Jazz opu(ce)s n°7

C’est donc ce samedi 18 et dimanche 19 juin la 7ème édition du Festival de jazz musette des Puces. Entre pluie et soleil une belle brochette d’artistes.

Un festival désormais installé dans la durée et la qualité avec le soutien de nombreux partenaires.

Une valorisation des Puces et de l’histoire musicale des lieux. Une belle image pour notre ville et ses habitants.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

9 réflexions sur « Jazz opu(ce)s n°7 »

  1. Cela fait du bien d’entendre parler de notre ville pour autre chose que de la drogue ou des morts! Je vais à ce festival depuis le début et c’est vrai que c’est bien, même si j’ai trouvé que les deux dernières années étaient moins bien. Hier, le temps pluvieux a eu raison de visiteurs mais qu’importe, j’ai entendu Zaz chanter, j’étais content.

  2. ZAZ et Véronique Samson , grosse présence en duo et ZAZ show woman en solo: Dutronc fils propre sur lui et dans sa musique.
    Pour réchauffer une atmosphère frisquette au fur et à mesure que le soleil s”éloignait de la ligne d’horizon , superbe concert de Mike Stern son groupe et Didier Lockwood ( verrou en bois); ce dernier laisse pour une fois ses excercices de virtuosité (certes incomparables) pour un jeu fusion avec la base rythmique et Mike, généreux groove et gravement punchy, pour une prestation inoubliable. Rodé en tournée ,Mike au top, visiblement ravi d’être là ne boudait pas son plaisir, au travers de chorus puissants très rocky presque plus que jazzy.
    Joli coup les artistes ; ce soir c’était la californie de passage à S-O.
    On a vu un des tenancier de ce blog danser le tango aux entractes animé par les flonflons de la guingette, quand son alter égo goûtait la musique comme un hydromel.
    Seule ombre au tableau ‘ fréquent dans les concerts gratuits, mais pas que) les bandes de casses bonbons qui parlent vocifèrent et rigolent en bande de la première à la dernière minute du concert, sans rien ou quasiment écouter. Quelle est leur motivation pour venir jusque là pour ça?!!! mystère!….

  3. Faut-il faire évaluer le Festival Jazz musette des Puces par un organisme indépendant?

    Ormis le froid sibérien ce samedi soir , il demeure nécessaire d’examiner le relatif ou peu d’attractivité exercée sur les audoniens pour cette manifestation culturelle mais aussi commerciale.

    Défauts d’information, d’ailleurs peu soutenue voire incorrecte, le peu d’audoniensparticipants devrait singulièrement interroger nos édiles.

    Cette manifestation mobilise beaucoup de moyens financiers et matériels, il est donc normal de s’interroger sur ce qui est fait avant et pendant mais avec les quartiers pour fairé découvrir cette facette du Jazz.

  4. Tout à fait d’accord avec toi François.
    J’ai d’ailleurs, suggéré à l’équipe de la MDQ d’accompagner les habitants d’Arago à ce festival, l’année prochaine, au même titre que les autres activités et sorties qu’ils proposent.

    J’ai cette impression que les audoniens ne s’y intéressent pas, tout simplement parce qu’ils se disent que ce n’est pas pour eux car l’info est bien passée : on trouvait des programmes un peu partout.

    L’ouverture culturelle passe aussi par la découverte de nouveaux styles musicaux
    Cet évènement ne devrait donc pas être réservé uniquement à la bobotitude audonienne et parisienne!!!!

    Mains-d’oeuvres devrait aussi faire un effort dans ce sens là (aller à la rencontre des audoniens dans les différents quartiers pour les amener à se rapprocher d’eux et découvrir ce lieu culturel!)

    saly

  5. @Saly
    Et oui, à cent douze mêtres des bouts en trains, la population audonienne ne brillait pas par sa présence. Défiance de la classe ouvrière envers les bobos?…
    Que la librairie ou encore le théatre ou le ciné soit aussi en partie fréquentés par ceux désignés sous le terme de bobos, plus que par les métalos , sensés avoir un pouvoir d’achat plus large ( et faut voir de plus prêt) ce festival non payant( et pas gratuit) n’est le terrain réservé de personne.
    Et si il y a des bobos qui apprécient le jazz manouche, le jazz rock zaz et la musique gezmer, ils peuvent comme tout un chacun aimer aussi les gnaouas, farhid El Atrache, le rap, ali farka Touré et les soeurs Gouadec… Tout le monde pouvait venir écouter des artistes et des musiques assez divers. La chope des Puces par exemple ne regorge pas d’audoniens aux concerts manouches les week-end. Se sont plutôt des amateurs venus de l’extérieur.

  6. Peut-être aussi un problème de prix pratiqués par nos commerçants cafetiers? 4 euros le demi dégeu, 6 euros le sandwich, 5,5 euros le verre de vin de 14 cl… Ils nous prennent pour des touristes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *