Carnet : disgrâce et parachutage

 Il n’y a pas que les élus pour faire tourner la machine municipale !

On dit souvent « les élus passent, l’administration reste », c’est un peu vrai.

C’est plutôt positif : on ne fait plus toute sa carrière aujourd’hui dans la même commune – surtout pour les cadres. Rajeunissement, qualification plus élevée, désir d’évolution, professionnalisme accru : ça bouge plus qu’on ne le pense.

Saint-Ouen, même de manière atténuée n’échappe pas à cette tendance générale. Il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre de feuilleter le journal interne « Place de la République » qui explique ce que font les uns set les autres en saluant arrivées et départs.

Là où nous sommes réellement en pointe c’est dans la valse des cadres A (chefs de services et Directeurs) et surtout au sein de la Direction Générale. La proximité avec le pouvoir est redoutable et funeste pour beaucoup, le turn-over inquiétant, les méthodes brutales.

Le recrutement souvent clientéliste dans ces hautes sphères » de « bien-pensants » ne leur épargne pas des limogeages expéditifs. Au final : un climat délétère peu propice aux initiatives et irradiant une certaine inertie dans l’appareil communal.

Afin de combattre ce phénomène lié aux dérives du pouvoir personnel, nous rendrons publiques ici les informations qui nous parviendrons sur le sort réservé à certains au sein de notre administration. Dans ce registre particulier on peut signaler à ce jour :

 

 Une disgrâce 

La Directrice  Générale Adjointe à la Communication, aux relations publiques, récemment promue à ce grade, fidèles parmi les fidèles, serait remerciée. On lui reprocherait notamment sa mauvaise gestion du cas Keita (son subalterne). D’autres têtes dans ce secteur devraient tomber..

 

 Un parachutage  

Un ancien élu PCF (1995-2001), après son immersion (dans la sphère politique) au sein du cabinet du Maire, et avoir lancé le fameux appel « Saint-Ouen à gauche » deviendrait sous peu le technicien en charge dans l’administration communale de la Maison des Associations. On s’accorde donc à penser que faute d’une expérience probante en la matière il aura à cœur de « contrôler  politiquement » cet outil au service des associations et « son » élu socialiste. Mélange des genres !

 

à suivre…

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *