Visites de quartier : fausse promesse tenue !

Dans un grand show médiatique le Maire et son équipe abracabrantesque avaient en 2008 offert une resucée de la campagne électorale avec une deuxième salve de promesses devant une salle comble, avec restitution des échanges par des groupes de travail citoyens et devant des pupitres translucides sous les projecteurs et les paillettes. Comme à la télé.

Cochon qui s’en dédit ! Le 98ème engagement (sur 100 ) des « Dialogues pour Saint-Ouen » est à ce jour en passe d’être tenu. L’émotion est donc modérée tant l’objectif semblait d’une grande modestie et accessible aux pires des cancres :

«  Nous nous engageons à organiser chaque année, dans chaque quartier une rencontre avec les habitants, les associations, les élus, les services municipaux, permettant un dialogue libre afin d’aborder tous les sujets »[1]

Ce mardi 7 novembre 2010 une « visite de votre quartier » Rosiers- les Puces était donc programmée avec RDV devant le lycée Blanqui pour être suivie « d’une rencontre avec les élus ».

Las, les apprentis en démocratie participative, premier magistrat en tête (et avec chauffeur) avait oublié deux ou trois principes de base :

1-    que le Maire arrive à l’heure sans laisser poireauter dehors sous la pluie ses ouailles,

2-    que l’hiver il fait nuit tôt et qu’on n’y voit goute pour explorer un quartier surtout s’il pleut ou neige , la formule est donc sympathique mais inappropriée et conduit fatalement à une petite marche forcée vers la salle de réunion.

3-    qu’on ne vient pas avec un aréopage d’une douzaine de techniciens et 3 élus pour échanger avec seulement une demi-douzaine de citoyens et sans avoir un minimum de réponses aux questions précises

Bref l’amateurisme pour ne pas dire le mépris n’est pas forcément très payant. Le Maire candidate en campagne électorale pour le renouvellement de son siège cherche à tout prix à coller au terrain et monter sa bobine. Pas sûr qu’elle ne perde pas son temps et fasse perdre celui de ces concitoyens.

Ce  genre de rencontres est au final assez stériles et la masse salariale mobilisée est

proportionnelle à l’insatisfaction des habitants présents.

On aura tout de même appris qu’il pourrait y avoir un projet de « gymnase et de logements » sur les terrains du lycée (si la Région met la main à la poche), que le problème de gestion du domaine public Porte Montmartre est quasiment insoluble et que « les grilles sont la moins mauvaise solution » face aux biffins , que Paris n’était pas très attentionné sur son nettoyage en limite de St-Ouen et qu’ « on allait leur sonner les cloches », qu’ on allait faire respecter les emplacements des commerçants » aux Puces, que le Ferrailleur Mazeau, bah on continuait à ne rien pouvoir faire, que le parking René Rioux était bien un repaire de dealers donc difficile à reconquérir…

Lueur d’espoir : Mustapha Krimat – toujours un peu décalé – a réussi à nous glisser un petit rayon de soleil inattendu avec sa Maison des associations.

Le flou et la candeur étaient donc au rendez-vous avec, campagne électorale oblige, des (petites) promesses qui n’engagent que ceux qui y croient.

PS : rebelote pour la réunion sur le quartier Garibaldi ce 9 décembre avec une ballade supprimée et une réunion avec une trentaine de présents dont 15 représentants de la Mairie (élus, techniciens dont ceux de l’OPH et de la Semiso).

L’entrée en matière a été largement squattée (et plombée) par un long monologue défensif de Paul Planque (1er Adjoint) qui s’est fendu, à propos de la ZAC de la Porte de Saint-Ouen ,d’un cours sur les procédures administratives et juridiques nous expliquant bien que l’urbanisme c’était vraiment « très compliqué » (comprenez : un peu trop pour vous).


[1] Jusqu’à preuve du contraire à peu près tous les Maires de France et de Navarre ont l’habitude de faire des tournées dans les quartiers de leurs ville et de discuter avec les habitants sur le terrain. Cela ne date pas d’hier et à peu à voir avec la démocratie participative.

 

C’est par définition une promesse qui ne peut qu’être tenue.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions sur « Visites de quartier : fausse promesse tenue ! »

  1. La réunion de quartier Garibaldi a été écourtée car Mme La Maire avait une autre réunion après. Du coup nous n’avons pas pu poser nos questions… Que de fanfaronnades !!!

  2. Y aurait-il encore des questions à poser dans un tel paradis?Pourquoi un site comme celui d’ID-STG ne servirait-il pas de support à toutes les questions que se posent les audoniens?Libre à chaque élu ou prétendant à l’être d’y répondre ou de s’y dérober:
    -je suis attendu ailleurs!
    -oh!les blogs…
    -soyez constructif(ve)!
    -c’est une bonne question mais vous comprenez nous ne sommes pas seul(e)s dans la majorité(ou l’opposition)municipale…
    -il faudrait poser la question aux services techniques!

    La liste des moyens de “botter en touche”n’est malheureusement pas close.ID-STG pourrait organiser un concours et primer l’internaute qui rapporterait la réponse la plus savoureuse.

  3. ** Visite Michelet/Debain du 23/11/2010**
    Sur la proposition d’utilisation des espaces verts (> 500m2) de la gendarmerie Bauer/Guinot vendu à la SEMISO pour en ouvrir l’accès aux parents et enfants du groupe scolaire Michelet situé à 30 mètres.

    Notre maire a répondu “La décision ne revient pas à la municipalité mais aux bailleurs sociaux (SEMISO).”

    Sauf que c’est également notre maire qui est la présidente de la SEMISO.
    “Parlons-en” à qui, alors ?
    http://www.semiso.com/page/qui-sommes-nous-/vie-sociale.html

  4. BV,post 5,voir mon post 2:4e réponse pour botter en touche.Ce n’est pas à l’ancien et talentueux rugbyman que vous avez été qu’il faut apprendre la musique.JR a peut-être quittée le PCF mais pas les bonnes habitudes des maires PCF qui l’ont précédée…Pendant une dizaine d’années,Beylat(auquel par ailleurs le JOURNAL de saint-ouen tresse des lauriers)a utilisé cette méthode au Conseil d’Etablissement(ancien nom du conseil d’administration quand le collège Michelet était municipal)du collège Michelet.
    Pour la SEMISO,j’ai connu mieux dans mon amicale des locataires(CNL à l’époque) dirigée par le compagnon de Paulette Fost,elle-même présidente de la SEMISO!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *