Fêtes compartimentées

Beaucoup de moyens et un grand soleil pour deux journées festives ce week-end du 24 et 25 septembre sous l’égide de la ville de Saint-Ouen. Le découpage en deux manifestations différentes l’une le samedi (fêtes des associations), l’autre le dimanche (dîtes fête de la « ville ») à peu près sur le même lieu demeure toutefois assez étrange.

La fête des associations samedi après-midi avec l’essentiel des stands associatifs le long de la rue Diderot était assez dense tandis que le pôle sportif prenait ses aises sur le stade Ampère (protégé par son joli mur). Militants associatifs, citoyens engagés, élus de tous bords… beaucoup ont pu se croiser, grignoter et échanger. Le temps était hélas compté, puisqu’il fallut remballer à 18 h  sans autre forme de procès aux grand dam de nombreux participants en laissant dépités les audoniens pointant le bout du nez en toute fin d’après midi.

La fête de la ville dimanche, et pour laquelle ont avait fait place nette, se déployait elle sur l’ensemble de la place de la République sans voiture (avec une avenue Gabriel Péri vide depuis la rue des Rosiers !). Beaucoup d’animations, d’attractions, de structures de jeux collectifs, manèges, petit train…  s’éparpillant sur un vaste périmètre. En parallèle, de grandes tablées place Jean Jaurès pour se restaurer avec quelques associations aux fourneaux.

Un public assez nombreux et très familial avec beaucoup d’enfants.

Une fête de la ville sans aucun service présentant son action et ses missions, sans élus municipaux ni commerçants, entreprises, promoteurs, bailleurs sociaux, syndicats, institutionnels qui, avec le milieu associatif, font aussi … la ville.

Soleil, affluence et organisation ne font donc pas tout. Au final une impression d’ensemble un peu mitigée avec un manque de sens. Un peu comme la communication qui remplace peu à peu  la politique.

On voit mal pour quelles raisons on croit judicieux de séparer les « forces vives » d’un public très familial. Au final beaucoup s’interrogeaient sur le format illisible de ce week-end et prônaient deux fêtes distinctes l’une en juin (Ville) , l’autre en septembre (associations) comme régulièrement demandé.  Et à défaut une seule fête avec un espace dédié aux associations.

Evidemment de dangereux contestataires…

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

22 réflexions sur « Fêtes compartimentées »

  1. Bonjour,
    J’ai trouvé l’édition de cette année beaucoup moins bien menée et intéressante que les années précédentes et je suis tout à fait de l’avis de notre commentateur concernant l’instauration de deux fêtes distinctes.
    Samedi, je me suis baladé et j’ai flâné au hasard des stands hétéroclites, colorés et bruyants. J’ai croisé certains conseillers, l’ancienne maire, l’actuelle, le 1er adjoint que j’ai évité soigneusement… Le soir venu, j’ai goûté au repas basque, concocté avec du poulet parce que le veau, ça peut prêter à confusion paraît-il puis, je me suis attardé pour assister au concert de l’Orchestre national de Barbès. Très rythmé, un mélange de genres, pas mal du tout. Quel dommage que mes rhumatismes m’aient empêché de guincher ! Néanmoins chers lecteurs, permettez-moi d’exprimer ici une contradiction. On nous rabâche les oreilles depuis des années avec la mixité sociale ou le brassage social, au choix. Une bonne chose mais, quid de cette mixité chez nous ? J’aimerais bien de temps en temps, qu’on ne fasse pas que mélanger les populations, on pourrait essayer aussi de mélanger les cultures, les musiques (un peu de guinguette ça me ferait plaisir)… Pour ne pas donner l’impression qu’il y en a toujours pour les mêmes.
    Bien amicalement. B. Andretti.

  2. Concernant la fête des associations,
    si vous considérez que
    – refuser le plan de situation des emplacements aux responsables de stand avant la fête,
    – décider de l’emplacement et du matériel mis à disposition sans tenir compte des demandes, ni en discuter si refus,
    -placer des associations qui ne font pas de restauration devant les tables et celles qui font de la restauration loin des tables,
    – donner des surfaces disproportionnées à des associations qui représentent pas grand chose en activité,
    – ne disposer aucune décoration festive dans les quartiers,
    – placer une scène ouverte sans chaises pour les personnes âgées, les handicapées, les enfants,
    – “chasser” vulgairement les participants à peine avant 18h du stade Ampère et de la rue Diderot,
    c’est normal,
    alors il n’y a rien dire et je m’abstiendrais de dire quoi que soit.

    Pourquoi déplorer une organisation “coréenne” avec cette une abondance de moyens humains disproportionnée – où les talki walkis semblent le dernier must des “chefs” GO ?

    Inutile de parler du dimanche car si vous n’aviez pas d’enfants, c’était plutot “plat” !!!

    Pour le restant, n’est ce pas une bizarrerie d’organiser une semaine après ce week-end de fête, une fête de lancement de la saison culturelle aussi fournie.

    Que de moyens mais aussi que de gâchis à l’image du samedi 1er octobre quant à 16h donc au même moment vous êtes convié à découvrir le spectacle l’Odaunienne à Perspépolis et la rénovation du square Helbronner.

    Faut croire qu’il faudra que nous embauchions encore un général à la COM et aux RP, et un au Cabinet…

  3. François Taquet post 2
    Il paraît que la nouvelle directrice des parcs et jardins n’est pas mal non plus ! Les agents du service s’en plaignent amèrement. Ils sont sous la coupe d’une dame qui ne tolère aucune remarque et qui mène le personnel à la baguette !
    Cette dame vient de Rueil Malmaison, une commune où l’on peut observer le charme, pas discret du tout, de la bourgeoisie. Le Maire, Patrick Ollier, également Ministre du Gouvernement Fillon, est l’époux de l’ex ministre des affaires étrangères Michèle Alliot Marie, éjectée du Ministère par sa majesté Nicolas Sarkozy lui-même, pour relations amicales avec M. Ben Ali, qui régnait en maître sur la Tunisie.
    J’ai souvent l’occasion de me rendre à Rueil et je ne trouve pas que la parc de Bois-Préau, qui jouxte la somptueuse demeure de l’empereur Napoléon 1er et de Joséphine de Beauharnais soit un modèle de propreté …
    Mon cher colonel .. on va encore foutre le bordel !

    • @ René Mateo

      Nous avons quelques échos fort différents.
      Il convient donc d’être assez prudent avant de mettre en cause des fonctionnaires. Qui, soit dit en passant ont plus de mérite à venir à Saint-Ouen qu’au Vésinet ou à Chatou.
      Quant à s’occuper des espaces verts et devenir par glissement complice de Ben Ali il y a un pas.

  4. id-stg post 4
    Je ne mets en cause personne, je relate seulement des faits tels qu’ils m’ont été rapportés par des fonctionnaire territoriaux des parcs et jardins. J’ajoute, et j’assume la responsabilité de mes dires, que la ville de Rueil Malmaison est gérée par la droite depuis l’élection de Jacques Baumel, une figure de première grandeur du gaullisme, en 1971. Jacques Baumel fut un homme courageux qui s’engagea derrière de Gaulle dès 1940. Il est entré dans l’histoire à travers l’épopée de la Résistance méritant amplement le titre de Compagnon de la Libération.
    Son successeur Patrick Ollier, créateur du mouvement des jeunes gaulliste, l’Union des Jeunes pour le progrès, (UJP) en 1965, a pour épouse Michelle Alliot Marie, qui fut ministre de la défense ; elle a perdu son poste en raison des liens privilégiés qu’elle entretenait avec Ben Ali. Ce n’est pas moi que le dit, mais toute la presse nationale, écrite et parlée.
    Je n’ai jamais affirmé que la personne en question avait, elle aussi, des liens quelconques avec Ben Ali …

  5. à René Matéo,

    Accordant peu d’intérêt à l’origine des gens, je peux attester ici avoir eu un contact avec cette personne pour la fête de Debain.

    Grace à sa compréhension, j’ai pu disposer pour mon association d’éléments nécessaires à l’expression d’un acte publique de solidarité avec le Japon suite au ras de marée.

    Les éléments prêtés ont été rendus au gravier prés.

  6. Etre responsable des parcs et jardins à Saint-Ouen, n’est certainement pas choix facile… qui impose déjà une très bonne connaissance de la ville pour les trouver (même avec une baguette de « sourcière »…).
    Car entre le parc « minéralo-végétalis » (et artistique…) baptisé François Mitterrand au allure de friche vivant seule ébouriffée par le vent, les terrains de sport qui se synthétisent et le jardin du château (bâti par Louis XVIII, frère de Louis XVI) qui prend actuellement le sable et la poussière.
    Un titre moins ronflant comme responsable des squares et des jardinières conviendrait sans doute mieux pour Saint-Ouen, dans l’attente du parc de 12ha prévu sur les Docks en 2014 (sous réserve que pour lui, il ne soit déjà prévu d’embaucher un directeur des eaux et forêts venant de Rambouillet, bien sûr).
    Sinon pour rester dans le thème de cette rubrique, je tiens quand même à féliciter ce service pour avoir eu l’initiative à l’occasion de la fête des associations de réaliser le parc d’enfants de 10m2 en gazon déroulé, situé près de la zone de Vélib’.
    Certes, une œuvre simple, éphémère et quelque peu pathétique mais qui a su ravir de curiosité les parents et les enfants qui eux semblaient prendre beaucoup plaisir à se rouler dessus.

  7. Etre responsable des parcs et jardins à Saint-Ouen, n’est certainement pas choix facile… qui impose déjà une très bonne connaissance de la ville pour les trouver (même avec une baguette de « sourcière »…).
    Car entre le parc « minéralo-végétalis » (et artistique…) baptisé François Mitterrand à l’allure d’une friche vivant seule ébouriffée par le vent, les terrains de sport qui se synthétisent et le jardin du château (bâti par Louis XVIII, frère de Louis XVI) qui prend actuellement le sable et la poussière.
    Un autre titre moins ronflant comme responsable des squares et des jardinières conviendrait sans doute mieux pour Saint-Ouen, dans l’attente du parc de 12ha prévu sur les Docks en 2014 (sous réserve que pour lui, il ne soit déjà prévu d’embaucher un directeur des eaux et forêts venant de Rambouillet, bien sûr).
    Sinon pour rester dans le thème de cette rubrique, je tiens quand même à féliciter ce service pour avoir eu l’initiative à l’occasion de la fête des associations de réaliser le parc d’enfants de 10m2 en gazon déroulé, situé près de la zone de Vélib’.
    Certes, une œuvre simple, éphémère et quelque peu pathétique mais qui a su ravir de curiosité les parents et les enfants qui eux semblaient prendre beaucoup plaisir à se rouler dessus.

  8. Pour une fois que les gens ont l’impression de faire un peu la fête, je serai un peu moins critique!

    Une visite rapide des différentes assocs ou j’ai pu obtenir quelques infos. J’en ai profité pour faire quelques remarques à une personne qui tenait le stand de mains d’oeuvres et leur ai suggéré de s’ouvrir un peu plus sur les quartiers et se rapprocher des MDQ!

    Côté sport, heureusement qu’il y avait le mur d’escalade pour les enfants!

    J’ai trouvé l’ambiance trop bruyante;
    Peut être qu’il serait plus judicieux de mettre une sono commune (un peu à l’image de qui se fait à la fête des commerçants!)

    Que certaines assocs soient mieux placées ou avec plus de matos, on n’en doute pas!!!

  9. François Taquet post 6
    On m’a probablement induit en erreur concernant cette personne. Je fais donc amende honorable et lui présente mes plus humbles excuses …
    Pour rester dans le ton, il y avait ce matin devant la Mairie une manifestation du personnel de la voirie avec camions et matériels. Ils marquaient ainsi leur désaccord avec une décision prise par je ne sais qui, selon laquelle le nettoyage des rues devra commencer dès cinq heures du matin.

  10. René ne vous excusez pas car il y a bien un réel soucis avec la nouvelle directrice des parcs et jardins, j’ai eu l’occasion d’en discuter également, avec plusieurs agents de ce service, qui confirme des méthodes particulières de management. Après il faut faire la part des choses, il y avait peut être des choses à reprendre dans ce service et si cette personne est un peu dure avec son personnel, cela ne lui retire en rien ses qualités professionnelles. Par contre dans le même domaine, j’ai fais connaissance hier avec la nouvelle directrice de la culture et la c’est du lourd ! Car quand je dis faire connaissance, disons que j’ai essayé car cette personne est d’un mépris incroyable pour les usagers, j’ai d’abord eu beaucoup de mal à lui dire bonjour car il semble que cette personne ne calcule que les “vip” et après j’ai réussi à l’approcher et je souhaitais discuter de la saison culturelle et bien, tant pis pour moi, j’ai commencé ma phrase, elle m’a regardé de haut et c’est barré ! Ca c’est du service public !!

  11. à René

    Cher commandant,,

    il semble que le déroulement du Concours de fleurissement ne se soit pas tenu comme souhaité par d’autre. D’ou votre soutien…

    Reste que nous voyons posés ici et là dans de gros pots, de belles plantations mais.

    Ainsi face au 92, avenue Michelet, existent depuis des lustres, de grands bacs avec des plantes grasses.

    Un de ceux-ci est effondré et disloqué en partie car le sous-sol s’est affaissé, formant une belle cuvette depuis un certain temps. Sans doute une rupture de canalisation.

    Pensez vous que les services techniques soient intervenus pour protéger le périmètre. Que nenni ! Pourtant, JR est en venue dans le quartier… et habite pas loin.

    Alors nous avons une action d’embellissement d’un côté et une incapacité chronique à gérer l’environnement de proximité.

    C’est tout le problème du maire actuel, et donc la douleur des audoniens.

    Quant à la réorganisation du nettoyage, en discussion en ce moment entre les personnels et les élus,
    il semble que la question de la propreté due aux audoniens aient enfin été prise en compte avec une prime aux conducteurs le dimanche, une promesse de 10 embauches…

    Comme quoi, si nous n’avions pas été quelques une et quelques uns à dénoncer l’incompétence de JR et de ses adjoints concernés,
    nous aurions pu attendre encore longtemps car comme vous le savez les gens sont “sales” et comme elle a osé le reprocher dans un débat à la fête de l’Huma”les audoniens sont toujours dans une posture de délégation de pouvoir”.

    Mais le plus dur reste à venir, car tout cela se fait sans les gens et sans se donner du temps pour réflèchir aux problèmes et concevoir les solutions.

    Ainsi, quant en est-il du tri sélectif dans les immeubles collectifs ou lors des manifestations publiques ?

  12. Benoit C com 10

    Je confirme, d’après ce qu’on m’a dit elle ne calcule même pas le petit personnel qui travaille dans son service, alors comment voulez vous qu’elle vous calcule!
    On m’a rapporté qu’elle ne serait pas la seule à agir de la sorte parmi les nouveaux cadres audoniens.

  13. Vous avez raison Jean, elle, semble avoir la culture du mépris, ce que je m’efforce de ne pas développer. Merci 93400 de confirmer mes propos car j’ai eu l’occasion depuis mon dernier post d’avoir d’autres réactions du personnel de la culture qui confirme effectivement que si vous n’êtes pas un minimum gradé, elle n’a même pas un regard pour vous.
    C’est bien dommage que madame Rouillon, qui semble en reconquête depuis quelques temps, laisse s’installer de tel parasites dans notre ville. Certain me reprocheront le mot parasite mais je l’assume car elle, très clairement, mis à part le salaire très confortable que l’on aura pas manqué de lui donner, quelles valeurs de notre ville défend elle ? Apparemment pas le coté populaire sympathique !

  14. Les cadres, messieurs dames, qu’il soit de la fonction publique ou d’ailleurs .. il faudrait les encadrer. Souvent, ils vous regardent avec un air indifférent et dédaigneux … ou bien vous parlent avec hauteur. On dit, mais ce ne sont que des on-dit, qu’ils ont été formatés comme ça. On forme aujourd’hui les cadres, paraît-il, pour en faire des gens uniquement préoccupés par la productivité et la rentabilité. Les relations reposant sur la confiance et sur l’écoute passent au second plan … dommage !

  15. René, en ce qui me concerne j’ai surtout l’impression (à quelques exceptions près), que les cadres de la ville de saint ouen doivent être embauchés par l’opposition car souvent leur action sème la zizanie chez les habitants, voir chez les employés de la ville et je crois qu’il s’agit la d’un axe primordial que devrait étudier le maire car elle pourra s’époumoner autant qu’elle veut, si l’image que renvoi son administration est aussi méprisante que celle véhiculée par notre nouvelle madame culture, c’est au final elle qui paiera l’addition

  16. Benoît C,post 15:”si vous n’êtes pas un minimum gradé,elle n’ a pas un regard pour vous”…ça doit être pour ça que certains sur ce blog se sont décernés des galons.

  17. @René

    Il y a sans doute du management dans l’air. Les contribuables ne devraient pas avoir à s’en plaindre.

    Les cadres font en général ce pour quoi ils sont payés, comme n’importe quel employé, à quelque niveau que ce soit… comme un chef de rayon dans un supermarché ou un chef d’atelier dans une usine.

  18. Après un sommeil de 3 ans, la fête de la rue Pasteur reprend.

    Samedi 8 octobre de 13h00 jusqu’à l’aube peut-être bien…

    Festa rachada = Fête qui déchire

    Organisée par l’association Échanges et compagnie ( Mosaïques 93, Nad’beez, Entente de Saint-Ouen, Ohana Sri-Lanka, Compagnie de cirque de Galice…)

    Rue piétonne (du N°1 au 25)

    – Apéro à 13h organisé par les habitants du quartier, concernés par les projets urbanistiques de la Semiso (Société Economie Mixte de Saint-Ouen)

    – Concerts (Uuria, Abraham 1er…), plats (Bébélé géant, salade…),

    Atelier de dessin, jeux

    Cirque, danse, veillée,

    apportez gâteaux et boissons (si vous voulez et pouvez)

    abri si pluie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *