 août 1789, on ne retient généralement que cette première phrase. Quitte à oublier la seconde, qui est pourtant tout aussi importante :

    “Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.”

    Egalité d’un côté, distinctions de l’autre : les deux notions peuvent sembler contradictoires. Leur alliance, pourtant, sera au fondement de la France nouvelle issue de la Révolution. Un pays où, malgré le culte de l’égalité, l’Etat ne rechignera jamais à distribuer médailles, rubans et récompenses en tous genres à ses citoyens les plus méritants.”

    “L’Etat, en deux siècles, a créé douze fois plus de distinctions honorifiques que la monarchie en cinq cents ans. ”

    “Balzac parlait d’espionnage de la vertu”
    : à lire le nombre de pièces nécessaires à la constitution des dossiers de candidature, à voir le zèle déployé par les fonctionnaires pour évaluer le degré de moralité des impétrants, l’expression ne paraît pas exagérée.”

    “La plupart des actions humaines se faisant en vue d’obtenir une récompense, la distinction des “meilleurs” se révélera à la longue être un instrument puissant de domestication sociale. Paradoxe de l’émulation, qui encourage la concurrence mais ne fait bien souvent que favoriser le conformisme.

    L’écho aux travaux de Michel Foucault est ici évident.
    “Il y a des tribunaux pour punir, il faut des juges pour encourager”, écrit Olivier Ihl, pour qui la distinction joue dans nos sociétés un rôle analogue à celui que l’auteur de Surveiller et punir attribuait au châtiment : une “technique de gestion des conduites”, un “moyen du contrôle social”

    http://fr.scribd.com/doc/16925426/Le-merite-et-la-Republique-lectures-critiques

  18. voilà ; encore une fois on est dans la confiscation des idées de la base. Démocratie contre arbitraire, égalité contre favoritisme, mérite contre copinage. ça fait chier! C’était un peu annoncé dans les bidouillages d’avant élections ( cantonales notamment…) , les Gatignon les Placé et autres qui confondent lutte des places et lutte de classes.
    Faire ce qu’on reproche aux autres et s’en trouver tout à fait irréprochable! c’est , en politique, une pratique qui en dit long sur l’inconscience (?) le cynisme, l’égotisme, des mêmes qui piétinent leur parole et leurs engagements , et se plaignent ensuite de la montée des extrêmes et du désintérêt des citoyens pour la vie publique.
    on a gagné; on fait c’qu’on veut!

  19. Qu’il est difficile de résister à l’attrait qu’excerce le choux à la crème.

    Il faut être devenu adulte et citoyen pour le faire, comme le démontrent Jack Ralite ancien ministre communiste, homme de culture et citoyen avisé.

    Le voici rejoins ou accompagné dans l’attitude digne du refus de la Légion d’Honneur, par la scientifique Annie Thébaud-Mony qui refuse la Légion d’Honneur que lui a décerné Cécile Duflot .

    A savourer au soleil, il y a du Victor Hugo chez cette Dame.

    “Madame la ministre,

    Madame Cécile Duflot Ministre de l’égalité, des territoires et du logement,

    Par votre courrier du 20 juillet 2012, vous m’informez personnellement de ma nomination au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur et m’indiquez que vous êtes à l’origine de celle-ci. J’y suis très sensible et je tiens à vous remercier d’avoir jugé mon activité professionnelle et mes engagements citoyens dignes d’une reconnaissance nationale. Cependant – tout en étant consciente du sens que revêt ce choix de votre part – je ne peux accepter de recevoir cette distinction et je vais dans ce courrier m’en expliquer auprès de vous.

    Concernant mon activité professionnelle, j’ai mené pendant trente ans des recherches en santé publique, sur la santé des travailleurs et sur les inégalités sociales en matière de santé, notamment dans le domaine du cancer. La reconnaissance institutionnelle que je pouvais attendre concernait non seulement mon évolution de carrière mais aussi le recrutement de jeunes chercheurs dans le domaine dans lequel j’ai travaillé, tant il est urgent de développer ces recherches.

    En ce qui me concerne, ma carrière a été bloquée pendant les dix dernières années de ma vie professionnelle. Je n’ai jamais été admise au grade de directeur de recherche de 1e classe. Plus grave encore, plusieurs jeunes et brillant.e.s chercheur.e.s, qui travaillaient avec moi, se sont vu.e.s fermer les portes des institutions, par manque de soutien de mes directeurs d’unité, et vivent encore à ce jour – malgré la qualité de leurs travaux – dans des situations de précarité scientifique.

    Quant au programme de recherche que nous avons construit depuis plus de dix ans en Seine Saint Denis sur les cancers professionnels Giscop, bien que reconnu au niveau national et international pour la qualité scientifique des travaux menés, il demeure lui-même fragile, même s’il a bénéficié de certains soutiens institutionnels. J’en ai été, toutes ces années, la seule chercheure statutaire. Pour assurer la continuité du programme et tenter, autant que faire se peut, de stabiliser l’emploi des jeunes chercheurs collaborant à celui-ci, il m’a fallu en permanence rechercher des financements – ce que j’appelle la « mendicité scientifique » – tout en résistant à toute forme de conflits d’intérêts pour mener une recherche publique sur fonds publics.

    Enfin, la recherche en santé publique étant une recherche pour l’action, j’ai mené mon activité dans l’espoir de voir les résultats de nos programmes de recherche pris en compte pour une transformation des conditions de travail et l’adoption de stratégies de prévention. Au terme de trente ans d’activité, il me faut constater que les conditions de travail ne cessent de se dégrader, que la prise de conscience du désastre sanitaire de l’amiante n’a pas conduit à une stratégie de lutte contre l’épidémie des cancers professionnels et environnementaux, que la sous-traitance des risques fait supporter par les plus démunis des travailleurs, salariés ou non, dans l’industrie, l’agriculture, les services et la fonction publique, un cumul de risques physiques, organisationnels et psychologiques, dans une terrible indifférence. Il est de la responsabilité des chercheurs en santé publique d’alerter, ce que j’ai tenté de faire par mon travail scientifique mais aussi dans des réseaux d’action citoyenne pour la défense des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité.

    Parce que mes engagements s’inscrivent dans une dynamique collective, je ne peux accepter une reconnaissance qui me concerne personnellement, même si j’ai conscience que votre choix, à travers ma personne, témoigne de l’importance que vous accordez aux mobilisations collectives dans lesquelles je m’inscris. J’ai participé depuis trente ans à différents réseaux en lutte contre les atteintes à la santé dues aux risques industriels. Ces réseaux sont constitués de militants, qu’ils soient chercheurs, ouvriers, agriculteurs, journalistes, avocats, médecins ou autres… Chacun d’entre nous mérite reconnaissance pour le travail accompli dans la défense de l’intérêt général.

    Ainsi du collectif des associations qui se bat depuis 15 ans à Aulnay-sous-bois pour une déconstruction – conforme aux règles de prévention – d’une usine de broyage d’amiante qui a contaminé le voisinage, tué d’anciens écoliers de l’école mitoyenne du site, des travailleurs et des riverains. Ainsi des syndicalistes qui – à France Télécom, Peugeot ou Renault – se battent pour la reconnaissance des cancers professionnels ou des suicides liés au travail. Ainsi des ex-ouvrières d’Amisol – les premières à avoir dénoncé l’amiante dans les usines françaises dans les années 70 – qui continuent à lutter pour le droit au suivi post-professionnel des travailleurs victimes d’exposition aux cancérogènes. Ainsi des travailleurs victimes de la chimie, des sous-traitants intervenant dans les centrales nucléaires, des saisonniers agricoles ou des familles victimes du saturnisme…

    Tous et chacun, nous donnons de notre temps, de notre intelligence et de notre expérience pour faire émerger le continent invisible de ce qui fut désigné jadis comme les « dégâts du progrès », en France et au delà des frontières du monde occidental.

    La reconnaissance que nous attendons, nous aimerions, Madame la ministre, nous en entretenir avec vous. Nous voulons être pris au sérieux lorsque nous donnons à voir cette dégradation des conditions de travail dont je parlais plus haut, le drame des accidents du travail et maladies professionnelles, mais aussi l’accumulation des impasses environnementales, en matière d’amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimiques… Cessons les vraies fausses controverses sur les faibles doses. Des politiques publiques doivent devenir le rempart à la mise en danger délibérée d’autrui, y compris en matière pénale. Vous avez récemment exprimé, à la tribune de l’Assemblée nationale, votre souhait d’écrire des lois « plus justes, plus efficaces, plus pérennes”. En qualité de Ministre chargée de l’Egalité des territoires et du logement, vous avez un pouvoir effectif non seulement pour augmenter le nombre des logements mais légiférer pour des logement sains, en participant à la remise en cause de l’impunité qui jusqu’à ce jour protège les responsables de crimes industriels.

    En mémoire d’Henri Pézerat qui fut pionnier dans les actions citoyennes dans lesquelles je suis engagée aujourd’hui et au nom de l’association qui porte son nom, la reconnaissance que j’appelle de mes vœux serait de voir la justice française condamner les crimes industriels à la mesure de leurs conséquences, pour qu’enfin la prévention devienne réalité.

    Pour toutes ces raisons, Madame la ministre, je tiens à vous renouveler mes remerciements, mais je vous demande d’accepter mon refus d’être décorée de la légion d’honneur. Avec l’association que je préside, je me tiens à votre disposition pour vous informer de nos activités et des problèmes sur lesquels nous souhaiterions vous solliciter.

    Je vous prie d’agréer, Madame la ministre, l’expression de ma reconnaissance et de mes respectueuses salutations

    Annie Thébaud-Mony – 6 août 2012″

  20. Je trouve qu’Annie Thébaud-Mony est une GRANDE DAME d’avoir refuser cette médaille. Grâce à ce refus, elle porte au grand jour le combat qu’elle mène depuis des années : celui contre les crimes industriels, la faiblesse de la justice et des politiques publiques à leur égard.

  21. Madame Annie Thébaud-Mony indique ici les raisons pour lesquelles elle a refusé la Légion d’Honneur. C’est aussi l’occasion pour elle d’appeler l’attention des pouvoirs publics sur les dangers auxquels sont exposés les salariés dans les établissements utilisant des produits toxiques.
    On ne peut que souhaiter que les demandes de Madame Thébaud-Mony soient prises en compte par les pouvoirs publics …
    En tout cas, elle fait honneur à sa profession. Chapeau bas !

  22. En attendant la semaine 51, voici une bonne nouvelle :

    A l’occasion de l’entrée prochaine de la ville de Saint-Ouen dans la Communauté d’agglomération,

    nous avons décidé de proposer dès maintenant aux Audoniens le tarif préférentiel exclusivement réservé aux habitants des villes de Plaine Commune.

    Cette offre est donc déjà valable pour :
    Colosse, du 1er au 21 décembre
    spectacle de cirque à découvrir en famille
    Ce spectacle est mis en piste par Jérôme Thomas, artiste de renommée internationale qui invente des spectacles à la fois ludiques et oniriques. Pour cette nouvelle création, conçue avec les apprentis de l’Académie Fratellini et des artistes professionnels, il réunit toutes les disciplines du cirque en offrant une large place aux aériens.
    Séances tout public :
    sam. 1er déc. à 16h15 ;
    mer. 5 déc. à 14h30 ; jeu 6 déc. à 19h30 ;
    dim. 9 déc. à 14h (COMPLET) ;
    mer. 12 déc. à 15h30 ; dim. 16 déc. à 16h;
    ven. 21 déc. à 19h30
    10 € au lieu de 18 € pour les adultes
    3 € au lieu de 6 € pour les enfants
    20 € au lieu de 38 € pour le Pass Famille (2 adultes, 2 enfants)
    Réservations tout public : 01 72 59 40 30

    Académie Fratellini
    1-9 rue des Cheminots
    93210 Saint-Denis La Plaine
    plus d’informations sur http://www.academie-fratellini.com

  23. Le détournement de du droit de préemption n’est pas à la lisière de la légalité. C’est tout simplement illégal.

    23 novembre 2012
    Lu sur http://banlieue.blog.lemonde.fr/2012/11/23/la-legion-dhonneur-pour-la-preemption-immobiliere-a-saint-ouen/

    Cecile Duflot remet la Légion d’honneur à une maire Robin des bois du logement

    Une Légion d’honneur attribuée à une Robin des bois communiste. Cécile Duflot a élevé Jacqueline Rouillon au grade de chevalière de l’ordre national. La ministre écologiste récompense ainsi une maire communiste de la « ceinture rouge » parisienne. Elle vient surtout couronner une démarche assez culottée de l’élue qui tente – et parvient- depuis six ans à contenir la spéculation immobilière en préemptant les logements mis en vente. Une pratique à la lisière de la légalité mais qui marche.

    Depuis 2005, la mairie a mis en place deux dispositifs pour bloquer la montée des prix et la spéculation, une charte promoteur et la préemption. Avec la crise du logement à Paris, cette commune de Seine-Saint-Denis est l’objet d’une convoitise certaine des constructeurs. Située aux portes de Paris, elle dispose en effet de terrains en friches et de locaux industriels vides comme toute cette banlieue nord victime de la désindustrialisation. Au début des années 2000, les premières opérations s’annoncent et avec elles, l’envolée des prix liée à la crise du logement à Paris.

    “Eviter que le marché s’emballe”

    Jacqueline Rouillon, soucieuse de garder sa population de petits employés et fonctionnaires, réactive alors une vieille pratique des municipalités communistes : le rapport de forces avant la négociation, illustration d’une tactique éprouvée. Ainsi pour toute opération immobilière de logements neufs, la ville impose aux promoteurs la signature d’une charte qui les oblige à vendre à un prix inférieur de 10% par rapport à celui du marché, ainsi qu’une diminution supplémentaire du prix de vente de 10% pour les bénéficiaires des prêts à taux zéro. Et ça marche ! Une trentaine de promoteurs s’engagent et 50% des lots commercialisés ont fait l’objet d’un prix encadré. Comme sur la grosse opération d’aménagement des Docks, vaste éco-quartier en bordure de Seine, où 500 promesses de vente ont été réalisées avec un prix au mètre carré plafonné à 4500 euros.

    L’autre dispositif, plus osé, concerne le logement ancien : là, la mairie utilise son droit de préemption pour obtenir des baisses de prix. Les propriétaires souhaitant vendre sont invités à ne pas dépasser un seuil évalué par le service de domaines, soit entre 3000 et 3500 euros le mètre carré. S’ils passent outre, la mairie annonce qu’elle préempte. La simple menace suffit souvent à les faire céder : « la plupart du temps, on utilise ce levier comme pouvoir de négociation », reconnaît l’entourage de la maire. « La préemption permet d’empêcher que les prix passent du simple au double à la revente et que le marché s’emballe », explique Mme Rouillon. En 2011, sur les 800 ventes d’appartement réalisées, seule une cinquantaine ont été préemptés.

    Justice saisie pour atteinte au droit de propriété

    Là encore, la coercition a marché : sur la totalité des transactions, l’économie pour les acheteurs s’élève à 18 600 euros en moyenne. « Les propriétaires viennent nous voir pour savoir si le prix affiché est raisonnable », raconte Dominique ferré, directrice de la gestion urbaine. Non sans mal : les blogs contestataires ont été assaillis de propriétaires s’estimant spoliés. Et si certains ont fini par admettre le plafond fixé avant que la procédure n’aille à son terme, d’autres ont saisi la justice pour atteinte au droit de propriété. La justice a différemment apprécié les plaintes, condamnant la mairie à plusieurs reprises, la relaxant dans d’autres cas. Qu’importe, répond Jacqueline Rouillon, « le droit au logement est une question brûlante et il nous appartient de le garantir ». « Pour nous, même avec des pénalités entre 50 et 60 000 euros, on est largement bénéficiaire, car on a ralenti le prix du foncier pour le logement social et les équipements », insiste-t-elle. Il est vrai qu’au regard de l’envolée des prix du mètre carré dans les communes voisines, Saint-Ouen maîtrise son foncier.

    Jacqueline Rouillon, ancienne communiste passée à la Fase (Fédération pour une alternative sociale et écologiste) n’est pas peu fière de se voir attribuer le célèbre ruban rouge. Sa persévérance aura été remarquée par Cécile Duflot qui a tenu à récompenser la «politique courageuse » d’une élue qui « s’est attaquée à la loi du marché qui régit l’immobilier », explique un membre de son cabinet. Le 18 décembre, la ministre de l’égalité du territoire et du logement lui remettra la distinction en mairie. Un pied de nez à l’un des droits les plus protégés, la propriété privée.

    Sylvia Zappi

    • @ Dumez

      Décidément cette Sylvia ZAPPI du Monde est une idolâtre de Jacqueline Rouillon.
      Pas une once d’analyse un peu contradictoire ou de nuances.

      C’est beau l’amour aveugle.

  24. Je ne vois pas pourquoi vous vous sentez offensés parce que la légion d’honneur a été attribué à Madame le Maire. Après tout peut-être la mérite-t-elle .. moi je n’en sais rien.
    Ce que je sais, c’est que cette distinction est maintenant quelque peu galvaudée. Il n’est que de voir la liste des récipiendaires de ces vingt dernières années pour en être convaincu. Ce qui ne veut pas dire que madame le Maire ne la mérite pas. Madame Cécile Duflot, Ministre et écologiste, comme beaucoup d’entre vous ici, a jugé que Madame Jacqueline Rouillon avait oeuvré efficacement pour freiner les appétances des sociétés immobilières qui s’en mettent plein les fouilles au détriment de celles et ceux qui sont sans toit … ou qui vivent dans des conditions de logement déplorables.
    Ma foi, je ne vois pas pourquoi je serais contre …

    • @ Rene Mateo

      “je ne vois pas pourquoi pas, “je n’en sais rien”, “une distinction quelque peu galvaudée, “je ne vois pas pourquoi je serais contre”…
      Que de contorsions. Pour un homme de principes et de conivtions, vous êtes pas trop regardant.

      Et le Jack Ralite qui l’a refusé à deux reprises ça vous inspire ?

  25. @Dumez post35

    Avec ce nouvel article de Sylvia Z. aussi beau, aussi doux, aussi propre et aussi proche (en style et en temps) que son précédent consacré à son idylle et dévoilé à la face du Monde.

    Nous serions vraiment tenter de croire qu’elles ne se quittent plus toutes les deux.

    Et que pour gagner en efficacité qu’elles travailleraient même ensemble en duplex et se partageraient la grosse lessiveuse du sous-sol qui enlève mieux les taches du linge lavé avec ‘Maire laine’.

    Certes, avant de désigner dans son titre, notre maire actuelle «Robin des bois du logement », Sylvia Z. aurait peut-être d’abord du attendre la confirmation de Marianne.

    Sinon, sa conclusion, elle, vaut pleinement d’être partagée avec tout le monde : « Un pied de nez à l’un des droits les plus protégés, la propriété privée »…. de la rue des entrepôts.

    Aussi en récompense, sans attendre un prochain publireportage, en voici encore un autre bien mérité pour la campagne :

    http://www.ina.fr/video/PUB3372528114/mire-laine.fr.html

  26. C’est grave! Tant de conneries au cm linéaire!!! Chère Sylvia Zappi, apprenez votre métier, vérifiez vos sources, vos infos et de grâce, arrêter d’écrire des conneries aussi monumentales! renseignez-vous sur qui achète quoi à saint-Ouen et à combien?
    Qui construit quoi à SO ,à combien, et pour qui? Bref, faites votre boulot, cela nous évitera d’alimenter le feu avec vos écrits!

  27. Il est vrai et il faut le reconnaitre, que la ville de Saint-Ouen à relativement bien travaillé à l’éradication de l’habitat indigne, c’est une chose.

    Concernant la politique de préemption, pour soit disant maintenir une maitrise du foncier, la c’est plus délicat ! Pour avoir eu un proche, qui a été la victime de ce système, m’aidant à mieux comprendre la perversité de ce système, aujourd’hui je suis formellement et totalement, contre !

    Résumé très court de la situation, je connaissais une petite dame de condition relativement modeste, qui avait réussi par le fruit de son travail, à acheter un tout petit F2, rue Charles Schmidt.
    Cette dame avait juste un objectif, une fois à la retraite, revendre son bien difficilement acquit, afin d’acheter une petite maison dans son village Normand, afin de pouvoir vivre une retraite paisible car le montant de celle ci allait être faible.
    Mis en vente de son bien et très vite un acheteur intéressé, qui fait baisser le prix de vente et ils arrivent à un accord et tout le monde est content…
    Sauf que quelques temps plus tard, les services de la ville interviennent et cassent la vente car selon eux, le prix est trop important et proposent un prix vraiment plus bas. N’ayant pas le choix, la dame cède et perd un peu plus de 12000 euros, certain me diront que cette somme n’est pas dramatique, certes mais pour cette dame si car la somme restant ne lui a pas permise d’acquérir le bien souhaité et vu le montant de sa retraite, pas possible d’emprunter, bref tout un projet de vie gâché !!!

    Alors oui, cette politique aurait du bon si elle était nationale et que l’ensemble des Français soient logés à la même enseigne car la qu’est ce qui c’est passé ?!!

    L’acheteur hors Saint-Ouen a fait une belle affaire mais la propriétaire, arrivée à Saint-Ouen à l’âge de 19 ans, femme de ménage dans des immeubles Parisiens, avec une retraite de 920 euros net et seule, n’avez vous pas l’impression que c’est elle la victime dans l’histoire ?!!

    Alors je ne sais pas si le terme de Robin des bois du logement est approprié ou alors si l’on tiens à l’affubler d’un personnage en rapport à ce roman, je l’a verrais plutôt du coté du méchant de l’histoire, celui qui spolie les pauvres de la région, tout en faisant sa fortune …

    Enfin pour terminer, la remise de cette médaille par notre ministre écolos très engagée, ou plutôt désengagée et prête à renier ses convictions pour les Ors de la République, personnellement ça me va très bien car c’est juste ce qu’il fallait à JR, non Jacqueline car respectons le vrai JR qui vient de nous quitter…

    SAINT-OUEN ton univers impitoyable …

  28. Nechangeonspasle93
    Je ne comprends pas très bien. Si madame Rouillon s’est mise hors le loi, comme vous le prétendez, comment se fait-il qu’elle n’est pas en prison ? Bénéficie-t-elle d’un passe-droit ? Je crois plutôt qu’elle sait parfaitement ce qu’elle fait et qu’elle ne contrevient d’aucune façon à la loi. Le contraire serait suicidaire .. et elle sait !
    Je suis, quant à moi, pour le droit de préemption parce qu’il interdit à des propriétaires pas très honnêtes de vendre leur logement à des prix prohibitifs. Je suis aussi pour la réquisition des logements libres, qui sont légion, apparemment, leurs propriétaires estimant que le loyer qu’on leur propose est insuffisant. J’estime, et je ne suis pas le seul, que le logement est un droit. Il est inadmissible que des familles vivent dehors ou dans des conditions de logement déplorables, alors que des locaux restent inoccupés …

  29. post 39 id-stg
    Je ne suis pas très regardant parce que chacun est libre de refuser ou d’accepter la légion d’honneur. Pour ma part, je comprends tout à fait l’attitude de Jack Ralite et je trouve qu’il a eu raison de refuser le ruban rouge. A sa place j’aurais fait pareil. Vous savez comme moi que certains récipiendaires n’ont pas fait grand chose. Ils ont chanté, bien ou mal, derrière un micro, c’est tout .. Cela dit, je ne suis pas un donneur de leçon et je n’ai pas la science infuse. Chacune, chacun est libre de faire ce qu’il veut.

  30. En ce qui est de la préemption, je rappelle la position du parti communiste français telle qu’elle est notifiée dans son programme Changer de Cap : ” Il n’est pas question de toucher à la propriété, fruit du travail et de l’épargne .. “

      • @ à tous

        Noël avant l’heure

        A noter sur vos agendas : la remise officielle de la breloque aurait lieu selon l’entourage de la Reine, le 18 décembre 2012 par Cécile Duflot herself.

        Espérons que les duetiste d’Europe Ecologie, Rémi Fargeas et Mamadou Keita, viendront applaudir des deux mains leur Maire et leur Ministre.

  31. Soyez rassuré mon cher Lorrant, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes … Vous ne risquez absolument rien. Vous savez sans doute qu’il faut en toute circonstance synthétiser les progrès de la science dans ses derniers développements et ne pas la limiter à la théorie de la pensée et de ses lois au sens étroit du terme.
    C’est ce que fait madame Rouillon. C’est une femme qui anticipe l’évènement. Elle est donc en mesure de prendre les dispositions nécessaires afin d’éviter que Saint-Ouen ne sombre dans le désoeuvrement et la monotonie. De l’avis de tous les spécialistes, elle représente la femme de demain et la ire de ses détracteurs n’y changera rien. Eu égard au courant de sympathie dont elle bénéficie, son élection en 2014 est d’ores et déjà assurée ..

  32. Radio Londres post 47
    Radio Paris ment
    Radio Paris ment
    Radio Paris est allemand
    Mon cher ami vous gardez la nostalgie d’une époque que l’on espère définitivement révolue. Mais on ne vous en voudra pas. Etes-vous national-socialiste ? Je ne le crois pas. Beaucoup de gens aujourd’hui sont racistes. On retrouve chez eux l’idée Darwinienne selon laquelle la civilisation moderne, la morale humanitaire, chrétienne ou laïque constitue un frein à la loi de la nature, car elle entrave l’élimination de toute vie indigne de vivre. Selon eux, il faudrait rétablir la peine de mort. Pourquoi pas .. après tout.
    Madame Rouillon, vous le savez sans doute, combat toute forme de racisme. Elle s’inspire du Congrès dit des Races qui eut lieu en Australie en 1911, auquel participaient des ethnologues et des anthropologues réputés, et à l’issue duquel on fit la constation suivante : ” il n’existe sur la planète aucun groupe humain supérieur à un autre.”
    Madame Rouillon recevra donc la Légion d’Honneur des mains de madame la Ministre pour son action féconde en faveur des mal logés et contre la spéculation immobilière. C’est un honneur pour Saint-Ouen et pour tous les audoniens.

  33. Paul Laurent,Radio Londres…il n’y a pas de doute,EPS fait étalage de ses références historiques à présent dans le choix de ses pseudos.Est-ce qu’un seul lecteur de ce site est susceptible de se laisser abuser par ce flux de masques d’un même manipulateur.Au moins OD quand il se prétait à cette comédie avait un suivi dans les pseudos comme Joseph ou Zweig…Mais il est vrai que ça demande une certaine dextérité et un effort de mémoire qui ne sont pas à la portée de tous!

  34. à René

    Je reconnais bien ton humour (post 49) mais je sais aussi que l’humour traduit toujours des saignements intimes sinon profonds de l’âme.

    Le dernier congrès de l’UL CGT des communaux a fait entendre beaucoup de commentaires et critiques qui témoignent de la douleur de travailler à la ville.

    Ne prenons pas la chose à la légère car je peux en témoigner, des personnes qui me connaissent pour mon esprit chagrin et mes critiques acerbes de JR, et qui jusqu’à présent pensaient que j’en faisais une affaire personnelle, m’ont dit que quand même les gens étaient inquiétantes.

    Les gens de gauche et attachés aux valeurs de la république et donc du service public s’inquiètent des risques de voir la ville gagner par la droite ou tomber dans l’escarcelle d’une gestion sociale libérale qui n’auraient rien à envier à la droite.

    Le principe de réalité et à condition de vouloir améliorer les choses ne peut être abandonné sous prétexte que le capitalisme est méchant et le communisme bon par essence.

    laisser JR et ses commenseaux libres de toutes critiques, ne pas dire ce qui doit l’être à tous les élus de gauche – quelque soit leur bord, nous fera toutes et tous déchanter.

    Ne soyons pas les nouveaux cocus après ceux des pays dit socialistes!

  35. Mr Opéo,

    En tant que vainqueur, comme elle, de plusieurs tours gagnés grâce aux actions fécondes de conquête des plaines communes et de nombreux sommets à col blanc.

    Je confirme que Madame la maire Jacqueline Rouillon qu’elle roule, seule ou en tandem, avec un ou plusieurs chauffeurs, à Saint-Ouen mérite bien des médailles.
    Et plus de choses encore qu’elle n’aurait pas déjà pu obtenir sans lutter contre la spéculation immobilière.

    Vous avez raison, c’est un véritable honneur pour Saint-Ouen et tous ceux déjà prêts à l’accueillir lors sa prochaine étape pour franchir la ligne rouge de l’arrivée devant les juges.

    Sinon, pour vous, parfois soucieux de faire l’ascension de vos étages. Vous pouvez toujours continuer d’appeler OTIS…

  36. post 47 radio londres

    Si MK se pointe à la cérémonie avec RF pour représenter EElv , qu’ils n’oublient pas d’y convier le DAL.

    Ce serait peut être une bonne occasion pour ces écologistes audoniens de parler des difficultés des habitants de Vallès à la ministre du logement!!!

    Je lui demande comme, lui même, semble le reprocher à notre majorité : des paroles suivies d’ actes

    Qu’il demande donc à Duflot de soutenir ces familles et de faire accélérer leurs dossiers !!!!

  37. Je vous invite à relire mon post 28 ci dessus, qui est un modeste copié/collé.

    ça aurait eu de la gueule non, si JR par solidarité et surtout partage de convictions, aurait refusé le crachat, comme l’a fait la chercheuse Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l’Inserm ?

    Elle demande à la ministre d’intervenir pour “la remise en cause de l’impunité qui, jusqu’à ce jour, protège les responsables de crimes industriels”.

    “la présidente de l’association Henri Pézerat (santé, travail, environnement) (qui) déplore que la crise économique occulte la santé des travailleurs et les questions environnementales.

    “Ma démarche se veut un appel à la mobilisation citoyenne, mais aussi parlementaire et gouvernementale, pour le respect des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité”, écrit-elle en accompagnement de sa lettre à la ministre datée du 31 juillet.

    “Nous voulons être pris au sérieux lorsque nous donnons à voir cette dégradation des conditions de travail (…), le drame des accidents du travail et maladies professionnelles, mais aussi l’accumulation des impasses environnementales, en matière d’amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimiques…”

    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20120805.OBS8983/une-chercheuse-refuse-la-legion-d-honneur-decernee-par-duflot.html

    A quant une banderole au fronton de la mairie pour soutenir cette chercheuse?

  38. Et si chacun/chacune faisait part de ses commentaires, indignation sur la médaille Duflot à Rouillon ?
    Adresses pour écrire :
    – Madame la ministre de l’égalité des territoires et du logement -> cecile.duflot@territoires.gouv.fr
    – Conseillère presse & communication de Cécile Duflot -> adelaide.colin@territoires.gouv.fr
    – Directeur de cabinet de Cécile Duflot -> manuel.flam@territoires.gouv.fr

    + Le formulaire contact du ministère -> http://contacts.application.territoires.gouv.fr/contact/contacts.jsp

    Et aussi, pensez à mettre en copie les journalistes, en particulier -> redaction@lecanardenchaine.fr

  39. Chacun ses références.
    Je me souviens d’avoir rencontré, il y a très longtemps, le fils ainé de Ralitte , le Ministre, c’était, je crois me souvenir à Lille,, au Salon de ds les années ou je vendais des fax aux Entreprises, car s’était un produit prof et non pas “users”, cad particuliers, comme on disait chez nous
    c’était un mec qui savait qu’il était; un gd vendeur, il avait du charisme et il le savait, j’avais, moi aussi des références et il le savait aussi, tout compte fait, nous avons finit la nuit ds le mme bar et ns sommes rentrés de concert, à nos hotels, le mien n’était pas loin du sien ds le centre de Lille.
    Je suis certain qu’il s’en souvient.
    Ce dont j’ai tt de suite le souvenir, c’est qu’il se tapait complètement du devenir de ceux qui “souffraient”, c’était pas son pb, lui savait qu’il allait aller loin…..
    J’ai eu du mal pendant un moment ou j’ai payé à boire….
    le reste, c’est que je n’est pas du tout apprecié ce lascar, il était hautain…et mme plus,… a chier….., un sale mec.

    .

  40. J”ai rencontré, à cette époque ou j’ai perdu mon temps, des petits mecs, souvent, et, pas beaucoup de gds mecs…
    je n’ai jamais eu d’admiration, ni de respect pour les uns ou les autres, car ils n’étaient pas admirables, ni les uns, ni les autres…., sauf peut-être un ou deux d’entre nous.
    Je pense souvent aux filles, surtout celles plus jeunes que nous, et dont un chef croyait que sa fonction pouvait en faire un séducteur, moi, j’ai jamais tapé la- dedans., c’est reconnu depuis des lustres, j’allais chercher, comme un renard, de quoi séduire “chez les riches”, j’avais mes plans, comme certains d’entre nous……
    il y avait chez nous, les jeunes militants communistes en 70 et le reste, une propension à jouer les michetons….. nous préférions les grands textes français de Stendhal et Balzac aux lectures soviétiques qui idolatraient, un “homme véritable”, et “l’ingénieur bakarov “,.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *