Maison et déraison

Pas de quartier ! Le sort d’une petite maison de caractère, agrémentée d’un grand jardin en déshérence au 125 avenue Gabriel Péri (en cœur d’îlot), semblait jusqu’ici scellé.
Motif de l’expropriation et de la démolition annoncée : le projet d’aménagement de la Porte de Saint-Ouen.
Un mal nécessaire ? Pas si sûr.
Il semble que les spécialistes du tracé au cordeau et les amoureux de la calculette aient été un peu vite en besogne.
Indispensable de raser ce témoignage bien conservé du 19ème siècle ? Incompatible avec le projet maisons de ville ? Obstacle au mail piéton ? Peut-on de rendre public l’essentiel de l’espace vert privé actuel ?
Se poser ces questions c’est déjà un peu y répondre.
Le scepticisme de plusieurs élus de la majorité a conduit, fort tardivement, au lancement d’une « étude approfondie » sur le sujet.
Un bonheur n’arrivant jamais seul, c’est justement une des demandes du Commissaire Enquêteur conditionnant son avis favorable à la Déclaration d’Utilité Publique.
Regrets de taille : des mois de harcèlement des habituels opposants à tout projet municipal pour faire émerger l’idée d’une alternative et surtout pour alerter l’ensemble des élus locaux.
Défaut d’écoute des habitants, manque de transparence renforcent hélas ceux qui manipulent les intérêts particuliers contre l’intérêt général ou font croire à une possible réhabilitation générale.
Attendu et ambitieux, le projet de rénovation urbaine de la Porte de Saint-Ouen mérite mieux.
Pour 2006 : suivi citoyen recommandé !
Eric Pereira-Silva
À Saint-Ouen n°37 janvier 2006

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *