Maison des Associations : LETTRE OUVERTE

initiatives et démocratie

p o u r    S a i n t  -  O u e n

“Soigne ta gauche !”

Saint-Ouen le 29 mars 2009

LETTRE OUVERTE

Madame le Maire,

Promise dans le programme municipal de 1995, de 2001 puis de 2008 et après de nombreuses déclarations, réunions, études ou « concertations »,  la réalisation de la Maison des associations devait enfin rentrer rapidement dans sa phase opérationnelle en ce début de votre nouvelle mandature.

Notre association, Initiatives et Démocratie pour Saint-Ouen / « Soigne ta gauche !», qui a dès l’origine porté l’idée de ce projet et milité inlassablement au fil des ans pour sa concrétisation, est aujourd’hui inquiète, comme d’autres, de l’évolution de ce dossier dont ni le contenu ni les délais ne semblent maîtrisés.

Ainsi, lors d’une réunion publique récente, le 6 février 2009, votre municipalité  annonçait le choix du site de l’ancienne clinique « des Rosiers » propriété de la ville (à l’angle du 2 rue Jean et du 27 avenue Gabriel Péri), pour construire, après démolition, un immeuble neuf pour accueillir cet équipement avec « une surface pouvant aller jusqu’à 1 500 m² » et dont la livraison prévisionnelle était annoncée pour « 2013 » !

Comme cela a été indiqué lors de cette rencontre par plusieurs participants, nous considérons que cette option est très discutable et les délais inacceptables.

L’idée d’une « préfiguration » rapide dans un autre lieu et sur une échelle restreinte n’a pas été sérieusement étudiée. La seule « piste » évoquée devant les responsables associatifs se limite aux quelques logements appartenant à la ville au-dessus du restaurant le Dragon d’or,  18 avenue Gabriel Péri. Autant dire le peu de réalisme de cette solution d’attente.

Dans ce contexte, il nous paraît utile de formuler publiquement notre analyse avec une proposition pragmatique, évolutive et respectueuse des deniers publics.

1- Le programme et le contenu

Au-delà de la « constructibilité » de tel ou tel site, beaucoup de militants associatifs souhaitent avant tout clarifier les besoins réels exprimés publiquement avant de parler de m² construits, délais et coûts.

Ainsi conviendrait-il de restituer à tous les acteurs l’analyse des expériences d’autres villes et le recensement des besoins spécifiques identifiés à Saint-Ouen issus du travail accompli lors de votre précédent mandat.

La discontinuité dans le pilotage de ce dossier est aujourd’hui manifeste et regrettable.

Plutôt qu’un « méga-équipement » avec un coût annoncé de 3 millions d’euros d’investissements hors fonctionnement (7 agents communaux), nous proposons d’arrêter rapidement les fonctions prioritaires et concrètes qui font consensus (bureautique, secrétariat, domiciliation, salles de réunion, aide au montage de projet ou à la création d’association…). Ceci permettrait de définir à court terme une programmation réaliste, moins coûteuse et évolutive.

Si le lieu et ses capacités ont une grande importance, ils ne résument pour autant pas la problématique de la Maison des associations.

La mise en réseau, la création d’un site Internet, la mutualisation des moyens, la gestion associative de l’équipement sont en effet des questions essentielles exigeant plus de volonté et d’écoute  que la simple addition de surfaces bâties.

2 – Le lieu et l’emplacement

2.1 – L’ancienne clinique « des Rosiers »

Sans beaucoup d’explications ni concertations, vous avez retenu ce site.

Cette maison bourgeoise appartenant à la ville demeure un témoignage architectural intéressant. Ancienne maternité de Saint-Ouen,  elle constitue un lieu de mémoire où beaucoup de nos aînés ont vu le jour. Sa démolition est donc très contestable.

La superficie réduite de la parcelle (322 m²) et l’environnement bâti ne peuvent supporter une forte densification à cet endroit précis avec un immeuble neuf de 5 à 6 étages.

On peut donc penser, qu’à la défense du patrimoine ancien s’ajoutera l’opposition des riverains immédiats à une construction trop importante préjudiciable à leur environnement.

Ceci pourrait donc ralentir encore un processus déjà long avec : la définition du programme,  la concertation, le permis de démolir, les travaux de démolition, la désignation d’un maître d’Å“uvre, l’élaboration du projet définitif, le permis de construire et les travaux de construction…

Compte tenu des nombreuses étapes et des aléas de tout projet,  rien ni personne ne peut garantir aujourd’hui une livraison avant la fin du mandat municipal en 2014.

Nous proposons d’abandonner cette option inappropriée, coûteuse et incertaine.

Cette demeure de caractère pourrait par exemple accueillir, après une simple réhabilitation et le moment venu, notre Office de tourisme de Saint-Ouen. Ceci permettrait par ailleurs de libérer  la « boutique » qu’il occupe aujourd’hui au 30 avenue Gabriel Péri pour la restituer au commerce de proximité.

2.2 – L’ancienne « bibliothèque centrale »

Avec la livraison de la Médiathèque qui se substitue à l’ancienne bibliothèque, les locaux situés au 10 place de la République, sont aujourd’hui libres.

Développant une surface de l’ordre de 800 m² environ sur un RDC et une mezzanine, ils accueillaient récemment encore du public et sont réutilisables, après des travaux minimum, pour tout ou partie, avant la fin 2009.

L’idée d’une installation de la Maison des associations à cet emplacement privilégié est apparue très vite à nombre de responsables associatifs comme une solution de bon sens et fortement symbolique.

Vous avez décidé de longue date, seule et sans réel dialogue avec votre propre équipe municipale, de destiner ces locaux publics à une brasserie de qualité à caractère « culturel », projet dont les contours restent à ce jour extrêmement flous. Si cette idée n’est pas à rejeter d’emblée, elle mérite néanmoins un débat minimum avec les audoniens.

Cette option, qui implique de confier à un exploitant privé ces locaux publics, appelle ainsi  plusieurs remarques :

-         Est-il tellement urgent d’installer une brasserie place de la République sans s’interroger sur les besoins, les difficultés et le devenir des établissements déjà existants (« La Rotonde », « Le Fort de l’eau », le « Café-tabac de la Mairie »).

-         Dans un contexte économique difficile, l’exploitant retenu devrait réaliser un lourd investissement pour transformer ces locaux en brasserie (notamment par la création d’une cuisine). Il exigera donc à priori un loyer très modique.

-          Si l’emplacement est très intéressant commercialement,  on voit assez mal qui pourrait s’engager sur une mise en service avant l’achèvement du chantier de réaménagement de la place de la République qui perturbera l’ensemble du secteur.

Dès lors, tout laisse à penser qu’on se retrouvera bloqué dans une situation frisant l’absurde : des locaux publics vides pendant des années place de la République d’un côté, et de l’autre une Maison des associations confinée dans des lieux provisoires et complètement inadaptés.

3 – La « préfiguration » dans des locaux provisoires

Une construction neuve implique nécessairement une solution d’attente dans des locaux provisoires. Ce problème est connu depuis des années.

Compte tenu des engagements municipaux anciens et de la demande pressante du monde associatif, la qualité du démarrage et des lieux, mêmes provisoires, est assez primordiale.

Malheureusement cet aspect, faute d’anticipation, semble relever désormais d’une grande improvisation. La gestion dans l’urgence conduit à trouver coûte que coûte des locaux quitte à faire l’impasse sur des fonctions prioritaires attendues rapidement d’une Maison des associations.

L’installation envisagée (aujourd’hui) dans 150 m² environ, au 1er étage, au-dessus d’un commerce comme le Dragon D’or 18 avenue Gabriel Péri, est assez significative à cet égard.

Le décalage entre ces locaux de démarrage et le méga-projet envisagé à terme présage mal d’une montée en charge progressive et maîtrisée qui convient à ce genre d’équipement.

Plutôt que de chercher des solutions hypothétiques dans des lieux incertains, avec peu de chance de satisfaire le milieu associatif, il conviendrait à l’évidence de trouver une solution opérationnelle rapide et plus durable.

4 – Une proposition pragmatique et évolutive dans le temps

Sur la base de ces éléments, nous considérons que l’installation rapide dans l’ancienne bibliothèque centrale, 10 place de la République, présente plusieurs avantages décisifs :

-         La centralité du site  avec sa proximité de l’Hôtel de Ville et du Centre administratif donnent une lisibilité immédiate et hautement symbolique de la volonté municipale.

-         Pour un coût réduit, elle permet de démarrer dans une partie des locaux et avant la fin 2009, les premières fonctions de la Maison des associations avec une équipe réduite.

-         Il peut bien y avoir simultanéité entre un embryon d’activités (avec une   fréquentation progressive du site) et des travaux d’aménagement dans d’autres parties du bâtiment.

-         La montée en charge peut s’effectuer sur plusieurs années et permettre de vérifier en situation réelle les besoins des associations avec une marge de manÅ“uvre suffisante en termes d’espace disponible. Compte tenu de la qualité de l’emplacement, l’idée d’un café associatif peut, elle aussi, être testée.

-         Lorsque la place de la mairie sera complètement réaménagée et après plusieurs années de fonctionnement de l’équipement, on peut alors :

.  Soit pérenniser la Maison des associations sur ce site, avec si nécessaire, des travaux complémentaires pour adapter ces locaux aux besoins clairement identifiés,

. Soit envisager un bâtiment neuf spécifique (plus important ou mieux adapté) et situé, par exemple, à proximité immédiate sur le boulevard Victor Hugo. L’apport commercial des nouveaux logements et bureaux des Docks permettra alors de crédibiliser un projet de brasserie supplémentaire sans pénaliser les établissements existants.

En résumé, nous sommes partisans d’éviter une alternative simpliste du tout ou rien et préconisons de s’engager dans un processus susceptible de recueillir un véritable consensus.

Cette démarche pragmatique, surtout en cette période qui s’annonce difficile pour les finances communales, permettrait de lisser les investissements et de répondre de manière adaptée aux demandes du tissu associatif qui constitue un élément indispensable de la vie sociale et de la solidarité dans notre ville.

Nous vous remercions par avance de l’attention que vous porterez à notre analyse avec cette proposition et nous vous prions, Madame le Maire, de croire à l’expression de nos salutations les meilleures.

Le Bureau d’Id-Saint-Ouen / “Soigne ta gauche !”


contact mail : contact@soignetagauche.fr

blog : soignetagauche.fr

Adresse postale: 33 rue Gambetta 93400 Saint-Ouen

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

8 réflexions sur « Maison des Associations : LETTRE OUVERTE »

  1. Ce jour, j’ai récupéré et pas reè§u le compte-rendu de la réunion du 6/02 daté du 26/03 avec un questionnaire è  rendre pour le 7 avril.

    Une remarque tout d’abord : la lettre signée MK ne mentionne aucune référence administrative. Doit-on voir lè  un élu qui fait tout tout seul ou la trace d’une nouvelle éjection de cadre municipal (mise au placard)?

    Cela me semble pas imposssible car les coordonnées d’un stagiaire apparaissent avec le titre de “coordinateur stagiaire” et que le nouveau titre pour TT, est celui de “chargé de mission” è  une adresse le 7 République. Moi qui croyait que tout le courrier devait être adressé è  Mme le Maire, Conseillère générale!! Quoi une République è  l’insu de son plein gré?

    Sur le dossier principal, la MdA : l’association IDSoigne Ta Gauche vient de faire parvenir par @ et bientôt dans les bôites aux lettres une lettre ouverture de 5 pages comprenant une analyse de la situation, des propositions et une offre ouverte pour un travail publque avec les audoniens.

    Pour mémoire, la proposition de situer la MdA dans l’ancienne bib centrale avait été exprimée lors d’une réunion avec le maire è  la Maison Basque. A ce moment, celui-ci nous parlait de concertation, sans doute pour gaggner du temps, car le 6 février l’élu MK ne s’embarrasse pas de détails, je cite ” la mda sera située è  l’ancienne maison de retraite et maternité au 27 Péri”.

    En procédant ainsi, on veut forcer la main des audoniens, des animateurs d’association, des bénévoles, des riverains, et des agents et d’élus. C’est plus que regrettable, c’est pitoyable; Saint-Ouen n’a pas besoin d’un jouet que nous tend comme si nous étions des administrés è  deux balles.

    Mises è  part les nombreuses fautes de frappe et un franè§ais approximatif (mais que dont la DG et le nnième logiciel courrier?), l’élu indique que “cette opération fait l’objet d’une étude auprès d’un architecte programmiste”.

    Ce fameux homme de l’art devait rencontrer le mouvement associatif, comme annoncé lors d’une réunion au SMJ. Sans doute a-t-il égaré nos coordonnées ou les autarces préférent leur ronron nombriliste mais dépensiers aveugles des deniers publics audoniens?!

    Donc, résumons nous : une décison prise en trés petit comité, une majorité qui oublie sa gauche, et encore un nouveau projet inadapté et ruineux pour SO.

    Sur le questionnaire, rien sur les horaires, laccessibilité et la gratuité.

    Proposer de notez de 1 è  9 par ordre de priorité alors qu’il n’y a que 8 alternatives me laisse pantois et que celles-ci ne s’opposent mais se complétent n’est pas trés sérieux ni trés professionnel.

    Quand je pense que JR fait la sourde orielles pour l’extension finition de Blanqui et refuse un équipement sportif pour Blanqui, je ne peux que penser que dernière tout cela il ya décidémment de drôles d’affaires qui se trament.

  2. Quoiqu’ils disent,
    quoiqu’ils fassent,
    ne les laissons pas faire
    parce que saint-ouen le vaut bien !

    Plusieurs destinataires è  qui j’ai fait suivre la lettre d’IDstg m’ont retourné un commentaire : approbation, info sur l’attitude passée de JR quant è  une proposition pour l’utilisation de l’ancienne bib centrale.

    Gardons nous bien de cesser d’être citoyen éveillé(e).

    Ne serait-ce pour nos enfants qui nous voient parent engagé(e) et soucieux du bien commun et de la ville dans laquelle nous vivons.

  3. Si j’ai bien compris,il faut attendre le 24 avril,et,”cerise sur le gè¢teau”…l’UMP nous montre”la tronche” du sous-chef…l’incontournable OD!
    Le temps de faire allégeance è  la nouvelle candidate pour les régionales et d’essayer d’amener Rachida dans un rade de S.O. pour les européennes!Du 24 avril au 6 juin le temps est compté.Ceci dit è  S.O.les militants UMP vont tirer les rois avec le PCF et le PS,c’est ce qu’ils appellent”l’X-génération”.Alors”gauche”,”droite”,comment s’y retrouver?Je comprends que pour s’en démarquer il faille préciser”toute”!Merci pour l’info.

  4. Je suis allé sur le site du premier de la classe de la cirocnscription (faè§on 7ème compagnie) : un conseil, mettre l’horloge è  jour…

    Pour le reste, je n’ai pas trouvé trace des formulaires è  remplir pour me faire rembourser pour les promesses UMp non tenue…

    Comme quoi, @ ne peut pas tout.

  5. Bravo,STG perce le mur du silence et obtient la reconnaissance du délégué-UMP de S.O.,le sieur OD.Il consent è  relayer vos infos sur son blog qu’il qualifie(on n’est jamais si bien servi que par soi-même!)de citoyen.
    J’ose espérer que è§a n’a rien è  voir avec le silence sur le vote commun de l’UMP et des “communistes”-courant historique(pour reprendre votre jolie formule)au Cons.Général sur le contrat département-région!

  6. Y aurait-il du rififi parmi les militants UMP de la 1ere circonscription?L’ouverture de leur blog,prévue pour le 24 avril,est repoussée au 4 mai!Ca va être ric-rac pour les européennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *