PC-PS : sortie de crise ?

Dix mois tout juste après l’élection municipale le premier accrochage sévère au sein de la majorité a eu lieu lors du Conseil municipal du 12 janvier- un peu par hasard  mais de manière très significative  – sur le partage des responsabilités au sein de l’exécutif communal.

Le refus incompréhensible du Maire d’accepter comme suppléant le Président du groupe socialiste pour représenter, avec elle, la Ville dans “Paris-Métropole” a constitué le détonnateur de cet affrontement.

Le retentissement médiatique, l’image ternie du Maire, la réaction affligeante de la section communiste locale ont marqué cet épisode de la vie municpale.

Ce non-évènement pour la pluspart des audoniens, qui se contrefichent de savoir si un socialiste ou un communiste sera suppléant du Maire dans une instance pilotant des études et la reflexion au niveau métropolitain, en dit long sur la coupure entre les politiques et les citoyens. L’oppositon avec ses manoeuvres peut à cet égard se dispenser des leçons de morale.

En attendant le PS, qui n’a pas de plan “B” pour une alternative quelconque à court terme,  laisse un peu mariner ces “alliès” et surtout le Maire dont l’autoritarisme est inversement proportionnel à sa populartité.

Le PCF aurait proposé au PS un nouveau vote pour « Paris Métropole » avec J. Rouillon comme titulaire et Yassir Fichtali (PS)comme suppléant. Le Maire ayant d ores et déjà -et bien imprudemment – annoncé la bonne nouvelle- aux vÅ“ux du personnel communal le 16 janvier dernier.

Par le biais d un nouveau communiqué (ci-après) en date du mercredi 21 janvier, les socialistes se donnent un peu de temps et laissent le Maire et ses amis baigner dans leur jus.

Ils rappellent à cette occasion qu ils sont pour le partage des responsabilités, dénoncent les attaques dont ils sont victimes, réfutent toute idée d alliance avec l opposition et invitent à mettre en Å“uvre collectivement le programme municipal.

Si cette petite leçon et ses recommandations ont peu de chance d être entendues par les autistes politiques qui on confisqués le pouvoir local, assurément ces derniers seront plus prudents à l avenir.

Pour l heure, le « happy end » est reporté à un Conseil municipal ultérieur. Il faudra pour la  prochaine séance du lundi 26 janvier se retrouver pour voter le budget de la Ville. Sur ce sujet le droit à l erreur n est pas permis.

Déclaration du Parti Socialiste

Section de Saint-Ouen

Les socialistes de Saint Ouen ne peuvent se satisfaire de l issue du dernier conseil municipal. Alors que l adhésion de la ville au syndicat d étude Paris Métropole avait été votée le 15 décembre dernier à l unanimité du Conseil Municipal et qu un partage des responsabilités avait été largement demandé par les élus socialistes, Madame le Maire a décidé de maintenir sa proposition excluant les socialistes du poste de suppléant. Au-delà de la question de Paris Métropole, c est bien le dysfonctionnement du groupe majoritaire qui a été mis en défaut*. Malgré un mois de discussions, le malaise au sein de la majorité n a pas été pris en compte. De plus, soucieux du respect dû à la neutralité des agents municipaux, le groupe socialiste veillera à ce qu aucune forme d instrumentalisation ne viennent troubler le travail de ces agents. A l issue de cette élection organisée par le Maire, l équipe socialiste reste ouverte à toute discussion, et ce, en dépit des diatribes choquantes et mensongères contre les élus socialistes diffusées dans la ville.

Loyaux mais exigeants, les élus PS tiennent à rappeler leur engagement au sein de la majorité municipale. Nous nous devons tous ensemble d appliquer le programme choisi par les Audoniens, dans le respect et la reconnaissance des droits et devoirs de chacune des forces en présence.

Nous appelons à dépasser le climat de suspicion actuel. Nous réfutons toute idée de rupture de la majorité de gauche qui passerait par une alliance avec l opposition municipale : les Audoniens ont apporté leur confiance à une équipe, à un programme majoritaire qu il nous convient de mener à bien. L opposition ne peut se prétendre légitime dans la formation d une quelconque nouvelle majorité.

Saint Ouen ne peut être dirigée par quelques uns mais par une équipe rassemblée autour d un projet, ayant pour seul objectif de répondre aux aspirations de nos concitoyens.

Estelle VILLARD Yassir FICHTALI

Secrétaire de Section Président du Groupe Socialiste

Saint-Ouen, le 21 Janvier 2009

* lapsus ? C’est plutôt le bon fonctionnement du groupe majoritaire qui a été mis en défaut.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *