Pôle citoyen des Docks : en progrès

Malgré un  fléchissement en fin de soirée (quand le vernis démocratique de l’adjoint à l’urbansime c’est un peu écaillé avec une diatribe incertaine contre l’opposition et une velléité de rétention d’information), la soirée a été néanmoins de bonne facture.

Le sujet de la “pollution des sols ” a ainsi été traité de bonne façon, avec une pédagogie adaptée et des échanges sérieux et constructifs.Tout arrive.

Evidemment c’est surtout aux techniciens présents qu’en revient le mérite.

Nous publions à cet égard un témoignage de François Taquet dont on ne peut soupçonner la moindre complaisance à l’égard de la majorité muncipale actuelle.

Le Pôle citoyen s’est réuni mercredi 25 mars 2009  à la Maison des projets avec au programme la pollution des sols. Plusieurs remarques :

– Paul Planque a décidé de ne plus répondre à tout et de ne plus mobiliser la parole,

– les techniciens travaillant pour  l’aménageur et celui-ci ont tenu leur place leur place sans déborder de leur fonction réciproque.

On a gagné en concision, en clarté, en visibilité des problématiques.

Nous avons donc eu droit à des exposés sur le sujet à l’orde du jour sans que nous soit resservi l’amour récent des audoniens envers la Seine… et autres envolées lyriques.

La remarque est d’importance car on doit pouvoir discuter de tout sans dire amen à Jacqueline Rouillon.  Sinon, c’est le blocage idiot ou l’idôlatrie bornée. Nous sommes ni dans l’un, ni dans l’autre.

Donc mercredi soir, une discussion sérieuse, posée, de près de deux heures avec une assistance fournie, s’est déroulée”.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions sur « Pôle citoyen des Docks : en progrès »

  1. Agenda 21 du CG93 : une photographie aérienne qui pése en faveur d’une proposition faite lors du Pôle citoyen pour l’accès à la scène mais qui bousculerait les plans de certains!

    Le Pdt du Cg l’adresse en en souhaitant une bonne lecture.

    La démarche se veut “évolutive pour viser l’amélioration permanente, en lien avec l’ensemble des acteurs du territoire”

    Ce luxueux document est en deux parties : la première se consacre aux “enjeux et orientations de l’a21 pour réussir l’intégration métropolitaine de la seine saint-denis”, la seconde présente le programme d’action avec 136 fiches actions, “qui constituent la feuille de route de nos services”.

    Or, dans le volume consacré aux éléments de diagnostic(enjeux), pages 8 et 9, figure une vue aérienne montrant clairement l’intérêt et l’opportunité d’un déplacement de la voie départementale vers l’intérieur (derrière les entrepots dégradés et les srres municipales).

    cela permettrait un plus large accès (de loisir et d’accés à un embarcadère) à la Seine, tout en conservant et renforçant le lien avec la voie actuelle sous le pont, et en gardant cette voie stratégique et son passage en souterrain.

    Les audoniens qui constituent la partie “citoyenne” du Pôle des docks ont reçu un document intitulé “l’entrée en Seine” et la copie d’un article dans Traits urbains de mai (revue spécialisée) dont le titre laisse réveur “docks de so : une page blanche de 100 hectares”.

    A la lecture de ce dernier on apprend que Mireille Ferri, Vice présidente de la région juge insuffisant le projet de 3 000 à 4 000 logements , avoue avoir demandé “d’aller vers plus de densité, en étudiant des modèles urbains du type place des Vosges par exemple”.

    Quand on sait que l’Etat donnera seulement 10 millions d’euros dans le cadre du contrat de projets 2007/2003 et que les promoteurs trépignent d’impatience et de convoitise, que le Cg 93 est plus que réservé sur l’appui financier à aménagement de la RD1,

    il est plus que nécessaire que le volet démocratique soit blindé de chez blindé.

    “Comment ces quartiers sont-ils négociés? Comment prend-on en compte les tissus locaux et la vie de quartier (existante à la marge et à venir)? comment le débat est-il diffusé ?”

    Ce n’est pas moi qui le dit, c’est toujours Mireille Ferri !

    Quant à notre avenir proche, une première version de la charte de développement durable sera rédigée puis présentée “et débattue lors d’une réunion en septembre.

    Le PLU sur lequel la population a été si peu et si mal consultée (merci JR) devrait valider le projet, qui lui se réalisera sur une quinzaine d’années.

    D’autres débats auront lieu : sur les formes urbaines, viste de l’expo grand paris, présentation des référentiels éco-quartier” portés par l’Etat et le conseil régional.

    A la rentrée également, la réalisation d’un second groupe scolaire dans les Docks sera concertée.

    Pour ma part, j’aimerai bien qu’on parle
    – du projet Sarkozy pour réduire la capacité d’intervention et de décision des villes du Grand Paris,
    – des financements d’Etat et sous sa responsabilité – de la dépollution des terrains industriels,
    – de la construction d’un 4éme collège en internat
    – du nombre d’emplois, de formation et de qualification pour les jeunes et les adultes audoniens sur ces 100 hectares.

    Car à défaut, si la municipalité ne met pas toutes les cartes dans les mains des audoniens, il y a fort à parier que derrière quelques arbres, ce sont les mêmes qui emporteront la plus grande part de valeur ajoutée de ce qui demeure une opération d’aménagement et territoriale d’ampleur particulière et d’enjeux tout à fait d’actualité.

    PS : comm PP nous invite à rencontrer mireille ferri pour les référentiels éco-quartier, JR devrait suivre pour concrétiser l’extension-finition de Blanqui.

    parceque saintouen le vaut bien!

  2. Les audoniens pas capables!?

    Pour Clichy Batignolles, entre avril et septembre 2011,
    3 jurys de concours se sont réunis pour désigner les équipes d’architectes chargées de réaliser
    120 logements sociaux,
    90 logements en accession,
    67 logements à loyers maitrisés,
    des commerces,
    un groupe scolaire,
    un foyer d’accueil médicalisé
    et un centre de protection maternelle et infantile sur le secteur Est, situé entre le parc Martin Luther King et l’avenue de Clichy,
    ainsi qu’un collège et un centre sportif sur l’ilot Saussure.

    Conformément aux engagements des élus de la Ville de Paris,
    les représentants des habitants ont participé au choix de chacun de ces projets architecturaux avec
    un représentant aux commissions techniques chargées d’analyser les projets,
    un représentant aux jurys des concours,
    et l’instauration de groupes de suivis de l’évolution des projets entre le concours et le dépôt de la demande du permis de construire.

    Avec ces nouveaux programmes la quasi-totalité des projets sont aujourd’hui définis sur ces deux secteurs.

    Le jury pour le choix du dernier programme de 4 300 m2 à l’angle de l’impasse Chalabre et de l’avenue de Clichy, assujetti à des démolitions, se réunira au 2ème semestre 2012.

  3. A qu’il est bon de faire des retours dans le futur de temps à autres.

    Putain presque 3 ans déjà ! (en reprenant l’expression guignolesque d’un ancien président qui vient d’écopé d’un sursis abracadabrantesque)

    Je devais en être, quoique…ma mémoire défaille.

    Ah oui, la pollution des sols…
    Voyons voir ….
    “traité de bonne façon, avec une pédagogie adaptée et des échanges sérieux et constructifs.”

    Ah oui, pédagogie et échanges. Mais encore ?

    A ce jour, 15 décembre 2011, le citoyen audonien ou pas ou pas, voire d’ailleurs, a t-il été convié à consulter en mairie un document exhaustif cartographiant la pollution des sols des Docks ?
    Je ne parle pas bien sur d’un document pré mâché ou pré digéré par l’aménageur.

    Je crois savoir que non.

    Mais je suis doublement heureux quand même, car le oui pour Plaine Commune l’a emporté, et en janvier il y a Red Star – OM qui réconcilie toutes les familles politiques audoniennes.

    Je kiffe vegra !

  4. En sus de mon post précédent

    En réunion du pôle citoyen, l’aménageur avait osé dire que les citoyens étaient dans l’incapacité de lire et comprendre un document complet sur la pollution des sols.

  5. Jean Yves:

    Malheureusement, il n’est pas besoin d’être citoyen participatif ou polytechnicien pour savoir que les sites aménageables à Saint-Ouen (pour la plupart, des friches industrielles) sont archi-pollués. Après, qu’on soit capable d’en débattre ou pas, le résultat est toujours un surcoût pour les constructeurs et donc, pour l’acquéreur final, ou le contribuable.

    Le grand pari (ou le comble, pour les esprits chagrins), est de réussir à y édifier des bâtiments basse consommation, voire à énergie positive, ou des éco-quartiers. Si on réussit, on ne va pas s’en plaindre.

    C’est vrai que les premiers projets d’aménagement et de construction dans les Docks me déçoivent un peu. J’aurais imaginé plus d’innovations et de délires architecturaux. Les plus modérés répondront qu’au moins, ça ne vieillira pas trop mal. Nous verrons bien.

    D’un autre côté, il y a bien un moment où il faut se lancer. Les politiques et les urbanistes mettent des années à effectuer leurs études (avec ou sans participation citoyenne) et des années encore à les concrétiser. Et dans tous les cas, il sera toujours trop tard pour rectifier le tir si ça ne va pas.

    En attendant, nous aurons offert un toit aux salariés parisiens travaillant sur la Ville et aux demandeurs de logements HLM audonniens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *