Stade Ampère : emmurés vivants dans la bêtise

Il y a plusieurs mois maintenant, à l’occasion de l’opération « Dialogues pour Saint-Ouen »[1], le Maire et ses proches semblaient un peu découvrir l’étendue du trafic de drogues installé ouvertement place du 8 mai 1945 avec pour base arrière la rue Ambroise Croizat et le stade Ampère. Ils ont donc été fortement malmenés par les habitants présents.

Chacun l’a bien compris ce n’est pas notre petite police municipale, peinant à réprimer le stationnement illicite ou d’autres incivilités, qui peut intervenir sur un tel fléau. C’est d’ailleurs complètement hors de ses moyens et de ses compétences.

Il demeure néanmoins  qu’on a eu beaucoup de mal jusqu’ici à percevoir l’action politique de nos élus en direction du Préfet, de la Police nationale et de la Justice pour sortir de cette situation intolérable en cœur de ville loin des grands ensembles de logements sociaux.

Sur le plan technique les mesures d’accompagnement pour sécuriser l’espace public ou les équipements municipaux, qui relèvent de la Commune en direct, sont particulièrement inadaptées, coûteuses et contre performantes.

Il en va ainsi de la fermeture brutale et hideuse rue Ambroise Croizat,[2] du cheminement piéton permettant la liaison piétonne entre les rues  Bauer et Bachelet via le stade Ampère. Fermeture qui pénalise au final les enfants se rendant à l’école et tous les habitants  du quartier qui n’ont pas manqué de le rappeler lors de la dernière « concertation ».

On signalera également la construction très récente d’un mur surréaliste isolant le stade du centre de loisirs avec en parallèle l’occultation par des tôles ordinaires de toutes les grilles et portails sur la rue Ampère.

Il ne manque plus à ce bric-à-brac de portails, clôtures, grilles, tôles peu respectueux du lieu et des usagers que l’installation de rouleaux de barbelés.

Las ! Les dealers qui hantent les lieux sont désormais à l’abri des regards et viennent déjà de taguer le mur côté stade en signe d’appropriation du nouveau dispositif. Le travail de leurs « guetteurs » est plutôt facilité puisque les cheminements sont réduits.  Personne  désormais -pas même la Police nationale- ne peut discerner depuis la voie publique la moindre activité suspecte éventuelle.

Compte tenu de la défaillance du gardiennage chronique pour ce complexe du centre Ampère (gymnase, stade, centre de loisirs, square…) on peut légitimement être inquiet et douter de ces interventions au coup par coup disgracieuses et inefficaces.

En terme de prévention, au-delà des grandes messes de communication ou des promesses de campagnes électorales, on attend toujours l’organisation d’un travail en profondeur et continu s’appuyant sur les associations du quartier (locataires, parents d’élèves, clubs sportifs, commerçants) ou les bailleurs publics et privés à proximité..

Prévention ou répression, aménagement, particpation citoyenne, gestion efficace… là comme ailleurs on est donc encore très loin du compte.

A suivre…


[1] nom de code de la coûteuse campagne post-électorale sensée réinitialiser les engagements municipaux faute de tirer les enseignement  de la première année de mandat en adoptant des correctifs indispensables.

[2] Décision autoritaire du Maire (seule) il y a quelques années malgré l’hostilité du bureau municipal de l’époque mis devant le fait accompli

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

4 réflexions sur « Stade Ampère : emmurés vivants dans la bêtise »

  1. EPS est bien mauvaise langue, la Mairie se soucie bien de la Jeunesse puisqu’elle permet maintenant aux D… de la la place du 8 mai 45 d’œuvrer à l’abri des bambins …

  2. @ EPS,

    Le mur n’aura en tout cas pas évité les échauffourées d’hier soir -alors que se déroulait à quelques mètres de là, la média-fête-. Les vapeurs poivrées des gaz lacrymogènes ainsi que l’ambiance typée “émeutes urbaines” entre policiers et “jeunes” du quartier, laisseront certainement un souvenir autrement impérissable aux riverains que cette couteuse Média-fête dont tu fais état.

    Preuve s’il en est, une fois de plus, de l’échec et de l’aveuglement de la ville au sujet de la sécurité des habitants de la ville.

    A quand des actions intelligentes sur ce sujet ?

  3. @OD

    Effectivement mauvaise ambiance à proximité de la médiafête coûteuse (et pas très réussie).
    Quand on construit des murs… on ne voit effectivement pas très loin.
    L’intervention musclée de la police nationale (Brigade d’intervention) en début de soirée ne semble pas non plus très efficace. A 23 h oo nos “commerçants” habituels reprenaient semble-t-il la vente à l’étalage.

  4. L’attitude de la police qui serait de controler tous les conducteurs s’étant rendus auparavant pour se fournir place du 8 mai et à Ampère serait sans doute payante à court terme (dépistage salivaire) par son caractère dissuasif quant aux achereurs potentiels, mais c’est aussi valable pour les dealers.

    C’est pas avec un maire apathique que les riverains auront satisfaction.

    Je me demande de quoi elle parle avec le préfet lorsqu’il condescent à se rendre dans notre bonne ville.

    Quant à l’usage d’Ampère, il est à l’image du gardiennage municipal où un dysfonctionnement constaté depuis des années n’a pas été résolu par des décisions de gestion de personnel adéquates.

    Démagogie, irresponsabilité, négation de la réalité, absence d’écoute et de rencontre avec les audoniens, en voici un bel exemple!

    Là dessus, des dispositions d’ordre technique aussi imbéciles et irresponsables se sont succèdées : la première fut sans aucun doute la fermeture de la descente sur Croizat puis la coupe de tous les buissons – avec un temps une absence d’éclairage totale.

    Aucune réunion sur place (pourquoi pas festive) avec les utilisateurs (parents, sportifs, riverains) pour créer un dialogue puis un rapport de force se mobilisant vis à vis de l’Etat.

    Quant à la stratégie de la police d’attendre pour ferrer un ou des gros poissons, que le procureur vienne s’expliquer sur l’obligation faite aux riverains d’avoir à supporter cette présence délinquante et sur le refus que le commissariat exprime lorsqu’on lui demande d’intervenir

    Quant à JR, qu’elle ne se presse pas de relancer le conseil communal de prévention de la délinquance (lieu de débat et d’examen de la réalité avec tout le :monde), tout va bien.

    Et puis patientons un peu, nous pourrons bientôt habiter dans les docks.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *