JE NE PARTIRAI PAS !

Une fois n est pas coutume, la nouvelle lettre du Maire « Parlons-en ! », que nous avons beaucoup vilipendée sur ce blog, prend vraiment du relief dans son édition de novembre 2009. Il faut dire que l actualité municipale est fort agitée et surprenante depuis quelques semaines.

Ainsi dans un long plaidoyer le Maire, Jacqueline ROUILLON, « informe » ses concitoyens des difficultés (c est le moins qu on puisse dire) de la majorité municipale qu elle est a la « fierté d animer » !

Elle considère que pour sa majorité la « dynamique est stoppée ». En cause : « des » élus (comprendre les Socialistes et les Verts) qui décident de ne pas siéger au Conseil municipal au « prétexte » qu elle a retiré à  sa délégation à un Adjoint au Maire (dont elle tait le nom)qui a changé de groupe au sein de la majorité (comprendre, quelle horreur, être passé du PCF au PS).

Se lançant tête baissée dans le mur, elle a signé un arrêté retirant immédiatement à Karim BOUAMRANE sa délégation au Développement économique et à l’ insertion des salariés par lettre recommandée, en lui enjoignant  de démissionner.  Elle aurait sans doute été mieux inspirée de discuter au préalable avec sa majorité au regard des équilibres initiaux validés par les électeurs en trouvant une solution intelligente et équilibrée.

Mais pour Jacqueline  ROUILLON discuter c est déjà abdiquer.

Si elle stigmatise les élus qui menacent ponctuellement de ne pas siéger pour manifester leur réprobation, elle ne nous parle pas des deux élus du groupe “communiste” (Bruce CLARKE et Ndeye Fatou KEBE), réputés fidèles, qui eux n ont quasiment jamais siégé depuis le début du mandat affichant ainsi un complet mépris des électeurs.

Pas un mot non plus sur le départ récent du groupe communiste de Nour-Eddine SENHADJI qui, s il n a pas rejoint  à ce jourun autre groupe, devrait interroger singulièrement le Maire.

Rien non plus sur la présidente du groupe ” Communiste citoyen et Républicain”, adhérente en début de mandat d un mouvement confidentiel dénommé « Mars », groupuscule  qui a depuis, si on a bien compris, fusionné avec le « Parti de Gauche » de Jean-Luc Mélenchon (ex PS).

Mieux, Jacqueline Rouillon oublie de nous indiquer,  qu elle-même, a changé en cours de route depuis son élection en abandonnant la Parti Communiste Français pour un groupe aux contours incertains et assez inconnu du grand public « les Communistes unitaires ». Elle omet évidemment de nous parler du tract de la « La Fédération »[1] distribué il y a quelques jours par son entourage immédiat[2].

Tout le monde a le droit d évoluer encore faut-il le dire et ne pas trop fustigé le voisin.

De plus pour le néophyte, l avantage avec Karim BOUAMRANE (l adjoint coupable), outre ses compétences, c est qu il passe du PCF au PS. On comprend et on identifie donc assez bien d où il vient et où il va. Ceux qui le connaissent ont l intuition que cette démarche ne rentre pas dans un plan de carrière politique si ce n est, de  continuer à servir sa Ville.

Cette longue missive du Maire, écrite dans une solide langue de bois, conserve néanmoins une pointe d humour. Nous citerons à cet égard trois phrases, en gras dans le texte, et mise en exergue : « travailler ensemble respectueusement et solidairement », « j attache une grande importance au respect de la parole donnée », « la diversité de nos opinions est pour moi un enrichissement et facteur de réussites ». Confirmation donc : le ridicule ne tue pas.

Incapable d écouter[3] et de passer des compromis pour gérer la Ville en respectant la diversité des opinions, Jacqueline ROUILLON est en réalité terrorisée de devoir gouverner avec une majorité très relative voire incertaine. Elle joue aujourd hui son va-tout dans une période troublée où elle est contestée de toutes parts et sur des sujets majeurs comme celui des Docks.

En conclusion, Jacqueline Rouillon, royale et pleine de bravitude, nous assène que « telle est la volonté qui m anime et m animera jusqu au terme de ce mandat ». Ce dernier mot de cette belle lettre est donc censé clouer le bec aux intrigants et aux méchants politiciens.

C est évidemment une bonne nouvelle car le « spectacle » devrait ainsi continuer jusqu en début 2014. C est hélas une perspective beaucoup plus sombre pour la gauche, la Ville et ses habitants.

L heure est donc à préparer sereinement et sérieusement une vraie alternative à gauche pour Saint-Ouen quelque soit l échéance électorale.


[1] La Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE ou « La Fédération ») est un rassemblement politique né en décembre 2008 au niveau national.

[2] dont Michel Bentolila ancien adjoint au Maire PCF (réputé proche de Jacqueline Rouillon) ou Thierry Touzet, ancien élu PCF et depuis peu nouveau responsable du service…Vie associative (la fonctionnaire occupant le poste ayant été gentiment écartée)

[3] après des mois de polémique, elle murmure qu elle entend les « inquiétudes » quant à la construction de tours dans les Docks.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

15 réflexions sur « JE NE PARTIRAI PAS ! »

  1. Même si la rupture est évitée cette fois-ci(difficulté è  fixer la date d’un nouveau conseil municipal!),cette majorité municipale ne tiendra pas jusqu’en 2014!Préparez-vous d’autant plus que des municipales partielles(après démissions)semblent se dessiner…

  2. Si mon compte est bon, il ne doit rester que cinq communistes au sein du Conseil Municipal. Cela correspond-il è  l’influence du PC è  Saint-Ouen ? Difficile de répondre è  cette question. Ce qui est clair, c’est que l’anticommunisme fait toujours recette et marque des points. Le PC reste l’ennemi è  abattre, et tous les coups sont permis !
    Sera-t-il un jour frappé d’interdiction ? On ne peut aujourd’hui écarter cette éventualité.
    S’appuyant sur une méconnaissance de l’histoire, on remet au goè»t du jour des idéologies que l’on croyait définitivement disparues et on s’efforce de réhabiliter des régimes qui ont sympathisé plus au moins avec les nazis. Les idées racistes, autoritaires, antidémocratiques sont pafois diffusées dans des formes dangereuses, au-delè  de l’extrême-droite classique.
    Il y a une menace fasciste en France parce que le système en place occupe une position trop étroite pour sa force d’expansion. Il a besoin pour assurer sa pérennité de limiter tant que faire se peut la libertés républicaines de faè§on è  étouffer dans l’oeuf toute protestation.
    Le PC a eu pendant un temps un comportement assez flou. Il s’est éloigné des principes qui étaient les siens par le passé.S’il veut se refaire une santé, il doit impérativement prendre en compte l’opposition irréductible existant entre les possédants et les non-possédants et proposer un projet politique répondant aux aspirations légitimes du plus grand nombre.
    A Saint-Ouen, on ne sait de quoi demain sera fait. La majorité de gauche a été élue sur la base d’un programme que chaque formation s’est engagée è  respecter. Ce qui semble aller de soi
    Or, aujourd’hui, il apparaè®t que l’une des composantes de cette majorité ne respecte pas sa signature. Madame le Maire, adhérente de la FASE) est en difficulté. C’est évident. Y aura-t-il prochainement de nouvelles élections ? Seuls les socialistes locaux et les verts sont en mesure de répondre è  cette question. En tout état de cause, certains ont déjè  sonné l’hallali de madame Rouillon. Mais attention è  l’effet boomerang. Ils devraient méditer sur le vieux dicton : “Tel est pris qui croyait prendre”.
    De telles pratiques rappellent les combinaisons sordides de la quatrième république. On ne peut que les réprouver. Cela dit, je ne défends personne. Madame Rouillon est capable de se défendre toute seule. Mais je partage un peu ce qu’a écrit Paul Valéry : “La politique consiste dans la volonté de conquête et de conservation du pouvoir;” Il est vrai aussi que si on ne fait pas de politique, la politique, elle, s’occupe de nous.

  3. Si mon compte est bon, il ne doit rester que cinq communistes au sein du Conseil Municipal. Cela correspond-il à l’influence du PC à Saint-Ouen ? Difficile de répondre à cette question. Ce qui est clair, c’est que l’anticommunisme fait toujours recette et marque des points. Le PC reste l’ennemi à abattre, et tous les coups sont permis !
    Sera-t-il un jour frappé d’interdiction ? On ne peut aujourd’hui écarter cette éventualité.
    S’appuyant sur une méconnaissance de l’histoire, on remet au goût du jour des idéologies que l’on croyait définitivement disparues et on s’efforce de réhabiliter des régimes qui ont sympathisé plus au moins avec les nazis. Les idées racistes, autoritaires, antidémocratiques sont pafois diffusées dans des formes dangereuses, au-delà de l’extrême-droite classique.
    Il y a une menace fasciste en France parce que le système en place occupe une position trop étroite pour sa force d’expansion. Il a besoin pour assurer sa pérennité de limiter tant que faire se peut la libertés républicaines de façon à étouffer dans l’oeuf toute protestation.
    Le PC a eu pendant un temps un comportement assez flou. Il s’est éloigné des principes qui étaient les siens par le passé.S’il veut se refaire une santé, il doit impérativement prendre en compte l’opposition irréductible existant entre les possédants et les non-possédants et proposer un projet politique répondant aux aspirations légitimes du plus grand nombre.
    A Saint-Ouen, on ne sait de quoi demain sera fait. La majorité de gauche a été élue sur la base d’un programme que chaque formation s’est engagée à respecter. Ce qui semble aller de soi
    Or, aujourd’hui, il apparaît que l’une des composantes de cette majorité ne respecte pas sa signature. Madame le Maire, adhérente de la FASE) est en difficulté. C’est évident. Y aura-t-il prochainement de nouvelles élections ? Seuls les socialistes locaux et les verts sont en mesure de répondre à cette question. En tout état de cause, certains ont déjà sonné l’hallali de madame Rouillon. Mais attention à l’effet boomerang. Ils devraient méditer sur le vieux dicton : “Tel est pris qui croyait prendre”.
    De telles pratiques rappellent les combinaisons sordides de la quatrième république. On ne peut que les réprouver. Cela dit, je ne défends personne. Madame Rouillon est capable de se défendre toute seule. Mais je partage un peu ce qu’a écrit Paul Valéry : “La politique consiste dans la volonté de conquête et de conservation du pouvoir;” Il est vrai aussi que si on ne fait pas de politique, la politique, elle, s’occupe de nous.

  4. Qui peut répondre è  ces quelques questions que nous sommes un certain nombre è  nous poser ?

    la maire peut-elle continuer ainsi longtemps ?

    Peut-on envisager que certains élus en nombre, excédés, aient le courage de renoncer è  leur statut délu, è  leur indemnité et démissionnent en bloc¦

    Dans un cas comme dans lautre, nest-ce pas faire place è  la droite ?
    Ville exsangue dans la premier cas qui ne se remet pas des querelles intestines récurrentes
    Désorganisation totale dans le second cas, faute de réelle alternative è  gauche

    asfacile, car passée la première explosion de joie de voir la maire et son petit clan trébucher, javoue être fort inquiète sur le devenir de ma ville.

    lili

  5. Pas moins de 3 tracts ce dimanche matin sur le marché Ottino.

    Au programme, la démocratie questionnée en direct sur le cas JR et sa gérance.

    Saint-Ouen est aujourd’hui è  la croisée des chemins : poursuivre ce qui ne va pas, s’enfoncer dans les ornières sarkozistes, ou è  mi-mandat, renouveller l’accord de gestion municipal, la faè§on de faire, en développant l’interaction avec tous les élus, les associations, les citoyens, les personnels.

    Vous me direz que ce que je propose ressemble beaucoup è  une certaine idée de la gauche nommée “Front de Gauche”.

    Et bien oui, je vous l’avoue, renouveller la politique et l’action citoyenne, ce n’est pas remplacer un maire d’une couleur par un autre d’une autre couleur mais faire que dans la gestion comme dans l’action, toutes et tous, soient mobilisés, responsabalisés, pour faire avancer le progrès social, élaborer des réponses productives, résister è  l’entreprise néo-libérale.

    C’est dire qu’il y a beaucoup è  faire è  la mairie.

    Pour autant ne doit-on pas donner quitus è  JR de son expression revendicative affichée sur un calicot devant la mairie ou dans les sucettes Decaux “mobilisons nous contre ce hold up sur les finances locales”.

    C’est sans aucun doute une bonne chose et j’ai dans le local de mon association mis è  l’entrée cette affiche.

    Reste qu’il faudra expliquer, et encore expliquer le budget communal , en recettes et en dépenses et lutter comme l’avait d’ailleurs fait Paulette fost, maire communiste en son temps, avec des documents explicatifs, une carte T et des dizaines d’audoniens en manif è  la préfecture de Bobigny.

    Ce n’était pas le bon temps, c’était le temps de la lutte, juste et efficace, de la citoyenneté active et de la participation démocratique sollicitée et encouragée.

    Alors, je le dis è  JR “, préfère celui et celle qui se préoccupe de bè¢tir des murs de bonnes idées pour réaliser de solides fondations utiles è  Saint-Ouen et aux audoniens” que les marchands du temple, flatteurs devant l’éternel, souriants mais cyniques, investis dans leur seul intérêt mais vrais flagorneurs.

    C’est aussi dire qu’il n’y aura pas de recours possible dans le communautarisme, les petites cours locales, de quartier ou d’activité… en opposition è  une majorité plurielle, citoyenne, laè¯que et républicaine, sur des valeurs de gauche.

    Parce que saint-ouen le vaut bien.

  6. Le questionnement de Lili est légitime.Qui è  gauche: parti(s)?citoyen(s)?prendra l’initiative de réunir”le peuple de gauche”audonien pour poser les pbs,mettre les choses è  plat,débattre et dégager une perspective politique pour que S.O.reste è  gauche.Et attention de ne pas retomber dans les vieux schémas oè¹ un parti hégémonique(FdG,PS,PCF…)ou un individu s’impose comme “sauveur suprême”.La réponse doit être de gauche et collective(partis et apartidaires).

  7. Dernière nouvelle dans le Parisien-93 du jour:
    Une conseillère municipale élue sous le sigle MoDem quitte l’opposition de droite pour se joindre au groupe communiste!
    Pas de faux espoir pour JR…è§a s’est passé è  Bobigny!

  8. Y a-t-il une limite de temps è  ne pas dépasser entre la tenue de deux conseils municipaux?
    La date du prochain semble avoir du mal è  être fixée s’il faut en croire le site de la ville!

  9. Oh que je suis d’accord avec toi Michel !
    Mais comment faire? La gauche plurielle , pour la quelle j’ai voté ……..au second tour en 2001a t-elle été capable de répondre è  cette aspiration .OeuvrerEnsemble , Autrement pour le bien des citoyens et non pas pour les chapelles , dans le ” j’suis plus è  gauche que toi ” et je te merde …, dans ce jeu d’exclusion au nom de la majorité dans la majorité , è  se regarder en biais parce qu’on craint que l’autre ( l’allié en principe ) n’attende vos erreurs pour s’en servir etc etc …
    Ce que je remarque en revanche c’est que , dans cette période de crise è  la Mairie , après des mois de rodomontades des uns et des autres au sein de la majorité , on a repris un discours plus modéré , voir petit bras , comme si on ne savait pas trop quoi faire , attendant que le premier dégaine pour se positionner , au delè  des premières prises de position couchées sur le papier fleurissant nos boites aux lettres et les marchés.
    On n’est pas dans l’aspect le plus glorieux de la politique …

  10. La politique est un monde sans pitié. Ne laissez surtout pas la politique aux professionnels de la politiques. Les amis d’hier se taillent aujourd’hui des croupières pour savoir qui sera è  la baguette. Les coups bas sont de saison ! Mettez les pieds dans le plat, sinon vous serez gros-jean comme devant.

    • Votre commentaire est on ne peut plus justifié et pertinent.
      Ce compte-rendu parfaitement mensonger est effectivement honteux.
      Le “journaliste” (Claude Bardavid) qui ose signer un tel papier n’est visiblement pas embarrassé pas sa déontologie et son amour propre.
      Cet article en dit par ailleurs assez long sur la conception de la démocratie du Maire et son Adjoint è  l’urbanisme.
      Une chose est certaine cette “ville de demain” comme l’indique titre n’est pas la nôtre.

  11. La politique est un monde sans pitié. Ne laissez surtout pas la politique aux professionnels de la politiques. Les amis d’hier se taillent aujourd’hui des croupières pour savoir qui sera à la baguette. Les coups bas sont de saison ! Mettez les pieds dans le plat, sinon vous serez gros-jean comme devant.

  12. Michel, il s’agit de la personne qui a signé l’article page 6 du journal de propagande “è  saint-ouen” qui “relate” la soirée du 19 novembre dernier sur Les Docks organisée par le maire.
    Le pb, c’est qu’en lisant cet article après avoir assisté è  la soirée en question, on se dit que maintenant il va falloir assister è  toutes les “soirées” bidouillées par la mairie tant la vérité est transgressée dans les résumés qui en sont fait. Pas un mot sur l’annonce du groupe socialiste, pas un mot sur P.Planque qui se fait interpeller par des jeunes, pas un mot sur le maire hurlant è  une élue Modem qui lui parlait de l’école Mandela, “Taisez-vous!”etc.
    J’avais vu le mois dernier que la Censure était revenue è  St-Ouen (notre tribune censurée 2 mois de suite)mais è§a, è§a sent mauvais comme une certaine période dans un certain pays è  une certaine époque!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *