Balle perdue à l’Ile des Vannes

Mauvaise série : rixe mardi dernier au sein du complexe sportif de l’Ile des Vannes entre, nous dit-on, un boxeur (en club sportif) et quelques  jeunes gens dans un véhicule. Une balle aurait été tirée dans une jambe.

Décidément beaucoup d’armes en circulation !

Un nouvel incident donc dans un équipement de la Ville Saint-Ouen.

Relative discrétion des médias : cet équipement est situé sur le territoire de… l’Ile Saint-Denis. Ouf !

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

8 réflexions sur « Balle perdue à l’Ile des Vannes »

  1. Vu que les enquêtes sur ces tirs à S.O.n’aboutissent jamais,nos actifs militants UMP locaux:WD,MB,OD(j’en oublie,mille excuses…)ne pourraient-ils demander à leurs mentors( Raoult,Hortefeux,Bertrand etc…) d’intervenir auprès du patron(Nico.Sarko.)pour qu’il nous prète son unité d’élite(celle qui a découvert en deux jours les voleurs du scooter du fiston°du président)?

    °Je ne sais si c’est le Jean dont on parle tant!

  2. Il s’agit bien du petit prince qui voit s’ouvrir devant lui un avenir radieux. La Défense lui est offerte par l’auteur de ses jours, avec la complicité du clan des Hauts-de-Seine, au sein duquel règnent en maître le “vieux” Pasqua, qui excelle toujours dans les coups tordus, et le couple Balkany, qui a mis Levallois en coupe réglée et dont les fesses s’ornent d’une batterie de casseroles à faire pâlir d’envie tous les escrocs de la planète. Isabelle Balkany, qui n’a pas sa langue dans la poche, a même déclaré : “Au Conseil Général du 92, nous sommes assis sur un tas d’or.”
    On comprend dès lors pourquoi tout ce beau monde monte une garde vigilante au pied du trésor !
    Les électrices et les électeurs des Hauts-de-Seine seraient bien inspirés de renvoyer toute cette aristocratie de la magouille à ses chères études. Cela ne pourrait être que profitable au prince Jean, qui sèche ses cours de droit à la fac depuis la rentrée !

  3. C’est devenu une habitude à Saint-Ouen, on y fait parler la poudre … même dans une enclave de Saint-Ouen à l’Ile Saint-Denis.
    On notera que l’affaire ne fait pas grand bruit. On ne s’en étonnera pas outre mesure, sans doute parce que cela pourrait porter préjudice à la vente d’appartements actuellement en cours dans la commune. Les règlements de comptes entre vendeurs de drogue, cela fait désordre.
    Que fait la police ? On est fondé à se poser la question.
    Certes, il semble que Monsieur Hortefeux ait fait quelques promesses à Madame le Maire.
    Seront-elles suivies d’actes concrets ? Qui vivra verra.
    Ce que l’on sait, c’est que les effectifs de police sont nettement insuffisants, compte tenu du fait que Saint-Ouen et Saint-Denis sont devenus des points névralgiques quant au commerce de la drogue. On ne voit actuellement que des apparitions furtives des voitures de police.
    Si les choses devaient demeurer en l’état, le commissaire Navarro et ses mulets pourraient être les hommes de la situation.

  4. En refusant de mobiliser publiquement les audoniens pour une présence policière adaptée et suffisante,
    en évitant de poser publiquement la question de la justice -en exigeant une rencontre des audoniens avec le Procureur de la république,

    JR ne peut pas s’attendre à la moindre amélioration dans l’attitude de l’Etat vis à vis de notre ville, de nos quartiers.

    La situation s’est dangereusement aggravée – non pas les coups de feu et meurtres – mais les trafics dans les collectifs d’habitation, à la vue de tout le monde.

    Les audoniens sont inquiets,. L’image de saint-ouen s’est dégradée chez les futurs audoniens (salariés come résidents): c’est pas bon pour les affaires des promoteurs.

    Notre ville sera-t-elle définitivement coupée en deux : ceux dont les moyens et une résidence secondaire leur permettent d’échapper à la “racaille” tout en vivant dans un saint-ouen sécurisé,

    et l’autre, subissant et souffrant s’inquiétant pour ses enfants, les jeunes ?

    Il est pas sûr que
    la mise sur la touche de citoyens, d’associations, de la parole politique, de l’engagement social alternatif,
    que le peu de place donnée dans le bulletin municipal aux engagements “antilibéraux” – à ce propos à quand les résultats de la votation contre le changement de statut de La Poste sur le blog de la mairie –
    aide saint-ouen à affronter ces situations et l’urgence sociale.

    Et les dépenses permises par un budget municipal encore confortable ne pourront éternellement remplacer la constitution d’une mobilisation sociale et politique tous azimuths pour contre l’argent roi et le repli sur soi!

  5. Hier,sur le marché Ottino,le PCF-S.O. a distribué un quatre pages:”Agir à S.O.”.
    Dans son édito,Paulette Fost termine par cette proposition:”Définir tous ensemble des orientations d’actions pour le mieux-vivre auquel nous avons droit,tel est le but à atteindre.Pour notre part,nous y mettons tout notre engagement militant.”
    Elle ne précise pas comment ce”tous ensemble”peut se mettre en place et si la majorité municipale dont elle était participante est partie prenante…Mais je partage cette orientation pour faire reculer la violence et redonner à la ville un climat plus convivial!

  6. Comme disait Mitterrand, il faut laisser du temps au Temps. Zatopek le disait aussi en son temps et à sa manière.

    J’ai enfin reçu la belle invitation signée de JR datée du 15 octobre pour la” mobilisation des acteurs culturels”, dans l’auditorium de la médiathèque Persépolis.

    Belle affaire que cette opération où que quelques uns ont été invités (certainement après un tri sévère et pas orienté…).

    La culture façon JR, cela donne, peinture, théatre, musiciens et quelques responsables municipaux de services “culturels”. Quelle étroitesse d’esprit et d’analyse de la réalité concréte.

    En fait selon plusieurs participants, JR a présenté pour la néniéme fois le joker “Amrarages” association éco-culturelle dont l’intervenant publique est M. MB, et la MdA comme réponse à tout, et en fait à rien lorsque j’écris ces quelques mots 1 mois après la réunion.

    Comment interpréter cette phrase “vous , gens de culture, avez été nombreux à nous faire part de votre désarroi, de votre colère mais aussi de votre volonté de vous mobiliser” de cette invitation pour le moins restrictive”. Et les autres , alors!?

    La culture à part du reste des ouvriers, des militants de ceci ou de cela, des gens” normaux,…” quelle foutaise?

    Depuis, le personnel communal a a été sollicité sur son ressenti face aux actes criminels commis à SO : globalement, le maire fait fausse route : lacher du terrain à chaque fois, ne pas en appeler aux audoniens même, font objectivement le lit des malfrats et de Brice du Puy de dome.

    A ce point que la PMale viendrait de faire les frais des trafiquants de la place Anselme, d’où son absence “consternante” pour protèger le cortège pédestre en pleine circulation lors de la cérémonie du 11 novembre.

    Vraiment, il faut que cela change!

  7. Tout compte fait la vidéo-surveillance n’est pas si mal que ça.Elle a permis de mettre à jour des pratiques policières dans le Xeme!
    http://www.jeanmarcmorandini.com/article-33550-paris-des-policiers-filmes-en-plein-cambriolage-regardez.html
    La première excuse des policiers délinquants c’est d’avoir prétendu qu’ils avaient été”agressés”!Déjà entendu quelque part avec”en dépit de mon plein gré”.Y aurait-il des cours sur les réponses à donner dans les écoles de police?
    Enfin…rassurez-vous,ces dignes défenseurs de l’ordre bourgeois auraient déjà été relachés…

  8. Vendredi toute la journée, la nef Lucien Belloni, a été transformée en “hôpital de campagne” pour les besoins d’un épisode de la 3ème saison de “Braquo”.

    Tout le monde était sauf Roxane!

    Un tournage est toujours un moment à découvrir tant cette complexité technique et humaine semble bien huilée.

    Et la multiplication des prises qui peut finir par énerver les figurant et les acteurs est en fait l’art poussé à son extrême pour atteindre la perfection.

    Prés de 100 personnes ont été réunies, assemblées et redistribuées pour épouser un scénario une nouvelle fois plein de rebondissement, pour un tournage qui devrait s’achever fin juin 2013.

    Pour l’anecdote, la ville commence à recevoir des indemnités sur les tournage se déroulant sur Saint-Ouen et quelques Audoniens participaient comme “acteurs de complément” au tournage.

    A réflèchir, lorsque la prochaine édition d’Explora se dessinera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *